« Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 8 décembre 2016 à 23h20min

La deuxième journée de la Conférence des partenaires pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) est consacrée au secteur privé. Pour son discours d’ouverture des travaux, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a annoncé le retour du Burkina sur la scène des affaires. « Burkina is back and opened for business », a-t-il lancé dans une salle pleine d’investisseurs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

« Je dis et je le répète, notre jeunesse a réussi l’insurrection d’octobre 2014 en s’opposant à la dictature, au pouvoir personnel. Notre jeunesse s’est insurgée, elle a résisté victorieusement au coup d’Etat et c’est en son honneur. Aujourd’hui, l’insurrection que nous devons mener, c’est l’insurrection contre la pauvreté par le travail. C’est l’insurrection contre l’indiscipline, l’incivisme. C’est cela qui est en jeu. Je voudrais demander à la jeunesse burkinabè de garder espoir. Il faut savoir que le chemin sera difficile mais forcément nous aboutirons à la victoire ». C’est en ces termes que le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba, a rendu, hier, un hommage à ce pays qui vient de loin après avoir surmonté des crises en 2014 et 2015.

Les réformes pour améliorer l’environnement des affaires

Aujourd’hui, le Burkina Faso signe son retour sur la scène internationale avec un référentiel de développement économique et social, le PNDES, jugé « solide et crédible » par ses initiateurs. C’est ce PNDES-là que les autorités burkinabè utilisent, ce jeudi 8 décembre, pour appâter les investisseurs privés après avoir réussi une opération de charme, la veille, face aux partenaires techniques et financiers. Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a invité le secteur privé à faire un tour du côté du Burkina Faso car c’est « vous les créateurs de richesses et des emplois ».

Pour mieux convaincre les investisseurs, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Stéphane Sanou, a présenté l’environnement des affaires aux participants, un environnement marqué par un certain nombre de réformes entreprises dans le cadre du PNDES. Il s’agit notamment de la révision en cours du code des investissements, du renforcement des capacités du secteur privé surtout celles des acteurs des PME/PMI, la réduction de la part du secteur informel dans la valeur ajoutée du secteur tertiaire de 20,7% en 2015 à 15% en 2020, etc.

Une centrale à gaz de 140 mégawatts

En attendant les intentions de financement du secteur privé, prévues à la fin des travaux, le ministère de l’économie, des finances et du développement et celui de l’énergie, des mines et des carrières ont signé une convention avec le Groupe Windiga Energy, déjà présent au Burkina dans le cadre de la centrale de Ziga, pour la construction d’une centrale à gaz d’une capacité de 140 mégawatts pour un investissement de 111 milliards de francs CFA. Selon, le ministre en charge de l’énergie, Alpha Omar Dissa, des discussions ont été déjà entreprises avec la Côte d’Ivoire pour l’importation du gaz. Cette centrale, à l’en croire, sera certainement implantée dans la zone des Hauts-Bassins en allant vers la région des Cascades.

En dehors de cette convention, rappelons que le ministère de l’énergie a dans sa gibecière d’autres projets dont la construction de huit centrales solaires, la réalisation de quatre barrages hydro-électriques, la mise en place d’une usine de montage de matériel solaire et l’électrification rurale décentralisée.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net
(1)Le Burkina est de retour et ouvert aux affaires

Liens utiles : Conférence de Paris : Les partenaires prêts à passer à l’action

Conférence de Paris : Les partenaires prêts à passer à l’action

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 décembre 2016 à 14:48, par NM
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business »1, Paul Kaba Thiéba

    Du courage et bonne chance à vous, tout en espérant que ces fonds seront vraiment utilisé pour luté contre la pauvreté et pour la relance de notre économie .

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2016 à 15:38, par l’homme
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business »1, Paul Kaba Thiéba

    Félicitations pour la confiance que vous inspirez aux partenaires. C’est très important.
    Courage pour mériter ensuite leur confiance dans la gestion de tous les projets. C’est essentiel.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2016 à 15:48, par Alexio
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    OK, Burkina is back of course. Be aware to not deal With the devil. Mosanto for my ass !

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2016 à 15:52, par alfa
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    « Je dis et je le répète, notre jeunesse a réussi l’insurrection d’octobre 2014 en s’opposant à la dictature, au pouvoir personnel. Notre jeunesse s’est insurgée, elle a résisté victorieusement au coup d’Etat et c’est en son honneur. Aujourd’hui, l’insurrection que nous devons mener, c’est l’insurrection contre la pauvreté par le travail. C’est l’insurrection contre l’indiscipline, l’incivisme. C’est cela qui est en jeu. Je voudrais demander à la jeunesse burkinabè de garder espoir. Il faut savoir que le chemin sera difficile mais forcément nous aboutirons à la victoire »
    Ce sont ces discours que nous avons besoin accompagné bien sur de vos actes

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2016 à 16:56, par Le septique
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    En réalité je ne doutais pas un seul instant que le Burkina n’allait pas avoir les financements voulus. Mon problème c’est l’usage qui en sera fait. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2016 à 17:06, par boka
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    18000000000000 milliard !!!!tout ca la c’est pour nous ?donc notre vie vas changer ohhh !!!

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2016 à 17:54, par le chauvinisme
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Courage à vous PM,MINEFID, SG,qui est la tête pensante du PNDES. Je crois vous savoir vaincre tous les obstacles mêmes ceux qui sembleront infranchissables.Selon une conception judéochrétienne, l’Homme se nourrira à la sueur de son front. Or à la bataille très bien engagée. Ce faisant, le peuple en premier bénéfiera des fruits des efforts de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 04:26, par Jean-Pierre Jacob
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    "Burkina is back and opened for business". Le grand chef ferait mieux d’éviter de parler anglais, il fait des fautes. La formule correcte est évidemment : "Burkina is back and open for business".

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 04:50, par SAE
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Mes vives félicitations à nos Autorités qui ont su bien vendre et défendre le PNDES. Mes remerciements aux différents bailleurs de fonds qui se sont engagés à financer le programme.
    Mon souhait le plus ardent que ces fonds soient très bien utilisés pour une bonne atteinte des objectifs escomptés, le réel développement économique et social de notre cher pays le Burkina Faso. Pour cela, il faut absolument que nos Autorités et les partenaires soient très rigoureux dans la mise en oeuvre et le suivi contrôle (mettre l’homme à la place qu’il faut, imposer une rigueur dans la gestion et une tolérance zéro aux mauvaises pratiques notamment le détournement, la corruption, fraude, gabegie, etc.).
    Que Dieu bénisse davantage le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 07:24, par vrai
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    hééé pauvre burkina. je suis septique quant à l’utilisation de tout ce magot recolter. ainsi nos arrière arrière enfants sont lourdement endetté et nous allons tous payés ces lourd interets composés pour au finish continué toujours a se plaindre de la misère, la pauvrété ,la mal gouvernance, somme toutes tous ces maux qui etaient là depuis blaise continuerons a subsisté car en realité rien n’a changé. le meme systeme est en place, les memes hommes sont toujours là.
    hééé pauvre burkina, tout cet argent avec tous ces cabinets et entreprises porte-nom ,les marchés sont partagés entre-eux et leurs entreprises se chargeront d’executer. qui gagne ???????
    Hééé pauvre burkina. que Dieu nous vienne en aide, prions et prions encore et toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 07:25, par vrai
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    hééé pauvre burkina. je suis septique quant à l’utilisation de tout ce magot recolter. ainsi nos arrière arrière enfants sont lourdement endetté et nous allons tous payés ces lourd interets composés pour au finish continué toujours a se plaindre de la misère, la pauvrété ,la mal gouvernance, somme toutes tous ces maux qui etaient là depuis blaise continuerons a subsisté car en realité rien n’a changé. le meme systeme est en place, les memes hommes sont toujours là.
    hééé pauvre burkina, tout cet argent avec tous ces cabinets et entreprises porte-nom ,les marchés sont partagés entre-eux et leurs entreprises se chargeront d’executer. qui gagne ???????
    Hééé pauvre burkina. que Dieu nous vienne en aide, prions et prions encore et toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 08:18, par le fils maathe
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Je cherche dans les intentions du secteur privé au PNDES un certains type de promesse, mais je ne trouve pas !! On dirait qu’aucun partenaire n’a promis de construire une "CENTRALE NUCLÉAIRE", suivez on regard ! Rappelez vous le débat de l’an dernier. J’avais dis que c’est une idée à contre courant des efforts d’édification d’une planète verte. Au lieu de financer les énergies renouvelables, certains voulaient satisfaire les appétits de leurs anciens collègues de AREVA.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 08:19, par Kakalga
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Toutes mes felicitations et beaucoup de courage pour la suite car il faut imperativement bouter hors de ce pays le laxisme, la corruption en SANCTIONNANT quelque soit le rang social de la personne ou de l’institution ! C’est l’une des princiaples voies qui permettra à tous les citoyens de sentir ces efforts.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 08:52, par tapseureula
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    BRAVO A L’APÔTRE PAUL KABA
    ses épîtres nous rassurent de plus en plus.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 09:32, par bob
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Je crois, et ça c’est ma conviction à moi que les problèmes du Burkina sont plus liés à la gouvernance et à la gestion des ressources.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 09:36, par Poko
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Burkina is back for business but not to be sold under any condition and price. Make sure that will not compromise our future by taking the money with all kinds of private partners who will put us in a similar situation than the 1990’s. We don’t have anymore public companies to privatize and pay for the debt under the eventual future Structural Adjustment Program if our country fail to pay back. PM Thieba has promised to go to hell and bring the money. Please, don’t put us into hell to have this money from the numerous devil servants in the financial market.

    L’histoire se répète avec moins de garanties de rémission de la dette aux donateurs internationaux. Dans les années 1960, les entreprises privées occidentales en surliquidité grâce au 30 Glorieuses (après la deuxième guerre mondiale) ont été incitation pour investir dans les pays en développement. Quand la récession économique est arrivée, les pays pauvres ne pouvaient pas payer et ainsi naquit l’histoire du Tiers-Monde. Les entreprises privées ont revendues alors leurs créances au FMI et à la Banque Mondiale qui se sont chargés de faire payer les pays endettés en leur imposant le Programme d’Ajustement Structurel. Comme malgré la privatisation de leurs entreprises nationales (rachetées par les entreprises occidentales) ils ne pouvaient pas payer, le Programme PPTE a été adopté pour effacer les dettes impayées.

    Roch et PM sont allés mobiliser 18 000 milliards et tout le monde les applaudit. Ils font comme les autres pays qui vont chercher l’argent au niveau du marché international. Cependant, l’histoire de l’aide au développement montre que le plus difficile n’est pas d’aller emprunter beaucoup d’argent mais de rembourser. Houphouet a dit qu’on n’emprisonne pas un pays à cause de sa dette. Sankara avait dit que nous n’allions pas payer les dettes mais il a aussi lutter pour réduire notre niveau d’endettement. Actuellement, toutes les précautions sont négligées et nous nous endettons à tout va, comme pris par une addiction ou une boulimie. Tout comme les individus, un pays ne doit pas vivre au-dessus de ses moyens. C’est pénalisant pour les générations futures qui doivent payer.

    Maintenant que Roch et Thieba (des banquiers) sont repartis vers les mêmes entreprises privées occidentales pour demander l’argent avec l’aide de la Banque Mondiale et du FMI , je me pose plusieurs questions : Qui sont ceux qui nous ont donné les 18 000 milliards et à quelles conditions ? Qu’est-ce que nous allons exactement faire avec cet argent pour pouvoir le rembourser dans les délais convenus ? Comment allons-nous gérer et investir cet argent pour pouvoir rembourser sans accumuler des pénalités de retard de paiement comme par le passé ? Avec Salif "on s’en-fout point barre" qui domine la passation des gros marchés publics, comment mettre fin à la corruption et à la mauvaise exécution des ouvrages et autres réalisations couteuses ? En cas de malversations et de défaillance du gouvernement actuel, les engagements contractuels vont au-delà de leurs mandats (10-35 ans). Où les prochains gouvernements vont trouver autant d’argent pour rembourser en n’ayant plus d’entreprises publiques à vendre et sans bénéficier d’un nouveau programme PPTE ?

    En conclusion, notre avenir dépend de la qualité de la gestion de l’argent qui sera effectivement reçu. Il va falloir changer les mentalités de voleurs et détournements sans scrupules si nous ne voulons pas que l’avenir de notre pays soit compromis. Cela demande une mobilisation citoyenne pour une surveillance sans complaisance de l’utilisation des ressources mobilisées par le gouvernement MPP. L’endettement est fait en notre nom à tous et nous devons tous payer.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 11:07, par Afrique Consciente
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Merci à Poko pour avoir maché mes biscuits ; je partage et je serai par contre d’avis contraire avec lui sur la langue que le pm a utilisé pour le titre "BURKINA IS BACK......." Oui, si nous étions arrimé à l’anglais, (et il est grand temps que certains décideurs le reconnaissent et fassent emprunter cette voie au Burkina, cette issue sera plus salutaire que le français) ; j’estime que si de colonisateur nous avions à choisir, le colon blanc anglais seait préférable à celui français.
    Le plus grand malheur des pays ex colonies françaises est d’avoir dans leur histoire croisé cette france sur leur chemin.
    Mais j’estime pour ma part que ce n’est point une fatalité que de subir la france et surtout sa langue le français qui n’est que le véhicle, le support de leur TRES SALE CULTURE ; à parler français, nous n’avons rien à perdre en abandonnant le français au profit de l’anglais.
    Il est très grand temps d’emprunter cette voie, une voie pas forcement royale, mais parallelement à la GRANDE PROMOTION DE LA LANGUE KAMITE qui doit dorenavant prévaloir en terre Kemite
    Notre LANGUE KAMITE est tous vous êtes le plus conscients, est le seul support de notre culture, de notre savoir être, de notre savoir faire....
    De langue Kamite, ce n’est point clle ci qu’il est difficile de determiner ; car certains n’ont pas la onscience que magré algrande richesse que constitue notre si haute diversité lingistique, elle peut être domptée en adoptant une langue commune pour Kemite ! : c’est si simple à concevoir ! reflechissez y un tout petit peu et vous allez comprendre que lorsque les "africains que nous sommes, nous allons êtres UNIS nous allons avoir une langue commune unique qui sera le support de notre identité culturelle).
    KEMITE UNE ET INDIVISIBLE NOUS SOMMES

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 13:06, par Cheikh
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Sans trop de commentaires, chapeau bas au chef de l’Etat, au premier ministre et à son gouvernement pour cette grande victoire. Pour la première fois, des Burkinabè ont réussi par leur génie, à rehausser en l’espace d’une année, l’image du Burkina à un niveau jamais atteint. Cela dénote si besoin est, du niveau de crédibilité dont notre pays jouit actuellement auprès des partenaires techniques et financiers extérieurs. Mais cela ne saurait non plus naître du hasard, mais se justifie du sérieux mis, et du degré de sacrifice qu’ils ont consenti durant tout ce temps, en fonçant aveuglément vers le cap choisi, en dépit de toutes les clameurs tendancieuses. Du coup, chaque Burkinabé aura compris du fond de lui-même, que cette équipe qui est aux commandes, n’a rien à voir avec les bandes de plaisantins que nous avons toujours vu aux affaires. Comme quoi, aujourd’hui au Burkina,il ne s’agit pas de bavarder inutilement pour ne rien dire, ni de critiquer par jalousie, ni de toujours se montrer pessimistes vis à vis des actions qui se mènent." La promesse est substantielle, mais attendons de voir l’utilisation des fonds". Semble-t-on continuer à pérorer dans le camp des incrédules permanents, comme si tout ce qui se faisait, l’était sur fond de malhonnêteté. Allons chers compatriotes, pour une fois, arrêtons définitivement de lutter contre le vent, et de nous tromper d’adversaire. Cette équipe est suffisamment mature, honnête et techniquement au point, donc il n’y a pas à chercher des poux où ils ne sauraient exister. La qualité de ce premier pas, augure suffisamment de ce que nous réserve la suite. Soyons persuadés, que tout sera mis en oeuvre par ce même gouvernement pour faire de toutes ces promesses obtenues, une réalité palpable, et exploitable à bon escient. A présent, tout ce qu’il attend de nous, pour bien terminer ce qu’il a commencé, c’est une atmosphère de confiance, de sérénité et de sain accompagnement. Gageons d’ores et déjà que chacun d’entre nous y mettra du sien, pour qu’il en soit ainsi, afin que d’ici deux autres années, nous puissions avoir l’occasion, de voir poindre dans ce pays, les prémisses de l’émergence que nous attendons tous.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 13:35, par salif
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Excusez mon ignorance , je voudrais savoir qui a écrit le PNDES ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 15:38, par Zot
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Tonton Kaba, papa m’a dis que tu vas venir avec beaucoup d’argent de la France donc je voulais te demander comme c’est Noël bientôt de me payer un vélo et puis des habits et puis des souliers et puis des jouets et puis ...

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 15:55, par leregard
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Maintenant que la moisson a été miraculeuse, il est un devoir de la part des gouvernants, le Président du Faso en tête, de nous expliquer les conditions de mise à la disposition du Faso de ces sommes inespérées et sot au-delà des attentes. Combien constitue un endettement, combien sont une subvention /don. D’un autre côté, comme le Gouvernement a récolté plus qu’il n’espérait, comment ces sommes supplémentaires vont-elles être investies ? Quels secteurs seront les préférences ? et où se situeront (régions/provinces/départements) les projets et autres actions que cette manne inattendue va-t-elle atterrir et les raisons ayant motivé le choix ?
    Félicitations pour le Gouvernement. Je crois que tout celui qui est lucide et bon observateur devrait s’attendre à une telle récolte à cause de ce que le Faso a démontré en octobre 2014, en septembre 2015 (insurrection populaire, la résistance au coup d’état, des élections propres sans contestation de la part des perdants, etc.). ces éléments très ont été appréciés par la communauté internationale, il n’y avait pas un autre résultat à attendre que celui obtenu. Donc tempérons nos holà !! C’est la victoire du peuple burkinabè, son courage, sa détermination, sa volonté de changement , sa détermination dans la lutte contre l’ordre ancien fait de népotisme, corruption, impunité qui ont été salués et magnifiés par nos partenaires. Nos devons donc faire tout pour que ces idéaux soient préservés, entretenus et deviennent automatiques et évidents pour chaque burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 16:35, par BILL
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    My country is really back,God bless Burkina Faso as he blessed USA

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 17:03, par
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    très bonne idée de la part du premier ministre. nous attendons la réaction rapide des investisseurs elle sera la bienvenue.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 17:44, par ROMSON
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    QUEL USAGE SERA T’IL FAIT DE CET ARGENT : SOULAGER LE PEUPLE ?OU ENRICHIR LES DIRIGEANTS ?LA LES RÉVOLUTIONS NE TARDERONT PAS :"LES UNS MANGENT LES AUTRES REGARDENT,AINSI NAISSENT LES RÉVOLUTIONS", DIXIT PROSPER COMPARE IN LES VOIX DU SILENCE.
    RETENONS CECI AVEC LE PÈRE DE LA RÉVOLUTION BURKINABÈ :"L’AIDE QUI NÉCESSITE L’AIDE EST UNE AIDE ALÉATOIRE, UNE FORME DE DOMINATION.L’AIDE DOIT CONTRIBUER A TUER L’AIDE".

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2016 à 18:32, par 10sur10
    En réponse à : « Burkina is back and opened for business » (1), Paul Kaba Thiéba

    Bravo à Gorba pour la réalisation de son projet d’endettement massif. Demander à la Grèce les conséquences d’un mauvais endettement. Je suis étonné que les soit disant insurgés applaudissent cette initiative. Si c’est pour venir récompenser les militants du MPP, je change de pays pour ne pas risquer ma maigre retraite.

    Qui vivra verra !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés