Journées scientifiques sur l’enfance au Burkina Faso : Les participants recommandent la pérennisation de l’événement

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • samedi 10 décembre 2016 à 01h10min

Réunis durant trois jours à l’Institut supérieur des sciences de la population, à l’occasion des ateliers scientifiques organisés par l’institut, les chercheurs, acteurs du monde de la décision et de l’action, intervenants venus du Mali, du Niger et des Etats-Unis ont clôturé les travaux, le 8 décembre 2016. Ces premières Journées scientifiques ont porté essentiellement sur les réflexions, échanges et débats ouverts sur la contribution de la recherche à la promotion des droits de l’enfant.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Journées scientifiques sur l’enfance au Burkina Faso : Les participants recommandent la pérennisation de l’événement

« Au regard de la qualité des participants à cette rencontre scientifique ainsi que de la qualité des présentations et des échanges durant ces trois jours, c’est un sentiment de satisfaction qui nous anime, mes collaborateurs et moi-même », a déclaré le directeur général de l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), Pr Jean-François Kobiané. En effet, les échanges ont montré la nécessité d’aller de l’avant et de poursuivre cet exercice. Aussi, le directeur de l’ISSP a relevé d’autres éléments de satisfaction. Ils sont en lien avec le faible niveau de déversion au niveau des auteurs des communications ainsi que du nombre des participants. Selon lui, en effet, sur les 32 communications retenues, seulement 3 n’ont pas été présentées. Il a poursuivi en soutenant que 14 panelistes ont participé à l’animation de deux tables rondes.

Concernant le nombre de participants, une centaine de personnes étaient initialement attendues mais le rendement a révélé qu’il y a eu entre 140 et 150 participants. Ce qui dénote, de l’avis de Pr Kobiané, une fois encore, l’intérêt suscité par ces journées scientifiques sur l’enfance. En termes de perspectives, l’ISSP s’est engagé à la publication des actes de ces journées. Toutefois, cela passera par un processus d’édition scientifique avec la mise en place d’un comité éditorial, une évaluation des textes soumis et la sélection des meilleurs textes en vue de la publication.
Selon le directeur de l’ISSP, une nouvelle ère semble s’ouvrir pour la production des connaissances et des savoirs pour l’enfance au Burkina Faso. « Celle que nous devrions, chercheurs, décideurs et acteurs du monde de l’action continuellement travailler ensemble à partager nos expériences pour une meilleure capitalisation », a-t-il indiqué.

La représentante résidente de l’UNICEF, Dr Anne Vincent partage elle aussi la même vision que le directeur de l’ISSP. « Je suis ravie parce qu’un partenariat qui existait déjà entre l’ISSP et l’UNICEF se consolide encore plus loin. Et nous étions en train de réviser sur l’avenir de ces journées scientifiques », a-t-elle rassuré.

Une initiative à perpétuer

A cette séance de clôture, la vice-présidente chargée de la recherche et de la coopération internationale, Pr Diarra Yé a, au nom du président de l’université Ouaga I, Joseph Ki-Zerbo, félicité les participants et conférenciers pour les résultats auxquels ils ont abouti. Aussi a-t-elle précisé que les succès des premières journées sont à mettre à l’actif de l’approche interdisciplinaire avec la participation des spécialistes de diverses disciplines mais aussi celle pluri-institutionnelle avec le regard croisé des chercheurs, représentants du monde de la décision et celui de l’action. De ce fait, elle a invité l’UNICEF et les acteurs institutionnels intervenant dans le domaine de l’enfance à travailler à assurer la pérennité de ce cadre d’échange pour, dit-elle, « la conception, la mise en œuvre de suivi et d’évaluation des interventions orientés vers les enfants ».

En marge des communications, un comité scientifique a été mis en place pour distinguer les 7 meilleurs posters. Les critères de sélection ont porté sur l’attractivité visuelle, la qualité de l’information, la structuration, le respect de l’équilibre entre les différents éléments et l’écriture, selon le président du comité de sélection pour ce qui concerne la forme. S’agissant du fond, il y avait la pertinence du sujet, la rigueur scientifique, l’adéquation de la méthodologie avec la problématique qui est posée. Après délibération, c’est le poster de Toé Abou intitulé « droit à l’éducation au Burkina Faso : Effectivité au primaire et au post-primaire » qui a retenu l’attention du comité scientifique. Il a alors reçu une enveloppe de 100. 000 F CFA plus une attestation. Deux autres posters ont été primés et 4 ont reçu des prix d’encouragement.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés