Si j’étais…

Ceci est une tribune de Boubacar Elhadji sur la gouvernance post insurrection. • samedi 29 octobre 2016 à 03h30min

L’insurrection des 30et 31 Octobre 2014 et la transition burkinabè ont été d’un certain succès. Cependant, la réconciliation nationale n’est pas gagnée pour autant. A travers ces personnalités prises comme personnages dans ce texte, c’est une invite à une grande introspection qui est suggérée. Chez les individus comme chez les peuples, l’humilité et le repentir sont sources de sérénité, de paix, de stabilité, de progrès et de bonheur. C’est ce message que nous souhaitons partager avec nos concitoyens, en particulier la jeunesse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Si j’étais…

Si j’étais
Si j’étais, si j’étais, si j’étais…

Il semble qu’avec si, Ouahigouya peut se retrouver dans une bouteille, tous les rêves peuvent devenir réalité. Avec si, l’homme peut déplacer le Kilimandjaro et même l’Everest. Le paysan de Kontigué peut se proclamer maître du monde, Pape et tout ce qui lui passe par la tête. Avec si, Naba Kiiba peut se prendre pour le Koupendiéli. Avec si, le Pr Salaka Sanou peut se hisser au niveau de Arba Diallo, le Pr Alkassoum Maïga se prendre pour l’éminent Ali Lankoandé. C’est avec si que Roch Marc Christian Kaboré a eu la chance d’avoir mon oncle Paul Kaba Thiéba comme premier premier ministre. Avec si, je pense que moi-même je peux affecter Jean-Martin Coulibaly ouvrir le Lycée technique de Sampelga. Tenez, c’est vrai, avec si, Sampelga peut devenir la capitale du Burkina Faso, du Japon et des USA en même temps. Mais que ferai-je si ?

Si j’étais,
BLAISE COMPAORE ?

Sans renoncer à ma nationalité ivoirienne - question de droit qui suggère certes l’indignation de mon peuple, mais question de droit tout de même que mon peuple légaliste aurait accepté n’eût été les circonstances qui m’ont conduit à cet acte que je regrette déjà - j’aurai le courage de Beyon Luc Adolphe Tiao. Je rentrerai chez moi, burkinabè que je suis comme tous mes concitoyens. J’assumerai ma gestion du Burkina Faso et mon histoire. Sachant que je suis mortel et que mon inéluctable rencontre avec le seigneur ne dépend pas de moi, je me hâterai de prendre rendez-vous avec mon destin. Je saisirai l’opportunité que ce destin m’offre pour me réconcilier avec mon peuple. Je me présenterai un matin à la justice de mon pays. Justice et peuple burkinabè me voici. Je suis Blaise Compaoré. Je suis venu pour contribuer par le repentir à l’écriture de l’histoire du Burkina Faso durant ma gestion. Je réclame un procès public, retransmis en direct par les médias publics et privés sur toute l’étendue du territoire national. Tous mes compatriotes doivent m’entendre et non s’entendre relater mon repentir. C’est la condition pour que je parle. Que je parle du 15 Octobre 1987, date qui a ouvert les portes de l’innommable pour mon peuple moi en premier. Que je vous livre les entrailles de cette date et ses conséquences individuelles et collectives sur un peuple jadis intrépide, travailleur et intègre. Compatriotes, écoutez. Ecoutez cette symphonie engendrée par le remords. Voici ce que j’ai fait durant mes vingt et sept ans de pouvoir. Maintenant que vous savez le sens des évènements de ce jeudi qui porte le sceau de nos meurtrissures, je m’en vais vous conter les autres négations du droit à la vie dans notre cher pays, vous révéler les fondements du sabordage de notre économie. Dans toutes les tragédies qui ont éprouvé notre peuple durant mon pouvoir, je proclame et j’assume dans l’intégrité retrouvée, les responsabilités qui sont les miennes. Je ne peux pas me soustraire à mon destin. Je n’ai donc pas intérêt à différer notre rencontre. Ainsi ai-je décidé de ne pas être BEN ALI de l’Afrique subsaharienne mais MOUBARAK de cette Afrique. Au commencement était la vérité. A la fin, la vérité sera.

Si j’étais, si j’étais, si j’étais
YAKOUBA ISAAC ZIDA

Je rentrerai au Burkina Faso ma terre promise. Burkinabè qui dissertent à longueurs de journées et de nuits sur ma fortune et mon rôle supposé ou réel dans les évènements des 30 et 31 Octobre et du début Novembre 2014, moi, général Yakouba Isaac Zida ou si vous voulez capitaine ou caporal Zida, peu importe, je suis de retour et vous dis ceci : comme tout être humain, j’ai à côté de mes qualités des défauts. Normal. Puisque chez la plupart des individus comme chez les peuples, noblesse et turpitude se côtoient.Avant, après et durant ces dates inscrites désormais en lettres d’or dans les annales de notre histoire, moi, Yakouba Isaac Zida, j’ai joué tel et tel rôles. En pareille circonstance où la réconciliation nationale passe par la vérité, nous n’avons pas besoin de savoir seulement ce que chacun de nous a fait de bien pour ce pays. Nous avons aussi et surtout besoin de nous parler sur nos fautes et erreurs pour exorciser le mal dans notre société. Pour ma part, j’ai fait ceci, j’ai fait cela. Aussi bien pour ma fortune que dans notre vaillante armée nationale et sur le terrain politique, vous savez maintenant ce que j’ai fait. Au commencement était la vérité. A la fin, la vérité sera.

Si j’étais, si j’étais, si j’étais,
ZEPHIRIN DIABRE

J’irai voir le président Roch Kaboré. Je lui rappellerai ma démarche au soir de sa victoire. Je lui dirai que je viens, mandaté par tous les partis politiques membres du CFOP et par toutes les Organisations de la société civile (OSC), parachever mon geste qualifié d’historique. Je viens pour qu’ensemble, nous mutualisions nos efforts afin de réaffirmer solennellement à notre peuple, à la jeunesse en tête, que nous sommes à un tournent de notre histoire. Et que la providence nous a jusque-là épargné ce que d’autres peuples ont malheureusement subi. Et que si nous la provoquons, la sanction tant redoutée pourrait être inéluctable. Je lui dirai que les trois (3) jeunes qui m’accompagnent sont là au nom des organisations de la société civile. Ma démarche n’est donc pas unilatérale, encore moins celle des partis politiques uniquement. Monsieur le président, ni moi ni personne dans ce pays n’a la prétention de s’élever à la sainteté. Peut-être que tout ce que vous et moi avons fait ensemble au CFOP n’est pas irréprochable. Peut-être que vous et moi avons plus de défauts que de qualités. Il peut en être de même pour ces trois(3) jeunes ici présents et pour chacun de nos concitoyens. Je viens donc vous témoigner, la main sur le cœur, au nom de l’avenir de ce pays, que les partis membres du CFOP et toutes les OSC, m’ont mandaté pour vous dire qu’ils sont à votre disposition. Tous nous sommes disposés à mutualiser nos modestes qualités pour que sans calcul, dans l’intérêt supérieur de notre pays, nous donnions une autre leçon à l’Afrique et au monde. Je suis venu vous dire que tout le monde est prêt pour entamer le processus de refondation de notre société et de toutes nos institutions. Votre mandat, excellence monsieur le président, est l’ultime chance que nous avons pour nous retrouver et déterminer ensemble les moyens susceptibles de nous permettre de repousser les affres de la division, de bannir la mal-gouvernance, de retrouver notre intégrité et poser les bases d’un développement économique et social véritable. Les burkinabè sont un peuple capable de transcender toutes les situations quand il s’agit du Burkina Faso. Au commencement était la vérité. A la fin, la vérité sera.

Si j’étais, si j’étais, si j’étais
ROCH MARC CHRISTIAN KABORE

J’exprimerai ma satisfaction au plus grand mangeur d’arachide du Faso. Je ne lui ferai pas l’injure du merci pour son geste qui relève de ses devoirs d’intellectuel capable de s’élever et de se libérer de tous les liens. Je le mettrai en relation avec son maître, le grand frère Bado Laurent. Mais avant, je prendrai le temps de lui expliquer le travail fait par le vieux gourounsi dans le sens d’une refondation profonde de notre société. Cet ‘‘éminent ‘’ amateur de dolo a fait le même travail au sein des partis politiques de la majorité présidentielle. Individuellement et collectivement, au sein de cette majorité, unanimement, sous son management, tout le monde s’est engagé à dire sa part de vérité et à assumer ses responsabilités dans tous les évènements qui ont marqué notre histoire. Au moment venu et choisi par le peuple. Je ferai une déclaration en direct sur toutes les chaines des médias publics et privés pour annoncer aux burkinabè que s’il le faut, le reste de mon mandat sera consacré à redéfinir les bases de notre reconstruction. Durant tous les travaux que je souhaite tout de même ne pas excéder 18 mois, il n’y aura ni majorité, ni opposition politique. Nous nous consacrerons à redéfinir le contrat social qui doit nous lier. Les assises nationales qui nous ouvrirons ces nouvelles perspectives prendront en compte toutes nos préoccupations. Il s’agira de diagnostiquer ce qui va et ce qui ne va pas dans notre société et de dégager des perspectives. Rien ne sera occulté. Une large place sera accordée à la gouvernance à tous les niveaux, à la sécurité, à la justice, au financement de notre développement, à nos valeurs, à l’engagement des masses (populaires ?) pour un développement endogène, à la fonction publique. Ah ! La fonction publique burkinabè. Tout y est à remettre à plat. Finis les privilèges. Je demanderai à la commission qui se chargera de relire les textes de cette fonction publique de ne mettre aucun secteur au-dessus de l’autre. Qu’il n’existe plus d’injustices et que l’iniquité déménage de nos institutions. Si d’aventure, un secteur public ou privé se prenait pour supérieur ou plus important à la vie de la nation que les autres, j’inviterai tous les autres à cesser le travail pendant un (1) mois et laisser le secteur orgueilleux seul fonctionner. On verra où le magistrat va se soigner, éduquer ses enfants, se ravitailler en vivres, s’informer, comment il va se déplacer, trouver de l’eau et de l’éclairage pour sa famille, comment il va accéder à son salaire…L’enseignant qui a éduqué le juge, le médecin, moi-même président, pourra-t-il continuer à exercer son métier s’il n’a pas où se soigner, se ravitailler en vivres, s’informer, s’il n’arrive pas à se déplacer, à trouver de la nourriture, de l’eau et de l’éclairage pour sa famille, s’il n’a pas accès à son salaire ? Si l’infirmier se laisse convaincre qu’il peut prendre la société à la gorge, je demanderai aux autres de lui fermer boutique. Tout le monde verra s’il pourra continuer à exercer son métier qu’il place au-dessus des autres, si tous les actes administratifs dont il a besoin ne lui sont pas délivrés, si le gendarme ne sécurise pas son environnement, si le boutiquier refuse de lui vendre même une boite d’allumettes, si les banquiers lui ferment leur grille, si les journalistes refusent de l’informer, si même le pharmacien ne lui permet pas d’accéder aux produits nécessaires aux soins. On verra comment l’informaticien sans les autres pourra prouver qu’il est mieux qu’eux si l’électricien ne lui fournit pas le courant, si le maire refuse de célébrer son mariage, si l’enseignant lui renvoie son enfant, si le médecin refuse de soigner sa femme. Imaginez que l’air, l’eau et la nourriture se mettent en rivalité. Que deviendra la vie ? Je rappellerai à mes compatriotes cette petite histoire connue dans nos sociétés : « un jour tous les organes ont tenu un conseil de famille. Tous étaient conviés à ces retrouvailles familiales excepté le sphincter. C’était pour désigner le plus important de tous. Chacun a affirmé être le plus important. Après la rencontre, les différents organes ont repris leurs fonctions respectives. Par la suite, le sphincter qui était mécontent, a refusé de s’ouvrir pour libérer ce que tout le monde sait. Tous les organes ont ressenti les conséquences et la vie était sérieusement menacée. Un second conseil de famille fut convoqué d’urgence, bien entendu avec le sphincter comme invité d’honneur. La suite ? Le sphincter fut démocratiquement désigné comme étant le plus important. » Restons donc humbles et modérés, restons unis et l’histoire retiendra encore notre exemple.
Au commencement était la vérité. A la fin, la vérité sera.

Si j’étais, si j’étais, si j’étais,
NOEL ISIDORE THOMAS SANKARA

Du paradis je dirai : burkinabè, vous êtes en train de perdre votre statut de peuple au profit de celui de la population. De plus en plus, les valeurs qui caractérisent et qui unissent les burkinabè tendent à disparaître. La haine et l’orgueil semblent prendre position dans les cœurs entrainant des divisions. Or, vous vous rappelez que c’est dans l’unité que durant les quatre (4) années que nous avons passé ensemble, nous avons pu réaliser des merveilles. Maintenant que vous avez l’opportunité de redéfinir les conditions de votre vivre-ensemble conformément à vos valeurs et à vos aspirations, écoutez ROCH et ZEPHIRIN. Ils ont pris la meilleure résolution au meilleur moment. Que personne ne cherche à les diviser mais que tous travaillent à les rapprocher. Que tout le monde les accompagne et accompagne les partis politiques et les OSC dans leur volonté de redéfinir le Burkina Faso. D’ores et déjà, je mets en garde tous les pêcheurs en eaux troubles, tous les orgueilleux et les prétentieux déçus qui veulent gouverner à la place du prince. Du reste, j’ai pris des dispositions pour m’occuper personnellement des opportunistes de toutes sortes et de tous ceux qui, dans leur for intérieur, ne sont pas sincères et en accord avec cette nouvelle entreprise qui fera du Burkina Faso un exemple à suivre en Afrique et dans le monde. Je ne vous demande pas de refaire la révolution. Mais je dois vous dire qu’il y’a un prix à payer pour réaliser vos rêves. Des forces opposées au bien sont tapies à l’intérieur, peut-être même au cœur du pouvoir et à l’extérieur du pays pour vous faire manquer vos objectifs. Je suis votre allié pour les combattre. Mais seule votre unité consacrera leur échec.

Peuple burkinabè, en particulier la jeunesse, je vous remercie de chanter à longueur de journée mes louanges. Cependant, ceux qui m’ont connu savent bien que l’encensement n’a pas d’effet sur moi. Ce qui peut me rassurer, c’est que tout le monde incarne les valeurs que je défendais. Par moments, je suis troublé dans mon sommeil par des comportements qui contredisent les références faites à ma modeste personne. Comment pourrai-je dormir quand des gens se réclamant de mon idéal sont irréguliers à leur poste de travail ? Comment pourrai-je me reposer s’ils ne sont jamais à l’heure au service ? Quand dans le fond ils s’occupent de leur intérêt au détriment de celui du peuple ? Quand je doute que 25 % de ces gens soient capables de 25 % des privations que je m’étais imposée ? Que tous ceux qui se réclament de mon idéal se regardent dans le miroir chaque matin et me recherchent dans leur image. S’ils m’y trouvent je leur dis courage. Dans le cas contraire, qu’ils me laissent maintenant reposer en paix.

Au commencement était la vérité. A la fin, la vérité sera.

Dori, le 26 Septembre 2016
Boubacar ELHADJI
Inspecteur de l’Enseignement du Premier Degré
Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques
Tél : 70 10 05 50/78 64 08 70
Mail : boubacar.elhadji@yahoo.fr

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 octobre 2016 à 08:16, par en verité je vous le dis
    En réponse à : Si j’étais…

    Comme tu n’es ni Zephirin ni Rock ni Sankara etc...... tu fais comment souffre dans ta chair un jour un jour viendra le peuple saura

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2016 à 08:24, par yenouhamma ton frere
    En réponse à : Si j’étais…

    Merci Ladji bien vu et fait, un ecrit qui nous rappele que la morale n’est l’apanage des hommes forts mais l’affaire des hommes de bien. Comprenons que un destin commun, celui de construire un pays de paix et de progres, mais s’il ya davanture de division au sein de la societe, perte de l’unite peut commencer et gagner le crime. Travaillons pour la stabilite et la verite, la comprehension et le pardon, la justice et la paix.
    Que Dieu benisse le Faso ! Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2016 à 10:54, par Ka
    En réponse à : Si j’étais…

    C’est bien mais quel poste vont ils occupés une fois pardonné ? et on pardonne aussi djibi et gilbert ? tout est possible mais l avenir nous dira

    Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2016 à 09:36, par Ka
      En réponse à : Si j’étais…

      Pour se faire lire comme les internautes de bonne foi ‘’’Ka, Körö Yamyélé, Anta, Eliane, Le citoyen, Vérité No 1, Le sage, Tapsoba R(de H) Zapata, Abou Touré, Sonia, M.Guirma, et tant d’autres, avant l’insurrection ou après,’’’ on reste sois-même avec des critiques fondées sur des argumentations solides qui viennent de soi. Prendre le pseudo de Ka ou Körö Yamyélé, ou Tapsoba de R.. Pour se faire lire, c’est de lâcheté. Qui que tu sois, tu ne peux être le vrais Ka, ni aucun de ces braves internautes qui ont eu des critiques solides contre Blaise Compaoré et sa clique avant l’insurrection et après l’insurrection contre des RSS qui patinent. Tu peux utiliser Ka, ka, Kass, Kaka, tu ne seras jamais le vieux Kayouré et Ka pour les intimes, dans la presse écrite ni sur les réseaux sociaux. Cherche un pseudo, avec des critiques fondées pour se faire lire, et non se faire insulté en faux Ka.

      Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2016 à 16:16, par Ka
    En réponse à : Si j’étais…

    A l’attention de notre webmaster de Lefaso.net ainsi que les lecteurs du vieux Ka depuis 13 ans sur les sites des réseaux sociaux d’information du Burkina, sachent qu’un petit morveux nostalgique de l’ancien régime et sa clique, et qui n’aime pas mes critiques fondées sur des argumentations solides suivi de la vérité vécu quotidiennement par notre peuple, essaye avec mon pseudo Ka de dire ce que je ne pense pas, comme son message numéro 3 de cette analyse. Que mes lecteurs sachent que Ka reste Ka et déteste les railleries sans fondement comme beaucoup de quelques intellectuels haineux de notre société qui n’ont plus a remplir leur gosier par la corruption a ciel ouvert, tentent de salir les honnêtes personnes quand leur aboiement ne sont pas écoutés. Quand vous voyez un message de Ka avec une ligne et demi sans une argumentation fondée et solide avec plusieurs lignes comme je fais souvent depuis 13 ans, ce message n’est pas du vrais Ka. Tous les messages de ce morveux intrus se limitent à une ou deux lignes sans aucune argumentation solide à comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2016 à 17:14, par llboudo Augustin
    En réponse à : Si j’étais…

    Rêveries d’un éducateur qui , comme un bon père , voit quelles sont les bonnes manières pour les fils d’une même nation, de dépasser leurs differends sans aggraver l’entorse sociale.
    Pour le cas Zida , n’est-il pas notre Alcibiade de l’antiquité grecque dont le non-conformisme peu démocratique est vu comme l’auteur de l’origine des crimes ? L’absence d’Alcibiade à Athènes permis à ses détracteurs d’accumuler des accusations calomnieuses contre lui.
    Comme beaucoup d’autres personnes, Zida était au mauvais endroit au mauvais moment mais il a su se mettre au bon côté, celui du peuple. Je crois comme vous qu’avec un repentir, un dialogue franc avec tous les composants de la société nous batirons une nation équitable et prospère.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés