ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

vendredi 14 octobre 2016 à 11h24min

La fièvre est remontée entre le Syndicat national des télécommunications(SYNATEL) et la direction générale et l’Office national des télécommunications (ONATEL). Et ce, après la reprise qui a suivi le mouvement d’humeur de fin septembre dernier. Ce jeudi, 13 octobre 2016, les travailleurs ont observé un sit-in au siège de l’entreprise (sis centre-ville) pour dénoncer ce qu’ils ont appelé « dilatoire » du directeur général.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

En cette matinée, des usagers des services de l’ONATEL se sont retrouvés face à des services fermés le temps du sit-in, 7h30-10h. Les travailleurs, eux, devisent par groupes hors des locaux, tandis que les responsables syndicaux sont en retrait, en concertations. 9h30, Soulemane So, secrétaire général du SYNATEL, et les membres de son bureau sortent, sonnent la mobilisation dans la cour et à l’aide de la sonorisation installée, l’hymne national est repris en chœurs. Puis, le premier responsable du syndicat prend la parole pour d’abord remercier ses « camarades » pour la mobilisation avant d’entrer dans le vif de son sujet. Une mobilisation qui s’est, selon M. So, constatée sur l’ensemble du territoire national où les représentations sont restées fermées à l’heure indiquée. Il va ensuite dénoncer ce qu’ils ont qualifié de « dilatoire » du directeur général. Et le message se veut sans équivoque : que le directeur général revienne à de meilleurs sentiments, en évitant le « dilatoire ». A en croire certains travailleurs, le premier responsable de l’ONATEL tente de casser la lutte, en ce sens qu’il aurait fait savoir au syndicat qu’il a d’autres sources qui l’informent et selon lesquelles, les travailleurs de l’entreprise sont satisfaits. Pour les responsables du SYNATEL, « c’est surtout son attitude aujourd’hui qui pose problème. (…). S’il ne revient pas à de meilleurs sentiments, les travailleurs se donneront les moyens qu’il faut, pour faire aboutir leurs revendications », affichent-ils.

« Suite à l’intervention du Premier ministre, pour demander à ce que le directeur général accepte s’asseoir pour discuter de la plateforme pour soulager la souffrance de nos clients, nous avions décidé, après deux séances de négociations au ministère (Ministère du développement de l’économie numérique et des postes ), de suspendre le mouvement de sit-in pour donner aussi la chance à la négociation. Nous avons donc repris les négociations à l’interne (à l’ONATEL) mais nous constatons qu’il n’y a véritablement pas d’avancées. Nous avons fait les premiers points aux travailleurs, qui ont donc demandé de repartir vers le directeur général pour exiger la satisfaction d’un certain nombre de points, pour que nous puissions sortir de la crise. Nous sommes repartis vers le directeur général, on s’est retrouvé le mardi (11 octobre) mais, malheureusement, le directeur général n’a trouvé mieux que de nous dire que lui, il a d’autres sources d’informations, que les travailleurs sont satisfaits et que c’est le bureau national qui, apparemment, défend une position qui n’est pas celle des travailleurs. Nous avons dit que c’est là même, la remise en cause de la représentativité reconnue par la loi et nous dénonçons cette attitude », s’est appesanti le secrétaire général du SYNATEL, Soulemane So. Par ce mouvement d’humeur, incarné par un sit-in, les travailleurs disent donc protester contre cette façon de se détourner de leurs préoccupations. Ils demandent au directeur général de revenir non seulement à la table de négociations mais avec des préoccupations concrètes.

Le premier responsable du syndicat rappelle qu’à la rencontre avec le Premier ministre (le 29 septembre dernier), le gouvernement s’est engagé à faire la lumière sur le processus de privatisation et un diagnostic des dix années de gestion et instructions ont été données au ministre de tutelle (Ministère du développement de l’économie numérique et des postes) pour s’occuper de ce volet. En ce qui concerne les actes de gestion, le Premier ministre a donné instructions pour que le directeur général puisse s’assoir sur la table de négociations, confie-t-il avant de féliciter les autorités pour avoir joué leur rôle, permettant la reprise du travail. Depuis cette reprise, poursuit-il, le syndicat et le directeur général se sont rencontrés six fois (deux fois au niveau du ministère et les autres fois à l’ONATEL). Toujours selon M. So, sur certains points, c’est un « désaccord total » entre les deux parties. Sur d’autres par contre, « il (directeur général) ne donne pas de réponse favorable mais, il ne dit pas aussi que c’est un désaccord. Donc, nous pensons qu’il faut qu’il s’asseye et qu’il fasse des propositions concrètes. (…). Il y a un dilatoire. Aujourd’hui, s’il faut que les travailleurs se mobilisent pour sortir un sit-in, protester afin qu’il revienne sur la table pour faire d’autres propositions, nous pensons que c’est du dilatoire ». Le SYNATEL demande au directeur général d’aller sur les indicateurs de l’entreprise… « Si ce que nous demandons peut mettre en péril l’entreprise, nous ne sommes pas pour cela. Nous n’allons pas être un facteur de déstabilisation pour l’entreprise. Il n’a qu’à nous donner concrètement les indicateurs. Nous savons clairement qu’à travers ces indicateurs, qu’il n’arrive pas à donner, que c’est du dilatoire qu’il fait ; il n’a pas une réelle volonté de faire des propositions pour qu’on puisse sortir de la crise », déplore Soulemane So qui précise, en outre, que la véritable question qui se pose est relative au respect même de la dignité du Burkinabè au sein de l’entreprise. « Nous avons trouvé qu’il faut privilégier les compétences locales pour les postes de responsabilité, le directeur général s’oppose totalement à cela. Pour nous, ce n’est pas du tout admissible. Ils en ont fait de même en Mauritanie mais, les Mauritaniens, l’Etat en tête, se sont mis dans cette bataille et on a renvoyé tous les expatriés marocains, sauf le directeur général et le DAF (directeur administratif et financier). Donc, nous sommes aussi un pays souverain ; on ne peut pas venir et priver les cadres locaux de ces responsabilités… », soutient Soulemane So.

La réforme de la grille salariale et les indemnités de logements sont entre autres points d’achoppement entre la direction générale de l’ONATEL et les travailleurs. C’est pourquoi, les responsables du SYNATEL qualifient ce sit-in de mouvement d’avertissement ; ‘’si rien n’est fait, les travailleurs se donneront les moyens nécessaires pour faire aboutir la lutte’’.

Du côté de la direction générale, l’on ne souhaite pas réagir. ‘’ En principe, les négociations se poursuivent…Le directeur général ne parlera qu’à l’issue de ces négociations’’, confie pour sa part, un interlocuteur, joint à la direction de la communication de l’entreprise.

Lefaso.net

Lire aussi : Crise à l’ONATEL : Le syndicat entend poursuivre sa lutte

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 octobre 2016 à 01:40, par Voltaïque
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Et oui la grève des syndicalistes de l’ONATEL sans tenir compte de l’environnement juridique et réglementaire auquel est assujéti l’entreprise qui a obligation de respecter ses engagements de cahier de charge commence à produire ses effets . Au Senegal quand les travailleurs de SONATEL grèvent ils savent qu’il ne faut pas couper la branche sur laquelle ils sont assis : ils surveillent comme le lait sur le feu les indicateurs critiques afin que leur boite ne soit pas épinglée par l’autorité de régulation dont le sabre plane sur leur tête en quête de milliards pour le trésor publique. Au Faso nos syndicalistes de l’ONATEL n’ont pas eu cette intelligence et résultat du compte, le bénéfice de l’ONATEL de 25,2 milliard en 2015 et projeté à 28 milliards en 2016 sur la base des résultats du 1er semestre 2016 risque de baisser à 23 milliards du fait de cette amende. Et les marchés financiers qui sont sans pitié réagissent au quart de tour :
    - moins de bénéfice donc moins de dividendes pour les actionnaires,
    - l’onatel est délaissé par les investisseurs à la Brvm et on assiste à la baisse de son cours qui est passé en octobre de 13.000 à 10.700 en d’autre terme la valeur de l’Onatel est passée de 442 milliards à 363 ,8 milliards soit une dépréciation de 78,2 milliards
    - moins de ressources pour l’onatel qui aurait pu utiliser les 5 milliards de pénalité pour améliorer le réseau
    - bonus ou prime de rentabilité annuel supprimé ou en baisse pour les travailleurs de l’ONATEL,
    - dégradation image de l’onatel au plan international

    A mon humble avis la pénalité bien que justifiée est excessive et l’Onatel doit recourir au moyens légaux existant pour faire diminuer la pénalité ( Sonatel a en 2016 vu sa peine de 15 milliards ramenée à 1,5 milliard et MTN au Nigeria à également vu sa peine de 4,5 milliards de $ réduite suite à des négociations.....etc) .
    Au va t en guerre de tout bord je dis attention de ne pas tuer l’Onatel qui est une de nos poules aux œufs d’or, personne n’y gagne, ni l’état, ni les actionnaires, ni les travailleurs ni les consommateurs.
    Je trouve bizarre que le syndicat de l’Onatel n’a toujours pas réagit sur l’amende et qu’il réclame à la Direction Générale des données de gestions de l’entreprise comme s’ils étaient hors de l’entreprise : un bon syndicat sait élaborer les tableaux de bord de son entreprise sans la DG. A mon humble avis il a intérêt à ne pas mener des combats d’arrière garde qui ne mèneront nulle part et à voir la réalité en face. Les travailleurs de l’Onatel ont eu la chance de n’avoir pas subi après la privatisation une cure de licenciement pour ramener l’effectif pléthorique à des ratios acceptables pour le secteur des Télécoms. L’état avec ses 26 % ne peut rien imposer à l’Onatel. La différence de salaire entre expatriés et nationaux est la norme dans toutes les multinationales et les organismes internationaux, le fixe est une technologie onéreuse en déclin dans laquelle les opérateurs n’investissent plus. La réduction des coûts amène toutes les entreprises notamment du secteur des Tic à externaliser des services. Avec l’automatisation des processus on n’a plus besoin de pléthore d’ouvrier dans les sociétés de Téléphonie mais des agents pointus. L’initiative d’embaucher n’est pas du ressort du syndicat. Les travailleurs doivent œuvrer à mieux rentabiliser la boite et bénéficier des retombés dans une logique de win win : l’Onatel avec ses 25,2 milliards de bénéfice en 2015 fait pâle figure devant Sonatel au Senegal 86 milliards sans ses filiales à l’étranger, Ikatel 92 milliards au Mali , Orange Guinée Conakry 39 milliards.

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 09:21, par ibrahim
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Merci. Car c’est une très bonne analyse !!!!!!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 11:13, par Mamadou
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Je ne pense pas que vous soyez un burkinabè encore moins un voltaïque. Je crois que vous de la direction de l’onatel.
      c’est décevant de votre part.

      Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 11:24, par Le burkinabé
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      salut, à tous les compatriotes honnêtes et sincères.
      A l’internaute n°1, je pense que votre analyse est quelque tronquée. Vous dites juste ce qui vous arrange car vous n’êtes pas loin de ces marocains qui pillent nos ressources. Vous vous bornez à ne pas voir la réalité car se sont juste vos propres intérêts que vous défendiez. A dire que le SYNATEL n’a pas son propre tableau de bord est un mensonge. Lorsque le Synatel demande au DG de venir afin qu’ils discutent chiffre et que ce dernier passe son temps à tourner en rond. Qu’en dites vous ? N’est-ce pas une manière de fuir le débat réel, le débat d’idée. On évite le débat lorsqu’on n’a rien de convainquant. Quand un DG refuse de recruter donc de respecter le cahier de parce que en sou-traitant avec des entreprises fantoches il se fait du gombo frais. Qu’en dites vous ?
      Lorsque vous parlez de pénalité le DG était où ?Ne savais t-il pas qu’il ya un cahier de charge par rapport à la continuité du service quand il refusait de s’asseoir sur la table de négociation ? Est-il plus conscient que les travailleurs qui ne demandent juste que meilleurs conditions de travail et vie ? Êtes vous d’accord que pour un 20000f francs un véhicule soit immobiliser pendant presque 2 mois ? Je dis Non. Est vous d’accord de payer vous même les outils de travail de votre propre poche parce le direction fait des dotations en compte goutes ? Un centre technique de plus de 5 équipes est-il concevable que ce centre ne dispose que d’un seul PC de maintenance sur site ; sachant bien que chaque équipe à besoin d’au moins un PC ? Est-vous pour que le technicien sur le terrain paye lui même sa chaussure de sécurité parce que la dotation de la DG est rare ou de mauvaise qualité ? Est-vous pour que les fournisseurs locaux de l’onatel soit en mal pare qu’ils ne peuvent entrer en possession de leur argent à temps ? Je Pense que non. ET la liste est très longue sinon on peut en citer encore. Le synatel est un syndicat très responsable qui s’est à quoi il s’attaque et je pense que vous n’avez pas bien lu la déclaration du syndicat qu’en à la vie de l’entreprise.
      Oui à notre dignité et non à l’esclave de l’homme par l’homme.
      La patrie où la mort nous vaincrons !

      Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 11:26, par dany
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Belle démonstration ! sans oublier que ils viennent de réveiller chez certains clients la solution à se séparer d’eux, si en cas de conflit interne, lui client est la victime principale. merci !

      Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 11:46, par Sidnoma
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Mon cher marocain ou défenseur des marocains, tu n’as pas bien été logique avec ton raisonnement tube digestif. Les sociétés citées en exemple ne traitent pas leur personnel de la sorte. Maroc Télécom a pris l’ONATEL avec ce personnel et depuis la reprise plus de 30% sont partis (retraite, démission ...). Avant leur arrivée l’ONATEL fonctionnait correctement. Il faut comprendre que l’ONATEL est une œuvre des burkinabè et nous n’allons pas laisser quelqu’un nous le mettre sur cale avant de partir.
      Pourquoi ne fais-tu pas allusion à la fraude fiscale ? L’amende de 5 milliards est l’affaire de la DG et non du syndicat de même que les 11 milliards de fraude fiscale. S’il voulait investir l’ONATEL ne serait pas soumis à une peine d’amende.
      Les burkinabè demandent simplement le respect des textes et les cahiers de charges.
      S’il trouve le personnel trop nombreux qu’il s’en aille et laisser les burkinabè tranquilles.

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 02:58, par la guidance
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    c’est propre.Blaise à trop bafouillé la dignité des burkinabé jusqu’à ce que les étrangers se foute de nous.Nan laara an sara !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 05:55, par un citoyen burkinabè
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Soutien total a la lutte des agents de l’onatel. Si les marocains ne peuvent pas qu’ils rendent le tablier. Un point un trait !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 08:11, par Vision
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    c’est un avertissement ! et bien nous on vous soutien, et le REN-LAC aussi semble vous donner raison. L’Etat doit prendre ses responsabilités face à de tels délinquants.
    Travailleurs courage à vous car "ceux qui vivent sont ceux qui luttent, ceux qui gagnent, sont ceux qui luttent". et vous vous êtes fort. restez unis.
    Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 09:23, par Lino
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Pour résoudre les problèmes que vivent l’ONATEL et l’ensemble de ses employés ; il faut que :
    1) Le départ pur et simple de tous les Marocains de l’ONATEL-SA suivi de la mise en place immédiate d’une nouvelle équipe composée uniquement que des nationaux ;
    2) L’ Etat fasse appliquer à l’ONATEL-SA le chier de charge lors de la privatisation (Recrutement des jeunes burkinabés au nombre de 45 chaque année pour étoffer le nombre travailleurs avec le départ à la retraite chaque année des anciens au moins 50) ;
    3) l’Etat doit imposer aux entreprises de telecom (ONATEL-SA, AIRTEL, TELECEL) le recrutement chaque année d’au moins 50 jeunes par an pour diminuer le chômage au burkina
    4) l’Etat (ARCE) doit mener un audit et contrôle surtout fiscal au coté des entreprise de telecom plus précisément à l’ONATEL-SA ;
    5) à l’ONATEL-SA il y a fuite de capitaux, tout cela se constate à travers le transfert massif de fond vers le Maroc ;
    6) Que l’Etat permette aux nationaux d’être énumérés au même titre que les expatriés en levant toujours cette question d’infériorité par rapport aux expatriés au Burkina ;

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 09:53, par Élève de maternelle
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      L’Onatel est une société de droit Burkinabé mais qui appartient au marocain (51%) contre 26% pour l’état. Ce n’est pas une société publique comme l’ONEA la SONABEL ou l’état peut nommer un Burkinabé à la DG. D’ailleurs les conseils d’administration de l’ONATEL se tiennent toujours au Maroc et non au Burkina.
      L’etat n’a aucun moyen d’obliger une société privée à embaucher. Le cahier des charges des société de téléphonie traite des questions techniques ( couverture national, qualité des services....) et non d’effectif de personnel.
      Aucune de vos propositions n’est operationalisable dans le contexte juridique et règlementaire en vigueur aujourd’hui au Faso. Le PM en tant que facilitateur peut demander au protagoniste de s’assoir et négocier mais il ne peut imposer quoique ce soit à l’Onatel.

      Répondre à ce message

      • Le 14 octobre 2016 à 10:36, par Rose
        En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

        Tu es vraiment de la maternelle et il faut songer à passer au CP1

        Répondre à ce message

      • Le 14 octobre 2016 à 10:39, par Merveille
        En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

        Quand ont est à la maternelle on se contente de boire sa bouillie au lieu de se mêler des débats d’adultes

        Répondre à ce message

        • Le 14 octobre 2016 à 16:32, par Lino
          En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

          Qu’en saviez exactement de cahier de charge ? Donc dites à ces Marocains y compris vous de remettre le cahier de charge à la disposition des travailleurs afin que chacun puisse prendre connaissance. Quand vous parler des termes juridiques, dites moi là ou l’Etat ne peut s’impliquer quand il s’agit d’une question de sécurité nationale ? L’ONATEL avant tout est un patrimoine national, il suffit que les individus comme vous qui avez crées des entreprises fictives de sous-traitance et vous ne pensez que à votre tube digestif sans tenir compte des Burkinabé réels qui se battent jour et nuit pour faire avancer le Pays. Dans cahier de charge, même si je ne connais pas la totalité des points, il est explicitement dit de recruter nos frères qui aujourd’hui n’ont pas de travail. C’est vous comme ça, une fois nommez ne pense qu’à large gueule ne tube digestif, regarde moi ce LARBIN.

          Répondre à ce message

          • Le 15 octobre 2016 à 09:50, par Élève de maternelle
            En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

            Le forum n’est pas un cadre pour insulter mais pour échanger des idées de manière courtoise. Vos propos sont discourtois injurieux et vos idées sont décousues ; Aprennez à structurer votre pensée si vous voulez échanger de manière positive au lieu d’étaler votre état d’âme qui n’intéresse personne sur le forum.Vous semblez méconnaître les règles qui régissent le fonctionnement du monde des affaires et vous faites beaucoup d’amalgames. Difficile de saisir quel est le sens reel de vos propos dans le débat à part le caractère injurieux.

            Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 09:32, par Le patriote
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Courage aux agents de l’ONATEL. A bas les pilleurs de ressources du pays et aux marocains noirs comme Voltaïque.
    quand voltaïque dit que l’état Burkinabè ne peut rien imposer à l’ONATEL, a t-il pris connaissance du cahier de charge ? Est tu au courant des obligations de l’employeur ?
    C’est pas parce qu’une société d’état est privatisée que l’Etat n’a plus son mot à dire. Tu parles du fixe qui est en phase de déclin sans voir les services associés (internet...) qui passe par cette technologie.
    Quand on n’a pas une vision plus loin que le bout de son nez, et une certaine capacité d’analyse on ferme la gueule.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 09:57, par Marou
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis. continuer à lutter aveuglement (la preuve vous ne connaissez même pas les indicateurs de gestion de votre entreprise) votre boite perd de la valeur en bourse et ça ne vous inquiète pas du tout en plus de la penalité que l’Arcep vous a infligé. ce n’est pas une entreprise publique mais privée qui a le droit d’employer les compétences dont elle a besoin pour assurer sa rentabilité. que cette compétence soit externe ou interne. le problème d’expatrier n’est pas pas propre à l’Onatel. je pense que le code du travail gagnerait à faciliter les licenciements.

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 10:29, par Mon pays
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Tout d’abord félicitation au syndicat de l’entreprise ONATEL. Il faut ce genre de syndicat pour dire non à tous ceux qui bafoue l’avenir du pays. Mr Marou, à mon humble avis vous êtes contre l’avenir des jeunes Burkinabè. Comment un fils du pays des hommes intègre peut raisonner de la sorte ? Je penses que ces travailleurs ne scie pas la branche sur laquelle ils sont assis mais prennent le risque sur leur vie pour un avenir meilleur, tout comme ceux qui ont risqués leur vie lors de l’insurrection. La pénalité infligée à l’ONATEL est juste et normale de même que la taxe douanière et elle doit payer.
      Quand vous parler d’une relecture du code du travail pour faciliter les licenciements, sachez que même si tout le personnel de l’ONATEL est licencié, vous n’avez pas les compétences nécessaires pour assurer le poste de vigile dans cette boite, ni l’intelligence nécessaire pour tailler les fleures.

      Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 12:43, par Aboudra
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Mais pourquoi la DG et le management n’ont pas à s’inquiété aussi. N’ont-ils pas le soucis de la pérennité de l’entreprise ?
      L’existence de l’entreprise ne profite pas seulement qu’aux travailleurs !

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 10:17, par citoyen
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    ça m’étonne que SYNATEL réclame aujourd’hui la dignité des burkinabé au sein de l’entreprise quand on imagine que ce même syndicat joue double jeux avec la direction de ONATEL SA au gré des intérêts corporatistes de ceux qui le dirige, en l’occurrence SO Soulemane et le nommé Kabré.
    ONATEL SA verse chaque année des subventions de soutien au SYNATEL qui se chiffrent à plusieurs dizaines de millions de francs CFA. ; cette subvention qui aurait dû servir uniquement au financement des activités du SYNATEL se transforme en partie en fond de financement des activités personnelles de ces dirigeants.Nul ne met son nez dans cette caisse noire si bien que pour le bilan d’activité annuel du SYNATEL, le poste de dépenses "divers" est numéro 1 en terme de ressources allouées.
    De cette gestion opaque du SYNATEL naît des conflits récurrents avec la frange jeune du même syndicat.
    Combien de travailleurs ont été injustement licenciés par la direction de ONATEL SA avec la complaisance ou la complicité du SYNATEL, d’ou la pléthore de procès perdus par l’entreprise au tribunal du travail.
    De ce constat les travailleurs devraient se démarquer de cette attitude d’un syndicat qui réclame de la transparence pour les autres et de l’opacité pour lui-même. Ce sont les pauvres travailleurs qui payeront les pots cassés (amende de 5 milliards et probablement compression de personnel) en lieu et place des dirigeants du SYNATEL.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 10:27, par ziguehi
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Patriote tu parle trop pourtant tu n’as aucune connaissance en matiere de gestion encore moins en matiere de pilotage d’entreprise. ce n’est pas parceque les marocains ne sont pas des burkinabè qu’il faut abuser. les agents d’onatel sont tres bien payés et ils nous fatigue pour rien. le SG parles des points sur lesquels ils ne sont d’accord il n’a qu’à nous dire ces points la sont quoi et quoi. on verra si ils ont raison.l’amende de 11 millairds infligé à l’ONATEL ne les regarde meme pas et c’est grever ils veulent continuer de grever seulement. en tout cas nous on en marre de vous on veut notre internet et les unités sinon nous meme on va grever contre vous. ils parlent de recrutement c’est de quel recrutement vous parlez ? les enfants à la places des parents qui vont à la retraite ? CELA EST FINI IL Y A LONGTEMP. si vous etes contents demissionner purement et simplement.

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 10:54, par Le patriote
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      Juste quelques questions à Ziguehi :
      1) As tu déjà gérer une boutique pour oser d’aventurer dans des débats de pilotage stratégique ?
      2) Je ne sais pas à combien les agents de l’ONATEL sont payés.
      3) Peut tu me dire qu’est ce que tu entend par être bien payer ?
      4) En quoi l’amende de 11 milliards te regarde ?
      5) Est ce que la société t’a dit qu’elle éprouve des difficultés pour le paiement ?

      Tu es pauvre de corps, en connaissance et d’esprit tout simplement

      Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2016 à 11:20, par Hakilignini
      En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

      M. ziguehi
      ziguehi yéyéyé, ziguehi yéyéyé.Votre nom me rappelle cette danse du groupe RAS de la Côte d’Ivoire. Votre réaction ne ressemble à l’esprit du groupe dont vous portez le nom, et c’est dommage.
      Nous ne croyons pas que le Syndicat remet en cause la présence des Marocains au sein de l’onatel, il prône plutôt la promotion de l’expertise nationale, la valorisation des cadres nationaux dont la qualité a hissé l’onatel à un niveau appréciable pour que les Marocains viennent y investir.
      Vous dites que les agents onatel sont bien payés. Bien payés par rapport à QUI ? Avez-vous un ration qui vous permet d’apprécier le bon ou le mauvais paiement d’un agent ONATEL ? Nous pensons que vous faites partir de ceux qui se contente de peu même si vous mériter mieux par force de travail.

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 10:28, par lasso
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Les travailleurs on raison. La DG de l’onatel se fout tro des agens...on vs suporte vaillan travailleurs.....le monsieur qi parle bocou bocou avec des analyse bidon, j’pense qil n’es pa burkinabé ou ces un travailleurs traite d’lonatel. Combatton pr mieux vivre camArade

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 10:33, par YAKO
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Hé ALLAH ; dites moi que je rêves ; y’ a t’il toujours des gens comme Marou sans dignité dans le pays des hommes intègres même après l’insurrection ?
    Qu’hallah te pardonne pour tes bêtises.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 10:56, par Citizen
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Vivement qu’une solution soit trouvée pour résoudre cette tension !
    Le problème au Faso, c’est qu’on ne s’écoute pas assez, chacun se dit patron et dispose de droits énormes au point de devenir un demi dieu. Dans ce cas, le compromis devient difficile à trouver. Je pense que les deux parties doivent chercher le compromis (chacun concède une partie de ses positions ’’figées") et le problème va se résoudre. Dans tous les cas, si cela perdure et que les clients doivent subir des dommages du fait de ce bras de fer, que l’ARCEP et la Ligue des consommateurs entament des actions (prévues par les textes juridiques) pour indemniser les consommateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 10:59, par Sawadogo Ibrahim
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Je ne suis pas d’accord avec le premier intervenant.
    c’est pas juste ce qu’il dit.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 11:06, par Issa
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Le voltaïque et le nomme Marou me decoivent beaucoup.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 12:52, par Un agent de l’ONATEL
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Entre quelqu’un qui lutte pour une connexion internet et un qui lutte pour sauvegarder son emploi lequel est plus large ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 13:19, par Mono
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Bonjour,
    A voltaïque, élève de maternelle, marou et citoyen :
    - Vous trouvez normal qu’après 10 ans de privatisation qu’un chauffeur d’une direction régionale vienne par car à Ouaga pour négocier un véhicule pour 10 jours de missions et ramener ce même véhicule et repartir par car aller s’asseoir ?
    - Des équipes d’installations et dépannage des agences de Ouaga et des directions régionales n’ont pas de moyens de déplacement pour satisfaire les clients ?
    - Des marocains sont envoyés dans notre pays et formés par des BURKINABE et ensuite ils sont envoyés vers d’autres pays de la filiale comme des directeurs et chef de département après 6 mois ou une année ?
    Ne soyons pas égoïste, les travailleurs luttent pour préserver l’outil de travail et les acquis afin de laisser quelque chose à ceux qui doivent venir.
    Au Burkina le fixe est entrain de mourir pendant qu’au maroc ils injectent des milliards pour relancer ce même fixe avec la fibre optique pour fiabiliser la connexion internet et les autres services à valeurs ajoutés.
    C’est nous au Burkina qui n’avons pas droit au développement des nouvelles technologiques ?
    Les travailleurs veulent satisfaire les clients à la hauteur de leurs attentes car leur syndicat demande de discuter chiffres à l’appui et le DG refuse. Les travailleurs savent qu’il y a fuite de capitaux vers le maroc voilà pourquoi ils demandent un audit de 10 ans de privatisation à nos autorités afin de prendre des mesures idoines.
    Au Niger et Bénin les télécoms ont été nationalisés avec les nouveaux présidents élus, après audit c’est possible au Burkina avec la rupture de contrat pour mauvaise gestion ou malversation.
    Avec l’ONATEL nationalisé, une grande partie de nos projets pouvait être financée par cette société car très rentable mais entre les mains du privé= fuite des capitaux vers l’extérieur pour développer d’autres horizons en lieu et place de notre chère patrie le BURKINA-FASO.
    *Le DG fait des comparaisons qui ne tiennent pas, comment comparer l’ONATEL à Airtel et Télécel qui sont derrière soyons logique ne pas comparer le premier à l’avant dernier ou au dernier plutôt comparer l’ONATEL (BF) à Malitel et Sotelma (MALI), Mauritel (MAURITANIE), Gabon télécom (GABON) ou à Maroc télécom (MAROC) parce qu’ils appartiennent au même groupe.
    Il faut y penser.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 14:13, par paul
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    pour vous est doux dehhh, notre grille date de 30 ans, et on n’en parle même.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 14:27, par Razambwende
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Mon soutien total aux travailleurs de l’ONATEL, lutter pour vos clients car par exemple dans la zone de Boulmiougou il n’ y a pas de téléphone fixe depuis plus d’une année sous prétexte que la ligne souterraine est en panne. Ces marocains ne veulent que le bénéfice et ne veulent pas investir dans l’entretien et le renouvellement du matériel. Je ne sais plus s’il font un recrutement chaque année comme l’ONATEL société d’Etat faisait pour absorber le chômage au sein de la jeunesse burkinabè. NATIONALISATION OBLIGATOIRE DE l’ONATEL en société d’Etat à l’image de l’ONEA et la SONABEL. Non aux privatisations sauvages, aux bradages des biens de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 15:13, par warzat
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Le temps où même avec ton argent, il fallait connaitre quelqu’un à l’Onatel pour avoir une ligne téléphonique chez soi est révolu à jamais. Il n’y a plus et il n’y aura plus de monopole qui pénalise le consommateur et encourage le copinage et la corruption. Avec le temps, ce sera comme ça dans beaucoup de domaines et c’est tant mieux pour le pays. Plus rien ne sera comme avant et ça ne vous concerne pas seulement, trouvez vite un terrain d’entente. Beaucoup d’entre nous avons pris vos abonnements par patriotisme parce que nos sous serviront aussi à des Burkinabè en majorité qui nourriront leur famille. Fraternellement à vous ;

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 17:04, par Petit Bodiel
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Je pense qu’il faut dépassionné le débat et gardé surtout à l’esprit que l’ONATEL est une entreprise privée qui plus est côtée en bourse. Le DG n’a certainement pas mandat pour gerer d’autorité certaines questions notamment celles liées aux investissements et aux avantages sociaux. Ce sont des positions qui sont d’autant plus difficiles à défendre en conseil d’administration du fait que les concurrents de l’ONATEL font sans doute (sans doute parce que je n’ai pas les derniers chiffres) pareil avec trois à quatre fois moins de ressources. Quel est le chiffre d’affaires de l’ONATEL ? Quel est le resultat de l’ONATEL ? Quels sont les niveaux de revenus à l’ONATEL ? Quel est le nombre d’employés permanent de l’ONATEL ? Repondons ensuite à ces questions pour le principal concurrent qu’est AIRTEL et la problématique sera toute trouvée.
    Je n’ai rien contre le syndicat et il est de l’ordre normal des choses que de lutter pour de meilleurs avantages même si je ne souscrit pas à la méthode utilisée. J’estime cependant qu’il est plusieurs points de la plateforme qui sont difficiles à satisfaire dans le contexte actuel que nous connaissons.
    A la direction de communiquer de facon intelligente avec le personnel et de les inviter pourquoi pas à se retrousser les manches dans le cadre d’un contrat d’objectifs empreint de franchise afin que tout le monde puisse profiter des fruits de la croissance.

    Très humblement,

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2016 à 20:14, par Adama
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    Soutien aux travailleurs de l’ONATEL.Courage seule la lutte libert !!!
    A ces défenseures de ce groupe marocain, avec des analyses bidons j’ai honte à votre place
    Je me demande si c’est parce que vous manquez de dignité ou vous fermer les paupières
    Est une lutte noble celui qui ce lève à la recherche de sa dignité dans un monde sans laisse
    Est une lutte noble,qui exige le recrutement des jeunes diplômes qui frappe à la porte depuis belle lurette
    Est une lutte noble,qui exige l’égalité entre les travailleurs sans création de classes
    Est une lutte noble,qui exige l’encouragement de la compétence sans traitement de faveur
    Est une lutte noble,est une lutte noble,est une lutte noble,est une lutte noble,est une lutte noble.
    Je demande à ces égoïstes qui font des analyses creuses de laisser ces travailleurs dignes, et qui font la fierté de notre peuple,de lutter pour la dignité.A bas les traites !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2016 à 11:15, par baramogo l
    En réponse à : ONATEL : Les travailleurs s’insurgent contre le « dilatoire » de la direction générale

    LE SYNDICAT DOIT TENIR BON CAR AU-DELÀ DE L’ONATEL D’AUTRES STRUCTURES DOIVENT SE DOTER D’UN ORGANIGRAMME COMPOSÉ DE CADRES LOCAUX. TROP C’EST TROP. LA COLONISATION EST TERMINÉE. L’ONATEL AU MOMENT DE SA PRIVATISATION N’ÉTAIT PAS DÉFICITAIRE. À LA LIMITE CETTE PRIVATISATION À ÉTÉ FAITE DE FAÇON HÂTIVE POUR SATISFAIRE LA CUPIDITÉ D’UNE CERTAINE PERSONNE. LE MOT D’ORDRE À L’ENDROIT DES TRAVAILLEURS C’EST : NE RIEN LÂCHER SINON LE BURKINA PERDRA UNE SECONDE FOIS.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés