Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

jeudi 29 septembre 2016 à 04h04min

Le président du Faso, Roch Kaboré, a reçu, ce mercredi 28 septembre 2016, une délégation de chefs traditionnels de la région de l’Ouest. Invités par le président de l’Assemblée nationale à l’ouverture de la session parlementaire, ces chefs sont allés présenter leurs civilités au locataire du palais de Kosyam.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

Une insurrection peut en cacher une autre. Et il est bon de rappeler l’histoire aux jeunes générations. C’est dans cet esprit, qu’à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire, ce mercredi 28 septembre 2016, le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, a invité des chefs traditionnels de l’Ouest. « Nous sommes en 2016. Cela fait 100 ans que la première insurrection a eu lieu au Burkina Faso. Il est donc bien de commémorer cet anniversaire afin que les jeunes de maintenant puissent connaitre l’histoire », a ainsi campé le décor le président de l’Assemblée nationale.

En effet, de novembre 1915 à juillet 1916, les Bwa, populations de l’Ouest du Burkina, se sont révoltés contre les exactions de l’administration coloniale. La répression de cette révolte a fait plusieurs morts. Dans un de ses textes publiés en janvier 2007, Moussa Boly a donné un chiffre d’au moins 23 000 morts. « Ces devanciers ont payé le prix du sang pour que nous puissions vivre en toute liberté aujourd’hui. Il est donc nécessaire de célébrer cet anniversaire en leur mémoire », a ajouté Salifou Diallo.

Pour marquer sa participation à cette commémoration, le président de l’Assemblée nationale a invité les chefs traditionnels de l’Ouest à participer à la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire. La délégation des têtes couronnées est conduite le chef des Bobos mandarè. Il avait à ses côté celui du canton de Dédougou et bien d’autres.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 septembre 2016 à 02:16
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    C’est bien mais ce que nous voulons c’est le développement de cette région longtemps considéré comme le grenier du Burkina et grande productrice de coton mais quand vient le moment des projets de développement et projets d’infrastructures, elle est laissée à elle-même. Il a fallu le MCA des Américains pour enfin voir une voie butimée dans cette région. Quand il fallait créer Faso Fani, Maurice Yaméogo a pensé à Kdg qui ne produisait à l’époque aucun coton (la viabilité de l’usine en a sans doute pâti). D’ailleurs il n’a jamais fait de cadeau aux Nazi Boni et Joseph Ki Zerbo qui ont pourtant lutté pour l’indépendant alors que lui Maurice Yaméogo n’a été qu’un usurpateur du pouvoir suite au décès de Daniel Ouezzin Coulibaly dans des conditions jamais élucidées . Le colon avait fait de l’hôpital de Nouna, un des 6 premiers hôpitaux de la Haute-Volta. Quand est-il aujourd’hui ? Thomas Sankara s’intéressait beaucoup à Dédougou comme à toutes les régions sans distinction, Il y a créer un corps d’élite le Régiment Paracommando qui a fait la fierté du Burkina. Depuis la mort de Thomas Sank, je crois que c’est un corps d’élite de nom. Sous la pression des leaders de la région et la menace de sanction dans les urnes, BC vers la fin de son règne avait commencé à faire quelque chose. La Transition a eu le mérite malgré les délais et les contraintes sévères de terminer les projets en cours dans le cadre du 11 décembre 2014 qui a été un véritable.

    Au pouvoir actuel de montrer qu’il n’est pas régionaliste et s’intéresse à toutes les régions du Burkina. La priorité des populations de la région est aujourd’hui de voir bitumer :
    Axe 1 Koundougou - Kouka- Solenzo -Sanaba-Nouna
    Axe 2 Sanaba-Dédougou- Tougan- Ouahigouya.
    Pensez-y ne serait-ce que pour avoir des voix au moment venu et pour y circuler et y battre campagne.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 03:17
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    C’est 100 ans après que nous nous souvenons de cette révolte contre l’injustice et la domination. Mieux vaut tard que jamais. Espérons Mr le président de l’AN et Mr le président du Faso, que ce ne soit pas à des fins de récupération purement politiciennes car je trouve que ça y ressemble un peu. Si c’est le cas, avoir fait se déplacer nos vénérables chefs traditionnels ne me parait pas être très élégant. Mais bon, ils ont accepté de se déplacer.
    Puis-je me permettre de demander ceci à nos chefs traditionnels : S’il vous plait, vénérables pères, restez désormais sur votre trône dans votre palais. C’est à nous vos enfants, même si nous sommes responsables politiques ou autres, de nous déplacer vers vous pour vous rendre hommage sur le trône et les traditions de nos ancêtres que vous représentez et perpétuez. C’est à Salif Diallo et aux députés d’aller vous saluer dans votre palais, si nécessaire. C’est à Rock d’aller vous saluer ou d’envoyer ses émissaires vous rendre hommage dans votre palais, si besoin. Pour une commémoration ou autre évènement d’ordre politique, veuillez bien vouloir envoyer je vous en prie, une délégation vous représenter pour éviter de vous déranger en tant que "chefs" coutumiers. C’est mon humble avis et excusez-moi si cela a pu heurter votre majesté. Ce n’est pas le but recherché. Mon propos ici, se veut constructif avec tout mon respect.

    "J’avoue qu’à priori, je n’ai pas perçu le lien entre une session budgétaire et un hommage de l’AN aux combattants de la révolte de Bani-Volta face à l’occupation coloniale d’alors. Cependant, si nous avons compris enfin que la vraie résistance à la pénétration coloniale et la plus âpre en Haute-Volta, fut celle-ci entre autres, c’est une très bonne chose et une petite avancée dans l’histoire de ce pays car beaucoup reste à faire. On nous a toujours relaté la résistance courageuse de Naba Boukari Kutu face à la pénétration de la colonne Voulet-Chanoine dans le royaume mossi. Sauf que la Haute-Volta va au de-là des royaumes mossi. Qu’ont fait les autres peuples face à l’invasion coloniale ? C’est tout aussi bon à savoir. Je me demande pourquoi on a mis aux oubliettes cette partie de notre histoire qu’est la lutte héroïque des peuples du centre-ouest pour contrer l’envahissement colonial (la révolte de Bani-volta, 1ère insurrection populaire des peuples voltaïques).
    Nos aînés nous ont parlé de cette insurrection mais les historiens en parlent très peu car ils se sont peut-être focalisés sur les hérésies du colon dans les manuels d’histoire que nous leur demandons de rectifier désormais afin que nos descendants soient bien informés sur l’histoire de leur pays. Les colons ont occulté sciemment dans leurs récits les épisodes de la colonisation où ils ont été bien matés par la résistance de nos valeureux parents en Afrique et pour ce qui nous concerne, en Haute-Volta. Je le répète : l’histoire de l’Afrique est à réécrire.
    Pour une fois que Salif Diallo et nos députés disent quelque chose d’intéressant, approuvons-les. En effet, nos historiens ont vraiment du travail et n’ont aucune raison de chômer, ne serait-ce que pour écrire ou réécrire toute l’histoire de ce pays, la vraie, l’authentique. Pas les hérésies que les colons ou certains de nos politiciens mal intentionnés et collabos des colons, ont écrites en s’attribuant toutes les victoires et tous les beaux rôles. Les colons se sont érigés en grands civilisateurs et ont beaucoup menti pour s’en convaincre alors qu’eux-mêmes sont loin d’être civilisés. Sinon, ils auraient compris que la civilisation est plurielle, que chaque peuple a sa civilisation, que toutes les civilisations s’équivalent et se brassent sans qu’on ait besoin de coloniser et s’entretuer, enfin qu’on ne domine jamais un peuple impunément et infiniment. A bon entendeur, salut."

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 03:43, par Le Vigilant !
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Non , non, non, Mr Salifou Diallo ce n’est pas de cette manière qu’il faut célèbre cela. Il aurait dû cerner d’abord le contexte avec les historiens et faire un travail de fond avec les vrais acteurs . Cela resemble a une récupération précipitée de l’histoire de notre peuple. Car il y’a eu aussi les bourreaux , nos parents noirs qui ont massacre leurs frères EN appuis aux colons blancs et ceux venus nous évangélisés . L’ampleur des dégâts en vie humaine a été aussi dramatique et dévastateur que ce que nous croyons aujourd’hui . Les révoltes ont commencé EN pays Bwaba ET ont vite atteints les pays Gourounsi ET Samo. Une telle commémoration aurait voulu un travail de fond , ce qui rendrait à l’histoire toute son objectivité . Certain des chefs de village OU autres sont aujourd’hui des petits fils des bourreaux, leurs grands pères ayant aidé les colons à massacrés leurs frères . Attention donc , les politiques font l’histoire mais l’histoire ne doit pas être l’affaire des politiciens seuls.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 04:42, par ndief
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    la france doit etre pousuivie en justice pour ce crime. mais pourquoi ce evenement douloureu mais important de Notre histoire ne figure pas dans nos livres d’histoire. le gouvernement doit remedier s cette insuffisance. merci a salifou diallo.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 07:35, par Le Sphinx de Pissy
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Il est très fort ce Salif. Du coup avec cette polémique , il coupe court à la récupération de l’insurrection des 30 et 31 Octobre qui est le cheval de troie des syndicats et du CFOP.
    Pour un coup d’essai c’est un coup de maitre et désormais c’est à chacun son insurrection à magnifier.
    Remarquez que le 3 Janvier 66 n’est plus à la mode.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 07:41, par TANGA
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Il aurait été préférable que les institutions se déportent à l’Ouest pour cette commémoration.
    ON NE DEPLACE PAS UN CHEF COUTUMIER DE LA SORTE !!!
    Je profite dire ceci : Ceux là qui dénonce les entrées en scène des chefs coutumiers doivent se renseigner pour savoir que ces derniers ont commencé la lutte avant notre génération. Pour cela ils resterons à surveiller le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 08:14
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    A l’internaute auteur du post de 02:16
    Pour le respect de la vérité historique, lorsque l’on n’est pas sûr de son information, on use du conditionnel.
    Thomas SANKARA n’a jamais créé le Régiment Para Commando de Dédougou.
    Ce corps a été créé par le Colonel Tiémoko Joanny Tasséré OUEDRAOGO décédé en 2009.
    Pour votre information, c’est à l’issue du conflit Malo-Voltaîque de 1974 que cette entité à vu le jour. Elle s’appelait alors "Bataillon Bélier" et était basée à Gassan dans le Sourou. Par la suite, elle s’est implantée à Dédougou avec désormais l’appelation de Régiment Para Commando (RPC) toujours sous le commandement du Colonel Tiémoko Joanny OUEDRAOGO (alors Commandant à l’époque) qui en fut le premier Chef de Corps.
    Thomas SANKARA (alors Lieutenant) commandait le CNEC et Blaise COMPAORE (également Lieutenant à l’époque) commandait le Centre Intervention Aéroporté installé à Bobo-Dioulasso. Ces deux entités étaient, semblent-il, des appendices du RPC avant d’avoir chacune leur autonomie (sur ce point, une confirmation des autorités militaires serait souhaitable).
    La tendance à attribuer à Thomas SANKARA tous les mérites possibles et imaginables procède sans doute d’une volonté louable mais elle ne s’accommode pas toujours de la vérité historique.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 08:42, par BAMBARA Y
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Mr le Président Diallo, de grace, ne nous prenez pas pour des nez percés. Au lieu de vous ateler au développement des infrastructures routières de ces régions enclavées vous vous acharnez aux commémorations d’évènements historiques et unitiles que nous n’avons pas appris dans l’histoire de notre pays à l’école. Dites-nous simplement que c’est déjà une manière pour vous d’anticiper votre campagne politique pour l’année 2020. Laissez les vieux tranquille s’il vous plait. Ils sont fatigués et ont plutot besoin d’autres traitements digne de leur age que des hacelements à des fins politiques. Le peuple a faim et soif de la justice pour les nombreux crimes économiques et de sang commis et dont il est victime depuis le régime dictatorial de Blaise COMPAORE. Merci pour votre oreille attentive.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 08:51, par Panganbou
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    OUF ! le populiste , dogmatique a sorti une autre flèche de son carquois. Et nos chefs traditionnels toute honte bue ont accouru mettant mal à l’aise leurs sujets. Première révolte dites vous. A quand date alors la résistance de Boukary KOUTU ? Où sont nos historiens ? J’espère que les jours à venir apporteront un éclairage au peuple burkinabé. C’est ainsi que les politiciens créent des problèmes dans la falsification de l’histoire. A vouloir faire de la récupération politique on se ridiculise.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 08:55, par papsonne
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    en verité, la revolte a commencé chez les Marka d’abord. sachant que l’ennemis etait tres fort et bien armé, ils ont desisté et les boa ont pris la releve. mais les commentaires il faure resortir premierement la revolte des marka, voici la verité. c’est vrai que il ya eu beaucoup de morts chez les boa, mais l’initiative vient des Marka.

    Répondre à ce message

    • Le 30 septembre 2016 à 17:51, par Karamoton
      En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

      Bien dis mon frère ! La révolte a commencé chez les Marka (communément appelé Dafing) Les Marka n"ont jamais désisté en faveur de qui que se soit ! les Bwaba esclaves des Marka sont venu renforcer la lutte contre l"oppresseur ! C"est dommage que l"histoire soit méconnu par les parlementaires qui ont ignoré les Marka (Dafing) ou assimilé ces derniers aux Bwaba, en invitant aucun chef de cette importante communauté.

      Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 08:55, par Esprit
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Vraiment triste l’histoire qu’on nous raconte à l’ecole sur notre pays avec seulement quelques noms de chefs qui semble t-il sont ceux qui ont en réalité conduit notre pays a la domination coloniale à accepter le colon.Ce que jai toujours entendu de mon village natal et de cette region meme au temps de Samory Touré avec son djihad ou tac tic de la terre brulée à dormi deux jours durant deux jours dans ce village sous la puissance du chef de village mon grand père oubliant complètement les causes pronfondes meme de son voyage dans cet endroit.l’histoire na jamais parlé de ça.Les anciens combatants de ces regions 99% etait des ressucités,des fantomes ou revenants appelé à apparaitre par les chef de famille juste pour ne jamais donner un digne fils vivant à autrui à par ceux qui sont deja mort.Et ce sont ces fantomes qu’on tirait mais ils venaient seulement.L’histoire actuelle du Burkina faso est fondé sur le plus gros mensonge du colon car les interets obligent.
    Il n’est pas encore tard le grio existe dans toutes les ethnies et sont detenteur de l’histoire depuis des générations ils peuvent nous aider à réecrire la vraie histoire de chaque ethnies ou groupe d’ethnies avant,pendant et apres ces periodes de trouble.Ils sont la si vous vouler connaitre la verité aller eux vont diront toute la verité.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 09:07, par LAMIEN
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Le colon a commis des crimes abominables pour réprimer ces révoltes ; il a perpétré des exactions innommables au cours des travaux forcés et à travers la conscription : le code de l-indigénat a été le moyen juridique pour le colon de donner libre cours à tous les traitements des plus avilissants : voire jusqu’à ce que parfois mort s’en suive.
    NOS HISTORIENS BURKINA DOIVENT redoubler d’effort et de perspicacité, S’EMPLOYER A DÉTERRER ET RESSUSCITER NOTRE HISTOIRE BURKINABÉ CAR C’EST ESSENTIEL POUR LA MÉMOIRE, le pardon, pour mieux se connaître, s’accepter, dépasser le l’événement brut , aiguiser la conscience citoyenne que nous appelons tous.

    Wonkô Zoubaki Dofinta Tankossi de Sanilô depuis Poitiers

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 09:16, par Amadoum
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest : NOS POLITICIENS N’ONT VRAIMENT PAS HONTE !

    Tout ceci pour dire quoi ?
    Ils veulent passer par tous les chemins pour endormir le peuple. Et comme l’a si bien signale Le Vigilant, ce racourci ne sert vraiment a rien du tout. Monsieur Diallo, comprennnez d’abord notre histoire recente, 1983-2016 !

    Une action mediocre sur toute la ligne, aussi bien sur le fond que sur la forme.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 09:35, par Boinzem
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Ils sont à la Présidence et je ne vois pas Roch sur la photo mais plutôt Salif. En communication cela veut dire quelque chose. Les images parlent. J’espère que Roch a enfin compris que Salif se sert de son image publique pour couvrir la sienne afin de bien paraitre auprès de l’opinion.

    Merci à ceux qui nous donnent l’information sur cette insurrection oubliée et méconnue (pas à Salif). C’était une vraie lutte pour la dignité et la liberté. Une lutte juste, honnête et sans calculs politiciens. C’était une lutte des braves, où les vrais combattants sont tombés les armes à la main pour défendre leurs terres, femmes, enfants, leurs droits. Je salue la mémoire de ces combattants anonymes tombés sur le champ d’honneur. Ils sont de vrais martyrs à inscrire au Monument des Héros.

    Cette insurrection bwa fait la fierté des peuples concernés. Comparée à la révolte contre les colons, le Coup d’Etat conspirationniste d’octobre 2014 n’était pas une vraie insurrection. Alors là, pas du tout. C’était une simple guerre de clan déguisée en insurrection populaire. Cette dernière a été financée et organisée par les imposteurs politiques du MPP (selon les aveux du député Sakandé). Mais, au lieu d’aller au combat, ils sont restés cachés avec leurs enfants et ont manipulé et drogué les enfants des autres pour les envoyer dans la rue. Ce sont d’autres qui ont livré bataille au prix de leurs vies et Blaise à démissionné pour ne pas combattre contre le peuple. Les martyrs sont morts pour les mirages que les RSS leur avez faits miroiter. Paix à leurs âmes.

    Les RSS ne se sont pas du tout sacrifiés car ils n’ont pas combattu Blaise eux-mêmes. Ils ne sont pas braves, dignes, et honnêtes. C’est sans parler des nombreux leaders du CDP devenus ténors MPP par intérêts et sans idéaux. Ensuite, les RSS se sont servis de ces morts comme des trophées macabres pour mousser leur campagne de recrutement de nouveaux militants dans l’arrière pays et faire campagne. Ils continuent en jugeant et emprisonnant les derniers ministres de Blaise alors qu’eux ont fait plus de 27 ans avec lui. A vaincre sans péril...Aucune gloire ni honneur ne reviendra à la mémoire des commanditaires de l’insurrection 2014 car Ton ninan poukamè. On a compris en retard, mais on a bien compris que vous êtes Salif et autres sont des manipulateurs et des usurpateurs des lauriers de la lutte du peuple. Dans 100 ans, les jeunes générations se souviendront du mal que vous avez fait à notre Nation.

    Oui, les devanciers ont payé le prix du sang, de l’honneur et de la liberté. Au contraire, vous les RSS, vous avez détruit notre démocratie, vous avez tué notre burkindilm et l’âme de notre peuple, vous instauré la haine, la vengeance et la division comme mode de gouvernance, vous avez perverti la jeunesse en l’achetant avec des peccadilles et des leurres. Vous avez détruit notre économie en fomentant une fausse insurrection pour assouvir votre soif du pouvoir. A cause de vous trois RSS, le peuple burkinabè est la risée du monde entier. Nous avons servi de terrain d’expérimentation insurrectionnelle pour les américains et les français. Le Congo, le Burundi, le Rwanda, le Tchad, le Gabon ont refusé de faire comme nous. Pour avoir été abusés et trompés par vous les maîtres enchanteurs, nous ne sommes plus fiers, dignes, libres et honorables. L’homme qui a faim n’est pas un homme libre disait Houphouet Boigny.

    A cause de l’insurrection la plus bête du monde, nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer. C’était une machination politique. Les RSS sont de faux insurgés. L’histoire retiendra leur imposture politique.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 09:45, par Boinzem
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Merci à ceux qui nous donnent l’information sur cette insurrection oubliée et méconnue (pas à Salif). C’était une vraie lutte pour la dignité et la liberté. Une lutte juste, honnête et sans calculs politiciens. C’était une lutte des braves, où les vrais combattants sont tombés les armes à la main pour défendre leurs terres, femmes, enfants, leurs droits. Je salue la mémoire de ces combattants anonymes tombés sur le champ d’honneur. Ils sont de vrais martyrs à inscrire au Monument des Héros.

    Cette insurrection bwa qui fait la fierté des peuples concernés. Comparée à la révolte contre les colons, le Coup d’Etat conspirationniste d’octobre 2014 n’était pas une vraie insurrection. Cette dernière a été financée et organisée par les imposteurs politiques du MPP (selon les aveux du député Sakandé). Mais, au lieu d’aller au combat, ils sont restés cachés avec leurs enfants et ont manipulé et drogué les enfants des autres pour les envoyer dans la rue. Ce sont d’autres qui ont livré bataille au prix de leurs vies et Blaise à démissionné pour ne pas combattre contre le peuple. Les martyrs sont morts pour les mirages que les RSS leur avez faits miroiter. Paix à leurs âmes.

    Les RSS ne se sont pas du tout sacrifiés car ils n’ont pas combattu Blaise eux-mêmes. Ils ne sont pas braves, dignes, et honnêtes. C’est sans parler des nombreux leaders du CDP devenus ténors MPP par intérêts et sans idéaux. Ensuite, les RSS se sont servis de ces morts comme des trophées macabres pour mousser leur campagne de recrutement de nouveaux militants dans l’arrière pays et faire campagne. Ils continuent en jugeant et emprisonnant les derniers ministres de Blaise alors qu’eux ont fait plus de 27 ans avec lui. A vaincre sans péril...Aucune gloire ni honneur ne reviendra à la mémoire des commanditaires de l’insurrection 2014 car Ton ninan poukamè. On a compris en retard, mais on a bien compris que vous êtes Salif et autres sont des manipulateurs et des usurpateurs des lauriers de la lutte du peuple. Dans 100 ans, les jeunes générations se souviendront du mal que vous avez fait à notre Nation.

    Oui, les devanciers ont payé le prix du sang, de l’honneur et de la liberté. Au contraire, vous les RSS, vous avez détruit notre démocratie, vous avez tué notre burkindilm et l’âme de notre peuple, vous instauré la haine, la vengeance et la division comme mode de gouvernance, vous avez perverti la jeunesse en l’achetant avec des peccadilles et des leurres. Vous avez détruit notre économie en fomentant une fausse insurrection pour assouvir ta soif du pouvoir. A cause de vous trois RSS, le peuple burkinabè est la risée du monde entier. Nous avons servi de terrain d’expérimentation insurrectionnelle pour les américains et les français. Le Congo, le Burundi, le Rwanda, le Tchad, le Gabon ont refusé de faire comme nous.

    A cause de l’insurrection la plus bête du monde, nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer. C’était une machination politique. Les RSS sont de faux insurgés. L’histoire retiendra leur imposture politique.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 10:11, par Yiwan Taro
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Hummmm ! si ça ce n’est pas de récupération politique, je ne sais ce que ça peut être d’autre.
    Vous remarquerez que cette célébration intervient juste quelques jours après la forte mobilisation de la Kossi pour la libération du Général BASSOLE.
    On fait venir les chefs coutumiers pour leur donner de l’argent afin d’acheter leur conscience et étouffer toute velléité de contestation.
    le PAN pyromane mégalomane ne peut pas être plus pathétique, mais ses
    manigances et manipulations se retourneront contre lui. Qu’il aille brûler dans les flammes de l’enfer

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 10:16, par Moi Le Patriote Parfait
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Très bon devoir de mémoire en réparation à ce qui peut être considéré comme un tord à l’histoire des peuples

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 10:50, par Tarsida
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Tout à fait d’accord avec l’internaute 1, mais internaute 3 je dirais que c’est déjà bon d’en parler. Depuis quand avez vous entendu parler de ce fait historique d’une manière officielle ? quel régime a déjà évoqué cela ne serait ce que par respect de ces braves Révolutionnaires ? C’est parce que cela viens de Salifou DIALLO ou quoi ? Ce que vous avez proposé viendra par la suite, Salifou à jeté les bases c’est déjà bon à prendre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 11:03, par replique
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    dans tout ca, c’est le sud ouest du pays qui n’a rien fait.C’est vrai, coté Banfora ya rien eu puisque c’est goin et sénoufo sont des couards et ont fui mêm à l’époque de samory. Mais quant aux Birifors Lobis et Dagaris, parler de résistance contre le colon et sans parler d’eux, c’est faire un hors sujet.peut etre faut il que nous nous trouvions des chefs comm d’autres peuples l’ont fait. mais nous nous refusons à ce travestissement culturel. Car nous devons tendre vers des principes républicains et non monarchiques.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 11:39, par AB
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    je suis d’avis avec les internautes 1 & 2, il faut récrire l’histoire de notre peuple et mettre sous scellé ce que le colon a écrit sur nous pour le bien de nos générations futures. leur dire tout ce qui s’est passé, toutes les exactions commises par le colon, on ne sait jamais non seulement c’est instructifs pour eux mais aussi un jour viendra où le peuple burkinabè poursuivra devant des juridictions la france pour ces crimes (car la terre tourne et le monde évolue avec). on ne dit pas que tout ce qu’elle a fait est mauvais pour nous mais il faut ressortir la vérité et toute la vérité pour éduquer nos enfants. je vous raconte une histoire :
    A l’époque il y avait une émission (émission en or ou enfant en or je ne me rappelle plus exactement du nom de l’émission) des enfants à la RTB que j’ai suivi un jour et j’étais faché. en effet la bonne dame a demandé aux enfants que leur rappelait l’année 1884 (date de la conférence de berlin sur le partage de l’Afrique), tous les enfants ont trouvé la réponse et en suite elle pose la question de savoir quel était le nom de la capitale de l’Afrique du Sud (le pays de NELSON MANDELA) et aucun enfant n’a trouvé.
    Qu’on soit de l’ouest , est centre nord ou sud peu importe il faut valoriser tous les peuples de ce pays car ils ont tous lutter pour que nous soyons ce que nous sommes aujourd’hui. mettons de coté l’histoire et la geographie de la france, de l’angletterre, l’allemagne, etats-unis etc. pour enseigner l’histoire africaine aux enfants. quant ils seront grand celui qui voudra se spécialiser dans l’histoire ou la geographie de ces pays il en supportera le prix.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 11:41
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Malheureusement celui qu’ils sont allés saluer et son compère le PAN ne sont pas des combattants,surtout celui de Kosyam !!

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 11:45, par YIRMOAGA
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Dans tout ça, quel a été le rôle du chef de canton de Dédougou à l’époque de la lutte pour qu’il soit à l’honneur aujourd’hui ??
    Bonne initiative tout de même, mais si la célébration avait eu lieu dans la Zone de la résistance ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 12:20, par PYONG-YANG
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Je comprend ceux qui disent que les chefs traditionnels ne doivent pas se déplacer chez le président. Mais il ne faut pas oublié que la culture est évolutive et doit tenir compte de l’actualité politique. Notons d’abord qu’au Burkina, toutes les ethnie n’ont pas un pouvoir centralisé (chez les dagara et autres de la region par exemple). Le président du faso ne peut donc pas se déplacer chez des chefs traditionnels alors que ces pouvoirs traditionnels ne sont pas partager par tous les burkinabés. voilà pourquoi même le moog naaba se déplace à la présidence et non l’inverse. Si non ce n’est pas qu’il sous estime son autorité traditionnel.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 12:41, par momouu
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Là où Salif DIALLO se trouve l’incendie n’est pas loin Allons seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 13:42
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    PS Intervenant 8:14,
    Tu dis que c’est le premier chef de corps colonel Johanny T. Ouédraogo qui a créé le RPC. Donc si on suit ton raisonnement, ce n’est pas Blaise Compaoré qui a dissout le RPC, c’est le dernier chef de corps qui a dissout le RPC ? Il faut relever le niveau du débat

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 14:19
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    C’est bien de parler de cette révolte historique de la Haute-Volta. Mais dire que l’on commémore cet événement avec la bouche dans une célérité sans précédent, je pense que négliger les populations de la zone qui ont donné le déclic du réveil des peuples d’antan. Ce qui me fait mal c’est la méconnaissance de ce pan de l’histoire dans les manuels scolaires et dans les programmes cours universitaires en Histoire. En se prononçant sur les réalisations qui devaient beaucoup préoccuper les autorités en terme de reconnaissance pour ces populations, mois j’allais souhaiter la construction de la route Boromo - Safané - Carrefour, Ouahabou - Datomo - Safané et Safané - Ouarkoye. Ces travaux figurent déjà dans le programme présidentiel de RMCK lors de son passage pour la campagne dans la zone.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 14:42
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Franchement J’ aimerais savoir si à l’ Assemblée Nationale n’ y a pas d ’ historiens . On ne peut pas dissocier la révolte des Bwaba à celle des Marka ou Dafin. Aussi j ’ ai cru entendre Salifou Diallo dire que cette histoire n’ est pas écrite dans les livres d’histoire . Jusqu ’ à dans les année 70 oui.Mais avec l’émergence des premiers historiens tels que Albert Salfo Balima, le professeur Ki Zerbo etc , la révolte des Bwaba a été soulignée dans leurs productions. Donc à César ce qui est à César . C ’ est insulter nos vaillants histoiriens que de raconter des mensonges de ce dans les médias .
    Aussi je partage le point de vue du vigilant internaute 3

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 15:13, par TIEN FOBA
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    C’est bien de parler de la commémoration de cette révolte historique des peuples marka et bwa d’antan. Seulement une commémoration dans la bouche sans événement visible marquant cet centenaire est désolant. De plus ce pan de l’histoire très important est inexistant dans nos programme scolaires et universitaires en Histoire. Parler de résistance à la pénétration coloniale sans mettre en relief les batailles livrées dans les détails prés dans cette zone, c’est vraiment tronquer l’histoire. En terme de reconnaissance, les autorités devaient se préoccuper de la construction de la route Boromo - Safané Carrefour Lanfiéra ; Ouahabou - Datomo - Safané et Safané - Ouarkoye. Cela est d’ailleurs prévu dans le programme du Président RMCK ; donc wait ant see d’ici 2020. Mais il est nécessaire de rappeler les autorités par rapport à ces réalisations.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 15:27
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Je reconnais ce n’est pas la bonne manière de cette journée. Mais reconnaissons tout de même le mérite de cet homme d’êtat, qui a accepté que l’on revienne sur l’histoire.

    Pour moi c’est très important de revenir sur cette histoire de notre pays longtemps ignorée par les plus hautes autorités de ce pays. Pendant longtemps, on nous a fait croire que ce pays appartenait aux autres. On faisait tout en ignorant les peuples de cette contrée de la Boucle du Mouhoun. Et pourtant nous savons tous que cette région a beaucoup donné de part ses fils et ses ressources à ce pays.

    Cette commémoration doit être aujourd’hui, une invite aux populations de cette région à mieux s’organiser pour répondre aux defis du develloppement.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 15:31, par ommersonne
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    slt les internautes !plus régionaliste que Salfo tu mers.ce que vous ne savez pas c’est ça les gas.exemple:la femme qui sert de la mauvaise qualité de nourriture à nos pauvres étudiants au RU à Ouagadougou elle est toujours en service au RU à cause de ce dernier par ce qu’ils sont de la même région !!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 15:54
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Internaute 7, la création d’une unité est à l’initiative du ministère de la défense ou sur proposition du chef d’état major en fonction d’un besoin sur le terrain ou à une réponse stratégique. Malheureusement, presque toutes ces unités n’avaient que les titres, car le fond ne correspondait pas à l’appellation ; le dernier exemple étant le RSP. Le CNEC a tenu son rang sous Sankara, mais a perdu sa valeur par la suite par son implication dans des actions politiques et une sorte de délinquance (trafic avec le Ghana, drogue,...) qui n’en faisait plus une unité d’élite ; les parachutistes avaient simplement la capacité aux sauts, mais étaient fortement handicapés par une faiblesse logistique (l’aviation coute très chère) et leur formation commando était limite, et les seules structures de formation commando étaient à Pô. Le BIA a été une catastrophe pour avoir été commandé par un moniteur de sport grande gueule et très violent qui n’avait ni les compétences, ni l’éthique.
    Voilà ma contribution pour ce que j’ai connu de cette période.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 15:55, par NZ
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Je ne suis pas contre la commémoration de quoi que ce soit, mais dites nous combien ça a coûté au contribuable Burkinabé le transport et la prise en charge de tous ces chefs ainsi que l’organisation tout autour. Quand on nous chante à longueur de journée que les caisses de l’état son vide et que nous devons payer de nouveaux impôts en plus de ceux qui existent déjà. Comme je l’ai toujours dit, nous ne refusons pas de payer mais nous n’avons pas confiance aux dirigeants actuels quant à la bonne utilisation de nos maigres sous.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 16:03
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Intervenant 8 :14,
    Peut-être que tu es de ceux qui ont assassiné Sankara et qui entrent dans tous leur états dès lors qu’on parle de Sankara, suite à une campagne médiatique sans succès pour le salir après avoir assassiné.
    Sinon, de quels moyens dispose le colonel Colonel Tiémoko Joanny Tasséré OUEDRAOGO – paix à son âme- pour aller de lui-même créer le RPC ? ET même s’il en avait les moyens, crois-tu les choses se font au hasard dans la prise de décision de créer un tel régiment ?
    Le RPC comme corps d’élite doit incontestablement à Thoms Sank et il s’y rendait souvent sans attendre une campagne présidentielle. Après l’assassinat de Sankara, le RPC n’a été corps d’élite que de nom pendant des années avant d’être dissout par blaise Compaoré avec un semblant de relocalisation. On va parler de Sankara pian ! Vous êtes des traites de l’histoire de notre pays. Vous n’entrerez jamais dans l’histoire. Vous avez fait une descente musclée à la radio et à la télé pour détruire les archives mais chaque Burkinabè qui a connu Sankara est une archive. Et les archives ne se trouvaient pas seulement à la télé.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 17:56, par Mannou
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Monsieur le journaliste, si la répression a fait 23 000 morts, vous ne pouvez pas écrire qu’elle a fait plusieurs morts. Elle a fait plusieurs milliers de morts, ou plusieurs dizaines de milliers de morts.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 18:09
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    A l’intervenant de 13:42
    Votre intervention a sa pertinence. Mais si le Chef de Corps de l’époque n’a pas créé le RPC, SANKARA encore moins.
    Il s’agit de la période 1976 - 1978. SANKARA n’avait ni l’autorité politique, ni l’autorité militaire nécessaires à la création d’un régiment. Vous donnez, de ce fait raison, à l’auteur de l’intervention de 8:14

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 21:37, par ka
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Pour moi, Roch et son équipe n’ayant plus rien de concret, ni du sérieux à proposer au peuple, les sorties bidons du PAN avec les chefs coutumiers est pour faire du bruit afin d’exister. Si non notre équipe gouvernante s’est emprisonné elle-même avec le problème des crimes impunis, des caisses vides, ou les jeux diplomatique à la con pour protéger ADO et son poulain SORO, et surtout Blaise Compaoré : Sans oublié les arabes qui ne veulent plus sortir un centime pour le Burkina si Roch Kaborè ne libère pas leur ami Djihadiste Djibril Bassolé. Il fallait avoir la trempe de l’équipe de la transition de Michel Kafando pour gouverner le nouveau Burkina, au lieu de berner le peuple avec cette histoire qui n’a jamais fait du bruit pendant votre ancien régime. Il sera mieux de tenir vos promesses de goudronner toutes les axes routiers de Bobo, et régler les dossiers des crimes impunis, comme ceux de Thomas Sankara, Norbert Zongo, NEBIE, Dabo Boukary. Nous sentons venir un soulèvement populaire si Roch Kaboré et son équipe continu à berner le peuple avec une fausse politique. Car sans une politique juste, une classe donnée ne pourra maintenir sa domination, et par conséquent ne sera en mesure d’accomplir son programme présidentiel, ni régler les dossiers des crimes impunis comme promesses et de la parole donnée du président Roch Kaboré a son peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2016 à 21:38, par Tamou
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Question pertinente de Yirmoaga (forumiste N°22), à propos du chef de canton de Dédougou.

    S’il y a des communes à honorer en ce centième anniversaire de la révolte des bwaba, pour leur valeureuse résistance face aux colons français, c’est principalement Massala (Zièkuy) Passakongo (Pèrèkwo) et Fakiéna (Fakouna).
    Les gens de Dédougou n’ont pas seulement brillé par leur couardise face au colons, mais se sont surtout distingués par leur franche collaboration avec l’envahisseur français.

    Le chef du Canton de Dédougou en 1915 (dont la mère venait d’ailleurs de Passakongo) s’est montré trop zélé dans la répression contre surtout les insurgés bwaba de la région du bwé (région bwa situé au nord de Dédougou, dont les principales communes sont Massala, Passakongo, Souki, Magnimasso).
    Tous les ressortissants de Massala et Passakongo, nés dans les années 1950 et 1960, (dont je suis), sont marqués et traumatisés par la vision sur les corps de leurs parents, oncles, tantes, grands parents, de grandes cicatrices et autres gros kéloides, dus aux coups de fouets, de bâtons, de barres de fer, infligés justement par les nervis du chef de canton de Dédougou, aux ordres de commandants blancs.
    Il était même dit par nos grands-parents et parents qu’il arrivait que le commandant blanc lui-même, choqué par les excès répressifs des princes de Dédougou, modère leurs outrances dans la maltraitance de leurs propres frères. Cela n’enlève rien à la barbrie du colon, mais souligne le zèle avec lequel les dignitaires du canton de Dédougou ont ramé à contre-courant de la révolte des bwaba.

    Alors l’actuel chef du canton de Dédougou, descendant du chef de canton d’alors, devrait adopter aujourd’hui un profil bas, par respect pour ses frères bwaba et par dignité pour lui-même. Quand on a des ancêtres qui se sont ainsi mal illustrés, la moindre des décences est de ne pas trop se mettre en avant, à défaut de demander pardon. Sinon, c’est un comportement qui s’apparente à un révisionnisme honteux et révoltant de cette douloureuse histoire...

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre 2016 à 10:39, par nabayouga
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    C’est bien d’honorer la mémoire de tous ceux qui se sont battus contre le colonialisme . Mais ici il s’agit d’une DIVERSION pour faire oublier la trahison de l’insurrection . Un jour ou l’autre le peuple reprendra sa marche triomphale vers plus de liberté et de justice, de justice surtout puisque le pouvoir actuel en est incapable . Sinon comment comprendre que les dossiers des assassinats de Sankara, Norbert Zongo, Lingani , henri zongo , BEOUINDE christophe , Oumarou clement, Watamou lamien ; Patrice Zagré le juge NEBIE, et tous les autres restent dans le flou.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre 2016 à 18:52, par Adamus
    En réponse à : Centenaire de la révolte bwa : Roch Kaboré reçoit les chefs traditionnels de l’Ouest

    Ce qui est sûr, le RPC apportait un plus à Dédougou. Il ne vaut pas avoir une courte vue de l’esprit. Dans une région peu développée malgré ses potentialités (J’ai circulé dans plusieurs autres régions du BF et j’ai vu), le RPC avait non seulement une position géostratégique et dissuasive, mais aussi c’était une institution qui contribuait dans la région au développement économique, socio-culturel (des événements et des manifestations, ils en organisaient et je crois même qu’ils avaient une orchestre) et sportif (football, etc.). Il contribuait à l’économie locale en créant de revenus et des emplois : Les gradés pouvaient avoir des petits employés qui gagnent quelque chose pour nourrir leurs enfants. Ce sont des centaines d’hommes qui reçoivent chaque mois un salaire et dépensent, ce qui contribue à faire tourner l’économie locale. Les petits soldats ont un jour ou l’autre besoin de réparer leurs engins et c’est les mécaniciens du coin qui gagnent quelque chose. Ils ont besoin de s’équiper, le menuisier du coin a quelque chose. Ils ont besoin d’acheter du riz, de l’huile, du savon, les commerçants du coin ont ainsi quelque chose qui contribue à tourner l’économie locale. Les gradés du RCP pouvaient influencer des décisions en faveur de la région, etc. sans oublier le sentiment d’appartenance nationale et le patriotisme que cela crée dans la population.

    Il fallait plutôt renforcer plutôt le RPC en moyens militaires et logistiques plutôt que de le dissoudre sur des humeurs personnelles après d’ailleurs l’avoir utilisé pour mater les mutins de Bobo- (je doute d’ailleurs que cela fasse partie de sa mission. Aujourd’hui on est passé d’un régiment à une garnison et demain ? Il fallait s’attaquer aux causes qui ont provoqué les mutineries plutôt que de prendre des décisions sans en mesurer les conséquences directes et indirectes dans une région à laquelle vous avez peu apporté- quand bien même elle contribue depuis des décennies à une des principales entrées de devises dans le pays – le coton.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés