Qualité : L’Agence burkinabè de normalisation veut mieux positionner les produits certifiés « NBF »

LEFASO.NET | Par Moussa Diallo • samedi 10 décembre 2016 à 01h35min

La certification des produits et services permet d’assurer la protection du consommateur, la confiance entre le client et le fournisseur, l’assainissement et la transparence du marché, la compétitivité des entreprises…C’est pourquoi, le Conseil des ministres du 30 novembre 2016 a adopté un décret fixant les conditions de délivrance de la marque nationale de conformité des produits et services aux normes. Pour une opérationnalisation de ce décret, l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM) organise une série d’ateliers de validation des projets de règlements techniques particuliers de certification. Le premier se tient les 08 et 09 décembre 2016 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Qualité : L’Agence burkinabè de normalisation veut mieux positionner les produits certifiés « NBF »

La qualité et la sécurité alimentaire des aliments suscitent des préoccupations importantes ces derniers temps. C’est pourquoi, les attentes sociales et la demande des consommateurs se tournent de plus en plus vers les produits porteurs d’un label de qualité spécifique ou vers des logos ou marques nationales de conformité. La certification de produits et services consiste à attester de la conformité d’un produit par rapport à une norme. Elle permet d’assurer la protection du consommateur, la confiance entre le client et le fournisseur, l’assainissement et la transparence du marché, la compétitivité des entreprises…

Au Burkina, ce référentiel ou norme est établi en concertation avec différents acteurs du marché que sont : les groupements professionnels de fabricants et de producteurs, les entreprises ou les organisations clientes, les services techniques administratifs de l’Etat, les spécialistes et les mouvements de défense des consommateurs. Cette certification est matérialisée par l’apposition de la marque nationale en conformité aux normes sur les produits certifiés ou leurs emballages. Cette marque est un logo composé de l’insigne « NBF » frappé d’une étoile qui signifie l’excellence. Ce qui permet au consommateur de faire la différence entre les produits certifiés et ceux non certifiés.

Un processus efficace et crédible

Ainsi, conscient de l’importance de la certification, l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM) œuvre pour la mise en place d’un processus efficace, crédible et en conformité avec les exigences internationales, notamment celles de la norme ISO 17065. C’est dans ce cadre qu’elle a mis en place plusieurs comités techniques sectoriels de certification en vue d’élaborer et valider des règlements techniques particuliers de certification. Elle a aussi formé une trentaine d’auditeurs aux techniques d’audit.

Pour une application effective et efficace de la loi n°011-2007/2011/AN portant institution d’un système national de promotion de la qualité au Burkina, l’ABNORM, le Conseil des ministres du 30 novembre 2016 a adopté un décret fixant les conditions de délivrance de la marque nationale de conformité des produits et services aux normes. Ce décret sera bientôt complété avec deux arrêtés. Il s’agit de :

- l’arrêté partant fixation des prix de la certification des produits, des procédés et services ;

- l’arrêté partant fixation de la liste des produits, procédés et services faisant l’objet de délivrance de la marque nationale de conformité des produits et services aux normes.

Mettre à disposition de l’ABNORM des règlements techniques de qualité

Le présent atelier est le premier d’une série d’ateliers visant à valider le projet de règlements techniques particuliers de certification. Ces rencontres réuniront successivement le comité technique de certification « oléagineux », le comité technique « fruits et légumes », le comité technique « produits animaux », le comité technique « céréales et légumineuses ».« Le rôle de ces comités techniques de validation, c’est d’abord valider les règlements techniques sur lesquelles ils vont travailler tous les jours, et d’évaluer les rapports d’audit et les certificats d’analyse qui auront été faits sur les produits prélevés et donner une décision s’il faut oui ou non donner le certificat à une entreprise afin de lui permettre d’apposer la marque nationale de conformité sur le produit », a expliqué Oumarou Ky, le Directeur général de l’ABNORM.

C’est pourquoi, il est attendu, des participants à ces ateliers, un travail professionnel, consciencieux et impartial en vue de mettre à disposition des documents consensuels prenant en compte les préoccupations des différents acteurs. « Je ne doute pas qu’au sortir de cet atelier, les experts vont mettre à la disposition de l’ABNORM des règlements techniques de certification d’excellente qualité pour un meilleur positionnement des produits certifiés « NBF » », a confié le premier responsable de l’ABNORM, lors de son allocution d’ouverture des travaux de validation.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés