Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

LEFASO.NET | Par Moussa Diallo • dimanche 13 novembre 2016 à 22h30min

La conférence des partenaires du Burkina pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) se tiendra à Paris, en France, les 07 et 08 décembre 2016. En prélude à cette rencontre, le gouvernement burkinabè rencontre des partenaires techniques et financiers susceptibles de l’accompagner. C’est dans ce cadre que le premier ministre, Paul Kaba Thiéba a effectué une visite de travail au siège de la Banque africaine de développement (BAD), le 11 novembre, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. A l’issue de la rencontre, l’institution bancaire s’est engagée à participer à la table ronde de Paris, mais aussi à appuyer notre pays dans les secteurs stratégiques.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

La rencontre de travail entre le chef du gouvernement burkinabè et le président de la Banque africaine de développement (BAD),Akinwumi Adesina, a duré deux heures. Deux heures qui ont permis à Paul Kaba Thiéba et sa délégation composée des ministres en charge de l’économie et des finances et celui en charge des affaires étrangères, d’expliquer au président de cette institution et ses proches collaborateurs, la politique de développement économique et social du Burkina, mais aussi de solliciter son soutien pour le financement et la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). « Les échanges ont été particulièrement fraternels, très ouverts, mais également utiles », s’est réjoui le premier ministre burkinabè à l’issue de la rencontre.

Le nouveau président de la BAD entend donner une nouvelle impulsion à cette banque continentale. Avec une attention particulière pour les secteurs de l’énergie, des infrastructures, de l’agriculture, de l’industrie, de l’emploi des jeunes ainsi que les politiques liées au développement de l’intégration africaine. Et, ces problématiques sont également au cœur du PNDES, le référentiel de développement du Burkina sur la période 2016-2020. « On a beaucoup échangé sur ces problématiques et le président de la BAD a eu une attention très prononcée sur la problématique de l’énergie au Burkina Faso, de la transformation structurelle de l’agriculture, de l’élevage et de l’agri-business. Il a également eu une attention très forte sur la question de l’emploi des jeunes parce qu’il estime que c’est la condition nécessaire pour la stabilité de la démocratie et de la liberté, mais également pour la stabilité macroéconomique dans nos pays. C’est la même chose également des problématiques liées à l’industrialisation », a confié Paul Kaba Thiéba.

Convergence de vues sur le diagnostic et les voies pour lever les obstacles

C’est donc dire qu’il y a une convergence de vues entre le PNDES et la politique actuelle de BAD, en ce qui concerne le diagnostic et les leviers sur lesquels il faut agir pour amorcer le développement. C’est pourquoi, cette banque africaine s’est engagée à apporter un « soutien fort à la politique du gouvernement burkinabè ». Le président de la BAD a assuré la délégation burkinabè de la participation de son institution à la table ronde de Paris en décembre prochain.

A cette rencontre, le gouvernement burkinabè recherche plus de 5500 milliards de francs CFA. En attendant l’annonce d’éventuels chiffres à l’issue de la rencontre de Paris, « la BAD s’est engagée à apporter un appui significatif pour combler le gap de financement. La BAD est déterminée à soutenir le Burkina à mettre en œuvre des réformes structurelles que nous voulons réaliser, à financer les investissements structurants que nous voulons pour réaliser les performances économiques que nous attendons du PNDES », a confié le chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba. C’est pourquoi, il dresse un bilan très positif de la mission qu’il a conduite auprès de la BAD en Côte d’Ivoire.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 novembre 2016 à 03:32, par paul
    En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

    il faut dire a ce garibou de rester tranquille. il faut rappatrier tout l’ argent vole par l’ex regime . C’est largemnet suffisant pour ce pndes. Le burkina est devenu le pays le plus mendiant du monde . Il faut organiser les petites resources qu’on a et mettre l’accent sur la lutte contre la corruption .

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2016 à 10:19, par yacou
    En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

    paul ,chercher des financement,touts les pays du monde le font ,ce n est pas mendie.

    Répondre à ce message

    • Le 15 novembre 2016 à 13:55, par Beno
      En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

      On mandie troooop. N ya til aucune intelligence dans ce gouvernement pour savoir que la population peut etre d’une solution a ce financement.
      Pourquoi on ne lance pas un emprunt public de grande masse.
      J’ai fait juste un constat pour en arriver là :
      - Quant Coris Bank a lancé la vente des actions, elle a clos en moins de 48 heures et a reçu plus de 200% de demande.
      - Quant Sonatur a lancé les souscriptions de parcelles. la queue pour les souscriptions si on la déroulait pouvait atteindre hors ouaga, sans compter les souscription en ligne.
      Je deduis donc que la population a de la liquidité. Que l’Etat propose un interet interessant et vous verez l’angouement de tous. Chacun y mettra sa pierre pour construire ce pays.

      Pitié donc arreter ce manditisme et faites travailler vos meninges.

      Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2016 à 10:19, par Galère
    En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

    J’espère que les fonds qui seront injectés dans ce programme permettront à nous jeunes diplômés d’avoir un emploi et non pour remplir davantage les poches de certains soit disant experts bac+10 ou intellectuels de hauts niveau !? Tchrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2016 à 13:06, par Sidbewindin Somande
    En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

    Je pense que tous les Burkinabes doivent faire bloc autour du *fameux* Pnds et prier pour que cet programme apporte un plus dans le bien-etre de la population au lieu de l’attaquer de toutes parts sans un quelconque pouvoir de le remplacer avant la fin du mandat du President elu.
    Sinon nous (Majorite comme Opposition) allons perdre cinq precieuse annees a gueguerrer pendant que la roue du developpement tourne chez les autres et finalement on se retrouvera toujours a avoir l’energie la plus chere d’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2016 à 14:26, par lumière
    En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

    A quand la fin de cette politique de mains tendus !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2016 à 08:52, par Ka
    En réponse à : Financement du PNDES : La Banque africaine de développement s’engage à apporter un « appui significatif » au Burkina

    ’’’Sur l’analyse le Burkina assure du soutien de la Côte d’Ivoire,’’’ des internautes singes avec des multiples pseudos, et même salir le nom de notre PF Thomas Sankara, se permettent d’insulter des vrais internautes de bonne foi qui parlent au nom du peuple silence : Et je les redis ici que les Burkinabé n’attendent aujourd’hui que des actes : Et ces sorties devaient se faire dès les trois premiers mois du pouvoir Kaboré, et non attendre les railleries du peuple et l’opposition, ainsi que des internautes, avant de remuer les fesses. Avant d’arrivé au pouvoir, les RSS proclamaient a tout cœur qu’ils étaient pour le changement et le progrès : Malheureusement ceux-ci ne relève que de la théorie : Durant les 11 mois il fallait le prouver en passant aux actes concrètes, c’est-à-dire la pratique : La première chose était de régler avec franchise les dossiers des crimes impunis au lieu de chercher a sauver des amis et familles coupables. Ensuite éradiquer l’injustice et l’impunité en faisant un vrai ménage aux juges corrompus. Sans une justice juste, une classe donnée comme le pouvoir de Roch Kaboré ne pourra maintenir sa domination, et par conséquent ne sera pas en mesure d’accomplir sa tâche économique, ni développer son programme présidentiel. Tant mieux que le premier ministre se réveille en allant récupérer à la Cote d’Ivoire ce que Blaise Compaoré a volé et mis dans les banques Ivoirienne. La Côte d’Ivoire s’endette jusqu’au coup en ce moment pour sauver la face, même emprunter des milliards a Sassou du Congo : Alors ne dites pas que ce pays est mieux que le nôtre. Nous devons développer notre pays par nous-même en serrant nos ceintures auprès des bailleurs de fond privilégiés des pays dits développés et puissants, au lieu de se mettre plus en otage avec un pays qui veut déstabiliser le Faso pour un introverti. C’est bien que le premier ministre se réveille avec nos cris et de nos critiques fondées qui vont pour le peuple, mais pas aller quémander encore à un pays voisin dont le PAN nous insulte. Si le peuple mûri et ouvert, et voulait s’ouvrir avec franchise, 99% ne me diront pas le contraire. Quant aux internautes bleus partisans et ignorants, nos critiques fondées sur des vécus avec des argumentations solides avant l’insurrection et après, ont fait la différence. Comme le dit un dicton, ‘’les chiens aboient mais la caravane passe. Ce qui a fait reculer le Burkina, c’est son malheur des 3 ‘’M’’ : médiocrité, méchanceté et mesquineries. Si nous arrivons à combattre et a corrigé ces 3 maux et serrer ensembles les ceintures dans la même direction, le Burkina sera le phare du continent. Si un pouvoir comme celui de nos gouvernants actuels n’a pas sur son chemin des critiques fondées sur des argumentations solides comme celles de Ka, Kôrô Yamyélé, Trahison, Anta, Sonia, et tant d’autres internautes de bonne foi, ces gouvernants deviennent des dictateurs et des criminels en puissance pour une éternité, comme un régime que nous avions déjà vu. Si à chaque fois le premier ministre sort de son bureau et revienne avec des promesses en or sans des actes concrets, et vous êtes là assieds avec des messages sucrés a vos lèvres, vous restez des moutons des 27 ans du régime Compaoré. Si un singe internaute a une vérité plus que ce que je dis, qu’il apporte une critique fondée avec de l’argumentation solide, au lieu de se cacher sur plusieurs pseudos pour pondre des âneries a berner le peuple qui attend des actes. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés