Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

vendredi 4 novembre 2016 à 00h34min

En juin 2016, le gouvernement a adopté un rapport sur les actions concrètes à mener afin de lutter contre l’incivisme dont les manifestations avaient pris des proportions inquiétantes. Ces actions, inscrites dans les court, moyen et long termes, concernaient plusieurs pans de la vie publique. Cinq mois après ces mesures, le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, fait le point et annonce des perspectives. C’était au cours d’une conférence de presse tenue en fin de matinée de ce jeudi, 3 novembre 2016 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

Le non-respect des règles relatives à la liberté de manifestation et de réunion sur la voie publique, l’incivisme dans les services publics de l’Etat, l’incivisme en milieu scolaire, l’incivisme dans la circulation routière, les dérives des mouvements d’auto-défense et l’incivisme économique et fiscal sont les domaines concernés par ces mesures du gouvernement.

Le ministre d’Etat, Simon Compaoré, dont le département a en charge l’exécution de ces différents points, jette une sorte de regard bilan sur l’impact desdites mesures. Ainsi, sur le plan de l’incivisme dans les services publics de l’Etat, M. Compaoré a confié que le rituel de la montée des couleurs nationales a été institué et une cérémonie solennelle est organisée tous les derniers mardis du mois à partir de 7 heures, pour les personnels des trois ministères partageant le bâtiment de l’immeuble du Faso où, outre le MATDSI (ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure), on trouve le département en charge de la justice, des droits humains et de la promotion civique, et le ministère de la communication. Toujours dans ce chapitre, Simon Compaoré a rappelé la dynamisation des conseils de discipline avec la tenue du premier conseil de l’année du 3 au 6 août 2016.

Au plan de la sécurité routière, on retient de l’intervention du ministre que des opérations spéciales sont quotidiennement menées par les services de gendarmerie nationale, de la police nationale et de la police municipale dans plusieurs villes et durant les mois de juillet, août et septembre et la première quinzaine du mois d’octobre. Elles ont permis la mise en fourrière de 10 958 engins à deux roues et trois roues et de 266 véhicules à quatre roues, la saisie de 1 110 cartes grises et de 1 195 permis de conduire. Comme infractions commises à la base de ces actions, on note entre autres, le non-respect des feux tricolores, le défaut de plaque d’immatriculation, la circulation avec les véhicules à vitres teintées, le non-respect de la piste cyclable (les motocyclistes non autorisés qui circulent sur la voie des quatre roues), l’usage manuel du téléphone portable au volant, la surcharge.

L’incarnation de ces mesures a également occasionné de nombreux incidents parmi lesquels, les refus d’obtempérer, les outrages à agent, les voies de fait et les coups et blessures volontaires ainsi que les tentatives d’homicide sur les agents en poste dans les carrefours.

Des sanctions et l’extension dès début 2017 des meures à tout le territoire

Selon le ministre de tutelle, Simon Compaoré, ces infractions sus-énumérées ont abouti au déferment au Parquet de douze individus et à la condamnation de neuf d’entre eux à des peines d’emprisonnement allant de deux à douze mois pour certains et à des amendes de 100 000 francs à 300 000 francs. « Un dossier a été jugé et en attente de verdict et deux sont toujours en cours d’instruction », confie le ministre Simon Compaoré.

De ces moments de lutte contre ce fléau, le ministre dit retenir comme note positive, la diminution du nombre et de la gravité des accidents de la circulation routière et urbaine, l’encaissement au profit des budgets de l’Etat et des collectivités territoriales de 101 628 000 francs. Il y retient également, plus de respect par les usagers des prescriptions du code de la route.

Pour Simon Compaoré, la première leçon est que les résultats engrangés requièrent la poursuite de ces opérations et leur extension à toutes les localités pourvues de service de sécurité. « Ainsi, dès le début de 2017, ces opérations de surveillance et de contrôle de la circulation routière seront inscrites dans les programmes d’activités annuels de ces services et exécutées de façon permanente, pour qu’à terme, à défaut d’enrayer l’incivisme dans la circulation routière, qu’il soit au moins réduit à sa plus simple expression », annonce le ministre d’Etat Simon Compaoré.

La seconde leçon, selon lui, est de persévérer dans les sanctions, dont le caractère dissuasif a produit l’effet positif constaté dans la diminution des accidents et dans le respect des règles de la circulation routière. Une lancée (sanctions) sur laquelle s’est inscrit le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Cette sortie a servi de cadre au patron de la sécurité pour magnifier les efforts des agents de la police (nationale et municipale), de la gendarmerie et des volontaires adjoints de sécurité (VADS) qui, malgré les traitements dont ils sont souvent victimes, ne baissent pas les bras dans cette noble mission.

Le cas de l’assistant de police, Rasmané Doussoungou, violemment percuté le 10 mai 2016 dans l’exercice de ses fonctions à un carrefour aux 1200 logements, et décédé trois jours après des blessures de cet accident,est revenu au cours des échanges avec les journalistes. Il y a quelques mois de cela, l’autorité avait indiqué que l’agresseur a été ‘’appréhendé’’. Sur ce sujet, le directeur général de la Police a révélé que le présumé agresseur a été interpellé grâce à des témoins de la scène. Seulement, relève-t-il, l’individu en question nie être l’agresseur. D’où la nécessité de poursuivre la recherche despreuves aux fins d’être situé.

En guise de conclusion sur ce volet relatif à la lutte contre l’incivisme, le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, a, une fois de plus, lancé un appel à l’ensemble des populations, singulièrement des usagers de la route, à donner un ‘’visage humain’’ à la circulation. « Ensemble, nous allons faire des pas de géant… », a-t-il exhorté.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 novembre 2016 à 22:28, par Le combattant
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Au Burkina il y a des politiciens et des usurpateurs de la politique. La plupart des hommes politiques battent campagne dans leur village aux prêts des siens.

    Mais depuis que simon Compaoré a été CDR bon teint, devenus Haut-commissaire, Super super maire de la capitale pendant 20 ans, on ne l’a jamais vu dans un village où c’est censé être le siens dire battre campagne ou même construit une école.
    Ce sont les parcelles de Ouaga qu’il a passé tout son temps à gérer ce qui a fait de lui un multi milliardaire.

    C’est ce qui l’avait fait dire dans un passé lointain qu’après Dieu c’est Blaise COMPAORE pour lui.
    Malin qui peut nous situer le non du village de simon, parce que ça nous permettra de demander souvent à son chef de village de lui faire entendre raison. Mais s’il n’en a pas ce veut dire tout.

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 07:38, par Louthi
      En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

      Et bien oui, on ne sait pas d’où vient ce shérif, parangon de la vertu et qui est le seule à donner la leçon de morale au peuple burkinabè. Moi aussi, si je savais le nom de son village, j’irai pour qu’on me délivre la potion magique me permettant de passer entre les mailles du filet, quand je suis pris la main dans le sac, ou de me laver les mains quand elles sont sales, de prendre sans être vu, d’insulter tout en étant applaudi, de mentir quand je respire tout en recevant des lauriers et d’insulter l’intelligence du peuple burkinabè qui se délectent de les fanfaronnades et de mon cirque nauséabond. Bonnes gens, le village de Simon, c’est où. Car je voudrais m’y rendre pour bénéficier de cette potion magique administré au fils de pasteur. Hi hi hi !

      Répondre à ce message

    • Le 5 novembre 2016 à 15:56, par BOUDA
      En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

      Mon cher ami, Simon Compaoré est de Ouagadougou, précisément de gounghin ; quartier mankougoudgou cad non loin de son domicile.

      Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 00:07, par Boubacar
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Félicitations aux forces de l’ordre et à la population pour ces résultats qui montrent qu’il y a de l’amélioration. Je saisis l’occasion pour interpeller nos dirigeants sur l’exemple qui doit venir du sommet. En matière de civisme, il faut que l’exemple vienne du sommet. Montre-moi ta déclaration de biens et je te dirai qui tu montres l’exemple en respectant la loi.. Malheureusement, le sommet n’a pas montré l’exemple en se conformant à la loi dès sa prise de fonction. Rock a produit une déclaration de biens en torpillant la loi (il a volontairement omis de mentionner à combien valent certaines actions alors que c’est facile à calculer, ainsi que la valeur de certains biens qui peut être estimée. Il a omis de déclarer s’il a utilisé des prête-noms. Il a omis de déclarer les biens de son épouse et de ses enfants). Le REN-LAC le lui a rappelé et j’imagine que l’ASCE le lui a rappelé par lettre officielle également. Alpha Barry a fait une déclaration de biens dont il ne peut même pas justifier la provenance du quart (¼) (le procureur a des indices pour commencer l’application de la loi sur le délit d’apparence et le blanchiment). Simon Compaoré, lui, a produit une déclaration qui insulte la mémoire et l’intelligence des Burkinabè. Quant à Salif Diallo, le plus hors la loi, il foule la loi au pied en ne faisant pas jusque-là une déclaration de biens, alors qu’il était censé le faire dès sa prise de service. Civisme d’accord, mais montrez-vous –même l’exemple.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:22, par Dioula
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    François le sulfureux n’a aucune pitié pour des autres(ceux qu’ils ont assassinés froidement). Il se défend toujours sur du faux. Chaque fois il nie ne pas être impliqué dans une affaire : David Ouedraogo et Norbert Zongo lorsqu’il a donné bel et bien l’ordre de les tuer comme des chiens errants.
    Le véritable problème de François Compaoré et Blaise Guessan c’est refuser de reconnaitre leurs torts aux autres. Ils se font saints sans péchés. Les autres sont des gros pécheurs et eux (Blaise et François) sont innocents très parfaits chaque fois.
    François et Blaise sont prêts à faire du mal aux autres sans remords.

    François et Blaise Compaoré que direz à DIEU un jour dans vos tombes de vos passages sur terre ? Tueries, méchanceté, vols, pillages

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:41, par Aboudra
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Oui qu’en est-il des autres domaines concernés par les mesures gouvernementales ? A savoir :
    - Le non-respect des règles relatives à la liberté de manifestation et de réunion sur la voie publique
    - l’incivisme dans les services publics de l’Etat
    - l’incivisme en milieu scolaire
    - les dérives des mouvements d’auto-défense
    - l’incivisme économique et fiscal .
    Ces domaines n’ont-ils pas été évoqués au cours de cette conférence de presse ?

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 12:46, par Laïcard
      En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

      .
      En effet, et qu’en est-il des autres domaines de l’incivisme non concernés par les mesures gouvernementales parce que l’Etat a peur de s’y frotter ? Je veux parler de l’incivisme religieux qui n’est en rien formateur d’une citoyenneté responsable. Il paraît que le MATDSI a pondu un avant-projet de loi sur la liberté religieuse, il serait temps qu’il soit examiné, voté, et qu’on ait connaissance de son contenu (et que les débats sur cette loi soient publics et largement radiodiffusés, et télévisés).

      Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 10:37, par Nansamda
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Bonjour,
    Mes félicitations à Monsieur le Ministre de la sécurité intérieur. Bon courage à vous et à tous vos collaborateurs.
    Seul la volonté et la détermination peuvent nous faire avancer dans le Bon sens. En moins d’un an les résultats sont là bien palpables.
    Maintenant il faut poursuivre la lutte dans tout le pays et aussi dans les autres domaines cités par l’internaute 4.
    S’il vous plait internaute 1, qu’est le village d’un homme a à voir avec son travail ? En quoi le village est responsable de l’agissement de Monsieur Simon Compaoré ?
    SVP ce que tu ne veut pas, il ne faut pas le faire à autrui. Rappelez-vous que quand il était maire de Ouagadougou, vous l’avez beaucoup critiqué. Malgré ça il a rendu Ouagadougou l’une des villes capitales la plus propre en Afrique.
    Moi la tête d’un homme ou dame d’état, je m’en moque ; c’est les résultats qui comptent. La seule question que je me pose est la suivante : En quoi l’action du gouvernement m’apporte un bien être ?
    Maintenant si vous pensez que Monsieur Simon Compaoré est responsable de fautes de gestion, déposez plainte contre lui. Ce serait une autre façon de vérifier l’indépendance de la justice ici au Faso.
    En attendant Monsieur le Ministre, Bonne suite a vous et Bon courage à tous vos collaborateurs.
    J’ai une doléance pour vous Monsieur le Ministre, SVP, ne cassez pas le dynamisme des Kolgwéogo. Il est bien vrai qu’ils ont commis des erreurs (ce qu’ils n’ont jamais niés), à leur niveau aussi les résultats sont bien plus que satisfaisants au sein du monde rural.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 10:58, par  !!!
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Mais Monsieur le ministre parmi les infractions que tu as citer et qui ont permis de faire entrer près de 100 millions de CFA tu as oublié de citer le fais de circuler avec une moto qui n’est pas la tienne. Ou-bien ce n’es pas une infraction dans lequel cas vos force sont en porte a faux avec la loi et vous abusez des citoyen qui n’ose se confronter avec les force de l’ordre. les juristes aidez le ministre on dirais qu’il a oubliez une infraction.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:04, par kwiliga
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Apparemment, la mesure phare, pour lutter contre l’incivisme dans les services publics de l’état, c’est le rituel de la montée des couleurs, tous les derniers mardis du mois ???!!
    Alors là, vraiment, bravo ! Cette mesure me semble parfaitement idoine à résoudre tous les problèmes de la population du Faso, lorsqu’elle se trouve en bute à certains agents de l’administration. Non, mais, de qui se moque t’on ?!
    Au fait, dit en passant "des opérations spéciales, sont quotidiennement menées", on frise l’oxymore. Et elles vont être spécialement reconduites en 2017... Je ne sais même plus s’il faut en rire ou en pleurer.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:09, par Sonia
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    J’aime bien la plume de ce journaliste, c’est simple, cohérent et intéressant à lire. Je pense que les journalistes doivent tenir compte qu’ils écrivent pour tout le monde. Merci donc et courage à toi Omar.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 18:05, par KOBINABA
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Intervenant no1 vous oubliez qu en deversant votre bile de cette maniere vous n elevez pas le niveau du debat. Je n aie aucune amitie pour Simon mais vous parlez comme quelqu un de la rue.C est facile d affirmer ici que quelqu un a fete ses milliards mais personne ne dit ou et quand. Depuis qu on parle personne ne nous a jamais donne la reference d une parcelle appartenant a Simon.Toi le combattant qui devait etre au cdp avec Simon doit nous aider en nous donnant des preuve concretes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 16:40, par Alexio
    En réponse à : Lutte contre l’incivisme : Le ministre d’Etat, Simon Compaoré invite à l’unité d’action

    Comme on le dit toujours le poisson pourrit par la tete. Les fonctionnaires d Etat qui font du LIB-LIB quotidien une source de ressources financieres pour intervenir dans les productions des services moyennant d un sou par le public. Un casier judiciaire, une signature du Directeur pour un dossier, Etc. Les pots- de -vin en somme.

    Une fonction publique ouverte a ces genres d incultures administractives ont ete greffees et gangrenent la bonne marche des productions des dossiers administractif soins du contribuables. Le manque de statuation des delais pour ces genres de services sont meconnus de beaucoup de Burkinabe et meme intellectuels.

    Cette inculture s est perreniser depuis notre premiere republique parenthese la revoltion, jusqu a nos jours. Le fonctionnaire confonda son role dans l administraction ne serve pas le contribuable a qui il devrait servir sans pour boire, selon les regles nobles de l
    administraction nationale. Dans un Etat de droit ce comportement des agents de l Etat sont la cause et la de l incivisme. A chaque infraction administractive decoule de l incivisme. Leur credibilite deja bafoue par les pots- de -vin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés