Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

jeudi 3 novembre 2016 à 01h09min

Le 25 octobre dernier, nous publions un entretien avec le directeur de la Société africaine de commerce (SACOM), Ousmane Ilboudo portant, à l’origine, sur un « détournement de fonds ou abus de confiance ». Ousmane Ilboudo a pointé le doigt sur la justice, singulièrement sur certains acteurs qu’il a nommément cités de faits de corruption. Par souci de parallélisme de forme, et grâce à la contribution d’un confrère de la place (Atiana Serge Oulon), nous sommes entré en contact avec celui-là qui, en son temps, était au cœur du dossier, le juge d’instruction Rodrigue Bilgho. Actuellement en poste hors du pays dans une institution internationale, il a bien voulu apporter, par le Net, sa version des faits dans ce dossier qui fait couler beaucoup d’encre et de salive.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

Lefaso.net : Une affaire opposant depuis 2013, Ousmane Ilboudo, directeur de la SACOM à Alidou Ilboudo et portant sur un « abus de confiance » fait de grands bruits avec en sus, des accusations du premier cité sur des acteurs de la justice voire, sur l’institution judiciaire burkinabè. Que savez-vous de ce dossier ? Connaissiez-vous Ousmane Ilboudo, Halidou Ilboudo ou l’un des deux avant cette affaire ?

Rodrigue Bilgho : Je voudrais tout d’abord présenter mes condoléances aux familles de mes collègues disparus et à toute la famille judiciaire pour les évènements malheureux de ces derniers moments qui nous affligent tous.
Je vous remercie pour votre démarche dans la quête de la vérité dans ce dossier en essayant d’avoir ma version des faits sur ce dossier.

Je n’ai pas connu l’inculpé ILBOUDO Halidou, je ne l’avais jamais vu avant le dossier. Quant à ILBOUDO Ousmane, je l’avais vu quelque fois dans la boutique d’un ami que je considère comme un grand-frère au grand marché. Leurs boutiques sont côte à côte et lors d’une de mes visites, mon ami en question me l’a présenté comme son ami. Mais il n’y a pas eu de relations amicales entre ILBOUDO Ousmane et moi. C’est plutôt son voisin et ami qui est un ami et grand-frère.

J’ai été saisi d’un réquisitoire de Monsieur le Procureur du Faso pour l’ouverture d’une information contre ILBOUDO Halidou et autres pour des présomptions graves d’abus de confiance, de complicité d’abus de confiance, courant année 2013, portant sur la somme de Cent quinze millions (115.000.000) FCFA. Ce réquisitoire faisait suite à un procès-verbal d’enquête préliminaire conduite par la Gendarmerie de Boulmiougou à l’époque. Je n’ai plus la date exacte de cette saisine mais elle a dû avoir lieu courant mois de janvier 2013.

Lefaso.net : Pourquoi avez-vous requis un ‘’jugement partiel’’ ; puisque vous avez rendu une ordonnance aux fins de non-lieu partiel ?

Rodrigue Bilgho : Merci pour cette question qui va permettre d’apporter de l’éclairage dans la nature de l’ordonnance que j’ai rendue. C’est une ordonnance aux fins de non-lieu partiel et de renvoi devant le Tribunal correctionnel et non une ordonnance aux fins de non-lieu comme le fait croire Monsieur ILBOUDO dans la presse et sur les ondes que j’ai rendue.

Je rappelle que c’est suite à une enquête de la gendarmerie de Boulmiougou à l’époque que le Procureur a ouvert l’information. Et le montant du préjudice qui figurait sur le PV (procès-verbal) de la gendarmerie, était de 115.000.000 FCFA. C’est aussi ce montant qui a fait l’objet de discussions dans mon cabinet.

Il faut relever que dans ce montant, il y a une victime qui réclame 45.000.000 FCFA. Il s’agit d’un commerçant de Ouahigouya qui a remis une somme de 60.000.000 FCFA pour prendre de l’huile avec la société de Monsieur ILBOUDO Ousmane et il n’est pas entré en possession de toute la quantité d’huile relative au montant qu’il a payé. Cette personne est victime dans ce dossier tout comme ILBOUDO Ousmane, qui n’était pas seule victime. Et qui ne l’a jamais été. Et ce commerçant aussi avait un avocat dans le dossier. Monsieur ILBOUDO Halidou a été inculpé des faits de présomptions graves d’abus de confiance et placé sous mandat de dépôt.

Dans le cadre de l’instruction, j’ai inculpé environ une dizaine de personnes dont les noms ont été cités par l’inculpé ILBOUDO Halidou. Il a en effet expliqué qu’il avait remis à titre de prêt remboursable avec des intérêts des sommes d’argent à diverses personnes. Toutes les personnes citées ont été inculpées et trois d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt dans l’attente d’opérer certaines vérifications notamment les relevés bancaires de deux d’entre elles. Je me réserve de citer leur nom étant entendu que le dossier n’est pas encore jugé.

ILBOUDO Ousmane a été auditionné et il a lui-même confirmé le montant de son préjudice qui est de 115.000.000fcfa. Son procès-verbal d’audition pourra confirmer cela. A la fin de l’instruction du dossier, j’ai rendu une ordonnance aux fins de non-lieu partiel et de renvoi devant le Tribunal Correctionnel. J’ai demandé que ILBOUDO Halidou et un autre soit jugés devant le Tribunal correctionnel parce qu’il y avait des charges suffisantes contre eux.

Le non-lieu partiel a été rendu au profit de personnes qui étaient accusés de complicité d’abus de confiance, c’est-à-dire qui avaient reçu des sommes d’argent de l’inculpé. ILBOUDO Halidou a déclaré lors de l’instruction que les intéressés ignoraient l’origine de l’argent. Il a expliqué qu’il leur faisait des prêts remboursables avec un intérêt et il utilisait les sommes correspondantes à l’intérêt réalisé pour combler le trou qu’il a causé dans les caisses de son oncle. Malheureusement, certains ne lui ont pas remboursé l’argent en question.

Au cours de l’instruction, beaucoup parmi ces personnes ont remboursé les sommes en question. Des remboursements ont été faits également lors de l’enquête préliminaire à la gendarmerie. Dans la mesure où ILBOUDO Halidou reconnaît lui-même qu’elles ignoraient l’origine de l’argent, je ne pouvais retenir aucune charge contre eux au regard des éléments constitutifs de l’infraction de complicité. Ce sont ces personnes-là qui ont bénéficié du non-lieu et non ILBOUDO Halidou.

Dans mon cabinet, une somme totale de Cinq millions (5.000.000) FCFA a été remboursée et cette somme a été remise à Monsieur ILBOUDO Ousmane suivant une ordonnance aux fins de restitution de sommes d’argent, rendue à la suite d’une requête de son Avocat. Cette ordonnance est dans le dossier. Je ne me rappelle plus du montant qu’il a pris à la gendarmerie mais ce montant se trouve sur le procès-verbal de la gendarmerie.

J’ai constaté que dans toutes les sorties médiatiques de Monsieur ILBOUDO Ousmane, il ne parle pas de ces sommes d’argent qu’il a prises. Pourquoi ce silence sur ces éléments qui sont vérifiables puisque constatés par écrit ?

ILBOUDO Halidou et un autre inculpé ont été renvoyés devant le Tribunal Correctionnel de Ouagadougou pour jugement aux termes de mon ordonnance. Il n’y a jamais eu de non-lieu pour ILBOUDO Halidou.
Une copie de l’ordonnance aux fins de non-lieu partiel et de renvoi devant le Tribunal correctionnel a été remise à chacun des avocats.

ILBOUDO Halidou a reconnu les faits depuis l’enquête préliminaire, il a expliqué ce qui s’est passé, cité les noms des personnes à qui il a remis de l’argent et ce qu’il a fait avec une partie de l’argent. Il a par exemple expliqué avoir réalisé une ferme où il élevait des poules pondeuses. Cette ferme a été détruite par Monsieur ILBOUDO Ousmane, qui a aussi ramassé tout ce qu’il y avait, avant qu’une évaluation n’ait été faite. Quand j’ai effectué le transport judiciaire sur cette ferme située derrière l’hôpital Blaise COMPAORE, il n’y avait plus rien. Donc on ignore la valeur de cette ferme ou de ce qu’elle contenait. On ne sait pas combien de poules pondeuses il y en avait encore moins le nombre d’œufs.

Avec tous ces éléments, ILBOUDO Halidou ne pouvait pas bénéficier d’un non-lieu et il n’en a pas bénéficié. Je l’ai renvoyé devant le Tribunal correctionnel avec un autre à qui il avait remis une somme de vingt millions (20.000.000) FCFA et contre qui il y avait des charges suffisantes pour des faits de complicité d’abus de confiance. Monsieur ILBOUDO Ousmane a fait appel de mon ordonnance et la Chambre d’Accusation l’a confirmée. Il avait encore des voies de recours s’il n’était pas satisfait de l’arrêt de la Chambre d’Accusation.

Lefaso.net : Selon le plaignant, Ousmane Ilboudo, vous lui avez dit que vous n’aimez pas cet avocat (Me Prosper Farama), parce qu’il ne connaît pas d’arrangements. Est-ce exact ?

Rodrigue Bilgho : Non, je n’ai pas tenu de tels propos. Je pense qu’un juge n’a pas à aimer un avocat et vice-versa. Ce qui est exigé d’eux, c’est le respect mutuel et la courtoisie dans leur travail. Maître FARAMA (Prosper) a assisté son client durant toute la procédure et ce n’était pas la première fois qu’il se constituait dans un dossier dans lequel j’étais chargé de faire l’instruction. Maître FARAMA a eu à assister un inculpé qui était accusé de détournement de deniers publics dans un de mes dossiers. A la fin de l’instruction, son client a été innocenté et ce n’est pas parce que c’est lui que son client a été innocenté, c’est ce que l’instruction a permis d’établir. Je ne regarde donc pas les têtes des avocats avant de faire mon travail. Je vois aussi qu’il m’a accusé d’avoir tenté de corrompre à plusieurs reprises Maître FARAMA, ce qui est archi-faux. Si de telles tentatives avaient existé, ce n‘est pas lui qui allait en parler mais Maître FARAMA lui-même quand on sait qui il est. Il n’a pas peur de moi pour se taire face à un tel affront.

Lefaso.net : Quel type d’aide avez-vous souhaité apporter à Ousmane Ilboudo, si Me Proposer Farama n’était pas constitué dans le dossier ?

Rodrigue Bilgho : Cette question, il faut la poser à l’intéressé lui-même. A part établir les responsabilités des personnes mises en cause, je ne vois pas quel type d’aide je pouvais lui apporter. Heureusement d’ailleurs qu’il y a eu des avocats dans ce dossier et qui ont tout suivi, puisque tous les actes ont été accomplis devant eux.

Lefaso.net : Sont-ils fréquents dans le monde judiciaire, les arrangements entre juges, avocats et parties ?

Rodrigue Bilgho : Les juges et les avocats ne forment pas une association de malfaiteurs destinée à spolier des gens. L’avocat assure la défense de son client et le juge fait son travail. Moi, je n’ai pas eu connaissance de tels arrangements et je n’en ai pas fait.

Lefaso.net : Ousmane Ilboudo soutient que vous avez voulu faire du dilatoire à un moment donné ; d’abord vous lui avez demandé son registre de comptes que vous avez gardé plusieurs mois par devers vous avant de le lui retourner, ensuite après le verdict en première instance, le dossier a été introuvable pendant un bout de temps et qu’il a fallu qu’il menace de se confier à la presse pour qu’il soit ‘’retrouvé’’. Enfin, même retrouvé, le dossier mettra un long temps avant d’être transmis à la Cour d’Appel. Qu’en a-t-il a été exactement ?

Rodrigue Bilgho : Je prends ces éléments un par un. D’abord, s’agissant de son registre de compte, je l’ai demandé, je l’ai consulté pour confronter les écritures qui s’y trouvent avec les déclarations de l’inculpé puisque c’est lui qui était chargé de la tenue de ce registre et c’est d’ailleurs à partir de ce registre que lui et l’inculpé ont arrêté le montant de 115.000.000 FCFA comme manque à gagner ; ce n’est pas dans mon cabinet que cela a été fait. Et si j’ai toujours bonne mémoire, ce registre a été présenté lors d’une confrontation entre lui et l’inculpé. L’idéal dans ce dossier aurait été qu’un audit soit effectué mais Monsieur ILBDOUDO Ousmane n’avait pas une comptabilité qui permettait d’ordonner un audit, puisque sa comptabilité consistait à enregistrer sur le registre en question les ventes et les dépenses journalières et d’arrêter un solde en fin de journée. Et ce sont les écarts entre ses entrées et ses sorties de sommes d’argent qui ont juste permis de trouver l’écart de 115.000.000 FCFA. Il n’a pas non plus demandé qu’un audit soit fait et il le sait.

Contrairement à ce que Monsieur ILBOUDO Ousmane a dit lors de son interview dans l’Observateur Paalga, il n’y a jamais eu dans mon dossier un rapport d’audit fait pas des experts étrangers. Si un tel rapport d’audit a existé, je le supplie de vous le produire. Les seules pièces examinées lors de l’instruction sont son registre des comptes, les reçus ou bons d’enlèvement que l’inculpé a remis à certains clients qui avaient remis de l’argent à la demande de l’inculpé dans l’attente d’être servie en huile et les relevés bancaires que j’ai demandés dans les différentes banques.

Sur la prétendue perte du dossier : après avoir rendu mon ordonnance aux fins de non-lieu partiel et de renvoi devant le Tribunal correctionnel le 04/02/2014, il y a eu appel. J’ai demandé à mon greffier de faire l’inventaire des pièces du dossier, de le sceller et de le transmettre au Parquet, ce qu’il a fait. Après, je ne me suis plus intéressé au dossier, puisque j’ai fini mon instruction. Si ce dossier s’est perdu entre temps, ce n’est pas dans mon cabinet et le registre du cabinet d’instruction peut permettre de confirmer la date à laquelle ce dossier a été transmis au parquet.
Dès lors que le dossier a fait l’objet d’appel, j’en suis dessaisi et la perte d’un dossier en dehors de mon cabinet ne peut pas m’être reproché si perte il y en a eu.

S’agissant du dernier point, c’est que lorsqu’il y a appel, le Parquet doit faire un rapport d’appel et transmettre le dossier à la Cour d’Appel. Mais comme je vous l’ai dit, après que mon greffier ait transmis le dossier au Parquet, je ne l’ai plus suivi. Moi-même je demandais de temps en temps à l’un des avocats ce qu’il est advenu du dossier jusqu’à ce j’apprenne pendant ces vacances que mon ordonnance a été confirmée en mars 2016.

Et ce qu’il faut ajouter, c’est qu’après la confirmation de l’ordonnance, le dossier revient au Parquet pour la programmation du jugement.
Ayant renvoyé l’inculpé devant le Tribunal correctionnel, ce dossier doit être normalement programmé pour jugement.
La justice n’a pas fait un non-lieu pour ILBOUDO Halidou et je le répète.

Lefaso.net : Avez-vous fait libérer une personne sur injonction du Procureur du Faso, à l’époque Placide Nikièma, au prétexte que cette personne est son beau-frère ?

Rodrigue Bilgho : J’ai été juge d’instruction lorsque Monsieur Placide NIKIEMA était Procureur et il ne m’a jamais donné un seul jour des injonctions pour libérer un inculpé encore moins un inculpé qui serait son beau-frère. Connaissant même le Procureur NIKIEMA, il ne s’hasardera pas à donner des injonctions à un juge d’instruction.

Lefaso.net : Pourtant selon nos informations, cette personne a bel et bien été libérée. Quelles ont été les conditions de cette libération ?

Rodrigue Bilgho : Oui, l’intéressé a bénéficié d’une liberté provisoire mais pas parce qu’il serait le beau-frère du Procureur mais parce qu’il a remboursé le montant de 2.500.000 fcfa que l’inculpé lui avait prêtée. Parmi les inculpés, il y en a un pour lequel ILBOUDO Halidou a déclaré avoir fait des versements sur son compte dans le but de l’alimenter afin que ce dernier puisse avoir un visa pour se rendre en Allemagne. Il a toutefois précisé qu’il a retiré les sommes d’argent en question après l’examen de la demande de visa de l’intéressé. J’ai demandé le relevé bancaire de cet inculpé pour confronter avec les déclarations de ILBOUDO Halidou.

ILBOUDO Halidou a également expliqué avoir remis une somme de 2.500.000 FCFA à l’inculpé en question en guise de prêt. C’est après que le frère aîné de cet inculpé ait remboursé cette somme, qui fait d’ailleurs partie des cinq millions remis à ILBOUDO Ousmane, qu’il a bénéficié d’une liberté provisoire parce que je n’avais plus d’autres raisons de le détenir au regard des déclarations de l’inculpé et du contenu du relevé bancaire.

C’est d’ailleurs dans le compte de cet inculpé que Monsieur ILBOUDO Ousmane dit qu’il y a eu un virement de plus de deux milliards (2.000.000.000) alors qu’un tel virement n’a jamais existé sur le relevé bancaire. Et je laisse les banquiers apprécier une telle déclaration parce que moi, je ne vois pas comment on peut virer 2.000.000.000 FCFA du compte de quelqu’un à un autre compte sans que la banque concernée n’appelle l’intéressé pour s’assurer du mouvement. En outre, sauf s’il ne s’agit d’une banque qui protège les auteurs de blanchiment d’argent, un virement d’un tel montant ou un tel montant dans un compte d’un particulier aurait fait l’objet d’une déclaration de soupçon à la CENTIF (Cellule nationale de traitement des informations financières) pour rechercher l’origine des Fonds. Ce qui aurait permis de remonter à l’inculpé.
Dans tous les cas, s’il a la preuve de ce virement, mon plus grand souhait est qu’il la rende publique.

Lefaso.net : Des collègues magistrats ont-ils interféré dans le traitement du dossier ?

Rodrigue Bilgho : Non. Demandez des informations dans le cadre d’un dossier ne signifie pas à mon avis interférer dans un dossier.

Lefaso.net : Des collègues ou de tierces personnes ont-ils intervenu pour orienter le travail ?

Rodrigue Bilgho : La personne qui a voulu orienter mon travail c’est bel et bien Monsieur ILBOUDO Ousmane.
C’est lui qui est allé voir certains de mes supérieurs hiérarchiques pour solliciter leur aide dans le traitement du dossier. Ce qu’il cherchait, c’est qu’on m’amène à dire ou faire les choses comme lui il le souhaite, ce qu’il n’a pas obtenu.
Ce n’est pas parce que quelqu’un a fauté qu’il faut tout mettre sur lui sans des preuves. Si l’inculpé a détourné 115.000.000fcfa, je dirai que c’est ce montant qu’il a détourné mais pas un autre montant. Si j’ai des preuves que c’est plus que ça, alors je retiens le montant que j’ai trouvé. Dans ce dossier, il n’a été question que de 115.000.000fcfa et pas plus.

Par exemple, Monsieur ILBOUDO Ousmane a voulu que je décerne un mandat de dépôt contre le commerçant de Ouahigouya alors même que ce dernier était victime au même titre que lui.

Le constat que je fais, c’est que malgré ces démarches, j’ai conduit l’instruction du dossier jusqu’à la fin et l’ordonnance que j’ai rendue a été confirmée par la Chambre d’Accusation. Il a encore la possibilité d’exercer une voie de recours s’il est dans le délai.

Lefaso.net : Le plaignant Ousmane Ilboudo a affirmé que vous et un autre magistrat ont suggéré à son neveu de procéder à la mise en place de prête-noms en changeant les papiers du camion-remorque au nom de son grand-frère. Qu’est-ce qu’il en est exactement ?

Rodrigue Bilgho : D’abord, vous comme moi savez qu’on ne change pas la propriété d’un véhicule comme on change une chemise. Depuis que l’inculpé est sorti de la prison, à part le fait qu’il venait signer tous les vendredis au cabinet, puisqu’il était sous contrôle judiciaire, je ne l’ai jamais rencontré. Et quand il vient pour signer, il n’y a aucun dialogue entre lui et moi. Je ne vois donc pas comment j’aurai pu lui donner un tel conseil, si je ne me suis jamais assis avec lui. Et je ne sais pas non plus de quoi il parle en parlant d’un autre collègue. En outre, vous pouvez demander à entendre ce grand-frère en question ou même faire des recherches à la DGTTM (Direction générale des transports terrestres et maritimes) puisque toute mutation sur un véhicule est constatée par ce service et laisse toujours des traces.
Enfin, pourquoi il ne demande pas à son avocat d’engager une procédure pour saisir le camion en question s’il existe, puisqu’il a la preuve qu’il appartient à l’inculpé.

Lefaso.net : Il ressort également que vous et deux autres magistrats avez beaucoup bénéficié des largesses de l’inculpé et que ce dernier vous a même aidé à construire… !

Rodrigue Bilgho : Comme je viens de vous le dire, je n’ai jamais vu l’inculpé depuis qu’il est sorti de prison encore moins bénéficier de ses largesses. J’ai effectivement lu dans son interview que l’inculpé est en train de construire la maison du juge, donc ma maison, mais moi j’ai fini de construire ma maison courant année 2015 après avoir commencé mon chantier en fin d’année 2010, période à la laquelle j’ai contracté un prêt pour commencer le chantier en question. Je paie toujours les traites de ce prêt. Je prenais du matériel à crédit avec des gens et je continue aussi de payer ces crédits.

Enfin, j’ai eu la chance d’avoir un poste dans une organisation sous-régionale où j’y suis depuis deux (02) ans, donc avant même de finir mon chantier.
Terminer ce chantier était la moindre des choses que je devais faire avec ce je gagne comme argent. Pour ce chantier, moi je remercie Dieu et celui qui m’a permis d’avoir ce poste de fonctionnaire international.

D’ailleurs, j’ai tous les documents (reçus, factures..) relatifs à ce chantier et je suis totalement disposé à les produire si on m’interpelle par rapport à ma maison. Vous pouvez vous-même aller faire une enquête de voisinage pour savoir quand est-ce j’ai commencé le chantier et quand est-ce que ma famille a déménagé. La personne qui fournissait l’eau aux ouvriers qui ont travaillé sur le chantier est toujours dans le quartier. Il pourra vous être utile.

Maintenant, si Monsieur ILBOUDO Ousmane a des preuves de ce qu’il avance, qu’il vous les remette ou bien qu’il vous amène sur le chantier en question puisqu’il semble bien le connaître. Cela vous permettra de constater si quelqu’un est en train de construire pour moi.
S’agissant des deux autres magistrats, je n’en sais absolument rien. C’est lui qui donne ces informations et j’espère qu’il en apportera les preuves.

Lefaso.net : Pourquoi avez-vous accepté une telle proximité avec l’inculpé, au point qu’il vienne sur votre chantier ?

Rodrigue Bilgho : L’inculpé n’est jamais venu sur mon chantier encore moins dans ma maison aujourd’hui puisque la construction est terminée depuis 2015. Ça fait plus d’un an aujourd’hui que mon chantier est terminé. Et quand le chantier finissait, je n’étais même pas à Ouagadougou ; ma famille y a emménagé avant.

Et j’ai un ami qui a suivi la fin des travaux, à qui j’envoyais de l’argent pour payer les ouvriers et le matériel nécessaire. J’ai toujours mes fiches de transfert de l’argent en question. Ce dernier est toujours à Ouagadougou et c’est d’ailleurs lui et mon oncle qui se sont occupés des formalités pour le ‘’doua’’ de la maison. Et j’ai toujours la liste des ouvriers qui ont travaillé sur mon chantier depuis le début jusqu’à la fin des travaux. Je pourrai vous la fournir pour toute investigation que vous souhaitez faire.

Et comme je vous l’ai dit, je n’ai aucune proximité avec l’inculpé et je ne l’ai plus revu depuis qu’il a été libéré. Et ça fait au moins deux ans aujourd’hui que je ne suis plus au pays.
J’ai clôturé le dossier en février 2014 et j’ai quitté le Burkina pour mon nouveau poste avant la fin de l’année 2014, précisément en Septembre 2014.

Lefaso.net : D’où vient-il alors que Ousmane Ilboudo porte de telles accusations sur votre personne ?

Rodrigue Bilgho : Moi-même j’aimerai bien comprendre tout comme vous. Ce que je constate malheureusement, ce sont des accusations sans aucun fondement, sans produire la moindre preuve de ce qu’on avance. Et ce qui m’étonne, c’est que c’est deux ans après la clôture du dossier à mon niveau que de telles accusations sortent alors même qu’après avoir clôturé le dossier, je suis resté au moins sept mois à mon poste de juge d’instruction avant de partir. Il était plus utile pour lui de porter plainte contre les magistrats qu’il accuse en fournissant les éléments de preuve en sa possession au lieu de salir tout un corps dans la presse.

Moi je me réserve le droit d’engager les poursuites qui s’imposent contre lui et je n’hésiterai pas un seul instant à le faire.

Lefaso.net : Etes-vous irréprochable et avez-vous été impartial et neutre dans l’instruction du dossier ? N’y-a-t-il pas des actes que vous regrettz d’avoir posés dans le cadre de ce dossier ?

Rodrigue Bilgho : On ne peut pas apprécier soi-même son travail mais je pense avoir fait ce que j’avais à faire dans ce dossier, c’est-à-dire établir la responsabilité des personnes mises en cause et renvoyer celles contre qui il y avait des charges devant une juridiction de jugement. Et la confirmation de mon ordonnance par la Chambre d’Accusation me réconforte et me fais dire que j’ai fait mon travail comme il le fallait. Si mon ordonnance avait été infirmée, j’allais dire que j’ai fait un mauvais travail. Mais ce n’est pas le cas. Le seul regret que j’ai dans ce dossier, c’est d’avoir décerné un mandat de dépôt contre une personne que j’ai inculpée et qui n’avait rien à voir avec les faits. Par exemple, cette personne a bénéficié d’un non-lieu. Je l’ai immédiatement libérée quand j’ai constaté qu’il n’y avait aucun élément contre lui.

Lefaso.net : Au-delà des individus indexés, c’est toute l’institution de la justice qui est pointée par Ousmane Ilboudo et le syndicat auquel il est ‘’affilié’’. Pourquoi jusque-là, c’est le silence du côté du ministère ?

Rodrigue Bilgho : Je ne saurais quoi vous dire, même si moi-même je souhaite ardemment que les autorités judiciaires se prononcent sur le dossier. Le dossier est-là avec tous les actes qui ont été posés, il suffit de le consulter pour voir ce qu’il contient et le confronter aux déclarations de Monsieur ILBOUDO Ousmane. Par exemple, voir si le juge a rendu une ordonnance aux fins de non-lieu pour ILBOUDO Halidou et si le montant du préjudice est de 115.000.000 FCFA ou pas. Donc je souhaite, tout comme vous, la réaction du Ministère qui est saisi. Moi, je suis disposé à m’expliquer, si le Ministère m’interpelle. Et au Ministère, on sait où me trouver. Contrairement à ce que peuvent penser les justiciables, il n’y a pas à mon avis de magistrat au-dessus de la loi ou de magistrat protégé.

Lefaso.net : Les acteurs de la justice, notamment les magistrats et les avocats, ont des structures faîtières (syndicats) ; avez-vous été contacté par une de ces structures et /ou par le CSM (Conseil supérieur de la Magistrature) ?

Rodrigue Bilgho : Non pas pour le moment.

Lefaso.net : Certaines sources font croire également qu’il y a un problème de personnes dans le monde judiciaire. En clair, il y a une sorte de scènes de jalousie aiguisée…, si fait que les uns et les autres n’hésitent pas à se torpiller. Confirmez-vous cela ?

Juge Rodrigue Bilgho : Les magistrats entretiennent de bonnes relations entre eux. De telles scènes sont vraiment à minimiser parce que, nous sommes tous engagés dans un combat commun, celui d’une justice forte et crédible. Donc, des scènes de jalousie ou de torpilles ne nous permettront pas d’atteindre cet objectif.

Lefaso.net : Pensez-vous que des gens, notamment au sein de la justice, vous en veulent pour une raison ou pour une autre ?

Rodrigue Bilgho : Je ne saurais vous le dire. Et s’il y en a, ça n’engage que ces personnes. Moi, j’ai des objectifs que je me suis fixés dans la vie, et ce qui m’importe, c’est de travailler à les atteindre. Mais, ça peut venir d’ailleurs aussi, je veux dire en dehors de la magistrature. N’oubliez pas que nous sommes dans une période où la justice semble être une cible et toute sortie sur la justice produit des effets.

Lefaso.net : Il y a une crise de confiance entre la justice et le justiciable qui date de depuis longtemps et cette affaire vient, sans doute, en rajouter. A l’ensemble de vos lecteurs, quel message souhaiteriez-vous laisser ?

Rodrigue Bilgho : Oui, il est vrai qu’il y a une crise de confiance entre la justice et le justiciable qui ne date pas d’aujourd’hui comme vous le dites. Je pense que nous sommes tous responsables de cette situation et il faut travailler à le corriger. Au niveau de l’inter-syndical des syndicats de magistrats, je sais qu’il y a un énorme travail qui est en train d’être fait et au niveau du Ministère aussi, pour rétablir cette confiance entre la justice et le justiciable. Il y a une commission d’enquête par exemple qui a été mise en place par le CSM pour connaître de certains dossiers dans lesquels des magistrats sont accusés de corruption ou d’extorsion de fonds ; et j’espère que celui-là en fera partie pour qu’on l’élucide une bonne fois pour toutes. Cela est une avancée et c’est la preuve que les magistrats eux-mêmes ont conscience qu’il faut travailler à rétablir cette confiance. De plus en plus, je constate aussi que le Parquet du TGI (Tribunal de grande instance) de Ouagadougou donne des informations sur certains dossiers même sur les réseaux sociaux, ce qui est très appréciable. Et je pense qu’il faut travailler à mettre en place une bonne stratégie de communication avec le public pour éviter certaines situations.

C’est le manque de communication qui, à mon avis, creuse davantage le gap de ce manque de confiance et il faut y remédier. Si les gens ont la bonne information, certaines critiques à l’encontre de la magistrature n’existeraient peut-être pas. Mais, la balle n’est pas seulement dans le camp des magistrats, tout le monde a un rôle à jouer parce que, nous avons tous intérêts que notre justice soit crédible et appréciée, bien qu’il n’existe pas une justice parfaite et aimée au monde.

Pour terminer, je voudrais vous remercier très sincèrement en me contactant pour avoir ma version des faits dans ce dossier et je souhaite que vous puissiez poursuivre vos investigations en contactant d’autres acteurs notamment, les avocats qui étaient dans le dossier, l’inculpé lui-même et la brigade ville de Boulmiougou qui avait diligenté l’enquête à l’époque pour comprendre ce qui s’est passé dans le dossier et offrir la vérité aux gens qui sont dans l’attente.

Entretien réalisé en ligne par Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2016 à 15:02, par Le Paysan
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    De quelle justice parlez vous ?.
    Celle qui a cautionné l’impunité de blaise et ses acolytes pendant 27 ans la ?..
    Entoucas, si il y’a toujours de bons éléments dans vos rangs, tant mieux. Par ce que le palais sens trop le pourrit.
    A bon attendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:08, par sida
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    merci au journaliste qui a posé les question a ce juge car il a eté professionnel le journaliste a posé des questions et reformuler d une autre maniéré et le juge s est fait avoir .ce que veut dire que mr ousmane ilboudo avait bel et bien raison merci encore le faso net pour éclairer l opinion publique sur cette affaire voila qui démontre que nos juges sont des corrompus malgré l échappatoire de ce juge il s est fait prendre par ses propres propos

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:09, par Loyauté
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    Voilà qui est clair ! Bravo digne loyal et intègre Magistrat ! Tous ces calomniateurs de "Journaleux" sont dans la confusion.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:19, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    ’’Il a en effet expliqué qu’il avait remis à titre de prêt remboursable avec des intérêts des sommes d’argent à diverses personnes’’.

    - Mr le juge, est-ce que ILBOUDO Halidou a-t-il le droit de percevoir des intérêts sur des crédits ? N’est-il pas dans ce cas usurier ? Est-ce que la loi condamne ce genre de pratiques ?

    Pour moi il a dit que vous avez tenté de corrompre son avocat qui serait Me Farama. Ce dernier pourrait nous édifier s’il accepte de témoigner et non vous laisser vous seul parler. Bref, de toute manière il y a longtemps les burkinabè ont perdu confiance en leur justice.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2016 à 15:37, par le juge
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

      bonsoir Kôro Yamyele ; oui l’usure est puni mais il n’était pas poursuivi pour cela ; j’espère comme vous aussi que Maître FARAMA va se prononcer ; merci

      Répondre à ce message

      • Le 2 novembre 2016 à 18:42, par Danla Zuppe
        En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

        Qui est celui qui doit poursuivre les infractions, les delits et les crimes ? L’ autosaisine, ca existe ou ca n’existe pas ? Avait- on besoin de tuer un poule pour cela ? Le juge a fait ses etudes pour rien ? Doit- il attendre qu’ on le sonne pour poursuivre des choses comme ca ? Mais vraiment, nous meme on n’a pas la chance, quoi ! Quelle idee de justice !

        Répondre à ce message

      • Le 2 novembre 2016 à 23:34, par Sonia
        En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

        Mister Juge, tu as tout faux. Un juge en cours d’instruction décele d’autres délits et il dit : bof, c’est pas pour ça que je mène l’instruction, donc je ne m’en souci pas. Alors , le verre de la justice, est-il à moitié plein ou à moitié vide ?

        Répondre à ce message

        • Le 3 novembre 2016 à 13:26, par le juge
          En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

          le juge ne peut s’autosaisir au Burkina ; il est saisi soit d’un réquisitoire du Procureur, soit d’une plainte avec constitution de partie civile, le droit positif du Burkina ne permet pas à un juge d’instruction de s’autosaisir ; à moins que vous connaissez une disposition légale qui permet cela ; moi je n’en connais pas.

          Répondre à ce message

          • Le 4 novembre 2016 à 01:17, par Sonia
            En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

            Mister Juge ! Partons du principe qu’il n’y a pas de disposition légale qui permette qu’un juge d’instruction puisse s’autosaisir. Simple question de logique : le juge d’instruction découvre d’autres infractions pendant son instruction ( du faux, de l’escroquerie, un crime etc.) et puis là !!!! Ce n’est pas sa tasse de café ? Il faut qu’il attende d’être saisi d’un réquisitoire par une tierce personne à ce sujet ? En l’occurrence un procureur (qui ne sait même pas l’existence de ces délits), avant d’agir ? La police ou la gendarmerie qui enquête sur des braqueurs, tombe sur des trafiquants de stupéfiants et se dit : bof, circulons, nous, on recherche des braqueurs. Pour les trafiquants, attendons une plainte. Concevable,ça ? J’espère ardemment vous relire Mister Juge.

            Cordialement.

            Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 11:15, par somé
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

      En tout cas il m’entonnerais que le client de l’avocat ait le courage d’accuser un magistrat de fait aussi grave qu’une tentative de corruption de son avocat si cela n’était pas avéré. Le juge a aussi dit " Maître FARAMA a eu à assister un inculpé qui était accusé de détournement de deniers publics dans un de mes dossiers. A la fin de l’instruction, son client a été innocenté et ce n’est pas parce que c’est lui que son client a été innocenté, c’est ce que l’instruction a permis d’établir. Je ne regarde donc pas les têtes des avocats avant de faire mon travail. Je vois aussi qu’il m’a accusé d’avoir tenté de corrompre à plusieurs reprises Maître FARAMA, ce qui est archi-faux. Si de telles tentatives avaient existé, ce n‘est pas lui qui allait en parler mais Maître FARAMA lui-même quand on sait qui il est. Il n’a pas peur de moi pour se taire face à un tel affront"
      Cette assurance du juge me laisse perplexe sur la capacité de Me FARAMA a confirmé les accusations de son client. On dirait que le juge tente de faire passer un message codé de quelque chose qui a bien pu se passer entre lui et Me FARAMA dans le dossier de détournement de deniers publics.

      Vivement que Maître nous éclaire.

      Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 11:26, par pataamleukré
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

      D’accord avec Koro,si c’est dans bavardage que vous compter avoir raison sur un avocat,je voudrais voir pour croire.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:21, par lewang
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    Moi je tencourage de porter plainte. Au delà ce qui est dit de part et d’autre moi je vois un gros handicape dpans notre justice :les juges entrent en fonction trop jeunes. Même si cela n’est ps un handicap pr la qualité du travail, puisque sera confirmé par une instance e supérieur, la résistance à la tentation peut poser problème. Même la protection de sa carrière peut influencer certains instructions. C’est un point de vue et ne m’insulter pas SVP

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2016 à 18:46, par Danla Zuppe
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

      Ce n’est pas la jeunsees qui fait que les gars sont corrompus. C’est le systeme qui les laisse faire. Quelqu’ un qui va a l’ universite a 20 ans, qui decroche sa maitrise a 25 ans, qui deveint juge a 28 ans, il n’ est pas trop jeune pour savoir etre patient et ne pas chercher a imiter les avocats qui sont de la profession liberale. Le vrai probleme aujourd’ hui, c
      ’est que nos juges font la concurrence avc les avocats, leurs promotionnaires. Ils veulent tous rouler avec des voitures americianes. J’ ai connu un procureue a Fada dans les annees 1998. Un vrai pourri. Finalement, c’etait un arnaqueur. Ca fait honte.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:25, par lawakila Zerbo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    Merci pour cette interview, je m’étais emporté et j’avais fait un commentaire pour soutenir Ilboudo, je demande donc pardon à Bilgo. Dieu seul reste le maître. Nous ne sommes que des Hommes.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:35, par Zangoté
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    C’est un droit de réponse édifiant. Toutefois, il faut poursuivre les enquêtes comme l’a souhaité l’intéressé (le juge) lui-même afin de rendre la vérité officielle et crédible.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:35, par jh
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    Bien dit mon petit que Dieu te bénisse et que le seigneur dirige tes pas dans la bonne direction tu fais honneur à la justice Burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 15:46, par Anna
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    Peu importe que le juge BILGHO ait raison ou pas, mais cette interview l’honore à plus d’un titre. Monsieur BILGHO, vous êtes un juge responsable, un homme qui s’assume et votre sortie avec le sortie est la preuve de votre grandeur. Grand grand merci à mon journaliste préféré de tous les temps, omar L ; ouédraogo, qui est incontestablement entré dans la cours des grands journalistes africains. Reste humble et maintient le cap, le meilleur arrive pour toi.Que Dieu te bénisse et chapeau une fois de plus à juge BILGHO.

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2016 à 23:18, par Sonia
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

      Anna ! Anna !!!! Chère consœur. Remarque que c’est un autre son de cloche qui vient de nous être servi, avec ses forces et ses faiblesses également. Pour l’instant et surtout pour coller aux méthode judiciaires, ceci ne vaut que par ce que son auteur peut prouver ou pas. Remarque en outre que le juge (on croit bien tout ce qu’il vient de dire) devait s’autosaisir dès les premières déclarations de ILBOUDO Ousmane. Ce dernier a donné sa version, le juge aussi. Il faut bien les départager non ? Donc je pense qu’il faut réclamer une enquête des services d’inspection judiciaire, une autre instruction de l’instruction, le point de vue des syndicats de magistrature et même, le mot du ministre en charge de la justice pour lever toute équivoque. Y a intérêt, c’est la justice qui est en recherche de crédibilité. Pas vrai ? Pour te dire qu’au stade actuel, Mr Ousmane et Mr le juge sont tous dans leur bon droit chacun de son côté en attendant un arbitrage. Vivement que cet arbitrage vienne le plus vite possible.

      Cordialement.

      Répondre à ce message

      • Le 3 novembre 2016 à 14:45, par Nassouri Hassan
        En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

        Merci, Sonia. en tout cas, cette "justice" a mal besoin de credibilite. Ya divorce entre vous et le public.J’ ai une promotionnaire qui avait un divorce avec son epoux. Ils vont a la justice et la juge, c’est la dame qui sortait avec son mari qui confie le dossier a sa meilleure amie et on retire la barde de l’ enfant pour confier ca au mari. Alors que le code de la famille lui donnait droit sans reflechir a la mere. La bonne dame s’ est battue comme un beau diable et finalement elle aeu la garde de son enfant. C’est tout ce qu’il lui restait. Le monsieur avait les sous mais ne s’ occupait plus de la bonne dame qui n’ ’ avait pas encore de boulot. Ya lotant que personne ne croit encore a votre justice au Burkina -Faso. Mais ca ne derange pas trop beaucoup de juges. Ils sont aveugles par les enrichissements illicites et autres Americaines.

        Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 16:04, par Verit
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    C’est le juge du fameux cabinet n°4, encore lui. Après cette histoire de 16 700 000F rapporté par le Reporter, te voila ici encore. Mon gars Ouaga est petit et l’argent pris sur les terrain de foot dans les quartiers ce saura. Qu’est ce que tu crois.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 16:14, par saint
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    monsieur Ousmane voulait la vérité. et dieu seul peut dénombrer les grains de vérité dans vos propos.bref sera_ t_ il rembourser ou pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 16:24, par le borgne
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Si ces elements de reponses sont exactes qu’est-ce que le juge Bilgo attend pour intenter un proces au sieur Ilboudo ? Il faut que le dilatoir cesse si dilatoir il y a !!!!

    Des proces pour eduquer comme maitre Hervé Kam l’a fait.

    Cela permet d’assainir le debat et de consolider la cohesion sociale.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 16:40, par rim
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    voici qui est claire. le plus souvent ceux qui s’excite trop n’ont pas raison. Sauf a être de mauvaise foi après la lecture de cet interview on sait ou se trouve la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 16:52, par tiko
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    moi je trouve que les juges sont tres jeunes et font souvent des fautes qui ne sont pas forcement intentionel,,,pour ce dossier je ne crois pas trop a mr ilboudo sous reserve bien sur.mais je demande a l’etat de ne pas confondre diplomes et experince pas a la justice seulement..courage mr le juge,c’est un pays aux lois incomprises

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 17:00, par drabo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    On ment sur un cadavre mais pas un vivant. Monsieur Ilboudo n’est pas une tete brulée non plus.Si c’était le cas il n’allait pas exercer une profession. Ce qui est sur, il a été blessé dans son propre amour. Comme la nouvelle génération veut avoir tout sur place leurs actes ne peuvent pas ne pas faire des frustrés. Je pense que le gouvernement doit mettre l’accent sur l’enquete de moralité de ces magistrats avant leur intégration dans la fonction publique. Démandez aux anciens magistrats quand on les formais hors du pays, avant la fin de leur formation l’enquete de moralité est dejà préte. C’est pour cela ils faisaient le travail correctement.Depuis les magistrats recrutés sous la révolution jusqu’à maintenant sans enquete.

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 14:48, par Habassinou Golontiwogo
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

      Enquete de moralite a l’ entree et enquete de moralite a la sortie plus eEnqueteS de moralite lors de la profession. L’ homme n’est pas ne bon ou mauvais. Il peut se corrompre a n’ imprte qu’ elle moment de la vie. D’ ailleurs ou sommes - nous avec le delit d’apparence ? Nos juges sont trop riches poiur se dire homnetes. Vous gagnez combien par mois vous, malgre ls partages leonins ?Meme si c’est 3 millions par ans ces gars-la gagnent, ca ne justifie pas leur style de vie. Regardez bien cvomment ils vivent.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 17:08, par tapsoba yassiriki
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    huuuummmmm...?????? tu ne me convainc pas du tout , si la justice veut être crédible il faut qu’elle se saisisse de cette occasion pour balayer devant sa porte

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 17:22, par Sid Pa Yii
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgo réagit

    Mr Ousmane Ilboudo est partisan de la justice selon ces vœux ; il a omis volontairement de dire certains faits qui se sont produits ; je retire tout ce que j’ai pu penser et dire à propos du juge et j’étais assez outré d’une telle mafia en plein jour et dans le Burkina post insurrectionnel ! Je souhaite ardemment qu’une plainte soit déposée par Mr Bilgho afin que la vérité soit connue et éviter pareilles actions qui ne permettent pas d’avoir une confiance à notre justice !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 17:34, par ouattara kafogo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Merci au journaliste qui est vraiment professionaliste avec pleins de pieges dans ses questions Moi je trouve toujours des zones d ’ombre dans certains propros du juge surtout par rapport a sa construction .le juge dit qu ’il n ’etait pas a ouaga quand on finissait sa construction et il dit qu ’il ne connait pas le monsieur et il dit que le monsieur n ’est jamais venu sur son chantier or lui meme il n ’a pas termine la construction avant de quitter le pays

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2016 à 20:59, par bark biiga
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement Mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

      M. BILGO vous avez essayez mais on dirait que vous ignorez le niveau de maturite de votre peuple. les gens lisent bien maintenant entre les lignes. M. BILGO des zones d ombre demeurent toujours. vous dites que vous n avez plus revu l inculpe alors qu il signait chaque jour le registre de suivi. Un juge qui a ete difame autant dans les ondes ne perdra jamais un instant pour poser une plainte surtout dans le contexte actuel. M. le juge vous etes mouille n en deplaise a vos fans. Travaillez plutot a rehausser l image du palais qui est suffisamment teintee de faux proces que vouloir justifier ses propres pratiques.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 17:45, par siddata
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Sortir bavarder dans la presse n’est pas suffisant pour justifier un cas aussi grave.
    Si y’a justice dans ce pays le procureur comme il l’a fait avec Safiatou Lopez devrait aussi se saisir de ce dossier car c’est plus que les propos de la pauvre dame.
    PAYS de Faux

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 17:51, par mamou
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    OH le FASO !!!
    C’EST DANS PAYS OU ON PREND DES ENFANTS QUI N’ONT PAS FINI LEUR CRISE D’ADOLESCENCE POUR ETRE JUGE ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:03, par mamou
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je viens de comprendre le silence du palais de justice :

    Ce juge est le Secretaire Général Adjoint du syndicat que voulez vous ?
    solidarité de juge oblige

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:14, par sidsomde
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    HUMMM BURKINABE, celui-ci parle , tu es d’accord, celui là réplique, tu t’excuse pour avoir été d’accord pour le premier ! d’où gauche - droite , droite -gauche, tu finiras par attraper des vertiges !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:18, par NEYA Ibrahim
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Remarquez bien honnêtes dignes fils du Burkina. Quand un jeune fonctionnaire est nommé à un poste de responsabilité ce qui lui vient en priorité en tête c’est tout de suite ici et maintenant et par tous les moyens la grosse voiture et la grosse villa.Ainsi le boulevard de la magouille, de la corruption sans pitié , les intrigues , les malversations ; surtout quand il bénéficie du protectorat des politiciens. Que dieu nous protège

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:37, par Circulaire
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    "Dans mon cabinet, une somme totale de Cinq millions (5.000.000) FCFA a été remboursée et cette somme a été remise à Monsieur ILBOUDO Ousmane suivant une ordonnance aux fins de restitution de sommes d’argent, rendue à la suite d’une requête de son Avocat. Cette ordonnance est dans le dossier. Je ne me rappelle plus du montant qu’il a pris à la gendarmerie mais ce montant se trouve sur le procès-verbal de la gendarmerie.

    J’ai constaté que dans toutes les sorties médiatiques de Monsieur ILBOUDO Ousmane, il ne parle pas de ces sommes d’argent qu’il a prises. Pourquoi ce silence sur ces éléments qui sont vérifiables puisque constatés par écrit ?"

    De qui ce jeune juge se moque- t- il ? % millions de remnbourse sur 115 mignons/ Pas de quoi fouetter un chat. On vous a toujours dit de ne pas etre trop presse. Cette affaire va vous atteindre ou que vous soyez. C’est a pweine si vous ne voulez pas dire que le plaignant est en train d’ inventer des histoires. Quelle justice ! O mon pays, mon beau peuple, pleure car la justice des ripoux s’ est installee au Palais de Justice et deale le droit.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:41, par Dignité
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    C’est déjà un pas que ce magistrat se soit soumis à cet exercice ! J’espère seulement qu’il ne répond pas à un besoin de protéger son poste en faisant semblant de montrer patte blanche !
    Il me laisse seulement sur ma faim ! Moi j’estime simplement qu’il a usé de son art oratoire (ce qui est le fort de tout bon juriste) pour peut-être faire tableau du blanc sur un tableau noir ! Voyez-vous, pendant que mêmes les syndicats de magistrats reconnaissent qu’il y a la corruption dans l’appareil judiciaire, pendant qu’une association (je me rappelle plus du nom) dirigée par une personnalité du milieu judiciaire avait fait un travail et mis à nu la corruption au sein de la justice, pendant que certains juges ont montré en directe des actes saugrenus (scandale judiciaire à la Cour de Cassation dans le cadre des mandats d’arrêts sur le coup d’Etat, etc....), dans toute l’interview, M. BILGHO présente l’institution judiciaire comme une simple victime d’un problème de communication avec les justiciables ! A partir de ce moment, comprenez qu’il usera de la même stratégie de com et du même art oratoire pour maquiller ses fautes (si fautes il y a).
    Il poursuit en disant au passage qu’il doit son poste actuel à un Ami. Je me demande comment M. BILGHO se comportera face à cet Ami qui viendrait à lui demander des services dans le cadre de son travail ?
    En dernier ressort, il faudra qu’on pense à un mécanisme de traitement des dossiers judiciaires lorsqu’ils opposent des acteurs de la justice à des citoyen car toute ma crainte est qu’on mette en avant une solidarité de corps au détriment de la justice. Certes, certains magistrats sont intègres et même face à leurs enfants, ils diront le droit, mais combien sont-ils ? Bref, la justice a besoin d’un grand toilettage pour retrouver toute sa crédibilité.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:46, par momo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    merci BILGHO.ce n’est pas la peine de porter plainte. nous sommes dans un pays où chacun croît qu’il est integre alors qu’ils sontvtois des faux types

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2016 à 20:55, par Tangba Soborgui
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

      Toi, tu n’es pas un vrai Lobi de Tiankoura. Les Momo sont des hommes de principe. Ils ne sont pas des hommes qui supportent des amis coute que coute.Meme si c’est un brigand qui accuse Bilho, voyons clair dans cette affaire avant de le confronter sur son terrain de brigandisme. Si c’est un faux type qui accuse un juge de corruption, ca fait que tout de suite le juge a raison ? Toi aussi, faut faire un peu de quand meme- la !

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:47, par Bouba
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Il convenait de ne pas se baser sur les déclarations de Ilboudo Alidou (sous prétexte que ces ces gens ne savaient pas) pour libérer les autres inculpés. Je m’expliquent. Il fallait une enquête plus approfondie pour voir si Alidou n’a pas menti. c’est d’ailleurs parce qu’il est fautif que vous l’avez inculpé pour abus de confiance. Donc pourquoi croire systématiquement à la déclaration d’un escroc pour libérer des inculpés ? Il convenait de faire des enquêtes pour voir si ces gens :
    1) savaient que Ilboudo n’est pas le vrai propriétaire et de ce fait n’est pas habilité à puiser un tel montant à leur prêter ;
    2) qu’ils connaissaient Ilboudo Ousmane ;
    3) qu’ils savaient que ce dernier était malade et absent pour des soins.

    Dans Ouagadougou, tous les comerçants se connaissent et une enquête approfondie aurait prouvé que ces gens que vous avez libérés sur parole de Ilboudo Alidou connaissaient bien Ilboudo Ouasmane, savaient qu’il était malade et ont emprunté l’argent en connaissance de cause de cette escroquerie au détriment de Monsieur Ousmane. Ils devaient alors passer également devant le tribunal correctionnel

    Vous n’êtes pas convainquant et encore moins la justice dans son ensemble qui a entre temps perdu le dossier car il n’y a pas de raison qu’il n’y ait pas de trace du dossier entre temps. Et c’est un peu surprenant que vous reveniez en longueur sur les 5 millions qui lui ont été remboursés devant vous, alors que c’est dérisoire sur l’ensemble des 115 millions.

    D’autre part, Est-ce normal que la justice laisse un escroc de haut vol de 115 millions en liberté, au point qu’il continue de narguer la victime dehors ? Des escrocs d’un montant bien inférieur restent en prison jusqu’au remboursement total ou au jugement. Du moment où il a été inculpé et transféré devant le tribunal correctionnel, il devait rester en prison et non dehors pour narguer la victime

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:48, par Danla Zuppe
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je ne crois pas du tout a ce juge. Un citoyen lamda n’ ose pas accuser clairement comme ca un juge s’ il n’ a pas de preuves. mais comme les juges ont entendu tellement de mensonges lors des audiences, eux- memes savent mentir. Mr. Le juge, vous connaissez la diffamation ? Si telle est le cas, osez seulement attaquer Mr. Ilboudo pour diffamation et ca ser al guerre totale. Et tant pis pour votre reputation. Osez seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:49, par jacob
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    merci juge BILGHO.concentrez vous sur votre carrière c’est mieux. Ilboudo est aux abois. vivement que le jugement ait lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 18:54, par konfe
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    SI j ai bien compris le juge fréquentait les Ilboudo a travers un commerçant voisin des Ilboudo avant le détournement des fonds que le juge appelle son grand frère..??? et c’est miraculeusement lui encore que le procureur a confié le dossier des ILBOUDOS comme si le procureur savait qu’ils se connaissait ???? on sent que quelque chose ne tourne pas rond

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 19:08, par Tokora Kambou
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je ne suis pas du tout convaincu par les propos du juge. Ce n’est pas parce que Ilboudo Alidou n’est pas venu dans votre bureau ou chez vous que vous ne vous etes pas vu. On sait tous comment ça se passe dans les buvettes et les terrains noirs sombre de Ouaga. Il ya certes des juges honnêtes mais bcp sont des malfrats, des bandits, des voleurs de pire espèce qui jugent et condamnent leurs collègues bandits. Dans mon village un juge était venu faire un grand champ de plusieurs hectares. Il n’a jamais payé ses ouvriers !
    La prochaine institution qui partira en flamme sera la justice si ça ne change pas vite. C’est pour tous ces crimes impunis que certins jugent meurent mystérieusement. Bandes de voleurs

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 19:11, par la force révolutionnaire
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    je ne défendrai pas le juge BILGHO mais ne vérité il n"y a pas un juge plus honnête plus intègre que ce monsieur. franchement je le connais très bien et je sais de quoi je parle .d’ailleurs c’est clair ses réponse monsieur BILGHO bon vent à toi .
    les commerçants analphabètes on les connait. lorsqu’ils perdent un procès c’est la guerre contre les juges

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 19:13, par HORUDIAOM
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    il ne m’a pas du tout convaincu. Dans les cas, un voleur, même quand tu attrapes sa main dans le panier, il dit que ce n’est pas lui. c’est ce que tous les voleurs disent(je suis innocent alors qu’il est coupable !). Vous croyez que le juge acceptera l’interview pour dire qu’il a fauté ? Certes, il y a des juges intègres au palais de justice mais personne n’acceptera manger dans un coarba(pot) neuf(ça veut dire que leur nom est vraiment gâté). Et, si les juges intègres continuent de se taire, ils deviendront plus coupables que les juges malhonnêtes. Nous condamnons donc le silence des gens bien et les condamnations d’outrage à magistrats(hauts faits d’armes de nos magistrats après la fin de la révolution sankarienne à nos jours).

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 19:19, par Bissongo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    1- Ce commercant ne peut pas avoir le courage d’accuser si gravement un magistrat ;
    2- Si les accusations n’etaient pas fondees, c’est l’accuse qui qui devrait aller vers la presse pour le dementi et non le contraire ;
    3- En tous les cas, la verite finit toujours par rattraper les petits pas du mensonge.

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2016 à 21:08, par Tangba Soborgui
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

      C’est ce que moi aussi je pense. Et puis, comment peut- il fabriquer les faits de cette facon en invitant meme son avocat Farama qu’ on connait pour sa droiture et son courage ? La gendarmerie meme y est melee. Tout ca est verifiable. Si la gendarmerie desobiet a la court, c’est tout s’ est fout’ c’est gat’. Normalement, ils sont de la police judicaire, donc, ils ne sont pas censes vous desobeir. Mais si vous exagerez, ils font vous faire la lecon de droit et de justice. Donc, Mr. Le Juge, je vous respecte mais je ne suis pas avec vous. Surtout que vous et vos pareils pour l plupart, les votres, vous n’ avez jamais ete des exemples de probite. Vous voulez manger la ou vous n’ avez pas seme. Ca va vous rattrapper un jour et ce que vous avalez gouluiment et indument, ca va vous rester en travers du gosier. Ca a meme commence. Vous croyez que le justiciable va s’ asseoir et vous laisser faire vos business qui ruinent leur vie ? C’est le jour qui n’est pas bien arrive. Changez un peu avant qu’ il ne soit tard. Quand deux personnes parlent, c’est le plus credible qu’ on entend mais on ecoute les deux parties. Vous faites de belles phrases, l’ art oratoire au secours. Mais la verite n’a pas besoin d’ embellissment pour etre belle. Entre un juge qui vient d’ une justice pourrie et un client qui fait partie des milliers qui voient leur justice deniee, qui croire ? Et depuis quand le burkinabe pris individuellement a- t- il ce courage de s’ attaquer publiquement a un juge sans craindre la solidarite de corps ? Notre plaignant a atteint le stade ou il n’a plus rien a perdre. Donc, il deverse le pot de merd... tel qu’ il est, en pleine rue.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 20:21, par Ouedraogo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je pense qu’il ne faut pas chercher à griller de jeunes compétences comme le juge Rogrique Bilgho. C’est un garçon pour ceux qui le connaissent qui a toujours été brillant depuis l’université et au plan professionnel.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 20:40, par Bouba
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Donc, avant même le salaire ministériel servi par le gouvernement mouta mouta, les juges construisaient en moins de 5 ans. Les commerçants sont tellement gentils avec eux qu’ils leur donnent les matériaux à crédit. De plus, j’apprends qu’on peut avoir un poste dans les institutions internationales par quelqu’un (puisqu’il dit qu’il remercie celui qui lui a permis d’avoir ce poste de fonctionnaire international). Je pensais que c’était les compétences qui comptaient pour avoir ces postes. Donc y a affairisme dans les organisations internationales. Ou bien c’est l’affairisme du palais qui est en train d’être transposé dans les instituions internationales ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 20:46, par ouididier
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Assez !
    ce dossier est le premier, à ma connaissance, où la victime d’accusations reste victime, le juge devient victime et le plaignant lui aussi devient victime. à qui le tour de le devenir ? L’ internaute bien entendu, en tout cas si le jugement traine encore. seul un jugement diligent peut nous départager. vivement qu’un procès soit enfin dit pour situer les responsabilités, décharger les victimes fictives et surtout permettre d’avancer vers des essais éventuels de réconciliation.Assez !
    ce dossier est le premier, à ma connaissance, où la victime d’accusations reste victime, le juge devient victime et le plaignant lui aussi devient victime. à qui le tour de le devenir ? L’ internaute bien entendu, en tout cas si le jugement traine encore. seul un jugement diligent peut nous départager. vivement qu’un procès soit enfin dit pour situer les responsabilités, décharger les victimes fictives et surtout permettre d’avancer vers des essais éventuels de réconciliation.
    Assez !
    ce dossier est le premier, à ma connaissance, où la victime d’accusations reste victime, le juge devient victime et le plaignant lui aussi devient victime. à qui le tour de le devenir ? L’ internaute bien entendu, en tout cas si le jugement traine encore. seul un jugement diligent peut nous départager. vivement qu’un procès soit enfin dit pour situer les responsabilités, décharger les victimes fictives et surtout permettre d’avancer vers des essais éventuels de réconciliation.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 21:43, par Ibrahim akim
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Certains commentataires nous prennent comme des taré ! Nous savions que vous avez planifier pour répondre lè un après lè autres en faveur du juge en question. Mais sachiez que l’arbre ne peut jamais caché la forêt : avant tout propos, pourquoi le juge n’a pas expliquer la partie où le plaignant et son avocat ont fait leur doléances pour qu’il attend tous lè rapport de la gendarmerie ? Et en plus forte raison ! En comment un jugement peux ce faire sans que toutes lè enquêtes de la gendarmerie ou la police ne soit finissent ? Et pourquoi il se limite au montant de 115millions t’en disque le plaignant parle des milliards ? Ne nous encourageons pas a faire justice nous même car cela entraîne un gaho a un pouvoir. Toutes les preuves des milliards sont là et tous le monde veulent seulement le jour du jugement, et que des juges sache que la conscience est réveillé et plus rien ne sera comme avant. Être commerçant n’est pas synonyme d analphabète ! (L’avenir nous dira) allons seulement. vive la jeunesse burkinabé vive lè commerçants vive Mr ilboudo onsmane pour son courage. La prison ou la mort nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 22:15, par Citoyen LAMDA
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    M.BILGHO semble dire toute sa vérité mais les juges ont déconné ces temps-ci et sous le régime Compaoré qu’on se demande s’il faut encore croire aux propos de l’un d’entre eux. On se donnera le temps qu’il faudra pour en savoir davantage sur cette affaire. Mais déjà, je tiens à féliciter le juge BILGHO pour être sorti du silence de mort habituel connu pour la justice burkinabè (malgré les écrits des internautes) pour donner sa version des faits. Quant à la vérité avec V, je dis pour le moment que c’est du "WAIT AND SEE".

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 22:47, par nebie
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Maître,j’ai lu avec intérêt votre droit de réponse mais laisser moi vous dire que je reste sur ma faim c’est a dire que vous n’ ayez pas fait un gros deal dans cette affaire. Vous serez crû si vous porter plainte pour diffamation aux regard de la gravité des accusations portées a votre encontre d’ une part et de la corporation d’ autre part.ne faites pas le dos rond que ça va passer, les gens finiront par oublier.Non non non. Ce sont des suspicions pareilles qui si elles sont pas élucidées finissent par être crues. Faites comme Maître kam avec l’opinion .votre honneur sera sauf sinon je plus enclain à croire à une victime. Saisissez la justice pour diffation !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2016 à 23:32, par Princo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    c’est simple monsieur Bilgo, trimballez le commerçant devant un juge qui va trancher. sinon là la, c’est du verbiage qui ne convaincs pas.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 01:15, par Ibrahim akim
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Le juge sais attrapé a un niveau. Remarquez bien ses déclarations a un moment donné : ( Je vous rappelle que suite a une enquête de la gendarmerie que le procureur a ouvert l’information et c’est le montant du préjudice qui a fait l’objet de discussion dans son cabinet). Ah ! La décision, quel DISCUSSION mr le juge ? Et avec qui mr le juge ? Le plaignant et son avocat qui vous montrait les preuves que l’enquête n’était pas terminé qui faisait l’objet de la discussion dans votre cabinet ? Ou les preuves qu’ils vous montrait que la gendarmerie n’avait pas encore fini l’enquête ? Et pourquoi vous voulez faire comprendre a l’opinion public que le montant sur le PV de la gendarmerie était de 115millions tout en sachant que la gendarmerie n’avait pas fini de faire son enquête ? Le plaignant parle des milliards et avec des preuves a l’appui et vous voulez qu’il se limite a 115millions, et vous voulez encore qu’il se tait. La vérité finira par s’éclater.a bon entendeur, Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 01:32, par djabral A k A
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Tous va ce savoir bientôt des éléments nouveau viendront s ajouter quand maître farama parlera monsieur bilgo sachez que monsieur ousmane est serein ce base sur quelque chose pour vous pointé le doigt donc en bon entendeur salu

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 04:47, par Paualis Yona
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Un juge connait bien la loi et ne l’ignore pas comme le commun des vivants. Donc sur la base de ses paroles n’importe quel non initié va l’absoudre car son argumentaire sera irréprochable et convaincant. Il faudra un autre juge "NON ACQUIS" pour pouvoir démontrer qu’il est fautif ou non. Avis gratuit !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 07:30, par sanpa
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    ’Mr Bilgho, dans ce dossier, vous y etes pour quelque chose, sans quoi, mr Ilbouda ne broncherait encore moins ne vous indexerait pour quoi que ce soit.
    Et puis, qui est fou pour repondre par l’affirmatif a une question qui le condamne ? sur ce, on vous comprend.
    Que Dieu nous sauve de la juges burkinabes

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 08:49, par L’Insurgé
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Au-delà du fond de l’interview, je tire mon chapeau à juge BILGHO pour cette sortie, c’est cela aussi être responsable et je vous félicite pour ça. Je m’étais énervée avec vous quand j’ai lu l’interview de Ousmane ILBOUDO mais sans avoir même pris connaissance de votre réponse, j’ai été très très fière de vous. Courage à vous et merci à ce journaliste qui est à la tâche sur ce dossier en interviwant les deux parties.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 08:53, par Maitrekoul 78@yahoo.com
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    ce n’est pas sérieux pour un juge .pourquoi vouloir se faire riche coute que coute. le juge doit toujours donner le bon exemple au peuple. avec tout cela quand quelqu’un parle un peu il exige qu’on le mette "au froid".

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 09:04, par Hèrèmougou
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Sa photo traduit une certaine panique. Pauvre Burkina !!!!! tu es serieusement malade de ta justice. CAMEG, ILBOUDO Ousmane, Primitif soutiré, agent trésor/ procureur koudougou, j’en passe. Des cas illustratifs pour naturellement dire que nous sommes dans un merdieux.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 09:07, par patarib taalé
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Ce sont ses gens là qui ont "catalisés" l’insurection populaire, pauvre Blaise. c’est encore eux qui risquent de faire tomber le pouvoir actuel. tous les ingredients sont là (injustice, corruption, insolence, orgueil, mepris du pauvre, manque de considération...... l’augmentation de leur salaire va encore aggraver la situation, car la janchère va encore monter.
    des juges comme RAMDE S. et autres qui gatent le nom des diaspos sont à bannir de nos juridictions, il y’a aussi d’autres ripoux, si le Gouvernement ne prend pas ses responsabilités, le peuple le verra. il faut soigner cette gangrène (ce monstre) qui devient immaitrisable. de passage laissé la bonne dame tranquille bande de .....

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 09:13, par djabral A k A
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    En écoutant tres tres bien mr ilboudou ousmane il a été victime a tous les niveau chez ses frères commerçants car personne du milieux économique na broché sa n arrive pas qu au otre il a fait confiance a notre justice e enfin décision du juge sans mr ilboudou ousmane et sans son avocat maître farama cette histoire terme beaucoup de faux coup. La solution l ouverture du dossier par un nouveau juge

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 09:22, par patarib taalé
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Faites comme bon vous semble, mais sachez une chose tout se paye sur terrain. la fin de parcours sur terre de certains de vos collègues devait être des leçons pour les autres. mais comme les évènements malheureux n’arrivent qu’aux autres, qui vivra verra. la justice émmanente de Dieux et trancendente nous jugera tous. en bon entendeur salut.
    mes excuses aux bons juges, je sais qu’il y’a encore quelques uns, mais noyé dans l’obscurentisme des voraces.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 09:45, par WALAY
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Vous savez, pour moi ce n’est toujours pas claire. Le fait même que le juge jusqu’à présent n’a pas déposé plainte me pose une problème. Quelqu’un a parlé de l’exemple KAM. En plus il y a des réserves sur les réponses du juge.
    1- il dit qu’il n’a plus revu inculpé mais affirme qu’il venait chaque fois signer un registre
    2 - il dit que "demander des informations sur un dossier ne signifie pas influencer le dossier. Moi dit que cela dépend des informations que l’on demande
    3 - il dit que l’inculpé n’est jamais venu sur son chantier alors que lui affirme qu’il quitté le pays avant la fin de son chantier. Comment de là où tu es tu peux savoir que l’inculpé n’est jamais venu sur ton chantier ? affirmation gratuite
    Les juges doivent faire plus pour se défendre. Si on li entre les lignes il y a beaucoup à redire. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 09:56, par le justicier volant
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    depuis 2013 pour une affaire aussi claire !
    ça c’est quelle justice, quelle justice au faso
    ça c’est quelle justice oh quelle justice, quelle justice au faso

    Bientôt les magistrats vont traverser la frontière continuez seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 10:22, par Serge yameogo
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je pris certains d’essayer de connaître plus le rôle du juge : il applique la loi, Il ne la créée pas. s’il n’y a pas de loi qui puni un individu ou un fait. Que voulez vous qu’il applique. Demander plutôt à l’assemblée nationale et au gouvernement de faire les textes qu’il faut...... La justice ne peux ecloire que dans le calme et hors du désordre... merci Je pris certains d’essayer de connaître plus le rôle du juge : il applique la loi, Il ne la créée pas. s’il n’y a pas de loi qui puni un individu ou un fait. Que voulez vous qu’il applique. Demander plutôt à l’assemblée nationale et au gouvernement de faire les textes qu’il faut...... La justice ne peux ecloire que dans le calme et hors du désordre... merciJe pris certains d’essayer de connaître plus le rôle du juge : il applique la loi, Il ne la créée pas. s’il n’y a pas de loi qui puni un individu ou un fait. Que voulez vous qu’il applique. Demander plutôt à l’assemblée nationale et au gouvernement de faire les textes qu’il faut...... La justice ne peux ecloire que dans le calme et hors du désordre... merci

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 11:36, par warba
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Mr serve yameogo ,halidou a reconnu les faits et devait se trouver derriere les barreaux et non en liberte pour dissimuler ses vols et concocter des strategies avec ses complices en nargant son oncle. bonnes gens ne faites confiance qu’a vos propres enfants car lesneveux et les cousins ce n’est pas bon pour les affaires.La justice doit rendre justice a ousmane et rayer le juge du barreau du FASO et de la CEDEAO

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 11:52, par Non lieu partiel
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Il dit non lieu partiel. Mais est ce que le juge sait que son français du palis n’a pas de sens dans nos rues ?
    En tout cas dans ce pays il n’y a pas de palais de justice mais des palais de jugement !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 12:00, par WARABA
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je ne sais pas si j’ai bien compris. le juge BILGhO dit :" Oui, l’intéressé a bénéficié d’une liberté provisoire mais pas parce qu’il serait le beau-frère du Procureur mais parce qu’il a remboursé le montant de 2.500.000 fcfa que l’inculpé lui avait prêtée." Si je comprends bien, est ce par ce que l’intéressé n’avait pas remboursé son prêt c’est pourquoi il avait été détenu par le juge ? depuis quand le prêt, un contrat hautement civil de par sa nature, dont librement conclu par les parties devient subitement une infraction pénale ? si tel est le cas, je doute très sérieusement de la sincérité ou du moins de la qualité de ce juge. Mieux, la loi n°35-2001/AN du 12 décembre 2001 portant, composition, attributions, organisation et fonctionnement du conseil supérieur de la magistrature (promulguée par décret 2002-27 du 5 février 2002, J.O.BF du 14 février 2002, p.239) impose au magistrat en son article 38 le serment suivant : "Je jure et promets de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de garder religieusement le secret des délibérations et de me conduire en tout en digne et loyal magistrat".Aidez-moi svp les éminents juristes !!!

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 14:41, par Boubacar
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

      Je ne suis pas juriste mais je ne suis pas profane en droit non plus. Je pense que les 2 procédures (civil et pénal) ne devraient pas s’exclurent ici. D’une part, le civil qui devait déboucher sur un jugement où une affaire claire de ce genre devait permettre de saisir rapidement tous les biens de Ilboudo Alidou et ses acolytes jusqu’au remboursement total du dû avec intérêt à Ousmane Ilboudo. D’autre part le pénal où Alidou devrait être condamné pour escroquerie, abus de confiance.

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 12:01, par sergy
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je ne crois mot de ce que raconte ce magistrat. Pour la simple raison que pour moins que ça, des magistrats ont trainés des citoyens devant les juridictions, or les accusations du sieur Ilboudo sont gravissimes. Si tout ce qu’à dit Mr Ilboudo était faux ,il y a longtemps qu’il serait en prison pour diffamation.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 12:45, par Homme intègre
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Faut continuer de mettre le feu sur les juges. On verra comment tout ça va finir.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 13:02, par KOBINABA
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Felicitation avant tout propos au journaliste pour la pertinence de ses questions.Si vous vous rappelez je disais sur cette meme semaine que les corrompus de tout les secteurs on un avantage celui de l absence de preuves.Ce que les gens doivent savoir Un Commercant Sauf pousse a bout n est Fou pour se chercher des problemes en accusant des Juges.Eux ont une posture confortable prendre l argent des Gens dans le noir et te demander de donner Des preuves.Ce que les Juges ne savent pas c est que quand tu donnes de l argent a un jugent a coup sur tu vas parler a ton entourage ou a tes amis.et des cas comme cela on entend tous les jours.La derniere un ami auxilliaire de justice m a raconte L histoire d un jeune qui a obtenu la liberte provisoire apres paiememt de 200.000.Il a essaie de voyager avec un faux document en provenance de la Cote d Ivoire.Les jugent savent que si on te Libere tu disparais et c est fini.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 13:41, par En passant
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Avec cette réponse vous tentez désespérément de nous convaincre ,mais pour moi ,vous n’avez pas réussi. Si vous dites que Monsieur ILBOUDO Ousmane a fait des déclarations mensongères, alors , déposer une plainte et aidez nous à vous croire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 14:19, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    MERCI MONSIEUR LE JOURNALISTE.CE JUGE-LÀ EST LE PROTOTYPE DES JUGES CORROMPUS. MÊME HORS DU PAYS IL CONTINU DE METTRE DES BATONS DANS LES ROUES DE OUSMANE.

    J’AVAIS DEJAS DONNÉ MON POINT DE VUE SUR CE DOSSIER QUI PEUT ETRE LE DEBUT D’UNE REVOLUTION CONTRE L’APPAREIL JUDICIAIRE.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 14:50, par panga
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Ca fait pitier. Toi aussi mr le Juge tu nous prend comme des idots ou quoi ? C’est a peine que tu arrive a convaincre avec tes gros vocabulaires. De toute les facon mr ILBUDO OUSMANE n,attend que ca. Que tu face ce que tu as dis : defamation ?. Dans tout ca c’est maître Farama qu’on veut ecouter seulement pour bien saisir le vrais fond du problem. Une justice tres pourris et voicii ce que ca resemble. Une autre insurrection nous attend

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 14:54, par Guy Kameny
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Ce monsieur -la a fait un seul jour de droit vraiment ? Il ne connait pas le mot diffamation ou quoi ? S’ il sort ici raconter son laius, c’est que sa bouche est mouillee de farine deja. il va parler reellement comment la ou on l’ attend ? On te diffame, tu es juge et c’ est la presse toi tu prends a temoins ? Hey ! le mogo, tu as vu, le90 pour cents ne te croient pas. Surtout quand on sait la pratique des juses d’ ojod8. Attaque le gars en justice si tu es sur de toi. Point barre. Sinon, depenses moins les sous que tu as recus car tu vas rendre gorge. Nous voulons faire confiance a notre justice mais comment ? Ils veulent etre tous riches. aujourd’ hui et ici. La prochaine revolution va s’ eclater sur les juges. Les bons n’ ont qu’ a empecher ca sinon ca va eclater sur vous tous. On est fatigues mainant.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 15:42, par RATA SIDA
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Si ce magistrat arrive à accéder à un poste à l’international grâce à un ami et non pas par compétences je conclu que tout ce qu’il raconte est à vérifier.Comment un magistrat puisse commettre un tel acte et accepter le dévoiler au public ?Il est tout simplement habitué aux deals.Tout finira par se savoir un jour.Merde de magistrat !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 15:52, par SAPO
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    J’ai connu ce jeune, un peu timide et peu bavard , quand il était toujours au lycée. A le lire , on sent la franchise , la sincérité et l’honnêteté dans ce qu’il dit. Beaucoup de courage à toi ! et garde toujours ton intégrité. Tu as l’avenir devant toi.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:10, par RATA SIDA
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Si ce magistrat arrive à accéder à un poste à l’international grâce à un ami et non pas par compétences je conclu que tout ce qu’il raconte est à vérifier.Comment un magistrat puisse commettre un tel acte et accepter le dévoiler au public ?Il est tout simplement habitué aux deals.Tout finira par se savoir un jour.Merde de magistrat !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:53, par Le fou du roi
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Réponses trop parfaites pour être vraies.
    Dans la foulée, tu redores ton propre blason, celui des avocats, du Procureur du Faso, des juges en général et des rapports entre eux, de l’institution judiciaire, des syndicats de magistrats, du Conseil Supérieur de la Magistrature, du Ministère de la Justice, de la Gendarmerie de Boulmiougou, etc.
    Mon gars, ça pue le mensonge tout çà ! Ne nous entube pas. Si les choses étaient si roses au Burkina, ça se saurait et il n’y aurait pas eu d’insurrection. On est tous au Faso ici. Il n’y aura jamais de preuves pour t’impliquer. Même François Compaoré réclame des preuves pour les accusations faites contre lui.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 17:03, par DIEU MAUDISSE LES DICTATEURS
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Depuis que GUIRO a beneficie d’une liberte provisoire pour aller se soigner et se retrouver entrain de battre campagne pour etre conseiller dans son village, le peuple croit a tout sauf a la justice de ce pays. En son temps le Procureur General a fait une conference de presse pour expliquer et a meme dit qu’on ne peut pas lui refuser son droit de se soigner.
    Un peuple narguer par une justice a mille vitesses.
    Salifou DIALLO, le President de l’Assemblee Nationale dit que les juges sont devenus des affairistes, Soumane TOURE a appele a un coup d’Etat contre ce pouvoir actuel et ils ne sont pas inquietes. La justice n’a donne aucune explication, le Procureur du Faso par son parquet n’a pas etudie leurs propos. Safiatou LOPEZ, interpelle face aux liberations des putschistes pour un peuple qui a resiste et perdu des vies en disant de faire attention sinon le palais connaitra le sort de l’Ancienne assemblee et voila que le parquet etudie ses propos et deja un proces tenu et reporte.
    Le peuple va penser quoi de notre justice ?
    A la cour de cassation on a vu deux decisions sur la meme affaire le meme jour et un plumitif surcharge.
    Dans l’affaire Thomas Sankara que n’a-t-on pas vu ? Et depuis le depart de Blaise le dossier avance et meme des gens sont inculpes, Blaise lui-meme est inculpe et un mandat d’arret lance contre lui. Apres 27 ans de manipulation du dossier.
    Dossier Norbert Zongo, on ne peut plus parler car la justice a verse sa figure dans ce dossier et totalement et personne au Burkina ne croit a la justice de ce pays encore.
    De pauvres personnes sont en prison et malades ne sont pas liberes et voila des militaires ayant recu une formation commando et en bonne sante qui ont fait un putsch avec le General Diendere sont liberes. Donc voler un carton de sucre au Burkina est plus grave que faire un putsch et oter des vies d’honnetes citoyens ? Vraiment la justice de mon pays a mille vitesses fait tres mal au coeur.
    Quant au dossier Bilgho, on a votre version des faits mais certains de vos propos sont graves et remettent en cause votre honnetete :
    1-vous remerciez celui qui vous a aide a avoir un poste a l’international alors qu’on pense qu’on recrute sur la base des competences, dans pareille situation il y a eu soit corruption, soit favoritisme a votre egard ce qui est condamnable ;
    2-Vous avez attendu que les journalistes viennent vers vous pour donner votre version des faits et non decider de votre propre initiative de donner votre version des faits ;
    3-C’est dans l’interview et apres une question du journaliste que vous dites que vous allez porter plainte ;
    4-Vous etes cite dans d’autres dossiers de millions ou vous etes implique.
    En attendant une elucidation et pour sur que les magistrats ne vont pas se proteger, QUE DIEU MAUDISSE LES DICTATEURS.
    A lefaso.net pourquoi certains ont plusieurs reactions et moi ma reaction avant beaucoup n’est pas encore passee. merci de laisser passer moi je n’insulte personne, mes reactions sont objectives.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 17:32, par Ka
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Ce juge nous prenne pour des nez percés : On se connait dans ce pays qui n’est qu’un petit village. Tu as utilisé le neveu pour remplir tes poches et ruiné l’oncle. Tes arguments ne sont pas convaincants selon la loi. Un juge ne doit pas être en amitié de loin ou de près aux victimes ni les accusés. Tu n’es qu’un juge escroc et manipulateur. Connaissant l’accusé, tu devais remettre le dossier a un autre juge neutre, mais l’odeur de l’argent t’a plombé, et tu as oublié ton serment de juge. Selon tes arguments, tu as manipulé la victime et l’accusé. Attention à ce que tu dis en sautant la vérité, il y a des éminents juristes au Burkina qui peuvent te condamner sur cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 17:39, par KOBINABA
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Avez vous deja vu un corrompu prendre un cheque ? Jamais. Ousmane aura des probleme pcqu il s est attaque a plus fort ; les juges. Et ils vont lui faire payer.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 17:50, par leduc
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Le peché de la justice burkinabé et de ses animateurs ( magistrats) c est d etre obligés d appliquer un droit importé et donc incompris du peuple au nom de qui la justice est rendue. Lorsqu on lit certains commentaires, comme celui du koro yamyele, on se rend compte de cet etat de fait et le drame est que ces gens ne cherchent même pas à comprendre avant de parler. On vient comme SOTRACO et on pense avoir raison.
    La seule option pertinente ds cette affaire, c est celle qui veut que le juge BILGHO porte plainte contre Ousmane ds le but d élucider l affaire. J encourage le juge ds ce sens. Mais avant, je le félicite pour avoir bien voulu apporter cette réponse. Seulement, qu’ il ne s avise même pas à répondre à ces internautes auxquels le net à permis de débiter de telles salades qui ne sont comparables qu’ à leur ignorance. Ils ignorent même jusqu’à la presomption d innocence, sauf si ce sont eux ou leurs parents qui sont en cause. Vraiment triste.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 18:11, par SorSoaba
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Hé ! La liberté d’expression quand tu nous tiens......

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 21:49, par le singe armé
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    attention à ne pas avaler des couleuvres !
    j’ai l’impression que dans ce dossier beaucoup parlent bien de ce qu’ils ignorent tandis que le juge parle mal de ce qu’il maîtrise. par exemple, dans ce dossier, le juge a t-il mentionné avoir eu au téléphone Dramane YAMEOGO alors ministre de la Justice pour d’éventuelles dérives ? s’en souvient-il, l’a t-il oublié ? pour l’instant ce débat est l’un de ceux qui ont plus de valeur que de sens. l’avenir reconstituera le puzzle et permettra aux uns et aux autres de se ressaisir et penser au pardon pour un Burkina uni et travailleur.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 23:34, par sylvie la belle
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Dans la nouvelle constitution je préconise qu’on mettent en place une police capable enquêtée sur les juges dont les noms sont cite dans des dossiers c’est a dire les pourris .je pense en ce moment ceux qui adorent le slogan fait le coup ont te protège resteront tranquille ces ma suggestion.ceux qui demande a mr bilgho de posé plainte il ne peut pas il est mouillé selon mr ilboudou ousmane

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 23:40, par Yeeliba
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    Je voulais poser la question a Sida de savoir en quoi le juge s’est fait avoir ? L’entretien a été fait en français et nul part je n’ai perçu un tel fait.....
    par ailleurs, Nul part il n’ a été dit que le plaignant n’avait pas raison...bien au contraire mais il n’ a pu établir les preuves que son préjudice s’élève à des milliards.....
    J’ai lu les deux interviews et mon opinion sur cette affaire est que M Ousmane a été bien dépouillé par Halidou, que la décision de justice rendue ne le satisfait pas parce qu’il n’est pas rentré dans son droit qui est peut être que le neveu soit enfermé à perpétuité pour son crime et qu’il soit dépouillé auparavant de tout ce qu’il semble posséder (directement ou indirectement). Mais déjà, il parle d’un compte à 2 milliard et plus....cela est facilement vérifiable et nous saurons qui de la victime ou du magistrat dit vrai. Par ailleurs, il faut interviewer l’avocat M Farama pour nous éclairer d’avantage.
    Enfin, si c’est vrai que cette affaire s’élève à des milliards, ce serait la conséquence de la gestion en boutiquier, au lieu de débourser un peu pour s’attacher les services de gestionnaires qualifiés......

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:03, par Ka
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    ’’A’’ Yeeliba 76 : Totalement d’accord avec toi : L’oncle a été dépouillé par le neveu, dont le juge a profiter pour dépouiller le neveu avec un abus de pouvoir en tant que juge. C’est pourquoi ce juge ne peut convaincre même pas son propre enfant de son innocence. Normalement dès que le juge a su que le neveu était fautif, il devait sanctionner comme il se doit en condamnation ferme suivi des remboursements de la somme détourné. Mais voilà, comme tout juge corrompu qui a senti l’odeur de l’argent facilement gagné, il s’est abstenu de la voie judiciaire classique, en utilisant une justice en miette pour rester en contact avec le bouffon neveu, pour abuser de son pouvoir, et soutirer au maximum d’argent qu’il faut au neveu fautif. Ce juge doit être poursuivi pour un abus de pouvoir et d’escroquerie. Pour le nouveau Burkina, il nous faut des juges compétents et honnêtes, et mettre les juges corrompus au rebut en les envoyant gouté la soupe de la MACO. Tous les juges du Burkina en 2016 sont tous des juges corrompus de l’air Compaoré, recyclés pour le régime Roch Kaboré, afin de sauver des amis et des proches, qu’il faut les mettre tous au rebut, et reconstruire une vraie justice au Burkina avec des juges intègres et honnêtes.

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 19:25, par leduc
      En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

      Ka, va d abord apprendre le droit avant de revenir donner ton point de vue sur cette question. Tu dis n importe quoi. Vraiment n’importe quoi.

      Répondre à ce message

      • Le 5 novembre 2016 à 15:28, par Sonia
        En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

        Toi leduc ! Tu es docteur "es" droit ? Tu es qui pour exclure des personnes de ce forum ? Va créer leduc.net et écris seul dessus. Laisse Ka exprimer librement son point de vue, c’est la tribune de lefaso.net, pas droit.net, un espace spécialisé et corporatiste.Tout le monde est toujours invité avec la promesse et la perspective de faire profiter le lectorat d’expressions multidisciplinaires.
        Relis toi, corrige tes fautes avant toute chose.

        Répondre à ce message

        • Le 7 novembre 2016 à 18:53, par leduc
          En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

          Sonia, en revisitant tous tes commentaires, je me suis rendu compte que tu sais simplement répondre aux commentaires des autres. Reviens ouvrir le débat avec moi quand tu auras laissé un commentaire sur le sujet lui meme. Là, j aurai l occasion d apprécier l opportunité de discuter droit avec toi. Merci

          Répondre à ce message

          • Le 8 novembre 2016 à 01:50, par Sonia
            En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

            Bonjour leduc !

            C’est très aimable a toi de m’avoir adressé un post. Crois moi, j’ai été très heureuse de te lire. Avant toute chose, je voudrais porter à ta connaissance que je suis cette affaire depuis un certain journal d’investigation bien connu et lu. J’en connaissais donc un bon bout avant le présent article C’est juste ! dans ce forum, j’ai titiller d’autres internautes : Anna, yameogo et cerise sur le gâteau, le Juge lui même. Il me parlait de procédures et moi, de logique. L’objectif est de créer de l’interaction, propice à la fécondité des échanges, Ta réaction me satisfait entièrement car le seul droit que je sollicite pour Ka et tous les autres internautes, c’est de participer au forum sans être nécessairement "spécialistes en ..."

            Cordialement.

            PS : Zut !!! Navrée, je viens de "simplement repondre au commentaire de....toi"

            Répondre à ce message

        • Le 7 novembre 2016 à 21:54, par leduc
          En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

          Pour le moment, je m impose le devoir de ne pas répondre à tes medisances, sauf à t apprendre que le sujet en discussion étant judiciaire par excellence, il est tout à fait bienseant que tous les intervenants aient un minimum de notions en la matière. Cela n enrichira pas seulement le débat, mais aura aussi l avantage de nous épargner les propos qui n ont ni queue ni tête. Je n aurai même que faire de tes commentaires si je m aperçois que tu ignores le minimum nécessaire pour te mêler au débat. On ne raconte pas sa vie lorsqu il s agit de sujet aussi sérieux.
          Pour les fautes, je te laisse la possibilité de les corriger. Mais avant, ai l amabilité de corriger les tiennes d abord.

          Répondre à ce message

          • Le 8 novembre 2016 à 12:55, par Sonia
            En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

            Je crois avoir reçu ton dernier post en retard. Non, il n’y a pas eu de médisances, ça s’est sûr. C’est juste ce je dit : tout le monde peut donner son avis sans être un érudit. Tu imagines ? S’il faut à chaque article des interventions de spécialiste, ça risquera de devenir fade, insipide ? Limitatif ? N’est-ce pas ? Les puits de lumière peuvent aussi apprendre des ignares et inversement. Je ne défends pas Ka. Il peut très bien s’en sortir. Seulement s’il décidait de te repondre, vous seriez partis pour un pugilat de réthorique, pas nécessairement honorable. Note comment ma réaction a pu te faire sortir de tes gongs.Cependant, tous 2, vous avez du potentiel (c’est indéniable, parce que je vous lis), de nature à enrichir le débat sans invectives ni sarcasmes.

            Je vais te dire, je titille plus souvent et plus vertement un internaute, Poko. Seulement, hier j’ai reçu un de ses posts relatif à "Affaire coup d’état de Gaston COULIBALY, François Compaoré dément". Post N° 73. Il m’annonçait la perte cruelle de son frère suite au palu dengue. Je suis tellement affligée que je n’ai pas encore trouvé le mot pour lui traduire l’amplitude de ma compassion. Tu vois, même un pseudo revêtu de la tunique de l’anonymat m’est devenu si proche que je me sens solidaire de sa douleur. Je ne sais même pas pas s’il est spécialiste en putsch ou en stratégie militaire mais il est humain, dans ce forum ou ailleurs, on interagît, son point de vue compte, le tien aussi, celui de Ka également et ça me suffit amplement que TOUT LE MONDE puisse participer. Voilà mon credo.

            Encore une fois de plus, crois moi, il n’y a pas d’injure là où on en a pas mis.

            cordialement.

            Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2016 à 08:11, par LE VILAIN
    En réponse à : Affaire SACOM : Gravement mis en cause par Ousmane Ilboudo, le juge Rodrigue Bilgho réagit

    JE CROIS QUE MONSIEUR ILBOUDO A RAISON SUR LE COMPORTEMENT DE CE JUGE REVOYONS CETTE PARTIE QUI RELATE :"Maître FARAMA a eu à assister un inculpé qui était accusé de détournement de deniers publics dans un de mes dossiers. A la fin de l’instruction, son client a été innocenté et ce n’est pas parce que c’est lui que son client a été innocenté, c’est ce que l’instruction a permis d’établir. Je ne regarde donc pas les têtes des avocats avant de faire mon travail. Je vois aussi qu’il m’a accusé d’avoir tenté de corrompre à plusieurs reprises Maître FARAMA, ce qui est archi-faux. Si de telles tentatives avaient existé, ce n‘est pas lui qui allait en parler mais Maître FARAMA lui-même quand on sait qui il est. Il n’a pas peur de moi pour se taire face à un tel affront." JUSTE POUR DIRE QU’IL (LE JUGE) N’APPRÉCIE PAS LA PRÉSENCE DU MAITRE FARAMA A CAUSE DE SON FRANC PARLER
    "A la fin de l’instruction, son client a été innocenté et ce n’est pas parce que c’est lui que son client a été innocenté, c’est ce que l’instruction a permis d’établir" PARDON JE CROIS QUE TU DEVRAIS REVOIR TES COURS DE MAGISTRATURE SINON TEL EST LE CAS ON N’A PAS BESOIN DES AVOCATS ET ON LA JUSTICE MÊME VA INNOCENTER LES ACCUSES.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés