Aviculture traditionnelle : La Task force volaille vers la validation de son plan d’action 2016-2018

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou (Stagiaire) • vendredi 11 novembre 2016 à 21h00min

Ce vendredi 11 novembre 2016 se tient à Ouagadougou un atelier de la Task force volaille traditionnelle au Burkina Faso, un groupe de réflexion sur l’aviculture traditionnelle. Cet atelier qui réunit les acteurs œuvrant dans ce secteur a pour objectif de valider le plan d’action triennal 2016-2018 de la Task force volaille.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Aviculture traditionnelle : La Task force volaille vers la validation de son plan d’action 2016-2018

Au Burkina Faso, selon les statistiques, il y aurait plus de 42 millions de volailles dont 95 à 98% de volailles issues du sous-secteur traditionnel ou aviculture villageoise et 2 à 5% seulement issues de l’aviculture moderne. En outre, l’aviculture villageoise est pratiquée par près de 86% de la population rurale burkinabè et constitue une source de revenus pour les ménages. Au regard donc de son importance pour l’économie nationale et de son rôle dans la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire, de nombreux programmes et projets ont été initiés pour soutenir le secteur.

Des programmes qui n’ont pas donné les résultats escomptés, d’où la mise en place de la Task force volaille traditionnelle qui est un groupe de réflexion sur la volaille traditionnelle. Cette Task force, mise en place par le ministère des ressources animales et halieutiques à travers le Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA) et financée par la Banque mondiale, a pour mission d’élaborer des stratégies et des plans d’actions susceptibles de garantir le développement de la sous-filière volaille traditionnelle.

JPEG - 21.6 ko
Alexandre Sawadogo

Cet atelier de Ouagadougou sera donc l’occasion pour les participants intervenant dans la sous-filière volaille traditionnelle de valider le plan d’action 2016-2018 pour le développement de l’aviculture villageoise.

Selon Alexandre Sawadogo, secrétaire général du ministère des ressources animales et halieutiques, l’aviculture traditionnelle connaît des difficultés d’ordre technique et organisationnel, notamment pour satisfaire la demande en volailles. En effet souligne- t-il, « En raison du caractère rudimentaire des moyens et des techniques de production, le sous-système traditionnel, essentiellement orienté vers la production de viande, est surtout caractérisé par sa faible productivité. » La Task force réfléchit donc aux moyens de développer la filière, afin de satisfaire la demande qui ne cesse d’accroître.

JPEG - 17.8 ko
Elisée Yaméogo

La Banque mondiale, partenaire technique et financier de la Task force volaille était représentée par Elisée Yaméogo, chargé de projet. Il a souligné l’importance du secteur avicole pour l’économie nationale, notamment dans la lutte contre le chômage. « La volaille traditionnelle joue un rôle capital dans l’économie des ménages. C’est un secteur pourvoyeur d’emplois. Nous pouvons créer des milliers d’emplois en développant le secteur de la volaille traditionnelle » a-t-il souligné.

Il appelle par ailleurs tous les acteurs de la filière à travailler ensemble pour son développement, qui ne peut se faire si chaque acteur travaille de « son côté ».

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 novembre 2016 à 03:45, par Afrique Consciente
    En réponse à : Aviculture traditionnelle : La Task force volaille vers la validation de son plan d’action 2016-2018

    Quand nous allons arrêter d’ecouter les sirenes venues d’ailleurs pour nous dicter ce que nous savons faire le "mieux", car se presentant à nous comme des "experts", loesque nous saurons que nous sommes des compétences depuis la nuit des temps, parce qu’ils ne sont pas venus trouver que des cimetières pleins de morts, mais une Afrique vaillante et bien portante parce qu’habitée par un PEUPLE vaillant ; lorsqu’enfin, nous allons croire en nos forces et valeurs intrinséques que l’on est venu savamment nous subiliser et leurs substituer (du fard) pour y mettre (semer) le doute, le manque de confiance en nos forces afin de mieux nous asservir, alors et seulement alors, nous allons comprendre que le createur ne se trompe jamais ; car chaque peuple qu’il a par ses SOINS créé, il a pris LE MEME SOIN de le doter de tout ce qui lui est nécessaire et utile pour son harmonieuse existance
    Qu’il croit simplement en ces forces dont Dieu l’et il sera sauver

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2016 à 15:59, par djass, PAYSAN D’AFRIQUE PRODUCTEUR POUR L’AFRIQUE.
    En réponse à : Aviculture traditionnelle : La Task force volaille vers la validation de son plan d’action 2016-2018

    Messieurs, svp j’ai honte de dire aux producteurs de volailles traditionnelle que leur malheur est dû aux mauvaise politiques du pays (mon ministère surtout) ! Comment se fait-il que le pays n’a pas un seul laboratoire de recherche vétérinaire (les labo de ouaga et des directions régionales ont un rôle bien connu et limité j’y ai travaillé) ? De plus pourquoi il n’existe pas de labo de production de produit veto comme comme dans les autres pays Mali, Sénégal, etc ? Pourquoi le pays ne s’ouvre pas aux autres labo autres que ceux de France ?
    J’aimerais bien savoir aussi pourquoi ne pas exiger les presentations en 30, 50 ou 100 doses aux labo desirant vendre leur produit au BF. Ces presentation sont Benin, Mali, Sénégal, Cameroun...
    Pourquoi ne pas produire ou importer des vaccin pour new castle et variole(les plus devastateurs en aviculture traditionnelle) qu ’on peut conserver à la temperature ambiante ? Il en existe au Sénégal MADE IN SENEGAL.
    Messieurs le ministre et son SG et leurs suites, savez vous que les producteurs de pintade ont tout perdu à L’OUEST DU PAYS ? Le pharmacien ..... à supprimer le seul produits cp VSP (vermifuge spéciale pintade) en retour rien n’est envoyé ?
    En faite savez vous le pays importe de XXX (declassé laba) et exporte vers ce meme pays XXX des poulets de qualité differente ! Je l’ai vu dans les registre de commerce pendant mon stage de 10 mois en aviculture traditionnelle en 2005 !
    Où en est t’on avec les taxes sur les produits avicoles importés ?
    J’ai trop de questions au ministre et je pense que la banque mondiale ne va pas resoudre notre problème en aviculture traditionnelle. bao_tr80@yahoo.fr

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2016 à 12:15, par sangaredavidmoulaye@yahoo.fr
    En réponse à : Aviculture traditionnelle : La Task force volaille vers la validation de son plan d’action 2016-2018

    Bjr
    Moi j’aimerais savoir ou se trouve le siege de la Task Force Volaille ?
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2016 à 14:14, par paysannoir
    En réponse à : Aviculture traditionnelle : La Task force volaille vers la validation de son plan d’action 2016-2018

    Mon cher frère paysan. si ils font ce que tu dis, il n’y aura plus de deals. tu as vu ce trio bizarre ? la femme là continue ce qu’elle a fait depuis Blaise et y a rien. pourquoi CPAVI n’est pas la_bas ? tu comprendras maintenant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés