Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

LEFASO.NET | Par Angelin Dabiré • jeudi 13 octobre 2016 à 23h52min

Le président de la Chambre africaine extraordinaire de Dakar, le juge Bendao Gustave Kam dont la juridiction a connu du dossier de l’ancien président tchadien Hussène Habré, en fin de mission, a été reçu en audience par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, le 13 octobre 2016 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

A sa sortie d’audience, le juge Kam a confié l’objet de sa visite au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba : « J’ai rencontré le Premier ministre ce soir pour lui expliquer un peu, quelle a été ma mission au niveau des chambres africaines extraordinaires à Dakar. J’ai également dit que j’ai terminé ma mission et actuellement je suis rentré au pays pour me mettre à la disposition du Burkina Faso pour éventuellement d’autres nouvelles batailles ».

A la question de savoir quelle était sa mission à Dakar, le juge Gustave Kam explique : « Il s’agissait du procès Monsieur Hissène Habré qui a eu lieu à Dakar, entre le 21 avril 2015 et le 31 juillet 2016. Il était poursuivi pour des violations graves du Droit pénal international à savoir des crimes de guerre ; des crimes contre l’humanité et également pour des faits de tortures ».

Quelles leçons retenir de sa mission qui vient de prendre fin ? Le désormais ancien président de la chambre africaine extraordinaire de Dakar, le juge Gustave Kam répond : « Il s’est agi en fait d’un contrat que j’ai eu avec l’Union africaine, à l’effet donc d’aller conduire ce procès. De manière générale c’était un procès assez difficile, mais qui n’a pas été insurmontable puisque nous sommes arrivés à bout. Je crois que de manière générale, ce qu’on peut en tirer comme expérience, c’est qu’on a des fils ici en Afrique qui peuvent et qui sont à même, de pouvoir prendre les dossiers les plus durs. Que ce soit au niveau des juridictions nationales, régionales ou de la cour pénale internationale qui fait l’objet de pas mal de débats ».

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 octobre 2016 à 00:10, par Le Neveu
    En réponse à : Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

    Maître Kam, félicitations. Mais fait attention à ne plus prendre les sales boulots. EN Afrique LES gens sont trop ingrats.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 09:15, par Yeni
    En réponse à : Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

    Bon vent au juge Kam, je vs demande de vous impliquer activement pour une bonne visibilite de la justice. du Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 09:50, par DAMOCLES
    En réponse à : Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

    A la disposition du pays ça veut dure quoi au juste monsieur Kam ? Une nomination, un poste ministériel ? Vous n’étiez pas au chômage avant d’aller à Dakar si je ne m’abuse. Alors arrêtez ces salamalecs chez Roch, puis chez Thiéba et remettez-vous au boulot. Sinon ça finit par ressembler à de la cour faite au politique. Pour un magistrat ce n’est pas bien du tout

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 11:03, par okpayielo
    En réponse à : Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

    Bonjour et merci à tous les internautes sur le sujet ci-devant qui m’ont précédé.

    J’adhère parfaitement à ce que M. DAMOCLES dit.

    À quelle indépendance de la justice rêvons-nous si des juges et magistrats de tout genre comme celui-ci (y compris Halidou Ouédraogo, cube Maggi de tous les régimes de 1984 à nos jours, en plus il devient conseiller à la présidence et président du comité de réconciliation nationale) sont toujours des acteurs de premier plan ? Rappelons pour besoin que Salifou Diallo a fait ses études à Dakar avec l’aide essentielle du PCRV clandestin (SG= Halidou Ouédraogo) et que les deux ont été à la base du fameux mouvement burkinabè des droits de l’homme (MBDHP).
    Une autre tare de l’insurection des 30-31 Octobre 2014 a été de ne pas renvoyer systématiquement (table rase) tout le lobby judiciaire en place et de faire confiance aux jeunes juges et magistrats sans coloration politique. Certains parmi vous me retorqueront certainement « la jeunesse manque d’expérience ». Je leur réponds d’avance : l’expérience, ca s’acquiert, personne ne naît avec !
    Le Burkina Faso ne mérite plus son nom : il n’y a plus de « burkindlim » ; c’est devenu un pays du (en Mooré) gam gami et non « un pays des hommes intègres ». Le seul espoir d’en sortir selon moi : la Jeunesse (abstraction faite de MPP. UPC, CDP, etc. etc. etc.), la génération actuelle et à venir.

    Répondre à ce message

    • Le 15 octobre 2016 à 11:10, par Bintoa
      En réponse à : Premier ministère : Le juge Gustave Kam reçu en audience

      Mes Damoclès et Okpetelo, qu à dit le juge Kam de mauvais ? Il était en mission et en rend compte. Il se met à la disposition de son pays, il faut bien qu on le nomme quelque part ! Ou pensez vous qu il doit simplement retourner s asseoir à la justice parce que son ancienne place est demeurée vacante et l attend ? Pardon, nous les burkinabé cessons nos critiques stériles qui n apportent rien à l avancée du pays ! Qu on veuille le renommer juge à Dori, ministre, conseiller où est le problème ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés