Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou : Les femmes et les mineurs reçoivent des vivres

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • vendredi 28 octobre 2016 à 00h55min

Une délégation de l’Union des femmes du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a remis le jeudi 27 octobre 2016, un don aux détenus de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou : Les femmes et les mineurs reçoivent des vivres

Les prisonniers de la Maison d’arrêt et de correction (MACO) avaient le sourire aux lèvres, dans la matinée du jeudi 27 octobre 2016. Une délégation de l’Union des femmes du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) conduite par la secrétaire nationale, Rakiéta Yaméogo est venue leur mettre du baume au cœur. Ainsi, les bras chargés de vivres, la délégation a donné, entre autres, des pagnes, savon, riz, huile, lait, spaghetti, sardines, pate de tomate, sucre, haricot. « L’objectif de notre action, c’est pour réconforter nos sœurs et nos enfants qui sont ici et leur dire que même étant ici, nous pensons toujours à eux. Parce que ce sont des Burkinabè à part entière qui se sont trompés à un moment de leur vie », a expliqué Mme Yaméogo.

C’est ainsi qu’elles ont décidé que les dons collectés soient offerts à ces derniers. Un public cible qui, de l’avis de la secrétaire nationale de l’Union des femmes du MPP, n’est pas fortuit. « C’est peut-être notre sensibilité féminine et maternelle qui ont fait que nous avons pensé aux femmes et aux enfants », a-t-elle justifié. Par ailleurs, que ce soit au niveau de la section des femmes ou des mineurs, Mme Yaméogo n’a pas manqué de leur prodiguer des conseils pour qu’une fois dehors, ils ne commettent plus les mêmes erreurs.

« Dans la vie, il faut toujours marcher droit. Ce qu’on ne doit pas faire, il ne faut pas le faire sinon on se retrouve là où on ne veut pas être. Du reste, il faut savoir que dans la société, il y a des règles qu’il faut suivre surtout pour les enfants qui sont là et que nous avons vus », a-t-elle signifié. Et d’ajouter : « Nous avons le cœur serré de voir ces enfants ici au lieu de prendre la route de l’école ». C’est pourquoi, a-t-elle conclu, « nous leur avons dit : ce que vous ne devriez pas faire, ne le faites pas. Et si vous êtes là, réfléchissez bien à ce que vous avez fait pour que quand vous serrez dehors, vous ne puissiez plus le recommencer ».

Le directeur de la MACO, l’inspecteur Ouédraogo Ousséni, a salué les donatrices pour leur geste. « Leur initiative vient nous aider non seulement sur le plan alimentaire mais aussi sur le plan de l’hygiène », a reconnu le directeur de la MACO. Aux donatrices, il a dit que l’Etat à lui tout seul ne peut pas gérer la prison de nos jours. « Il faut de bonnes volontés pour venir nous appuyer à pouvoir nous occuper de nos pensionnaires. Car, la situation devient de plus en plus difficile avec les effectifs que nous avons, plus de 2000 détenus », a-t-il fait savoir, précisant que l’alimentation offerte par l’Etat pour les détenus n’est pas en quantité suffisante.

A ce titre, toute initiative qui contribue au bon fonctionnement de la MACO est à encourager. C’est pourquoi, il a remercié l’Union des femmes du MPP qui a contribué à donner le sourire aux pensionnaires. « Elles sont venues nous faire un geste venant de leur cœur et nous ne pouvons que leur dire merci », a-t-il laissé entendre. Pour ce qui concerne la répartition des vivres, il a poursuivi en disant que la MACO dispose d’un service intendance qui s’occupe de cette question. Malgré tout, il a tenu à rassurer les donatrices : « Ce que nous avons reçu va aller à l’endroit de ceux à qui c’est destiné ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 octobre 2016 à 08:01, par TANGA
    En réponse à : Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou : Les femmes et les mineurs reçoivent des vivres

    On leur donne des produits de qualité ; il y a de quoi se constituer prisonnier hein !
    Il y a dans nos villes et campagnes des personnes honnêtes qui n’ont jamais eu ces produits que vous avez exposé là. Ils ne l’auront pas tant qu’ils resteront honnêtes et que leur revenus sera ce qu’il est.
    Mr et Dames, faisons travailler ces prisonniers pour mériter ce qu’ils mangent !!!

    Répondre à ce message

    • Le 28 octobre 2016 à 20:28, par Citoyen LAMDA
      En réponse à : Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou : Les femmes et les mineurs reçoivent des vivres

      Que voulez-vous qu’on leur donne ? Juste ce que nous consommons au quotidien. Quand ton proche pour des raisons souvent non justifiées s’est déjà retrouvé en prison, tu auras un autre regard sur la prison. Si chaque prisonnier pouvait vous donner les raisons de son incarcération, vous verseriez des larmes par moments. De grâce, respectons les prisonniers car nous aussi nous ne pouvons pas jurer qu’un jour nous ne pouvons pas aller en prison. Faîtes souvent un tour à l’hôpital ou en prison, cela changera votre façon de voir les choses dans la vie.

      Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2016 à 20:03, par Alexio
    En réponse à : Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou : Les femmes et les mineurs reçoivent des vivres

    Mr Tanga, vous n avez pas bien saisi le Message et les dons de cette visite. Ceux qui sont internes a la MACO sont des Burkinabe. Meme les animaux ont leur droit contre les abus de nous humains analphabetes qui nont rien compris de leur existance liees a nous. Et n oublier pas qu ils ont ete avant nous sur la terre.

    Revenons a nos soeurs et mineurs detenus. L homme ou la femme nait comme des saints , mais la societe qui nous detruits avec ses nos insuffisances.

    Pour s accrocher aux dons qu elles ont acquises. Personne n est honnets sur cette terre. Comme on le sait tous au Faso les vraies voleurs sont des puisants citoyens qui ne sont pas en prison. Mais un voleur de poulet ou du mouton est traque avec toutesles rigueurs en possession.

    L tat devrait construire des ateliers de rehabiltations professionnelles productives qui pourront faciliter la reinsertion sosiale apres avoir purge sa peine.

    La prison coloniale qui brisait psychiquement que corporellement l individu est une page lugubre notre histoire coloniale. Ce temps est revolu. Dans un Etat de droit tout le monde est un potentiel criminel.

    On recouvre sa citoyennete apres son sejour a la MACO. Cessons nos stigmas car ils ne rehabiltent pas. Tournons la page pour donner a chacun de nous une deuxieme, troisieme chance dans la vie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés