Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Arrondissement 7 de Ouagadougou : Des militants du MPP menacent de démissionner si le parti décide de supporter le maire Seydou COMPAORE

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 21 septembre 2016 à 23h28min
 Arrondissement 7 de Ouagadougou : Des militants du MPP menacent de démissionner si le parti décide de supporter le maire  Seydou COMPAORE

Ceci est une lettre ouverte de militants du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) de l’arrondissement 7 de Ouagadougou, au président de leur parti.

Camarade Président

Par manque de canal pour nous faire entendre par les dirigeants de notre parti, nous sommes obligés de passer par la presse pour vous tenir informé de la situation non seulement du parti dans l’arrondissement 07, mais surtout des militants sincères du MPP dans l’arrondissement.

Nous le faisons parce que nous croyons en notre parti et en vous qui en êtes le président. Au sortir des élections municipales, le MPP a perdu la mairie au détriment de L’UPC, alors que notre parti a eu plus de conseillers. 07 conseillers contre 6 à l’UPC.

Comme tous les démocrates il était normal que nous acceptions les résultats et unissions nos efforts pour la construction de notre commune. Mais le problème est que c’est le Secrétaire Général du MPP de la sous-section qui a travaillé à faire perdre le parti, parce qu’il a perdu au primaire contre son SGA pour le choix du candidat du MPP au poste de maire.

Une défaite qui venait après sa défaite face au délégué de son secteur (30) au primaire pour la confection des listes MPP aux municipales d’une part.

Et d’autre part ; parce que le maire élu n’est autre que Seydou COMPAORE principal organisateur des fraudes aux concours de la fonction publique de 2015. Il a été condamné à 12 mois ferme en appel le 1ère avril 2015. Il n’a donc plus la qualité morale requise pour être Maire. Son élection est donc contraire au code général des collectivités territoriales au Burkina en ses articles 255, 270, 272.

Son excellence le Président du Faso a placé son mandat sous le signe de l’intégrité retrouvée. Toutes choses incompatibles avec le fait que le parti qui l’a porté au pouvoir accepte de travailler avec un maire qui a causé autant de torts à la jeunesse de tout le Burkina, et à l’État, car la reprise des 12 concours a occasionné des dépenses supplémentaires.

Seul le ministère de l’administration peut engager sa procédure de révocation selon les spécialistes du droit. C’est pourquoi connaissant l’attachement du ministre d’état au respect de la loi, nous avons suggéré à nos conseillers de s’abstenir de participer aux sessions du conseil municipal pour ne pas être comptables des dégâts
Que causera le maire. En effet, s’il a été capable de rencontrer des gens dans des cimetières pour payer les sujets des concours à 3 000 000 francs cfa (voir l’article paru dans le faso.net du 11 octobre 2015 ayant pour titre : procès fraudes aux concours de la fonction publique).

Pourquoi ne serait- il pas capable de falsifier les fichiers de l’état civil et des domaines de sa commune ?

Il se murmure qu’une commission mandatée par le parti a intimé l’ordre aux conseillers intègres le 20 Septembre 2016 (4/7) d’aller aux sessions.
Notre objectif en vous écrivant est double.

1) Vous prier d’instruire les instances du parti dans la province d’organiser une assemblée générale des militants de notre arrondissement pour situer les responsabilités et prendre les mesures qui s’imposent.

2) Vous informer que nous démissionnerons du parti si le MPP décidait, à l’image du SG de la sous-section de supporter Seydou COMPAORE, le Maire fraudeur.

Nous démissionnerons pour nous mettre aux côtés des associations de veille citoyenne, des associations de Jeunesse, d’élèves et d’étudiants pour combattre ce maire jusqu’à sa révocation.

Nous le ferons avec les mêmes convictions qui nous ont poussés à nous battre les 30 et 31 Octobre 2014 et durant le putsch de Septembre 2015. Nous le ferons avec détermination et avec tous les moyens légaux à notre disposition.

Et croyez-nous Camarade Président, nous y arriverons car, nous avons la loi, l’intégrité et la conviction avec nous. Nous le ferons quoi qu’il nous en coutera.
Camarade Président, comme vous ne l’avez pas été face au dictateur Blaise Kouassi, nous ne sommes pas des YES MAN.

Nous avons librement adhéré au MPP parce que nous croyons que c’est un parti de principes et de conviction. Laisser Seydou COMPAORE à la mairie est contraire à la loi, et serait un manque de courage de nos autorités à faire appliquer la loi. Nous savons que sa capacité de corruption des services compétents en la matière est grande, mais nous sommes certains que notre Ministre d’État est incorruptible.

Laisser Seydou COMPAORE à la Mairie, c’est créer un précèdent dangereux pour la démocratie et la bonne gouvernance. C’est une insulte à la mémoire de nos martyrs morts pour que « plus rien ne soit comme avant »

Si, Seydou COMPAORE restait maire, l’histoire retiendra que c’est sous le MPP qu’un condamné, est resté maire contrairement à la loi.
Sous votre direction, nous avons la preuve que le MPP appartient à la base et est le parti réellement DEMOCRATIQUE du Faso, d’où les primaires dans les confections des listes.

C’est dans l’espoir qu’une décision sera prise en tenant compte de la volonté des militants et non des ambitions égoïstes et mesquines des dirigeant locaux du parti que nous avons osé-vous écrire.
Veuillez agréer Camarade Président l’expression de notre militante considération.

Vive le MPP des masses populaires

La liste des signataires en pièce jointe.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés