Ecole de santé Sainte Edwige : 693 agents de santé prêts pour servir

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • vendredi 14 octobre 2016 à 23h00min

La 9ème promotion de l’école privée de Santé « Sainte Edwige » a prêté serment ce vendredi 14 octobre 2016 à Ouagadougou. Placée sous la présidence du ministre de la santé, la cérémonie de sortie des nouveaux lauréats a connu la participation de parents, amis, collègues et anciens élèves.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ecole de santé Sainte Edwige : 693 agents de santé prêts pour servir

« Lutte contre les grossesses en milieu scolaire », c’est le nom de baptême des lauréats du jour. Ils sont au total 693 élèves que l’école de santé « Sainte Edwige » met au service du marché de l’emploi de la santé. Il s’agit de 52 garçons et filles de salle, 141 infirmiers brevetés, 266 agents itinérants de santé, 77 sages-femmes et magnéticiens d’Etat et 157 infirmiers diplômés d’Etat.

Après des années de dur labeur, d’une année à trois ans de formation, ces agents de santé se disent prêts à accomplir les règles d’or de leur profession que sont entre autres : la promotion de la santé, la prévention de la maladie et le bien-être physique, mental et social de la communauté.

Et en ce jour solennel, les élèves, par la voix de la déléguée Sylvie Saouadogo, ont tenu à exprimer leur reconnaissance et leur satisfaction à l’endroit de toute l’équipe d’encadrement. « J’exprime tout d’abord notre reconnaissance à l’endroit de tous les acteurs qui ont contribué à notre formation. Grâce à une dame au grand cœur (…), nous sommes devenus des agents de santé sans complexe, prêt à servir la nation entière » a signifié Sylvie Saouadogo.

A ce propos, Ilboudo/Diallo Ramata, la directrice fondatrice de l’école de santé « Sainte Edwige », n’a pas manqué de féliciter ses élèves et de leur signifier sa fierté à leur endroit. « Vous avez obtenu certes le diplôme mais le plus sérieux reste à venir. Dans votre poste, vous devez non seulement mettre en pratique ce qui vous a été enseigné mais, vous devez avoir un comportement irréprochable dans votre conduite pour continuer à faire la différence » a-t-elle indiqué.

Le parrain de la présente promotion, le président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo, représenté par la 5ème vice-présidente, madame Konaté/Ouattara Salimata, a signifié sa satisfaction quant aux performances de ses élèves et au choix du nom de baptême. Pour le parrain, « la lutte contre les grossesses en milieu scolaire » est une problématique qui interpelle les différents acteurs de la société. Selon lui, il s’agit d’un véritable fléau, un problème de santé publique « compte tenu de l’âge des victimes, du nombre croissant de filles du primaire et du post-primaire enceintes ainsi que dans les institutions de formation ». Raison pour laquelle, il attend de ses filleuls, « un véritable travail d’information et de sensibilisation sur le terrain ».

Dans la même dynamique, le ministre de santé, représenté par son Secrétaire général Robert Kargougou, a invité parents, éducateurs, autorités et aussi la jeunesse, à plus de conscience dans ses faits et gestes. L’objectif étant de lutter contre les grossesses précoces en milieu scolaire. Des discours, la prestation de serment, la remise des parchemins et des prestations artistes, ont ponctué cette cérémonie, qui restera gravée dans la mémoire des élèves.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 octobre 2016 à 06:18, par fozié
    En réponse à : Ecole de santé Sainte Edwige : 693 agents de santé prêts pour servir

    Félicitations pour ces nouveaux agents de santé. Ce qui m’attriste c’est que plus de 90% de ces agents iront grossir le rang des chomeurs. Bonne chance et bon courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2016 à 06:28, par Mawuéna
    En réponse à : Ecole de santé Sainte Edwige : 693 agents de santé prêts pour servir

    Que l’état forme des AIS (agents itinérants de santé) on le comprend de moins en moins car cela état plus ou moins une catégorie pour suppléer l’insuffisance en infirmiers en milieu rural. Que le privé en forme est une bêtise ! Il ne peuvent logiquement être employés que par l’état qui devrait même logiquement réfléchir à comment supprimer garçons, filles de salle et AIS pour ne recruter et former que des aide-soignants.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2016 à 10:11, par Amadoum
    En réponse à : Ecole de santé Sainte Edwige : 693 agents de santé prêts pour servir

    Toutes mes felicitations aux nouveaux agents de sante !
    Avec la longevite des Burkinabe et la croissance de la population agee, la fin de vos etudes a ce moment precis vous presente de tres bonnes opportunites. A ceux parmis vous qui ne peuvent pas trouver un poste chez un employeur, voici une suggestion qui a besoin de plus de details selon le marche : ouvrez votre propre service de soins.

    Bon nombres de famille dans les grandes villes du Faso ont des parents incapables de se prendre en charge, de l’argent, mais aucune personne FIABLE et SERIEUSE pour s’occuper de leurs parents. Cette charge se resume a s’occuper de l’hygiene et la nutrition de la personne agee, sa sante (a travers la gestion de ses medicaments et ses rendez-vous avec ses medecins), ses petites courses, et sa communication avec ses enfants.

    Juste une suggestion avec plein de potentiel. Bonne chance !

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2016 à 17:14, par Dommage
    En réponse à : Ecole de santé Sainte Edwige : 693 agents de santé prêts pour servir

    Je ne suis pas aussi enthousiaste que mes prédécesseurs et pour cause :
    Vu la mauvaise qualité de l’enseignement public mais surtout privé, il est indiscutable que la vôtre aussi est inachevée pour tas de raisons.
    Ensuite, pour ceux qui n’auront pas décroché de suite un emploi, qui vont passer 1 ou 2 ans, voire plus avant de travailler, je n’aimerais pas être un patient livré à eux car, quelle que soit la formation au monde, si tu chômes (même après avoir travaillé), la réinsertion est chaotique, alors pour quelqu’un qui n’a même pas éprouvé son talent à la fin de ses études, je vous laisse deviner le reste.
    Et comme c’est un domaine de vie ou de mort, et ben on ne finira pas d’enterrer des victimes de l’incompétence.
    Mon propos n’en tient aucunement rigueur les diplômés qui sont à féliciter et qui sont eux-mêmes victimes d’un système bancal.
    Il suffit de voir le niveau des enseignants de nos enfants et la catastrophe qui en résulte. Sans le didacticiel, certains élèves font mieux en dictée que leurs maîtres.
    Et ce qui vaut pour l’enseignement, vaut pour la santé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés