Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • vendredi 4 novembre 2016 à 00h30min

Les Travailleurs de l’éducation de base observent à compter de ce jeudi 3 novembre 2016, un mot d’ordre de grève de 48 heures suite à l’appel de leur Syndicat national. A Ouagadougou, les militants du Syndicat national des travailleurs de l’éducation de base (SYNATEB) de la section provinciale du Kadiogo, ont déserté les salles de classe pour se retrouver à la bourse du travail, lieu du piquet de grève.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

La série de grèves se poursuit au Burkina. Cette fois, c’est au tour des agents de l’éducation de base d’exiger de meilleures conditions de vie et de travail. Réunis dans la cour de la bourse du travail, sous des tentes au son de la musique, les militants du SYNATEB réclament la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Mais avant, le SYNATEB reproche aux autorités du Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) « un mépris à l’endroit » de leur structure. « Nous sommes sortis de notre conseil syndical, nous avons déposé une plateforme et en même temps, une demande d’audience auprès des autorités du MENA. Ils n’ont pas daigné répondre à notre demande d’audience. Nous avons réintroduit une autre demande pour rappeler et jusqu’ ‘à présent, les autorités ne nous ont pas reçus pour discuter autour de notre plateforme » a déploré Maliki Bamba, SG du SYNATEB, section provinciale du Kadiogo.

La plateforme en question, dont les préoccupations ne datent pas d’aujourd’hui selon Maliki Bamba, est axée sur 9 points essentiels. Il s’agit entre autres, de l’élaboration des fiches et des cahiers de texte pour les enseignants (« Nous nous sommes accordés sur ça depuis 2013 et jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas fait » précise le représentant du SYNATEB), un statut particulier motivant pour les travailleurs, la tenue des conférences et formations dès le premier trimestre et leurs prises en charge conséquentes, la prise en charge des écoles et des inspections.

Par cette grève, le SYNATEB réclame des autorités, la satisfaction de leur plateforme revendicative « parce qu’en réalité, il faut bien que nous discutions pour trouver une solution mais lorsqu’on va jusqu’ à refuser qu’on discute, vous comprendrez qu’il y a un mépris quelque part » a noté Maliki Bamba. Toutefois, il a tenu à préciser : « Nous constituons une force très sûre et si nous ne nous jetons pas dans l’appareil comme les autres, à faire des grèves à l’emporte-pièce, c’est parce que nous sommes suffisamment grands et matures » a-t-il dit. Raison pour laquelle, le SYNATEB dit aller : « tout doucement, d’interpellation en interpellation, pour qu’elles (autorités) comprennent et qu’on s’entende » a renchéri Maliki Bamba.

Et quant à la question relative aux deux jours d’arrêt de cours (Qu’avez-vous dit à vos élèves à ce sujet ?), Maliki Bamba confie : « Moi particulièrement, j’ai dit à mes élèves que nous ne sommes pas très satisfaits du traitement que nous avons et j’ai pris l’exemple de la gratuité. Nous ne devons plus donner une liste de fournitures aux élèves mais jusqu’à présent, ils n’ont reçu ni bic, ni cahier.Les élèves également trouvent que ce n’est pas normal » a-t- il conclu.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 novembre 2016 à 07:01, par Etienne Arthur Kafando
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    A quoi cela a servi au SYNATEB de refuser de soutenir le SNEP pour les mêmes causes et aller en rang dispersé ? Bon courage aux militants, à tous les Syndicats. La lutte continue !

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 07:42, par mobutu
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    c’est juste et noble votre lutte mais , vous avez malheureusement tout gâté en voulant répondre à la dernière question du journaliste. vous dites avoir dit aux enfants que vous lutter pour la gratuité de l’école alors que dans vos 9 points de revendication, tous les 8 points concernent l’amélioration de vos conditions salariales.
    vous croyez bien vous justifier en donnant des informations à des enfants qui ne sont pas encore à mesure de faire des analyses de discernement et vous vous étonnez après que ces enfants vous agressent et adoptent des comportements citoyens. pourquoi ne pas leur dire que c’est parce que vous n’êtes pas bien payés.
    soyons prudents dans certaines informations que nous donnons aux enfants afin que cela ne se retourne un jour contre nous.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 08:35, par lecoq
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    huumm !!! Affaire de statut particulier, ça va tuer ooh !!! Mon cher enseignant qui dit à son élève qu’il "n’est pas très satisfait du traitement qu’on les inflige",d’accord mais comme c’es très là,ça veut dire qu’il est satisfait mais pas "très" ; mon frère il n’ya pas un agent de l’etat qui est très satisfait de son traitement mais on fait avec,si c’est "très" que vous voulez ; de grace retournez rapidement à la craie

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:26, par aaa
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    je demande à tous les syndicats d’être unis car c’est par l’unité d’actions qu’on triomphera et non le contraire, c’est même faire preuve de maturité en s’unissant. Dites moi pourquoi 16 syndicats au MENA ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:38, par NEYA Ibrahim
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    Tout le monde est conscient que le système éducatif burkinabe est en crise et Il lui faut un homme neutre de probité irréprochable pour opérer de grandes mutations. Hélas depuis Blaise COMPAORE jusqu’à nos jours aucun gouvernement n’a eu le courage d’y remédier , de la transition aux nouvelles autorités c’est les mêmes hommes qu’on y nomme.
    Quand on égorge un cabri il faut bien le dépecer afin de vider des viscères, tout ce qu’il y a d’impropre à la consommation. Si vous voulez, faites un audit sur les affectations des enseignants sous la transition au MENA , vous tomberez en syncope. Le cabri est égorgé faites l’effort et ayez le courage patriotique, messieurs les gouvernants de le dépecer et de vider les viscères. on s’en fou des désagréments que cela peut faire même si les cadres du MPP qui y sont démissionnent, la vie continue , nul n’est indispensable, n’iront-ils pas à la retraite un jour ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:41, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    - Moi je dis et je répète qu’il faut vider ce Ministère en affectant beaucoup de gens sur le Terrain !! Comment comprendre que dans certaines classes à Ouagadougou les enseignants se retrouvent à 3 voire 4 ?! On est où là ? Alors que même dans notre petit village ici, pour notre école de 3 classes, on a que 2 Maîtres. Pour les élèves du CM, le maître vient très souvent me demander de venir parler des engrais et des semis aux enfants, etc. Pour les cours sur les plantes et les animaux, le maître amène les élèves dans ma ferme ici pour montrer de visus en faisant son Cour.

    Il faut dégager tout ce beau monde et les balancer dans les villages. Ils sont tous agglutinés à Ouagadougou entrain de jouer aux commerçants (concurrence déloyale aux vrais commerçants) ou entrain de déambuler dans les bars et maquis à partir de 10 heures, sans oublier qu’ils ne viennent pas à l’heure le matin au service. Il faut les chasser tous envoyer dans les villages pour libérer un peu les escaliers et couloirs du MENA et des inspections !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:44, par warzat
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    Tout le monde veut un statut particulier, il n’ y aura donc plus un statut général où chaque agent du service public va se retrouver. Il faut que les acteurs sociaux laissent souffler un peu le gouvernement. Ces acteurs ne sont qu’une minorité du peuple. Depuis 2013, vous avez patienté, attendez que le ministre vous reçoivent et étalez vos revendications dans le temps. Chez nous, on dit que quand tu tires et l’autre tire, la calebasse se brise.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 14:39, par Anta
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    J’ai vu dans une de vos revendication que vous exigez qu’on reverse des enseignants qui sont dans les bureaux dans le corps des PAG. Pourqoui ne pas exiger qu’on les ramène en classe manu-militari ? La plupart sont des paresseux qui disent qu’ils sont fatigués d’enseigner après juste dix ans. C’est le corps des PAG qui est devenu votre maison de repos ? Il y en a aussi qui mentent qu’ils sont malades : c’est le corps des PAG qui est devenu votre Hôpital Yalgdo ? D’autres sont devenus fous : c’est le corps des PAG qui devenu votre psychiatrie ? Si j’étais PAG, j’aillais organiser grève pour exiger qu’on renvoie tous les enseignants au bureau en classe, manu-militari.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 15:54, par ganem
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    Pour cette fois je suis avec koro yamyélé j’ai toujours di s’est bon de gréver mais de grâce épargner nos enfants dans ça.Avec tous ses grèves vous voulez faire un coup d’état syndical au pouvoir démocratiquement élu ou quoi vous saviez que vous n’êtes pas les seuls Burkinabè a vouloir qu’on augmente son pouvoir d’achat parce que vous aviez fait école de blanc.ya plus gombo chacun s’élève pour revendiquer pourquoi autant de Blaise vous n’aviez rien revendiqué.au lieu que cela soit le contraire les fonctionnaires sont riches et les commerçants pauvres. puisque aujourd’hui au Faso ce sont les fonctionnaires qui prêtent de l’argent au commerçant.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 18:21, par Kato
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    Qu’est-ce que ces momes qui n’ont pas fini de teter ont a voir avec vos revendications ?
    C’est vraiement triste, lorsqu’on vous compare aux enseignants des annees 80 !...
    Ne savez-vous pas que le gouvernement doit veiller aux bonnes conditions de vie fe tous les burkinabe, meme les chomeurs ?
    C’est pourtant simple ; celui qui ne trouve pas satisfaction, peut demissionner !

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 19:54, par Ka
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    ‘’’A’’’ mon ami Kôrô Yamyélé, comme l’internaute ‘’Gueulard’’ nous qualifie à toi et moi des internautes qui aiment dire la vérité sur Zoodomail, je te confirme ici en toute sincérité qu’on en ferme ce ministère et nommé a la place un tuteur : Pourquoi pas un ancien instituteur comme mon oncle, ancien instituteur des classes en paillote dans beaucoup de village, et dégager par la réforme agraire de l’ancien ministre de la révolutions Fidèle Toé : Mon oncle vit dans notre village en vieux retraité : Il fera un service en roulement annuel de tous les enseignants citadins ou villageois dans tout le pays, et tous ceux qui refusent d’aller enseigner loin des villes seront servis. Actuellement quand on affecte un jeune enseignant loin de la ville, il fait des grimaces et va voir un parent bien placé pour rester en ville, voilà un système pourri comme dans la santé ou quelques médecins et infirmières infirmiers refusent d’aller soigner en campagne et le ministre et ses agents s’enrichissent en pot de vin pour satisfaire leurs exigences. La jeunesse Burkinabé a dit le 31 Octobre 2014 que tout ne sera plus comme avant : Alors changeons tous les systèmes de l’air Compaoré, et allons ensembles dans la bonne direction pour une alternance politique dans la paix et dans l’émergence du pays que nous aimons.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 08:09, par a yaana
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    je croyais avec votre kermesse vous étiez satisfait. trop d’esprit enfantin et même stomacale au sein des travailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 10:31, par Sountongnoma
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    plate forme revendicative de 2013 ! il aurait fallu que le SYNATEB la réactualise. il ya des points qui sont caduc : fiches de préparation. En effet avec la révision curriculaire, les fiches de préparation dont la production avait été entamée ( pour les classes de CP), ne sont plus à l’ordre du jour. Évitons donc le gaspillage de nos maigres ressources. pour la prise en charge des formations, soyons sérieux, même les paysans dans mon village n’ont plus le temps pour prendre part à une séance de formation à moins de 15000f, leurs activités maraichères remportant mieux. pour une formation de qualité, mettons les gens dans les conditions. pour terminer, le statut particulier des enseignants dont il est question, de quoi s’agit-il ? quels sont les enseignants aujourd’hui qui ont la moindre idée là-dessus ? poser la question, vous n’en trouverez aucun à la base, pas même certains responsables syndicaux. pourquoi ne pas le mettre à la disposition de ceux pour qui on prétend défendre la cause. il est temps que le SYNATEB revoit sa copie s’il ne veut pas amorcer la décadence comme certains.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 11:16, par somda Désiré
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    je pense que si les enseignants du MENA n’ont pas eu gain de cause malgré les 48h de grève le SNATEB peut décréter une grève illimité sur toute l’étendue du territoire national pourque le gournement les prenne au sérieux. c’est parcequ’ils grèvent deux jours après ils regagnent les classes sans être satisfait que le gournement ne les prend pas au sérieux. moi,je les soutiens car ce sont eux qui abattent le plus grand travail d’où sortent les fonctionaires de ce pays. il faut donc les satisfaire. merci pour votre compréhension !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 12:15, par bourzangbiiga
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    le ministre a refusé de vous recevoir ? Il n’a pas bien fait. Il fallait profiter discuter avec lui quand vous etes allés le voir pour prendre l’argent pour organiser vos kermesses en octobre 2016. Soyez reconnaissants ; COUL est cool avec votre sacré SYNATEB.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 15:33, par yibianti
    En réponse à : Education nationale : Les agents exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative

    Mais vs on est ou la ? etre reverses ds le corps de PAG gratuitement. passer les concours des PAG illegalement, occuper les postes des PAG indument
    c’est au bf que cela est possible. Travaillez a rendre le corps des instituteurs attrayant. si non point de salut pour vous. Aba aba aba aba aba aba !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés