Banwa : Les habitants de Priwé ne veulent plus être rattachés à Sami

LEFASO.NET | Par David Demaison NEBIE • mardi 22 novembre 2016 à 07h00min

Les habitants du village de Priwé (5400 habitants) dans la commune rurale de Sami, situé dans la province des Banwa sont très remontés contre le statut de leur village rattaché à la mairie de Sami.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Banwa : Les habitants de Priwé ne veulent plus être rattachés à Sami

Le 1er octobre 2010, le collège des sages des villages de Priwé, de Dimibo (1400 habitants), de Bonkorowé (1200 habitants), de Sogodjankoli (4300 habitants), de Felewé (815 habitants), Bassénéré (820 habitants) et Thï (1065 habitants), selon le recensement général de la population de 1998, réunis pour la circonstance, ont examiné les motifs de leur dissension contre la mairie de Sami, leur commune rurale. Les motifs sont : Détournement de leur CEG au profit du chef-lieu du département sur décision des responsables communaux, violation dudit plan par l’ex maire par la centration de tous les projets à Sami.

De cette réunion, les notables du village, dont le chef est Soara Kotéré, ont dénoncé le détournement de leur collège d’enseignement Général (CEG) au profit du chef-lieu du département sans respecter le plan communal de développement. La violation dudit plan par le maire qui a concentré tous les projets à Sami qui est le chef-lieu de la commune. Les habitants de Priwé estiment que Sami est un hameau de culture qui manque d’infrastructures d’hébergement, de routes praticables en toute saison et à un relief très accidenté. Les facteurs ne facilitent par l’accès du chef-lieu de la commune rurale, par les voies de communication. En outre à Sami, il n’y a pas de marché, ni de boutiques dignes de ce nom, ont déploré les notables des villages, cités plus hauts. Les villages rattachés à Sami, peuplé de 400 habitants seulement, demandent l’érection du village de Priwé en commune rurale ; avec une population de plus de 2 786 habitants après le recensement de 1998. La localité de Priwé, à l’instar des autres localités du Burkina Faso, il faut le rappeler, est une localité où les principales sources de revenus proviennent de l’agriculture et de l’élevage. Cependant, le commerce général, les produits d’agrégats et l’artisanat, sont des atouts économiques. Aussi, la population de Priwé et des villages environnants à travers une demande datée du 18 juin 2011 adressée au Ministre de l’administration territoriale de la décentralisation et de la sécurité, signée par le chef du village, a vivement demandé que leur village soit érigé en commune rurale. Mais, jusqu’à présent cette demande adressée au ministre de l’administration territoriale est restée sans suite.

David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 novembre 2016 à 14:08, par Hamadou Le REVENANT
    En réponse à : Banwa : Les habitants de Priwé ne veulent plus être rattachés à Sami

    Mr. votre écrit me laisse sur ma fin.le fond du problème n’a pas été dit :
    1- l’abandon ou la fuite de responsabilité des élus toute tendance confondu des banwa.
    2- L’irresponsabilité de notre ETAT. Depuis l’érection de ce petit village en chef lieu de département il y a eu un semblant réalisation d’infrastructures socio-économiques mais force a été de constater que ce fut de la poudre aux yeux des braves populations de Sami et des villages environnants et avec la complicité des politiciens véreux des Banwa.Ces politiciens ont contribué à gouverner ce pays même le spolier sans daigner aller au secours des populations qui les a aider a gravir des échelons. Certe la nouvelle vague de politiciens a été courtisane des anciens, mais il est de leur devoir de changer de vision et d’aller rencontrer les population de Sami, Dima, Sogodjankoli, Priwe, etc.
    Si le développement des infrastructures avait suivi comme souhaitées et promises les tensions entre les villages allaient moins exacerber.
    Si les politiciens et les autorités régionales avaient été des HOMMES INTEGRES ils allaient sauver SAMI (un HOMME INTEGRE travaille pour servir et non pas pour se servir et connait l’importance de la parole donnée).
    La région est grande productrice de coton, la SOFITEX ne s’interresse de la zone que quand vient le moment d’enlever le coton. les retombées de la production du coton doivent aider au développement des régions productrices et non aux individus qui gèrent la SOFITEX
    Rares sont les marchés attribués à des entrepreneurs qui sont bien exécutés dans la zone, conséquence des ouvrages éphémères sont réalisés et certains non fonctionnels.
    La zone de Sami est l’une des grandes localités de production agricole des Banwa, il est temps pour les politiciens, les autorités régionales et locales de chercher à sortir SAMI et de ses villages environnants de leur enclavement, d’aider à développer les infrastructures socio-économiques et à travailler pour la cohésion des communautés et éviter que la division ne prenne racine dans cette belle et luxuriante région.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2016 à 16:51, par bouba
    En réponse à : Banwa : Les habitants de Priwé ne veulent plus être rattachés à Sami

    Javais ecrit dans mon precedent poste sur "SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !" que les ecrit de DEMAISON vont semer la division ou l’aggraver. Voyons autrement le developpement. on peut partir d’un rien et creer de tres bonne choses. S’il faut faire le tour du Burkina pour écrire sur ceux qui ne sont pas contents des choix de l’administration en matière de management du territoire, vous verriez qu’une guerre mondiale peut commencer dans notre pays. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2016 à 23:49, par SONDE
    En réponse à : Banwa : Les habitants de Priwé ne veulent plus être rattachés à Sami

    Population de Priwé, vous aussi regardez le nom même de votre village, on ne peut même pas bien prononcer ça sans se concentrer. Sami c’est simple à retenir et à écrire, c’est pourquoi il a été priorisé. comme dans les Banwa vous êtes toujours dans les cabarets et donc sans mémoire, si le nom est compliqué, vous ne vous en sortirez pas !
    Bande de soulards comme ça vous aussi vous voulez autonomie ! Vraiment Roch aura des problèmes. Si mêmes les Bwaba jadis sans soucis, sans besoin se mettent aussi à revendiquer, on est foutu seulement.
    Heureusement qu’ils sont faciles à calmer. Juste un canari, 3 petites calebasses et vive la somnolence 30 minutes après, au réveil, le répertoire est tout vide .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés