Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

« Ils ont failli brûler ma femme aussi, qui était enceinte, à l‘intérieur de ma maison… », Rasmané Ouédraogo, 1er adjoint au maire de la commune de Kouka

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par David Demaison NEBIE • dimanche 13 novembre 2016 à 22h00min
 « Ils ont failli brûler ma femme aussi, qui était enceinte, à l‘intérieur de ma maison… », Rasmané Ouédraogo, 1er adjoint au maire de la commune de Kouka

Rasmané Ouédraogo est le premier adjoint au maire de Kouka, dans la province des Banwa, Région de la Boucle du Mouhoun. En 2013, il a été victime de diverses menaces. Sa maison a été incendiée au passage. Sa femme qui était dans la maison au moment des faits est encore sous le choc. Elle garde encore les séquelles de ce feu qui a failli lui ôter la vie. Rasmané Ouédraogo s’est ouvert à nous.

Lefaso.net : Que s’est-il exactement passé en janvier 2013 ?

Rasmané Ouédraogo : Le 24 janvier 2013, l’ex député Aboubacar Sanou, a monté ses parents contre moi, et ils sont venus brûler ma maison. Ma femme était dans la maison et elle avait une grossesse de sept mois. Ils lui ont dit qu’elle ne va pas sortir. C’est le Commandant de compagnie de la Gendarmerie de Nouna qui a œuvré pour que la femme sorte. Malheureusement, arrivé au Centre de santé et de promotion sociale (CSPS), elle a avorté. Et c’était un enfant de sexe masculin, de sept mois.

Y avait-il des témoins sur les lieux ?

La Gendarmerie a été témoin des faits. Précisément, le Major Dembélé. Il est témoin des faits, il a envoyé le dossier à Dédougou, et j’ai suivi la procédure à Dédougou sans avoir gain de cause. Jusque-là, il n’y a pas eu de procès.

Avez-vous entrepris des démarches dans ce sens ?

J’ai parlé du problème au président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, avant les élections. Il m’a répondu que tout ce qui est injustice, après les élections, ils allaient voir. Mais jusque-là, ma femme ne se sent pas. Elle est couchée à la maison, cela suite aux brûlures. Je n’ai jamais été écouté ni par la justice de Dédougou, ni par celle de Ouagadougou. Donc, je patiente et attends toujours.

Où donc tout ce drame est-il arrivé ?

Les faits se sont passés ici à Kouka, précisément au secteur 05.

Et pourquoi l’on vous en veut, selon vous ?

Ils sont venus brûler la maison parce que je suis un Moaga du Yatenga, qui a été élu conseiller municipal ici, à Kouka, et 1er adjoint de surcroit, donc, il (Aboubacar Sanou : ndlr) estime que c’est moi qui ai épaulé Charles Sanou (actuel Maire de Kouka : ndlr), afin qu’il soit Maire. Il a donc dit de me chasser de Kouka. Il a dit qu’après efforts, j’ai refusé de quitter Kouka, donc il a décidé de bruler ma maison.

Y-a-t-il des preuves matérielles pour vous donner raison, en cas de procès ?

Des preuves ? (Il sourit) Vous pouvez toucher le Commandant de la Gendarmerie. Tout récemment, je l’ai rencontré pour lui dire que je regrette l’acte du Gouvernement. Puisque c’est eux qui représentent le gouvernement ici…Je lui ai dit que ce qu’ils ont fait n’était rien. Il m’a dit qu’ils ont envoyé le dossier en justice, et que si je voulais, je pouvais venir chercher le dossier sur support. J’ai été à Dédougou voir le juge d’instruction, qui m’a mal reçu. Malgré que je sois victime, il l’a fait et il m’a dit qu’après, il va fouiller ses documents pour voir. Je lui ai répondu que c’est regrettable qu’avec des actes ainsi posés, lui-même ne retrouve plus les documents. Sinon que j’ai des preuves. Il y a les photos à la justice, ils ont abimé mes tracteurs, ma maison, tout est gâté. Sinon, il y a toutes les photos…

David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés