Commémoration de la résistance populaire contre le putsch du 15 septembre 2016 : l’UAS appelle ses partisans à la mobilisation

mardi 6 septembre 2016 à 12h00min

Le 16 septembre 2015, le Conseil de Ministre a été interrompu par l’ex Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), qui a pris en otage le président de la Transition, son excellence Michel Kafando et certains membres de son Gouvernement dont l’ex Premier Ministre Yacouba Isaac Zida.

Commémoration de la résistance populaire contre le putsch du 15 septembre 2016 : l’UAS appelle ses partisans à la mobilisation

Le lendemain 17 septembre 2015, à travers un communiqué lu à la télévision nationale, ces militaires annonçaient la dissolution des organes de la transition de même que la constitution en proclamant la prise du pouvoir par le Conseil National de la Démocratie, avec à sa tête le Général Gilbert Diendéré.
Face à ce forfait qui constitue un grave recul démocratique, l’Unité d’Action Syndicale (UAS) conformément aux nobles combats des devanciers, a lancé un mot d’ordre de grève générale sur toute l’étendue du territoire national, et ce jusqu’à nouvel ordre. A travers cette grève générale, l’UAS réagissait contre le coup d’Etat qui n’était rien d’autre que la remise en cause de l’insurrection avec des risques de guerre civile réactionnaire.

Ce mot d’ordre a connu une forte adhésion des travailleurs avec pour conséquence la paralysie de tous les secteurs d’activités. Il a fortement contribué au succès de la résistance populaire organisée sur l’ensemble du territoire à travers des barricades et diverses manifestations conduites principalement par la jeunesse.

Par la suite, l’UAS a procédé à l’adaptation du mot d’ordre pour prendre en compte les soucis qu’éprouvaient les populations en matière de santé, d’approvisionnement en produits et d’accès aux banques. Puis, elle a procédé à la suspension du mot d’ordre le mercredi 23 septembre 2015 et à sa levée le 14 décembre 2015.

Dans le cadre de la commémoration de cette date historique, l’Unité d’Action Syndicale (UAS) renouvelle :

- sa profonde compassion à toutes les familles des martyrs ;
- son souhait de courage et d’un prompt rétablissement à tous les blessés et leurs familles ;
- ses félicitations à l’ensemble des travailleurs, à la jeunesse populaire et à toutes les couches socio-professionnelles de notre pays ;
- ses félicitations aux éléments des forces de défense et de sécurité qui se sont associés à la résistance populaire ;
- sa sincère reconnaissance à tous ses partenaires qui, à travers le monde, l’ont
- Soutenue et félicitée pour le noble combat mené pour la défense de la démocratie, de la liberté et pour le progrès social.

En ce premier anniversaire de la résistance populaire victorieuse qui a abouti à la salutaire dissolution du RSP, l’UAS dénonce la lenteur et les tergiversations dans le traitement de ce dossier, de même que de celui des martyrs de l’insurrection populaire. Elle interpelle les autorités sur la nécessité de faire la lumière sur ce coup d’Etat, sur le dossier des martyrs de l’insurrection populaire, de juger les auteurs, les commanditaires et complices des crimes commis à ces occasions.

L’UAS réaffirme sa volonté de lutter contre les velléités de poursuite de la culture de l’impunité qui a provoqué un tort incommensurable au peuple burkinabè.

Dans un contexte national difficile marqué par une remise en cause des acquis de l’insurrection populaire et de la résistance victorieuse au coup d’Etat, l’UAS appelle les militants et militantes à renforcer leurs structures, à se mobiliser pour faire face aux défis énormes qui se posent à nous. En effet, la non mise en œuvre de nombreux engagements du gouvernement, les violations des libertés démocratiques et syndicales, les tentatives de soustraire les auteurs de crimes de sang et de crimes économiques, de pillage du foncier urbain et rural, les crises liées à la mise en place des exécutifs municipaux, les nominations de complaisance, la situation lamentable des systèmes de santé et d’éducation, les mesures impopulaires prises récemment par les autorités nous interpellent.

L’UAS renouvelle son soutien aux luttes que mènent des syndicats et des organisations socio-professionnelles autour de leurs droits sociaux. Elle exige :

- la vérité et la justice pour les martyrs de l’insurrection et leurs familles ;

- la mise en œuvre correcte des engagements de la rencontre gouvernement/syndicats de septembre 2015 ;

- la vérité et la justice sur les crimes économiques et de sang ;

- la prise de mesures sérieuses de lutte contre la vie chère ;

- la prise de mesures sérieuses pour la protection, la sauvegarde et la promotion des libertés démocratiques, syndicales et politiques ;

- l’examen diligent des préoccupations objet des luttes des différents syndicats, des coordinations d’organisations de la société civile, des CCVC au niveau national et régional l’arrêt des tentatives de démantèlement du Laboratoire National de Santé Publique ;

- le respect des décisions de justice.

Dans ce sens, elle invite l’ensemble des militant(e)s, des travailleuses et travailleurs des différents secteurs :

- à prendre activement part à toutes les activités programmées par la Coalition nationale de lutte contre la Vie Chère, la Corruption, la Fraude, l’impunité, et pour les libertés (CCVC) dans le cadre de la défense et de l’approfondissement des acquis de l’insurrection Populaire des 30 et 31 octobre 2014 et de la résistance populaire et héroïque du 16 septembre 2015 ;

- à préparer les rencontres d’information et de mobilisation que l’UAS a entreprises depuis juillet 2016 et dont les dates seront précisées ultérieurement.

Vive l’insurrection Populaire des 30 et 31 octobre 2014 !
Vive la résistance populaire et héroïque du 16 septembre 2015 !
Vive la solidarité entre les peuples !
Vive l’Unité d’Action Syndicale (UAS) !

Ont signé :

Pour les Centrales syndicales :

CGT-B
CNTB
CSB

Bassolma BAZIE
Secrétaire Général

Augustin Blaise HIEN
Secrétaire Général

Olivier G. OUEDRAOGO
Secrétaire Général

FO/UNS
ONSL
USTB

El Hadj Inoussa NANA
Secrétaire Général

Paul N. KABORE
Secrétaire Général

Georges Yamba KOANDA
Secrétaire Général

Pour les Syndicats Autonomes :

Le Président de Mois
Siriki DRAME
Secrétaire Général/ SYNATIC

Messages

  • Si tous les contributeurs de la résistance populaire contre le putsch du 15 septembre devait faire leur déclarations pour s ’arroger une sorte de paternité de cette résistance on ne va pas sortir de l’ornière.
    En rapport de force quel poids le nombre des syndiqués représente t il devant celui des anonymes patriotes non syndiqués ou non militants de partis politiques qui ont résisté ?
    Le mot d’ordre de la résistance a été lancé en premier si ma mémoire est bonne par le Président du CNT qui était dans la clandestinité et les groupes sociaux se sont organisés.

  • Les nominations de complaisance ? Faux archi faux On nomme de potes pour gérer des cavernes d’Alibaba. C’est un trésor et là on ne plaisante pas à fortiori con plaisanter

  • La résistance populaire appartient au peuple burkinabè et à lui seul. Aucun acteur tel que vous n’a le droit de tirer les lauriers de la lutte pour lui seul, en voulant réécrire l’histoire des évènements, car, au final, vous avez contribué à cette lutte mais, rien ne prouve que vous ayez été un acteur majeur. Alors, ce genre de déclaration pour fanfaronner, le peuple n’en a pas besoin. Si vous voulez commémorer, on commémore tous ensemble ou alors on ne fait rien !

  • Chers frères,si commémoration il ya c’est celle de retour de la misère dans notre pays.Or la misère n’est pas un patrimoine a entretenir,mieux il faut se battre pour reconquérir ce qu’on a perdu comme bien et sécurité collective depuis les 30/31 oct 2014.A moins que vous avez fait le choix d’ériger la misère en valeur absolue !Fraternellement Yako adulte et citoyen responsable.

  • Déclaration trop prétentieuse. C’est pas les syndicats qui ont fait la résistance au putsch. Cest le peuple tout entier. Surtout les jeunes, à Ouaga et dans les autres provinces du pays. Même si vous n’aviez pas lancé votre fameuse "grève générale", le putsch du RSP aurait échoué. Alors, un peu de modestie svp chers syndicalistes !

  • Qu’on le veuille ou pas, l’AUS a aussi apporté sa part dans la forte mobilisation du peuple pour l’échec de la forfaiture de Blaise et de Diendiéré. Là c’est une vérité vrai comme le dirait quelqu’un. Elle continue à assurer son rôle de veille et de prise de conscience des travailleurs et du peuple tout entier, n’en déplaisent à ceux qui pensent que la lutte doit s’arrêter parce que eux ils ont eu ce qu’ils cherchaient. Eux n’ont rien compris, à moins que ce ne soient des opportunistes. La lutte syndicale doit être permanente.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés