Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

« Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • LEFASO.NET | Entretien réalisé par Marcus Kouaman • lundi 17 octobre 2016 à 23h50min
« Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

Après son magistral cours sur la crise CAMEG (Centrale d’Achat des médicaments essentiels et génériques et des Consommables Médicaux) devant la plénière ce vendredi 14 octobre dernier, le ministre de la Santé, Dr Smaïla Ouedraogo s’est enfin exprimé devant la presse. Poursuivi depuis des mois, il se prononce sur la participation ou non du personnel de la CAMEG à la commission de relecture des textes mise en place, le blocage du compte trésor de l’association et donne les raisons de son silence depuis le début de cette crise.

Lefaso.net : Que peut-on attendre de toutes ces décisions de justice en ce qui concerne la CAMEG ?

Dr Smaïla Ouedraogo : Je ne voudrais pas commenter les décisions de justice en cours. Toutes les décisions de justice qui ont été rendues jusque là ont fait l’objet d’appel. Quant il y a appel, c’est suspensif. Ce n’est pas moi qui ait inventé cela. Les jugements sont programmés, nos avocats s’en occupent. Les avocats ne me rendent pas compte, ils rendent compte au CA (Conseil d’administration) actuel. Parce qu’il y a un Conseil d’administration qui a été mis en place, où tous les membres fondateurs ont envoyé leurs éléments. Donc de facto, les membres fondateurs reconnaissent aujourd’hui que c’est le CA, dirigé par le Dr Salifou Konfé qui est le CA de la CAMEG. En ce moment-là, nous laissons le CA faire le travail qu’il y a.

Ce dont nous nous occupons actuellement, c’est de veiller à créer les conditions nécessaires pour que la commission qui a été mise en place, sur instruction du Président du Faso, fonctionne pour que nous puissions avoir des solutions définitives. Je crois que le Président de l’Assemblée l’a rappelé, ce n’est pas un fait que j’ai créé. Il y a plusieurs ministres qui sont passés qui ont toujours été confrontés à ces situations. Cela veut dire que les solutions qui ont été trouvées jusque-là ne sont pas probablement les bonnes. Donc il faut que définitivement, nous essayons de trouver la meilleure solution pour que cette situation ne perdure. Cette solution, c’est la commission qui a été mise en place qui va faire en sorte que nous puissions avoir les solutions les meilleures. Afin que notre système d’approvisionnement puisse être préservé.

Semble-t-il que le personnel de la CAMEG rejette cette commission et refuse d’y prendre part. Qu’en est-il réellement ?

Sur cette question, au niveau de la CAMEG, il y a deux groupes. Il y a les délégués que l’on appelle les délégués de la CNTB (Confédération nationale des travailleurs du Burkina), il ya les délégués de la CGT-B (Confédération générale des travailleurs du Burkina). La commission qui a été mise en place, comporte des gens du SYNTSHA (Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale). Les gens de la CGT-B qui se trouvent à la CAMEG appartiennent au SYNTSHA. Le SYNTSHA est représenté dans les débats. Nous avons voulu qu’il y ait les représentants des délégués. Je pense qu’à ce niveau également, des démarches sont faites pour que les gens viennent à la table pour que l’on puisse discuter.

Du reste, le nommé représentant des délégués qui se réclame de la CGT-B, souvent je me demande en réalité quelle est la cohérence de ses actions. Au moment où le SYNTSHA qui est l’organe auquel il appartient demande qu’on aille à la société d’Etat, lui est dans une autre direction. Je commence à me demander en réalité qui il est, quelles sont ses intentions véritables. S’il est du SYNTSHA, le SYNTSHA est actuellement dans une position constante depuis l’année passée pour dire qu’il faut impérativement aller à une société d’Etat. Lui qui se dit du SYNTSHA, donc responsable des délégués du coté de la CGT-B est contre. Donc c’est à vous d’apprécier et d’en juger. Posez-lui la question.

Nous de notre coté, on fera en sorte que tout le monde soit autour de la table. Aujourd’hui ce travail est fait, le président de la commission a promis de prendre des dispositions. Le plus important pour nous c’est que les intérêts des travailleurs soient pris en compte. Ce n’est pas parce que la CAMEG change de statut que les acquis des travailleurs vont être remis en cause. En matière d’acquis social et de lutte sociale, tout ce qui est acquis est un acquis et ne devrait pas être remis en cause. A ce niveau je peux rassurer d’ores et déjà les travailleurs que je veillerai personnellement à ce que leurs acquis soient préservés. Mais la nature de la structure, ce n’est pas moi qui vais le déterminer, c’est la commission en fonction des différents éléments qu’ils ont en leur possession. Bien entendu qu’on proposera au Président du Faso à travers le Conseil des ministres.

Est-ce vous qui aviez fait bloquer le compte trésor de la CAMEG ?

Là encore je vous dis les choses telle que c’est. J’étais en déplacement, je suis revenu et j’ai appris que le compte de la CAMEG a été bloqué. J’ai demandé à mon DAF (Directeur des affaires financières) qui connait des gens au niveau du trésor de me dire en réalité ce qui s’est passé. Et il y a combien dans ce compte ? Ma grande surprise était que dans ce compte trésor de la CAMEG, il y avait moins de 63 millions dedans. Je dis comment ? La CAMEG n’a que moins de 63 millions dans son compte ? Cela me pose un problème. Après j’ai demandé à savoir pourquoi ce compte a été bloqué ? Ce compte a été simplement bloqué parce que le DG du Trésor a estimé au regard de la situation, la tambouille qui existait et que l’on parle de deux CAMEG, de deux DG, il ne pouvait pas laisser le compte comme ça.

Ce sont des mesures conservatoires qu’ils prennent devant ces genres de situation. Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit. Du reste dans le fond, en tant que membre fondateur, ce DG normalement ne devrait pas utiliser ce compte parce qu’il a été licencié. Et quand on est licencié, il y a une seule attitude qui sied, c’est poser plainte contre le licenciement. Et s’il est abusif, on vous paie vos droits et on vous rétablit dans vos droits. Ça c’est mon commentaire. Pour répondre à votre question, je n’ai pas su par quel mécanisme ce compte a été bloqué.

Le ministre boude-t-il la presse ?

Non je ne boude pas la presse. Non. Ce n’est pas comme cela. Ce qui s’est passé, c’est que moi j’avais une mission qui s’est exécutée jusqu’à une période donnée. Je suis arrivé, à travers cette crise je me suis rendu compte que le comité de supervision ne fonctionne pas. Ceux qu’on avait comme représentants au niveau de l’Etat, nous avons décidé de les changer. A partir de ce moment, le Conseil d’administration ne fonctionne pas. Ma mission, c’était de mettre en place les organes, le comité de supervision. Lequel comité de supervision s’est réuni pour mettre le CA en place.

A partir de ce moment, j’estime que je n’ai plus à communiquer sur la CAMEG. Quant vos collègues venaient vers moi, je les renvoyais vers le PCA. Mais vos collègues veulent la parole du ministre. Le ministre n’est pas membre du Conseil d’administration. Le ministre est un membre fondateur comme tous les autres membres fondateurs. Il y a un Conseil d’administration qui a été mis en place, qui a pris des actions et il est mieux placé pour communiquer avec vous.

Vos commentaires

  • Le 18 octobre 2016 à 07:16, par SCADD En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    CE MONSIEUR EST UN PUR PCRV DEPUIS L UNIVERSITE,TU EST TROP PETIT POUR TENIR TETE A NOTRE PUISSANT NABA ! ET CE DEBAT DE CAMP VA ENCORE DIVISER VOTRE PARTI QUI A DEJA ARRETE SONT MOUVEMENT DE DEPUIS JANVIER .

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 07:30, par Démission En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    La langue, selon Esope, est la meilleure et la pire des choses. C’est pourquoi l’on dit souvent qu’il faut remuer sa langue 7 fois avant de parler pour s’assurer qu’on ne racontera pas des contre-vérités et inepties. Le ministre de la santé en déclarant tout de go à l’Assemblée nationale qu’il n’est pas intéressé par un poste de ministre insinue t-il par là qu’il a été obligé d’accepter la fonction de ministre malgré lui par une imposition d’une tiers personne ? Voilà encore une preuve pour démontrer que le ministre Smaila Ouédraogo n’est pas conséquent dans ses actes et propos. Quand on ne veut pne dignement. Alors, monsieur le Président de l’Assemblée, si votre petit Smaila dit qu’il ne veut pas de poste de ministre, dîtes lui de rendre sa démission et vous trouverez d’autres cadres plus conséquents et compétents pour réussir le développement du système sanitaire national. Alors Gorba, ne soutenez pas quelqu’un qui vous fait ainsi publiquement la foutaise.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 07:33, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Hum... Prenons date aujourd’hui, pour l’histoire au cas où :

    Il y a en effet des chances, en dehors des décisions de justice et de la mobilisation populaire, que le ministre gagne sa "guerre" pour prendre le contrôle de la CAMEG. C’est probable car avec la "commission" dont il va fixer intelligemment la composition, la majorité sera acquise pour "son" projet. Visiblement, leur choix est déjà définitivement porté sur la société d’état.

    Je dis donc que si la CAMEG devient une société d’état, d’ici le 1er Janvier 2020, elle sera en difficulté économique et financière, au moins en déficit sinon en cessation de paiement. Et j’espère qu’à ce moment, chacun se souviendra de ceux qui sont responsables de cette catastrophe annoncée pour des intérêts inavouables et qui ont utilisé toutes les techniques de la politique politicienne pour arriver à leurs fins Car ils seront encore là, prêts à nous vendre une autre illusion, celle de la "restructuration" de la CAMEG.

    Pour ma part, je prédis qu’ils proposeront alors la privatisation, avec des "repreneurs" tout à fait prêts à racheter au franc symbolique cette entreprise agonisante pour "sauver les emplois". Donc plus rien ne sera comme avant ? Oui, on dirait que cela peut devenir pire ! Pauvre Burkina...

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 08:03, par Horus En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Il est à l’image de tous nos gouvernants actuels. Pathétique !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 08:22, par Haroun En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Il n’y a que l’argent de la CAMEG qui intéressent Salif et le gouvernement et cela est corroboré par le député Bienvenue Ambroise Bakyono du MPP dans ses propos de la semaine passée. Mieux, l’Etat doit environ 7 milliards à la CAMEG. La direction de la CAMEG réclame le paiement de 5 milliards au moins, et cela a sans douté été un facteur aggravant. Pour tout arranger, les PTF ont fait un communiqué dans les journaux d’hier pour exprimer leur inquiétude !

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 10:41, par Boris En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    On voit bien que ce qui intéresse le ministre, c’est de transformer la CAMEG en société d’Etat. Croyant à travers cette main mise avoir des milliards a sa disposition. C’est a croire qu’il ne tire pas leçon du passé. C’est l’État lui meme qui va plomber cette futur société d’etat. Parce les bailleurs se retirerons. Pour que les populations puissent continuer a payer les médicaments au même prix, l’Etat sera obligé de trouver des milliards pour subventionner les médicaments. Ce qui n’est pas evident voir impossible sur le long terme. CONSEQUENCE : il y’aura chaque fois des réajustements des prix a la hausse compte tenu des difficultés financière de la CAMEG. Ce sera la même chanson que la SONABHY, la SONABEL qui sont pourtant des societé d’etat, mais est-ce que les populations en beneficie. cela fait plus de deux ans que le prix du baril est au plus bas niveau, est ce que les populations en beneficie ????. on ne change pas un système qui marche
    Le ministre essaye vainement de diviser les syndicats et de les amadouer en faisant croire que les intérêts des travailleurs seront préserver. Cela peut il être possible si la situation financière de la CAMEG se détériore ????? Il faut que les syndicat fassent attention à la stratégie de Salif DIALLO et de son mentor. Qu’ils se remémorent de la situation de la CAMEG lorsqu’elle etait une societé d’etat.
    De plus en plus j’ai l’impression que la politique du MPP est de mettre la main sur toutes les boites "juteuses" Actuellement c’est la CAMEG, ça commence petit a petit avec l’ONATEL-TELMOB. demain ce sera le tour de quel boite ????? Comme si l’État etait bon gestionnaire. Toute ces societés d’Etat sont non competitives et survivent sur le dos de la Population.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 10:49, par b En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    le Minsitre gagnerait a apprendre a mieux communiquer. C’est scandaleux la manière dont il traite le delegué du personnel. Que reprochez vous Monsieur le Ministre au statut actuel de la CAMEG qui ne puisse etre corrigé sans la transformer en societé d’Etat ??????? Que les defenseur du Ministre, eux qui semble plus informé vienne nous eclairer avec des arguments clairs

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 11:28, par Deb En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Comme d’habitude ! défiance de la justice, diversion, arnaques, querelles de chiffonniers et autres conneries ! Voici à quoi vous ressemblez cher ministre et votre gouvernement, voici les mots (maux) qu’il convient d’évoquer pour vous définir. Mais pas grave Dieu vous voit.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 13:06, par Daody En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    FAITES TRÈS ATTENTION !!! NE JOUER PAS AVEC LA SANTÉ DE LA POPULATION ! CE SONT LES DÉTAILS QUI DÉTRUISENT UN ROYAUME. VOUS BANALISEZ TROP CETTE SITUATION OR, VOUS (MPP) VOUS RISQUEZ BEAUCOUP !!!! VOUS EMPRUNTER LE MÊME CHEMIN QUE BLAISE COMPAORÉ : "LE FORCING " JE RÉPÈTE : ATTENTION !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 16:28, par Issa En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    On pourra dire ce qu’on veut mais ce monsieur de ministre de la santé doit avoir un problème au niveau du cerveau

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 17:14, par Source ancienne SONAPHARM En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    À croire que les burkinabé ne tirent jamais leçon du passé .Donc, parmi tout ce beau monde qui s’agite pour la transformation de la CAMEG en société d’état ,il n’y a personne de lucide qui se souvienne un tant soit peu de l’histoire et de la triste fin de la SONAPHARM ? Travailleurs de la CAMEG au moins renseignez vous auprès des ex employés contractuels de la SONAPHARM . Si vous croyez aux inepties du ministre de la santé quant à la sécurité de votre emploi, quand l’heure viendra ou vous n’aurez que vos yeux pour pleurer ,ne dites pas ,qu’il n’y a eu personne pour vous prévenir. Posez vous simplement la question, pourquoi la SONAPHARM bien que Société d’état n’a pas tenu longtemps ? Pourquoi retournez à une ancienne formule qui a déjà fait échec sous une autre appellation ? C’est quelle politique de changement ça ? C’est aussi simple que cela . Le ministre de la santé n’est que de passage à son poste .Ne liez jamais votre avenir et celui de vos familles à un individu fut -il momentanément puissant . C’est un conseil gratuit . Messieurs le Président du FASO et le PM ,personne ne sait les raisons qui vous poussent à croire aveuglément et naïvement aux paroles irréfléchies et légères du ministre de la santé .Est ce que c’est la peur de son mentor SALifou Diallo qui vous effraye jusqu’à ce point ? Si les PTF se retirent de la CAMEG ,vous pouvez être sûrs que vous avez sciemment mis en danger la vie des populations du FASO et cela vous rattrapera tôt ou tard car vous auriez été bien prévenus de ne pas suivre le ministre de la santé dans ses bêtises et turpitudes .

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 18:26, par AlY DAO En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Le peuple Burkinabé refuse de voir avec ces deux yeux en plein jour.
    Alors je me pose beaucoup de questions même si l’on pense que le ministre a tord :
    - Le budget de la CAMEG moins de 63 millions pose problème, et il y a un crime économique énorme ;
    - Pourquoi ce tandem en mettant tout son espoir de vie sur la CAMEG ;
    - Un responsable qui n’est pas capable de quitter son poste pour un rien ne sera rien et ne
    peut être crédible pour une cause sociale comme la CAMEG ;

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 19:59, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Après avoir revu le passage du ministre devant l’assemblée et relu cette interview, je comprend mieux pourquoi il évitait la presse, surement sur l’insistance de ses conseillers avisés. La somme des énormités qui ont été dites est telle qu’on se demande comment cela se passe quand il prend la parole pour nous représenter à l’international. Quelques morceaux choisis :

    1°) Les accusations gratuites de mauvaise gestion sans aucune preuve présentée.

    2°) La remise en cause d’un statut obtenu par consensus, encore confirmé par tous les partenaires en 2015, au profit d’une société d’état dont l’essai a été infructueux avec la SONAPHARM, sans aucune justification de ce choix.

    3°) L’intrusion directe dans les décisions de gestion opérationnelle d’une structure autonome. En quoi une centrale, qui reçoit ses médicaments souvent depuis les ports, les achemine dans les 45 provinces, ne devrait-elle pas acquérir des véhicules au motif que l’état n’en achète pas cette année ? En quoi le fait de réclamer son du à l’état pour améliorer sa trésorerie empêche-telle de s’équiper pour remplir sa mission première, l’approvisionnement en médicaments de tout le territoire, quand ont fait plusieurs centaines de milliards de chiffre d’affaire ? Même si on prend la durée de vie du véhicule à 5 ans seulement, les 500millions représentent 100millions par an soit 0,03% du chiffre d’affaire ! Et cela est présenté comme une preuve de "mauvaise gestion" ! Voila ce qui risque de se passer si c’est une société d’état, un ministre qui bloque arbitrairement l’acquisition de véhicules et les médicaments qui pourrissent dans les ports ou les magasins centraux pendant qu’ils manquent dans les dépôts et pharmacies.

    4°) La vison "caporaliste" et anti-démocratique, qui voudrait priver un délégué de la CAMEG de sa liberté de penser et de s’exprimer sur son entreprise. Au motif qu’un responsable de centrale pense que la société d’état est la meilleure forme, les délégués, qui y travaillent et connaissent mieux la maison, son histoire et ont déjà participé aux assemblées qui ont discuté de son avenir, devraient suivre comme des moutons parce que c’est aussi la vision du ministre ? C’est lui qui risque de se retrouver au chômage quand les vautours auront pillé la société d’état, pas le SG de la centrale !

    5°) Il dit ne rien savoir du blocage du compte trésor de la CAMEG mais s’étonne du montant qui s’y trouve (et qu’il connait donc en détail). Comme si après ses décrets de limogeage et l’appel aux CRS pour installer un DG le principe de précaution n’allait pas guider les autres.

    6°) Il fait semblant d’ignorer que le problème n’est pas le licenciement mais de savoir s’il y a eu licenciement. Si celui qui a prononcé le licenciement n’en a pas le pouvoir, celui ci n’existe pas. De la même manière que l’intérim décrété par le ministre n’avait aucun effet, si M. Konfé n’est pas confirmé par la justice (en déboutant donc Dr Kouyaté), sa décision de licenciement n’a pas non plus d’effet. De même, si Konfé n’est pas reconnu comme PCA à quel titre le DG devrait-il lui obéir, objet de la "faute lourde" ? De tout cela donc il fallait laisser finir la procédure ?

    7°) Il dit à tout le peuple qu’il n’a aucun souci des millions de dommages et intérêts qu’il faudrait payer à l’ancien DG et l’encourage même à les réclamer, pourvu qu’il puisse s’en débarrasser. Cela donne une idée des priorités...

    8°) Il lance une autre polémique contre les pharmaciens (qu’il n’aime décidément pas beaucoup) en opposant dépôts et pharmacies. Or, tout ce qui est évoqué ne vient pas des pharmaciens mais bel et bien de l’état et de ses décrets. C’est l’état, devant l’incapacité d’avoir assez de pharmaciens même dans les centres de santé publics qui a crée une exception dans la loi qui réserve aux seuls pharmaciens la vente des médicaments. C’est le même état qui fixe les distances entre officines et entre dépôt et pharmacie. Si la loi est devenue inadaptée et qu’il faut changer, c’est à l’état de le faire (donc au ministre), pourquoi incriminer les pharmaciens qui demandent son application ? La règle, c’est que seul le pharmacien vende le médicament. L’exception, c’est le dépôt par manque de pharmaciens. Si avec l’argument des emplois on veut les rendre pareil, les vendeurs de médicaments de la rue aussi créent leur emploi ? E cela est dit par le ministre de la santé !

    Il semble donc que les conseillers doivent encore plus conseiller à leur patron de garder le silence, c’est mieux...

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2016 à 21:00, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : « Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de bloquer quoi que ce soit », Dr Smaïla Ouedraogo, ministre de la Santé à propos du compte trésor bloqué de la CAMEG

    Oups... j’ai écrit 0,03% en lieu et place de 0,3%. Car un investissement de 500 millions en véhicules, avec 5 ans de durée de vie représentent bien 100millions par an soit moins de 0,3% des 35 milliards de chiffres d’affaire annuel de la CAMEG. Mais ça fait mal à ceux qui n’ont pas eu de 4x4 rutilante que d’autres puissent en commander sans entraves !

    PS : Webmaster, la création du dossier "CAMEG" devait regrouper tous les articles liés à cette affaire, non ? On compte encore 15 articles publiés entre le 25 Aout et le 3 Octobre qui sont toujours dans la rubrique société, ce qui complique la recherche et la relecture. Alors que le dossier en compte 21, ce qui signifie que 40% des articles est en dehors. Vous pouvez pas voir le cas ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés