Bobo Dioulasso : L’incivisme routier, une préoccupation de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

LEFASO.NET | Par Romuald DOFINI • mercredi 5 octobre 2016 à 23h29min

Le maire de la commune de Bobo-Dioulasso a été reçu ce mardi 04 octobre 2016 par le Directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé. Une visite de courtoisie selon le maire afin d’apporter à cette structure, le soutien dont elle a besoin dans sa mission qui est de veiller au bien-être des populations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo Dioulasso : L’incivisme routier, une préoccupation de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

Soucieux du développement de la commune de Bobo-Dioulasso, le maire Bourahima Sanou accompagné de ses collaborateurs se sont rendus ce mardi 4 octobre 2016 à l’Organisation Ouest Africaine de la Santé afin de fraterniser avec son personnel et lui rassurer quant à la disponibilité de la commune à travailler à ses côtés. Cette visite a été une occasion pour le Directeur General de l’OOAS et l’ensemble du personnel de soumettre quelques doléances auprès des élus locaux afin de pouvoir bien mener leurs missions.

Les questions de l’incivisme grandissante dans la ville de Bobo-Dioulasso et celles liées à l’occupation anarchique des espaces publics notamment aux environs de l’OOAS ont été au cœur des échanges.

Le Directeur de l’OOAS qui a d’abord apprécié cette visite, à remercier les autorités communales qui ont eu cette initiative. Il s’est dit très réconforté par cette visite et promet que l’OOAS fera son devoir dans la mise en œuvre de ses activités sanitaires, culturelles, sociales et sportives. Toutefois, il ne manquera pas d’interpeller les élus à se pencher sur les questions pressantes et qui sont d’actualité notamment celle liée à l’occupation anarchique de certains domaines qui empêche de travailler tranquillement.

Pour le maire central « L’OOAS est une institution qui œuvre dans le domaine sanitaire, culturel, social et sportif toute chose qui contribue au bien être au niveau de notre commune, donc il était plus que nécessaire de venir les rendre visite afin de leur apporter notre soutien et surtout les rassurer de notre disponibilité afin que tous ceux qui travaillent ici puissent se sentir chez eux ».

Toutefois, il ne manquera pas de rassurer les membres de l’OOAS que des actions seront menées allant dans le cadre de la résolution de leurs préoccupations. Tout en réitérant son encouragement au personnel, le maire a souhaité que l’OOAS soit un partenaire privilégié de la commune par le dialogue.

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 octobre 2016 à 15:02, par T. Ousmane
    En réponse à : Bobo Dioulasso : L’incivisme routier, une préoccupation de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

    Il faut corriger les disfonctionnements dans les formations sanitaires. Quand il manque des tension-mètre en cardiologie, quand les agents de santé utilisent leurs portables pour insuffisance d’éclairage pour faire des opérations de chirurgies, .... quand il manque de réactifs pour des simples examens, quand les docteurs renvoient expressement des patients dans des cliniques privées, ..... le malade ne se sent pas respecté.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 17:49, par MIMI
    En réponse à : Bobo Dioulasso : L’incivisme routier, une préoccupation de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

    Tout petit espace est occupé actuellement par des personnes qui y installent kiosques, boutiques, buvettes..., même au détriment de leur sécurité, parfois les tables sont posées presque sur la chaussée en plein virage, ni la poussière, ni les trous ne gênent. Pour circuler il faut se débrouiller, pour stationner en voiture c’est de plus en plus difficile. Il n’y a pas d’espace et souvent on vous crie dessus de ne pas garer parce qu’on gêne le commerce, où aller alors ? La question se pose encore plus pour le grand marché. Si la Mairie avait pu construire des parkings souterrains, ça pourrait désengorger la zone. Quant aux commerçants de yaars, s’ils avaient des grands bacs comme au temps de la révolution pour y déverser leurs ordures, peut être qu’on ne verrait plus balayer et jeter des ordures sur la chaussée le soir, créant des frequentes crevaisons des pneus des vehicules. Enfin, les pistes, nombreuses à bobo, à cause de la poussière, les riverains dressent très vite des gendarmes couchés, occasionnant des accidents, la casse des vehicules, sans compter les trous qui apparaissent vite autour des gendarmes couchés. Bref il y a du boulot pour le maire, mais on doit commencer par la mentalité, si on se donne la main et si on se tolère, parce qu’on souffre tous, ce serait moins dur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés