PNDES : L’Union européenne renforce son soutien au Burkina Faso avec 800 millions d’euros

Communiqué de presse • mercredi 7 décembre 2016 à 23h20min

M. Neven Mimica, Commissaire européen pour la coopération internationale et le
développement, est aujourd’hui à Paris pour participer à la Conférence internationale sur le Burkina Faso pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES). Le Plan national pour le développement économique et social jette les bases pour la mise en œuvre des objectifs du nouveau gouvernement à l’horizon 2020.

PNDES : L’Union européenne renforce son soutien au Burkina Faso avec 800 millions d’euros

La Commission européenne compte l’appuyer avec un important soutien de 800 millions d’euros. Le Commissaire Mimica a fait la déclaration suivante : « Nous sommes aujourd’hui réunis pour discuter du Plan national pour le développement économique et social, plan que le Gouvernement du Faso présente à la communauté internationale. Il s’agit d’un Plan ambitieux qui doit mener à la consolidation de la démocratie et au développement durable du pays. L’Union européenne soutiendra à
hauteur de 800 millions d’euros les efforts entrepris afin que la population du Faso voit rapidement les effets d’une stabilité retrouvée et bénéficie des dividendes de la paix. »

Lors de cette conférence, le Commissaire Mimica signera trois conventions de financement, dont deux appuis budgétaires, pour un montant de 205 millions d’euros.
La première convention de financement, d’un montant de 136 millions d’euros, est un contrat de bonne gouvernance et développement qui doit consolider l’Etat de droit et la gouvernance, et augmenter les capacités budgétaires du gouvernement entre 2017 et 2020. Cet appui permettra d’accompagner la mise en œuvre du Plan National pour le Développement économique et social et de renforcer le dialogue avec le gouvernement sur le cadre macroéconomique et les finances publiques. Les domaines prioritaires de ce dialogue sont la démographie, la protection sociale, l’état civil, l’indépendance et le fonctionnement de la justice, la lutte contre la corruption, la mobilisation des ressources internes et l’efficacité de la dépense publique.

La deuxième convention de financement, portant sur un montant de 54 millions d’euros, vise à faciliter l’accès de la population à l’eau potable et l’amélioration du service d’assainissement des eaux usées.

La troisième convention de financement, d’une enveloppe de 15 millions d’euros, doit aider une gestion saine des finances publiques. Il s’agit de soutenir la convergence vers les normes régionales et le renforcement du système statistique national et des prévisions macroéconomiques.

Contexte

Cette conférence organisée par le Burkina Faso est l’occasion de présenter ce nouveau plan à la Communauté de bailleurs internationaux ainsi qu’aux institutions financières et au secteur privé. Le Burkina Faso a prévu de financer une grande partie du Plan national de développement économique et social par des ressources propres et des emprunts. Toutefois des fonds supplémentaires seront nécessaires. Les échanges lors de cette conférence doivent permettre de rassembler les soutiens en faveur du Burkina Faso, d’établir des priorités et d’identifier les meilleures solutions pour financer le Plan national.

La situation macroéconomique du Burkina Faso est stable, avec un taux moyen de croissance économique de 5,5 % sur la période 2011-2015. Cependant, la pauvreté chronique et les inégalités sociales persistent. La population du Burkina Faso a plus que triplé depuis les années soixante, ce qui pose un véritable défi en termes de création d’emplois et de développement durable ainsi que pour assurer la sécurité alimentaire.
Le Burkina-Faso reçoit 623 millions d’euros du 11ème Fonds européen de développement pour la période 2014-2020. Les trois secteurs prioritaires sont la bonne gouvernance avec 325 millions d’euros, la santé avec 80 millions d’euros et la sécurité alimentaire, l’agriculture durable et l’eau pour 190 millions d’euros. Le soutien à la société civile bénéficie de 21 millions d’euros et 7 millions d’euros iront à des mesures d’accompagnement.
Enfin, en plus de bénéficier de la programmation régionale pour l’Afrique de l’Ouest dans le cadre du 11ème Fonds européen de développement, le Burkina Faso reçoit également de l’aide du Fond

IP/16/4287
Fiduciaire d’Emergence pour l’Afrique. Trois projets pour un montant de 55 millions d’euros ont déjà
été approuvés et d’autres sont en préparation.
Pour en savoir plus
Site web du commissaire Neven Mimica :
http://ec.europa.eu/commission/2014-2019/mimica_en

Messages

  • C’est quoi le taux d’intérêt ? et qu’est ce que ça veut dire ’un contrat de bonne gouvernance et développement qui doit consolider l’Etat de droit et la gouvernance’ ? J’ai l’impression que cette expression cache une sorte de colonialisme. Est-ce que si nos intérêts divergent des leurs, on aura des problèmes ?

  • Bon courage à vous et que Dieu vous soit assistant. A ce rythme 2020 sera gnank dans le bac. Plus d’écoles sous paillottes. La santé des burkinabe renforcée et des investissements à gogo. Pendant ce temps la CODER se ballade chez les chefs coutumiers pour être a la une. L’argent n’aime pas le bruit mais si on suit le bruit de l’argent on finit par le découvrir. La politique c’est de l’art et il faut savoir lire les situations. Pendant que ZEPH et le CDP voyaient des fraudes à venir pendant les élections GORBA sillonnait l’intérieur du pays pour transformer toutes les structures CDP en MPP. On vote ROCK et vous criez que GORBA est fort . Comment voulez vous qu’après avoir eu de l’argent pour le PNDS et des réalisations fortes que le peuple va constater. Bientôt vous allez entendre que les 5 ans de ROCK sont meilleurs que les 27 ans de Blaise. Ca c’est GORBA qui est fort ?? Ceux qui ne vont plus faire l’école sous les paillottes vont votez qui ? Ablasse et CODER seront toujours entrain de faire la porte a porte chez les chefs coutumiers et cela pendant 4 ans et un matin ROCK et son MPP réunissent les mêmes chefs a KOSSIAM et les élections sont gagnées.

  • Samogo, ça veut qu’on est parti s’endetter de 8000milliards, qu’on va payer les intérêts, que la France va garder 60% du prêt et va l’utiliser pour sa propre économie ; bref on s’est baiser pine de canard !

  • Anta ce n’est pas le prêt qui est mauvais mais souvent et surtout l’utilisation que l’on fait du prêt. Si non tous les pays sont endettés et les plus endetté sont les plus puissant du moment c’est à dire les USA. Il y a des pays qui veulent s’endetter mais ne peuvent pas. Bravo à mon pays

  • walay tu me déçois !
    Je pensais que tu comprenais mais on est mal barré.
    Pour info il s’agit de la dette intérieure pour la plupart de ces pays.
    Faut continuer à lire tu vas comprendre d’autres choses.
    Hasta la Victoria, Siempre !

  • on a entendu les oiseaux chantés autour de ce grenier qui fonde l’espoir du Burkina selon vos explications mais gare à vous si vous veniez dire en 2017 que y’a rien humm ! vous allez voir, plus de sentiment en2017.Toutes les revendications doivent être au minimum résolu dèh ! OK

  • bjr,je ne sais pour les autres bailleurs mais l’Union Europeenne dans ses interventions en faveur du Burkina Faso ne pret pas mais debloque en fonction de conditionnalités deja definies d’accord partie.Mes amis pas de confusion et eviter de voir le mal partout.bonne journée.

  • Je crois ici l’interet pour le burkinabe c’est que le PNDES soit financé. je dis merci a l’union europeenne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés