Sécurité au Sahel : Le NDI pour une mutualisation des forces de trois pays

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 30 novembre 2016 à 22h40min

Le National Democratic Institute (NDI) organise avec ses partenaires, un forum sous régional sur la gouvernance démocratique du secteur de la sécurité au sahel. Cette rencontre qui a débuté ce 29 novembre 2016 et qui se poursuivra jusqu’au 1er décembre 2016, permettra aux participants du Burkina Faso, du Mali et du Niger, de mutualiser leurs initiatives. Cela en vue de parvenir à la sécurité humaine dans le sahel, une zone en proie aux menaces de tout genre et qui annihilent les efforts de développement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sécurité au Sahel : Le NDI pour une mutualisation des forces de trois pays

La bande sahélo-saharienne n’est plus sûre depuis quelques années. Elle est fragilisée par une recrudescence de fléaux divers. L’extrémisme violent, le terrorisme, le trafic illicite d’armes, de drogue, entrainent des conflits sociaux, la migration et des vagues de réfugiés et finalement la pauvreté.

Pour contribuer à la recherche de solutions, depuis 2014, le National Democratic Institute exécute une série d’activités pour le renforcement de la gouvernance du secteur de la sécurité à travers le renforcement des capacités des parlementaires, de la société civile et des ministères de la défense et de la sécurité. Cette initiative conjointement financée par le Danemark et la Norvège est mise en œuvre simultanément au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

En regroupant ces acteurs des trois pays, le NDI entend renforcer leur compréhension et implication au processus de gouvernance démocratique du secteur de la sécurité à travers la participation, la redevabilité et la transparence. Il s’agira également de les sensibiliser sur leurs rôles et contributions dans la gouvernance du secteur sécuritaire et identifier les actions et les stratégies communes des trois pays. Enfin, les participants vont passer en revue les facteurs de réussite d’une synergie d’actions pour renforcer la collaboration et les partenariats entre les trois cibles au sein et au-delà des pays concernés.

Selon les organisateurs, en tant que parlementaires, membres de l’exécutif et représentants de la société civile, l’analyse ‘’pointue’’ des participants, tenant compte de la diversité des situations dans la sous-région est indispensable pour combler le fossé entre des cadres d’orientation normatifs régionaux.

« L’importance de la compréhension des contextes dans vos différents Etats tant au niveau du parlement, des ministères respectifs que de la société civile est un maillon essentiel pour cette activité de réflexion », a lancé l’ambassadeur du Danemark du Burkina aux participants.

Naesby Tawiah a poursuivi en indiquant que « ce cadre d’échanges sur la gouvernance sécuritaire doit nous permettre d’identifier les différents problèmes spécifiques à chacun et donc de déterminer les points d’ancrage susceptibles d’accueillir une stratégie commune et un mécanisme adéquat au contrôle démocratique et de la réforme des services de sécurité ».

Le secrétaire d’Etat chargé de la décentralisation, Alfred Gouba a salué la tenue de ce forum parce que dans un contexte de porosité des frontières, aucune sécurité n’est possible sans coopération des différents pays.

Le responsable du G5 Sahel a quant à lui, émis le vœu que la rencontre soit étendue aux autres pays du sahel comme le Tchad et la Mauritanie, pour les prochaine fois. La doléance est bien notée selon le directeur Afrique du National Democratic Institute, Dr Christopher Fomunyoh.

En rappel, dans le cadre de l’aide au développement, le Royaume du Danemark a mis en place des instruments régionaux de coopération dont celui du Programme régional paix et stabilité dans le sahel 2013-2017. Ce programme dont l’objectif global est de contribuer à l’effort international visant à accroitre la stabilité dans la région du Sahel couvre le Burkina Faso, le Mali, et le Niger, des pays avec lesquels le Danemark a une coopération de développement à long terme. En outre, ce programme régional complète le large éventail d’activités bilatérales que le Danemark a menées durant plusieurs décennies.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés