Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

LEFASO.NET | Par Oumar L. Ouédraogo • mercredi 19 octobre 2016 à 11h30min

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) poursuit ses activités sur les enjeux des réformes constitutionnelles. Après Kaya dans la région du Centre-nord, c’est Ouahigouya, dans le Nord, qui a abrité la conférence publique sur la même question. Cette activité tenue le samedi, 15 octobre 2016 à Ouahigouya a mobilisé un public de sensibilités diverses.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

Cette étape du Nord coïncidait avec la commémoration du 29ème anniversaire de l’assassinat du Président Thomas Sankara et ses compagnons. Une page sombre de l’histoire du pays par laquelle le conférencier, Pr Augustin Loada, va plonger son auditoire dans le vif de son sujet. Et ce, après que le modérateur, Dr Thomas Ouédraogo, directeur exécutif du CGD, ait demandé un instant de pensée pieuse en la mémoire des victimes de ce drame du 15 octobre 1987. Cette minute de recueillements est suivie de l’hymne national. Puis, le conférencier confie à une salle silencieuse et accrochée à ses propos : « Aujourd’hui, 15 octobre 2016. Il y a 29 ans de cela, j’étais encore étudiant sur le campus à l’Université de Ouagadougou. Je me rappelle que la veille, le 14 octobre 1987, un de mes camarades m’a dit : ‘’ce qui est sûr, il y aura coup d’Etat’’. Ce fut le cas le lendemain. En réalité, la ville courrait de rumeurs et la question était de savoir quand est-ce que le coup aura lieu, et finalement, il a eu lieu le lendemain, avec les conséquences que vous connaissez. Pour la première fois, un coup d’Etat se traduisait par l’assassinat du Président en exercice. Puis, ceux qui ont fait le coup d’Etat ont expliqué qu’en fait, ils voulaient rectifier la révolution ; parce que celle-ci était dévoyée par Sankara. Ce qu’ils ont appelé la rectification. Et puis, finalement, on s’est rendu compte que de rectification, ils ont, progressivement, mis fin à la révolution ».

Avec les grandes mutations dans le monde et le vent de démocratie qui a soufflé sur l’Afrique, Blaise Compaoré comprend qu’il faut s’adapter, résume-t-il. Une Commission est alors mise en place pour élaborer une Constitution, celle de la IVème République. Elle est composée d’une centaine de personnes et présidée par Dr Arsène Bongnessan Yé, à l’époque numéro 2 du régime. Cette Constitution, adoptée le 2 juin 1991, a fait l’objet d’amendements, de révisions par sept fois (dont la dernière en novembre 2015 avec le Conseil national de la transition). La tentative de déverrouillage de l’article 37 par le régime Compaoré a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ; une colère qui s’est exprimée par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a fait tomber le pouvoir.

Au-delà de s’ériger contre la modification dudit article, le peuple exprimait ainsi également, sa profonde aspiration au changement. S’ouvre une période de transition. Pour marquer la rupture, il avait été question de passer à une autre République, en changeant de Constitution. Mais, des initiatives entreprises par les organes de la Transition n’ont pas eu le soutien escompté, notamment des partis politiques qui se sont opposés, au motif que la transition n’avait pas la légitimité pour poser un tel acte. Cette perception n’était pas partagée par tous les Burkinabè ; certains ayant estimé que c’était le moment propice pour mettre en place une Constitution neutre, impartiale.

Le processus de rédaction est engagé …

Le nouveau pouvoir a mis en place une Commission pour élaborer une nouvelle Constitution. Mais cela n’empêche pas qu’on puisse discuter du mode opératoire, pointe le conférencier. « Personnellement, j’ai émis quelques réserves par rapport au mode opératoire. Pourquoi ? Parce qu’en droit constitutionnel, on distingue ce qu’on appelle le pouvoir constituant originaire et le pouvoir constituant dérivé ou institué. Le pouvoir constituant originaire, c’est le pouvoir d’établir une nouvelle Constitution. Alors que le pouvoir constituant dérivé, c’est le pouvoir de réviser une Constitution qui existe déjà. Ce sont deux choses différentes. Le pouvoir constituant originaire (si nous sommes dans une société démocratique) appartient au peuple alors que, le pouvoir constituant dérivé lui, est prévu dans la Constitution ; la Constitution dit comment on va la réviser. Mais la Constitution ne dit pas, qu’on peut laisser la Constitution en vigueur et élaborer une nouvelle Constitution ! Le problème vient du fait que, lorsque nous sommes dans un Etat de droit, la Constitution est au sommet de la pyramide des normes et chacun de nous est soumis à la Constitution. Nous devons respecter la Constitution », a scruté le constitutionnaliste qui rappelle que les Burkinabè sont sortis les 30 et 31 octobre (2014) à cause de la Constitution. Ce qui veut dire que le respect que les Burkinabè doivent à la Constitution doit être le plus profond ; parce que d’elle, dérivent les autres normes juridiques dans un Etat de droit.

Lorsqu’un Président est élu, poursuit-il, il jure dans son Serment, de respecter la Constitution. « Ensuite, lorsque vous regardez, le pouvoir de convoquer un référendum (puisqu’on dit que notre Constitution sera soumise au référendum) est prévu par la Constitution. Et dans cette Constitution, le Président du Faso peut soumettre au référendum (article 49), après avis du Premier ministre et du Président de l’Assemblée nationale, tout projet de loi portant sur toutes questions d’intérêt national, à l’exception de toutes révisions de la présente Constitution qui doit être régie par le titre XV. Cela veut dire que le pouvoir de convocation, que le Président du Faso veut utiliser pour demander la convocation du référendum sur la nouvelle Constitution en élaboration ne peut être utilisé (ce pouvoir) que pour un projet de loi (article 49). C’est dire que ça ne peut qu’être un référendum législatif et non un référendum constitutionnel. (…). Ce qui signifie qu’on ne peut pas utiliser le pouvoir de convocation de référendum, pour modifier la Constitution », soutient-il. De son avis, si le Président du Faso ne peut pas utiliser son pouvoir de convocation de référendum pour modifier la Constitution, il ne peut pas, raison de plus, l’utiliser pour soumettre au référendum une nouvelle Constitution.

« Si on veut être logique, avoir pour principe que la Constitution est sacrée, il ne faut pas donner l’impression que notre Constitution, on la respecte mais, on va s’en débarrasser de cette manière-là ; parce que le message que ça donne est que n’importe quel nouveau régime peut décider, lui aussi, d’élaborer une nouvelle Constitution. Le jour où il y aura alternance dans ce pays, on aura créé un précédent. Rien n’empêche un nouveau Président de dire un jour :’’ moi aussi, je veux une nouvelle Constitution ‘’ », prévient-il. De même, si le référendum apparaît comme l’expression parfaite de la démocratie, il n’en demeure pas moins qu’il enferme le peuple dans une réponse, de« Oui »ou de« Non ». « Donc, c’est trop facile de soumettre n’importe quoi au peuple et lui dire de répondre par oui ou par non ; pas même par ‘’peut-être’’ ou par des propositions de changements par ci ou par là. Non, c’est un bloc. Le référendum peut donc être un instrument de manipulation du peuple. C’est pour cela que, lorsqu’il n’est pas bien utilisé, ça ne contribue pas à renforcer la démocratie », détaille l’enseignant.

…aux Burkinabè d’être conséquents avec eux-mêmes !

D’où l’intérêt pour l’ensemble des membres de la société de prendre la mesure de leur participation à l’élaboration de la nouvelle Constitution. Et la tournée en vue dans les treize régions du pays de la Commission constitutionnelle doit être saisie par les Burkinabè afin de faire prendre en compte leurs aspirations dans la loi fondamentale en gestation. C’est aussi la quintessence de ces conférences publiques initiées par le CGD pour susciter les débats dans l’attente de cette sortie de la Commission constitutionnelle. Ainsi, le communicateur va présenter le contenu d’une Constitution en commençant par le préambule, cette partie qui explique quelles sont les valeurs fondamentales dans une société, ce à quoi sont rattachés ses membres : liberté, paix, bonne gouvernance, égalité, etc. Ensuite,les droits fondamentaux qui sont des droits inhérents à la nature humaine et sans lesquels, la dignité serait bafouée. La Constitution est aussi la charpente qui organise le pouvoir de l’Etat (dont la séparation classique des trois pouvoirs). Il relève ici, deux modalités de la séparation du pouvoir : la « séparation souple » et la « séparation rigide ». L’exemple type de la séparation souple est le régime parlementaire dans lequel, le gouvernement est responsable devant le parlement (c’est dire qu’il doit constamment avoir la confiance du parlement et en retour, l’exécutif peut dissoudre le parlement). C’est le cas au Burkina.

La séparation rigide, elle, a cours avec les régimes présidentiels. En d’autres termes, le régime présidentiel repose sur une séparation rigide du pouvoir. Ici, chaque pouvoir a la plénitude de ses attributions. Dans ce type de régime, le Président de la République est le détenteur exclusif du pouvoir exécutif. Pas de Premier ministre, pas de gouvernement ; le Président peut choisir des collaborateurs. Aux USA, exemple par excellence de ce type de régime, il n’y a pas de ministres mais plutôt des secrétaires d’Etat. Il n’y a pas de Conseils de ministres et le Président n’a pas non plus l’initiative des lois (il peut passer par ses amis au Congrès, mais il ne peut le faire directement) ; puisque le Parlement a la plénitude des compétences législatives. Alors que dans le régime parlementaire, l’exécutif peut avoir l’initiative des lois. A titre illustratif, au Burkina, environ 90% des lois votées à l’Assemblée nationale proviennent du gouvernement (projets de lois). Dans tous les cas, la séparation classique des pouvoirs est complètement dépassée, affirme le communicateur. C’est un mythe, quel que soit le pays où l’on se trouve. Au Burkina, le Président du Faso et celui de l’Assemblée nationale sont du même parti, comme dans nombre de pays africains et en France. ‘’Donc, baser la séparation sur ces aspects, c’est être out’’, dit-il.

La séparation des pouvoirs ne doit donc pas concerner uniquement les pouvoirs d’Etat ; elle doit prendre en compte également tous les pouvoirs, à commencer par le IVème pouvoir (la presse, les médias). La chefferie coutumière et le pouvoir d’argent doivent être aussi pris en compte par la Constitution. Il faut aussi renforcer impérativement le pouvoir juridictionnel (surtout celui du juge constitutionnel) ; « la clé de voûte de l’Etat de droit, c’est le juge. Pour que l’Etat de droit puisse exister de manière crédible dans une société, il faut que lorsqu’il y a des litiges, nous puissions les soumettre à un juge indépendant et impartial ; il ne suffit pas d’être indépendant, il faut aussi être impartial ». Car, précise le constitutionnaliste, s’il n’y a pas de justice crédible dans une société, c’est la porte ouverte aux violences.

La modèle tunisien aurait-il pu inspirer le Burkina ?

Pour Pr Augustin Loada, le débat sur la nouvelle Constitution n’appartient pas donc aux juristes, aux techniciens ; c’est au peuple burkinabè de dire ce qu’on doit y mettre. « Tout à l’heure, nous avons convenu que lorsque nous sommes dans une société démocratique, le pouvoir d’établir une nouvelle Constitution appartient au peuple. Effectivement, on peut classer les procédés d’établissement des Constitutions selon qu’ils sont moins démocratiques ou démocratiques. Lorsque ces procédés sont démocratiques, généralement, ce sont les citoyens eux-mêmes qui désignent leurs délégués pour faire des propositions. C’est ce qu’on appelle une assemblée constituante. L’exemple type c’est celui de la Tunisie où les Tunisiens ont élu leurs représentants à une assemblée constituante. Ils ont pris le temps qu’il fallait, ils ont discuté, ça a pris en gros trois ans…pour élaborer une nouvelle Constitution. Lorsque l’assemblée constituante a fini d’élaborer la Constitution, elle l’a alors soumise au référendum. Pour moi, c’est le procédé le plus démocratique. Le peuple désigne ses délégués, ils prennent le temps, les gens ont le temps de faire des propositions (il y avait des émissions, des débats) de manière à ce que le peuple lui-même exprime ses attentes et à la fin, on fait un exercice récapitulatif et on organise le référendum », étaye l’enseignant qui précise que la Constitution doit être un exercice consensuel. « C’est un pacte social, c’est le ciment de la société ; donc, tous les groupes doivent être concernés. Si la Constitution est le reflet d’un rapport de force, le jour où ce rapport de force va changer, la Constitution aussi va changer », a-t-il présenté.

Les nombreuses réactions suscitées par l’exposé ont embrassé plusieurs aspects de la vie nationale parmi lesquels, on peut retenir l’opportunité même de la constitutionnalisation de la chefferie coutumière. « On doit les (chefs coutumiers) prendre comme tout autre citoyen ; s’ils veulent aller s’aligner derrière des partis politiques, qu’ils partent à visage découvert. Il n’y a aucun mérite à être chef et en plus, même s’il est vrai que cette catégorie contribue à résoudre des crises au Burkina, il y a des zones qui n’ont pas de chef coutumier », se défendent les partisans de la non-constitutionnalisation de cette catégorie sociale. La question de la laïcité est également ressortie et à ce sujet, des intervenants se sont interrogés si le Burkina est réellement un pays laïc, « quand l’Etat puise dans les ressources publiques pour financer des pèlerinages ». La justice a été sous le feu des projecteurs et pour certains intervenants, il faut que les juges constitutionnels soient nommés à vie pour éviter toute influence.

La nécessité de prendre en compte les coutumes dans la nouvelle Constitution a aussi été soulevée et pour les défenseurs de cette thèse, la loi fondamentale a toujours été écrite à partir des centres urbains, ignorant la grande masse à l’intérieur du pays, « là où se trouvent même les valeurs du pays ». « Nos parents sont au village et sont les vrais détenteurs des valeurs et il faut les rejoindre pour trouver les vraies valeurs sur lesquelles on doit se focaliser pour écrire notre Constitution », suggèrent-ils. C’est pourquoi ils ont félicité et exhorté le CGD à poursuivre ces communications jusqu’au niveau communal afin de mobiliser les attentions sur ce qui va poser les jalons de l’avenir du Burkina : la Constitution.

Après le Centre-nord (Kaya) et le Nord (Ouahigouya), les responsables du CGD entendent mettre le cap sur la région du Centre-ouest (Koudougou), toujours dans le même esprit.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 octobre 2016 à 12:31, par Le Citoyen
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    SVP PR LOADA et Messieurs du CGD, à quand le tour de BOBO ? on a vraiment hâte de ces éclairages. Félicitations à vous pour cet acte de patriotisme, faites tout pour nous communiquer la date de BOBO SVP.

    Répondre à ce message

    • Le 20 octobre 2016 à 13:51, par douroudimi
      En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

      Bonjour à tous
      Très belle initiative. J’abonde dans le même sens que "Le Citoyen" car le plus souvent c’est après les évènements qu’on se rend compte qu’on a manqué quelque chose de très intéressante. DONC SVP FAITES CONNAITRE VOTRE PROGRAMME DE PASSAGE DANS LES REGIONS ET EN CE QUI ME CONCERNE LA REGION DES HAUTS-BASSINS. Nous voulons y participer massivement et pour ça il faudra que nous soyons informer à temps.
      Merci

      Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2016 à 12:56, par Emile
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    C’est ça on dit être éclaireur dans une société, ce n’est pas passer le temps à nous pomper l’air sur les radios et les plateaux télés. Je vous tire mon chapeau pour la richesse de votre intervention professeur. Votre analyse est très pertinente et juste. Cette constitution en écriture est déjà un échec dans la façon de procéder dans la composition de la commission et comme l’a dit un intervenant, on a fait que prendre des gens de la ville alors que la vraie matière de nos valeurs se trouve intacte dans les confins du pays. Une constitution n’est pas seulement l’affaire des intellectuels ou de citadins. Voilà pourkoi il faut vraiment appeler les populations de toutes les localités à se lancer dans les réflexions dans l’attente de la commission constitutionnelle, il ne fait pas que son passage soit une simple formalité où les membres de la commission vont venir imposer n’importe quoi aux populations. Non. Bon vent à l’initiative du centre pour la gouvernance démocratique (CGD), continuez la lutte car si la constitution est mal écrite, on est mal barré, nos enfant sont mal barrés, nos petits enfants sont mal barrés et l’avenir du Burkina est mal barré.Mobilisons-nous

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 08:50, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    - Aujourd’hui Jeudi 20 octobre 2016, anniversaire de la mort de KADDAFI le Jeudi 20 octobre 2011 à Syrtre sa ville natale ! Oui, il a été abandonné par les Chef d’Etats africains, même par ceux à qui il donnait plein d’argent comme Blaise COMPAORÉ le traitre alias ’’Juba’’.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 09:12, par ABOU
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    la 5èm république peut nous couter combien de milliard de Franc CFA ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 09:17, par LE PAUVRE
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    NON CE MONSIEUR EST UN GRAND JE LE CONNAIS PERSONNELLEMENT QUAND SON BUREAU CGD SE TROUVAIT A LA ZONE DU BOIS. DU COURAGE L’HISTOIRE VOUS ATTEND POUR RACONTER VOTRE SEJOUR SUR LA TERRE DES HOMMES INTEGRES.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 09:35, par DIARRA
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Je retrouve maintenant le J’ai vraiment GRAND PROFESSEUR comme on l’aime. Sincèrement, si les Burkinabè ne se mobilisent pas autour autour de la rédaction de cette CONSTITUTION et la laisse aux mains de quelques personnes, qui sont d’ailleurs nommées par le Président du Faso (même si pour certaines c’est sur proposition de leur organisation), je parie qu’elle va être la pire des CONSTITUTIONS que le Burkina n’ait jamais connu. Dans ce cas, c’est la porte ouverte à toutes les crises.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 09:58, par Jean-Marie
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Si on avait consacré les sous de la tournée PNDES du PM à ce genre d’initiatives ça aurait beaucoup arranger le pays que de voir Paul Thiéba et sa grande délégation errer dans les régions pour rien. A quoi sert cette fanfaronnade d’explications du programme présidentiel dans les régions si ce n’est pas pour bousiller les maigres ressources ? Le PM arrive à Fada ce week-end (me semble-t-il). J’aurais vraiment voulu que ce soit la même initiative d’explications des enjeux de la nouvelle constitution qu’un exposé sur le PNDES. On espère que vous viendrez à Fada aussi Augsutin Loada.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 10:59, par Anna
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    On est dans un pays où les gens ne prennent plus le temps d’écouter à plus forte raison de réfléchir. Chacun en fait à sa tête. Sinon, je ne comprends pas pourquoi on se précipite pour écrire cette nouvelle constitution alors que l’article 37 qui était le problème est verrouillé.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 11:55, par Mba boanga
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Si j’ai bien compris, il ne s’agit pas seulement de révision constitutionnelle mais de changement de Constitution en réécrivant une entièrement nouvelle. Si tel est le cas, le Pr Loada a entièrement raison d’alerter l’opinion publique. Pourquoi et pour qui doit-on changer la Constitution sans changer les gouvernants qui ont modifié l’ancienne constitution six fois ? Maintenant, ils veulent juste la jeter à la poubelle et écrire une autre à leur mesure. Juste pour satisfaire les égos. Franchement, est-ce que c’est une priorité actuellement pour le peuple insurgé ?

    Qui sait comment les membres de la Commission ont été choisis ? A partir du moment où la base n’a pas été consultée dans certaines structures pour leur choix, ces personnes parlent en leurs propres noms et se représentent elles-mêmes. Une affaire de copains coquins ? Combien vont couter les travaux de la Commission et le référendum simulé ? Combien de temps va durer le travail de réécriture. Selon les indiscrétions, chaque membre a droit à 35 000 FCFA/jour de session. Ce sont nos maigres ressources qui vont être dilapidées dans une initiative qui est loin d’être la priorité du moment. Il aurait été sage d’attendre de résoudre les problèmes vitaux des populations avant de penser à modifier la Constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 12:25, par L’Insurgé
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Merci Pr loada, votre communication est très instructive, très riche. Longue vie à vous et continuez toujours à éclairer les Burkinabé dans les régions du Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 12:53, par Ib
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    On vous attend au Sud-Ouest. Il faut que les Burkinabé ouvrent l’oeil, et le bon. J’ai le sentiment qu’on veut nous berner.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 13:04, par SIDNABA
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    C’est un intellectuel pur teint comme cela que les putschistes du Général félon DIENDERE et compagnies ont voulu liquidé gratuitement comme le Président Thomas Sankara et le journaliste Norbert Zongo. Pourquoi ne pas magnifier nos intellectuels éprouvés au lieu de les jalouser jusqu’à les assassiner ? Que plus jamais la vie des intellectuels burkinabè ne soient attentée ou supprimée par la jalousie des médiocres. Courage à tous les intellectuels du Burkina Faso dans leur lutte pour apporter la lumière au peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 13:23, par Serieux
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Oú étiez vous au moment de la rédaction de la charte de la transition . Cette charte était anticonstitutionnelle aussi bien sur la forme que sur le fond. Mais vous l’avez soutenu parce que ça vous arrangeait. Il n’est pas tard pour vous repentir.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 13:47, par Nanoukda
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Déjà à ce stade, à côté de ce imminent professeur qui nous dit que la forme n’y est pas, aucun internaute ne vas dans la nécessité d’une nouvelle constitution ! J’attend la réaction de son géniteur qui du reste est le responsable du cahot dans ce pays ! Je veux dire l’actuel président de l’Assemblée ! Pourquoi entrainer tout le monde vers ses seules et uniques convictions, qui du reste sont teintées de haine et de vengeance ! Pourquoi insister pour l’utilisation de l’eau, du riz et du tôt du peuple pour assouvir des desseins inavoués ? Et pendant combien de temps ?! Vive la reconciliation, la paix, l’assurance et la reprise économique !

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 16:48, par Badisak
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Quand c’est claire, ça libère l’esprit. Merci Professeur pour cet exposé qui alerte nos consciences sur les enjeux de la nouvelle constitution en voie d’élaboration. Voila comment on peut aider notre peuple à comprendre les choses pour opérer un choix judicieux en faveur du renforcement de la démocratie dans notre pays. Je suggère que cet exposé soit repris et traduit dans nos différentes langues nationales et diffusé sur les médias dans toutes les localités du pays. Encore merci d’emboiter le pas de votre doyen et collègue Laurent Bado pour "ouvrir les yeux de nos parents".

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 17:36, par TONNERRE
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Merci d’abord au journaliste de faso.net pour la qualité de son reportage écrit ! félicitation M.OUEDRAOGO Oumar ! Vous avez de l’avenir....Merci ensuite au Pr LOADA pour ses éclaircissements ! Les étudiants y apprendront bcp de choses.

    Mais en réalité le marxiste n’est aucunement surpris par ce changement de Constitution. Karl MARX a toujours dit que le "droit est l’expression des rapports de force à un moment donnée dans une société donnée". Pourquoi alors s’étonner du fait que Salif DIALLO, Roch et surtout SIMON veuillent démontrer que c’est eux qui sont les hommes forts du moment ?
    Ils auront le PCRV sur leur chemin à l’avenir !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 17:40, par gangobloh
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    tout cela est bien dit pour les 10 % ou 20 % de la population qui comprend Français et qui peut tirer profit de ce qui est dit . que dire des 90 ou 80 % de la population , de ce peuple dont chacun parle et prétend défendre les intérêts ? ces conférences- débats sont elles traduites en langues nationales pour ce peuple analphabète à 80 ou 90 %, pauvre de surcroit , constituant le plus électorat, manipulé à souhait ??

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 17:56, par Merci
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Mon ancien Ministre de la Fonction publique a parlé. Vous nous manquez au ministère et vous auriez du initier un projet de loi pour donner le "fonds commun " au personnel du MFPTPS aussi qui le mérite. C’est juste une petite pique. Sinon que votre communication est très instructif et fait de main de maître. Bon vent à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 18:13, par Sheiky
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément.

    Grand merci professeur. On a compris que vous n’étiez pas fait pour la politique quand vous étiez ministre. Afin pas pour le moment.
    Continuez sur le chemin de Droit et d’Education que vous avez choisis.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 20:21, par Le Citoyen Républicain
    En réponse à : Projet de nouvelle Constitution : Pr Augustin Loada émet des réserves sur le mode opératoire

    Loada fait son faro faro de tournée parce qu’il n’est pas membre de la commission constitutionnelle. Pourquoi ne donne t-il pas ses idées aux représentants du CGD afin que ces remarques puissent être prises en compte. J’ai remarqué que finalement, dans ce pays de savane, chacun roule pour lui-même. Regardez les égarements du MPP après la dictature du CDP. A quand une vraie alternance avec Zeph ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés