Vie politique nationale : Le CFOP-BF, un vrai dilemme pour « Zèph. » !

jeudi 8 septembre 2016 à 19h26min

Comme l’ont si bien annoncé des observateurs dès les premières heures de la configuration politique actuelle du Chef de file de l’opposition politique au Burkina-Faso (CFOP-BF), Zéphirin Diabré est dans une posture politique très difficile, voire délicate.

Vie politique nationale : Le CFOP-BF, un vrai dilemme  pour « Zèph. » !

Aujourd’hui, l’on peut dire sans risque de se tromper que « Zèph. » est dans un véritable dilemme ; une posture qui engage son avenir politique. Se retrouver dans une opposition avec les adversaires d’hier pour s’opposer aux anciens ‘’camarades’’ de lutte est un angle dont les bords sont très difficiles à arrondir. « La position actuelle de Zéphirin Diabré aurait été nettement mieux si le CDP n’occupait pas les premiers rangs (3ème force politique, ndlr) à l’issue des élections législatives. Dans sa position actuelle, le chef de file de l’opposition se retrouve coincé entre deux forces politiques (le MPP et le CDP, ndlr) qui se regardent en chien de faïence… Si fait que par moment, il se voit en quelque sorte obligé de jouer, sans le vouloir, un rôle d’équilibriste. Mais, jusqu’à quand cela va durer ? Il va devoir s’assumer à un moment donné », observe un analyste politique pour qui, le CFOP-BF dans sa configuration actuelle est « comme des crabes dans un panier, difficile à ajuster ».

La présence du CDP au CFOP-BF est « un élément qui complexifie » la tâche de Zéphirin, qui aurait certainement voulu éviter une situation de ce genre. Et Zéphirin Diabré lui-même ne manque pas d’occasion pour subtilement laisser échapper cette angoisse. A titre d’exemple, à maintes reprises, il a tenté de ‘’se détacher’’ de l’institution (CFOP-BF), en soulignant que le chef de l’opposition (qu’il est) n’est pas le chef de l’opposition politique ni le chef des partis qui ont déclaré leur appartenance à l’opposition politique au Burkina. Il en est plutôt le porte-parole, et est « le premier responsable du parti de l’opposition ayant le plus grand nombre d’élus à l’Assemblée nationale ». Il est « la voix de tout consensus qui se dégagerait au sein de l’opposition sur les questions essentielles relatives à la vie de la nation », précise bien Zéphirin Diabré. Mais, comment arriver à un « consensus » dans un tel contexte où tous semblent ne pas voir de la même façon, la conduite ‘’des choses’’ au CFOP-BF ? La preuve de cette divergence de vue est exprimée par ce responsable de parti politique qui ne décolère pas face à ce qu’il a qualifié de « passivité » de Zéphirin Diabré dans une situation nationale où il y a pourtant beaucoup à faire. Pour ce dernier, plusieurs facteurs pourraient expliquer « l’inconséquence » de Zéphirin Diabré à « jouer pleinement son rôle » dont son « rapprochement au Président du Faso, Roch Kaboré ». La même source confie donc que face à ce constat, un « front dur de l’opposition » pourrait incessamment voir le jour « afin de faire bouger les lignes. Il faut secouer le pouvoir et ses ministres qui, visiblement, n’ont pas encore pris la mesure de l’urgence des attentes des Burkinabè ». Qui sont les potentiels membres de ce ‘’front’’ ? Boule de mystère. Est-ce tout cela qui a ‘’contraint’’ Zéphirin Diabré à ressusciter ‘’dare-dare’’ la « Coalition Zèph. 2015 pour un vrai changement » rebaptisée ces dernières heures « Coalition des Forces Démocratiques pour un vrai Changement, CFDC) ? Rien n’est à exclure. Car, en annonçant l’organisation d’une conférence nationale des insurgés les 29 et 30 octobre 2016, Zéphirin Diabré se fait prêter non seulement l’intention de récupération politique d’une « lutte commune », surtout par le parti au pouvoir et ses alliés mais prend également une distance avec certains de ses collaborateurs actuels du CFOP-BF, notamment le CDP.

« C’est au parti au pouvoir que les insurgés ont placé leur confiance, en votant son candidat comme Président du Faso et en lui donnant une majorité parlementaire ; si conférence des insurgés il doit y avoir, elle devait être organisée par le MPP », estime un leader de la société civile. Du côté du parti au pouvoir, l’on semble ne rien comprendre de la position de M. Diabré. « Zèph ne doit pas oublier ses alliés de lutte d’hier. (…). Cette façon de faire suscite des interrogations sur les intentions réelles de Zéphirin Diabré », s’insurge un cadre du parti au pouvoir sans autres commentaires. Au CDP, les sentiments sont également mitigés, sinon irritants. « Pendant qu’on parle de réconciliation nationale, lui, il envoie des projets qui vont davantage diviser les Burkinabè. Si ce n’est de la récupération politique, à quoi sert réellement un tel projet ? Zéphirin Diabré ne doit pas oublier que parmi les insurgés, il y avait aussi des militants et sympathisants du CDP qui n’étaient pas en phase avec les décisions de la direction politique dont celle portant révision de l’article 37. (…). ». Dans cet environnement politique, « Zèph. » va devoir jouer pour une survie politique avec, à l’actif et par obligation de confort, les casquettes de président de l’UPC, responsable de la CFDC et porte-parole de l’opposition. Que réserve donc la faune politique nationale dans les jours à venir ? A suivre !

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Bien vu. C’est Zephirin le vrai perdant dans cet imbroglio politique. Le CDP va détrôner tout de suite l’UPC, wait and see, !

  • On ne comprend plus rien à la politique dans ce pays, franchement.

  • Dur dur la politique au faso

  • bien vu. aussi de l’autre coté de l’échiquier politique,il y a aussi benewindé sankara et sans être un fin politique,si c’est 2 principaux artisans de la chute de bilaise compaoré ne se ressaisissent pas vite,ils seront rayés de la scène politique burkinabè d’ici 2020

  • Dur dur la politique au faso

  • Du n’importe quoi ! quelle honte il y a à s’asseoir avec le CDP nouveau ? Ceux qui ont créé le CDP et ont fait de blaise un monarque sont ceux qui ont créé le MPP. Et le CEFOP est une institution avec des textes précis. Si le CDP remplit ces conditions, doit on l’exclure parce qu’il ne faisait pas parti de l’ancien CFOP. Pendant qu’on y est qu’est ce que Me SANKARA n’a pas dit sur les RSS pendant la campagne notamment ceux qui ont dîné avec le diable. Mais il dîne de nos jours avec ceux là qui ont dîné avec le diable hier.
    Là où je suis d’accord avec vous c’est vraiment que la coalition ZEPH a été mal inspirée en voulant organiser cette conférence des insurgés. Nous voulons de nos jours la paix des coeurs et il faut éviter de diviser davantage le peuple Burkinabè. De grâce ZEPH il est temps de laisser tomber cette idée bancale. Fais attention aux autres partis de la coalition qui ne représentent absolument rien, incapables pour certains de leurs leaders qui ont migré de plusieurs partis politiques de se faire élire conseiller municipal. Il est tjrs temps de revenir sur cette idée.

  • Je me demande pourquoi on veut quelque chose, et son contraire.... ZEPH avec ses anciens ennemis pour combattre ses anciens amis...quelle incongruité politique !. Qui sont ses anciens amis ?? MPP ?....NON...le MPP a fait la même pirouette, et user de sa position d’opposant comme la loi lui autorise pour rejoindre le CFOP. C’est ce que le CDP a fait en tant parti ne gérant pas le pouvoir...ZEPH n’a pas créer le CFOP avec ses prérogatives. Pourquoi ZEPH doit allez aider le MPP a exécuter le programme de ROCH alors lui aussi en etait un candidat ?... Que diriez vous des SANKARISTES qui mangent avec les sicaires de SANKARA ? Là..y a rien à dire.. L’opposition appartient à tous les partis qui ne partagent pas la même de gouvernance avec le MPP... ZEPH n’a jamais appeler quelqu’un au CFOP.." Quand on oubli d’où l’on part, on ne doit jamais oublier d’où l’on vient" Le MPP, à beau dénigrer l’opposition ne pourra jamais faire oublier au peuple BURKINABE leur vraie origine.
    "ON PARDONNE,MAIS O N’OUBLIE PAS"

  • LE FUTUR PRESIDENT DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DEMOCRATIQUES AU FASO. VIVE ZEPHIRIN !

  • Bel article. C’est le MPP qui va détruire tous ces partis politiques.

  • Pour moi le CFOP B-F doit etre disloquer par sa nature contradictoire. Aujourdhui la donne a changer, et il perdu sa raison d etre. Car le Dictateur qui lui est creer er renverse par justement le monopole du pouvoir.

    Maintenant les oppositions politiques devraient lutter chacun a partir de sa base. Voila pourquoi le Parlemntarisme devrait etre instaurer au Burkina Faso.

    Les projets de societes des partis sont differents.

  • Oumar OUEDRAOGO beaucoup sont hypocrites. Le mandat a été confié à RMCK et pour qu’il concrétise le programme de son parti politique. D’autres on une autre vision. Doivent - ils laisser leur vision et aider à mettre un programme pour lequel ils devront rendre compte ? Le citoyen ne peut pas vouloir de la redevabilité et vouloir que des personnes qui ne veulent pas être comptable d’une gestion s’y mettent. Aujourd’hui plus que hier l’UNIR/PS est comptable autant que le PAREN du non respect des décisions de justice. Que dira Laurent BADO enseignant de droit d’une telle situation, lui qui ne tarde pas pas à insulter ses interlocuteurs de bête ou d’imbécile et d’être dur sur l’incivisme de ces citoyens. Me Sankara osera t - il donner de la voix ?

  • Voyez-vous Camarades, est-ce-qu’on peut être Président du Faso avec de tels sentiments ? Je l’avais si bien dit et je le dis à présent et je le dirai toujours que "même si ROCK devait quitter la Présidence du Faso un jour, ça ne sera jamais Zeph qui sera Président". Pour cause ses idées, pensés, comportements sont enfantins. WAIT END SEE !

  • Heureusement que c’est Zeph qui est à l’apposition. Si c’était le MPP et le CDP, ce pays allait prendre feu.

  • Analyse déséquilibrée et partisane. Pour moi, c’est une activité comme toute autre et ceux qui veulent participer participent et ceux qui ne veulent pas s’abstiennent. un point un trait. Pourquoi voulez vous que celle ci soit forcement organisée par le pouvoir. De quel droit le pouvoir a que les autres n’en ont pas ? La question importante que tout le monde doit se la poser est la suivante : De l’insurrection à la gestion actuelle des nouvelles autorités en passant par la transition, quelles sont les forces et les faiblesses et comment y remédier ? De ce point de vue, le pouvoir ne prend pas l’initiative, laisser ZEPH en prendra. Les jaloux doivent s’abstenir. Etre au CFOP ne signifie pas partager toujours les mêmes points de vue. Il est de même au niveau de la majorité. Courage à ZEPH et n’écoute pas les adeptes de la pensée unique.

  • Mr Oumar ! Pour qui roulez-vous ? Pour le peuple ou pour des partis politiques ? Dans tout votre développement vous ne parlez que de parti ceci, parti cela, tel parti était avec tel parti par ci, tel parti doit être avec tel autre parti par là ......Mais le peuple s’en fiche de tout cela ! Il veut simplement être bien gouverné. Toute idée pour améliorer la gouvernance des affaires du pays est la bienvenue d’où qu’elle vienne ! Vous-même qui écrivez en donnant votre avis, espérz , j’espère, apporter votre contribution... Avez-vous pour ce faire attendu le consentement d’un quelconque élu ou de qui que ce soit.....?
    A défaut de féliciter ceux qui ont les bonnes initiatives, n’est ce pas mieux de se garder de tenter de les décourager ? ....Car je me refuse à croire que vous agissez en mercenaire.....Ou bien, je me trompes ?

  • {{}} " Le CFOP-BF dans sa configuration actuelle est comme un panier de crabes...". Tout est bien résumé dans ce passage.

  • Très belle analyse. Nous avons besoin d’une opposition forte, pour effectivement pousser le gouvernement à prendre au sérieux les attentes multiples et nombreuses des Burkinabè.

    Merci M. Oumar L. Ouédraogo de votre contribution

  • Si les insurgés qui sont au pouvoir oublient qu’ils ont été des insurgés et continuent de faire pire que le régime de Blaise COMPAORE, les insurgés qui ne sont pas au pouvoir vont le leur rappeler. L’exclusion continue et pas de jugement depuis la transition à nos jours et pas de réconciliation non plus plus car absence de vérité, de justice et demande de pardon. ZEPH continue et ne regarde pas les sirènes et ceux qui ont reçu de l’argent pour écrire un tel chiffon. Webmater, ne censurez pas mon message car vous en êtes capables

  • « C’est au parti au pouvoir que les insurgés ont placé leur confiance, en votant son candidat comme Président du Faso et en lui donnant une majorité parlementaire ; si conférence des insurgés il doit y avoir, elle devait être organisée par le MPP », estime un leader de la société civile. J’aurai souhaité que tu nous donne le nom du leader de la société civile en question.

  • Autrement dit, Me Benewendé SANKARA a fait le bon choix en rejoignant la majorité ! Me, toujours lucide ! Me, toujours clairvoyant !

  • internaute n°8, le mpp ne pourra jamais detruire ni le cdp ; ni l’upc

  • Il n y a aucun dilemne ici. C est faut. Quand il y a un pouvoir il faut qu il ait une opposition tout de meme. Et tout parti qui a perdu une election se retrouve normalement dans l opposition. Le cefop ne veut pas dire un parti unique d opposition. Chaque parti reste lui meme au sein du cefop

  • Jalousie, jalousie et rien que jalousie. Dans mon village, je peux organiser une conférence des insurgés et j’ai ce droit et personne ne peut m’empêcher. Si tu veux , tu viens et si tu ne veux pas, tu reste chez toi. Où est le problème. C’est vous qui aviez des problèmes, ZEHP n’a de problème car vous voyez rouge partout. Le pouvoir n’a pas et n’aura jamais le monopole des idées. Tous les insurgés n’ont pas voté ROCH et ils ne l’ont pas voté pour ce qu’il fasse du n’importe quoi. Au CFOP, ce n’est pas forcé d’avoir toujours les mêmes points de vue. Il en est de même dans la majorité. Courage ZEPH et n’écoute pas la pensée unique

  • Deux observations. Le MPP et l’UPC sont viennent du CDP (et par prolongement de l’ODP/MT et du Front Populaire). S’ils se sont assembles hier, ils peuvent se rassembler demain.... on a vu le PDCI, le RDR et les autres partis derives du PDCI.
    Deuxiement, on s’achemine (comme en Cote d’Ivoire) vers 3 principaux partis : le MPP, l’UPC et le CDP (avec leurs partis sattellites). Dans une election transparente, les deux qui s’unissent ont une longeur d’avance sur le troisieme parti. En somme, en 2020, il est fort possible que le CDP soit le parti qui departage l’UPC et le MPP---tout comme en 2010 le PDCI a fait la decision entre le RDR et le PDCI. Rien ne nous dit que malgre les discours publiques, l’UPC et le MPP n’ont pas commence chacun de son cote a "couper" son deal avec le CDP.

  • Le CFOP est le regroupement des partis qui ne soutiennent pas l’action du gouvernement. C’est la seule exigence posée par la loi. Pour le reste, Zeph qui ne choisit pas qui siège à ses côtés n’a aucun complexe à avoir de devoir cohabiter avec l’ancienne majorité. Pas plus que le MPP n’en a a devoir les admettre dans les instances de l’Assemblée Nationale ou dans les conseils municipaux. Alors, de quel dilemme parlez vous ?
    L’UPC est droite dans ses bottes, forte de ses convictions et prépare sereinement l’alternance sans se compromettre avec qui que ce soit.

  • Au CFOP, ce n’est pas la pensée unique comme l’est la majorité ou seul le MPP est le seul maître à bord et les autres accrochés à l’arrière pour quémander à manger.

  • Il n’y a rien de compliqué à comprendre dans la position de Mr Zéphirin.
    L’UPC est libéral et s’etait allié aux socialistes, aux révolutionnaires et autres communistes pour chasser un ennemis commun qui est Blaise.
    Cette étape est passée et il fallait conquérir le pouvoir d’état (les élections présidentielles).
    Le concurrent le plus en vu de l’UPC était le MPP qui n’était plus son allié politique mais son adversaire politique.
    L’UPC a perdu ces élections et d’une manière élégante son candidat, Mr Zéph., a reconnu sa défaite et est allé félicité le gagnant.
    Cela n’enlève pas le fait que le MPP soit et reste un adversaire politique et, qui veut être avec l’UPC pour combattre le MPP est la bien venu.
    Mr Zéph. Président de l’UPC ne fait que suivre la ligne politique de son parti et applique la stratégie de lutte pour accéder au pouvoir d’état dans 04 ans.
    Pas de dilemme ne vous inquiété pas.

  • Il n y a aucun dilemme si le simple mea culpa des racines du régime COMPAORE a suffit que ces RSS prennent le relais de ce pouvoir pourquoi tout rappel patriotique serait il gênant. Les burkinabe n ont pas la mémoire courte à ce qui paraît, le peuple doit s assumer pour que les choses bougent . Le cdp nouveau qui est là mérite amplement sa place dans cette opposition. De quelle réconciliation parlez vous sans d abord parler de rendre justice. Bander une plaie ne suffit pas à la guérir . Vive le projet de conférence , sortons nombreux

  • Belle analyse ! La politique, un jeu de cache-cache !

  • Zeph se prendra très surema a son propre piège. Allons seulement com le dit un burkinbila.

  • Il n’y a rien d’incongru ni d’illogique dans la démarche de M.DIABRE. En politique politicienne les alliances priment sur les amitiés. Et lorsque l’on gère le pouvoir d’Etat, c’est plutôt les amitiés qui priment sur les alliances. C’est dire qu’en fonction de la situation, stratégies et loyauté s’alternent. On peut concéder au MPP ou le CDP le fait de s’offusquer de l’initiative de M. DIABRE de vouloir organiser une conférence nationale des insurgés .Mais Zéph est un républicain. Sa tâche n’est pas de protéger l’héritage d’une alliance circonstancielle et maintenant inexistante, mais plutôt de continuer de défendre par ces critiques, les aspirations d’un peuple en de lendemains meilleurs. Vouloir organiser cette conférence, c’est faire savoir en même temps à ses alliés d’hier que ceux et celles qui ont donné de leur vies et de leurs énergies pendant l’insurrection, ne sentent pas le renouveau promis ; mais aussi au CDP, que la simple repentance ne suffit pas si ses cadres continuent de rendre visite à SEM. Blaise COMPAORE. Par ailleurs, le fait de rebaptiser la « Coalition Zèph. 2015 pour un vrai changement » en « Coalition des Forces Démocratiques pour un vrai Changement, CFDC » est visionnaire et logique. Nous ne sommes plus en 2015 et le challenge de la présidentielle de 2015 est passé. Il faut alors regarder vers l’avenir d’où cette « rebaptisation » pour les luttes futures. Même les disciples du Christ naguère pêcheur, régisseur… ont été rebaptisés pour la nouvelle mission de prêche de la chrétienté avec le Christ.

  • Courage ZEPH , nous on te comprend tu n’es pas rancunier tu veux rassembler tous les burkinabés et proposer un nouveau contrat social pour un nouveau départ, meme si vous n’accedez au pouvoir , l’histoire retiendra que vous etes vrai manager , mais malheureusement au bf , il etre faux , rancunier , revanchard , avoir de faux diplomes issu d’une fausse histoire , je pense que Thoms Sank a eu la mal chance de naitre au Bf.

  • Le peuple gagnerait en ayant un pouvoir responsable et une opposition forte. Que celui qui est sur le fauteuil sache qu’il peut descendre, que celui qui est au sol sache qu’il pourrait être sur le fauteuil. Le reste ne sera qu’une question de stratégie, et c’est ce que tente Zeph de faire en attendant 2020 pour tenter encore sa chance. Que le peuple sorte gagnant de tous ces tour de passe passe, lui qui a tant souffert et souffre toujours. Le BURKINA D’ABORD !!!

  • Zeph a eu honte de rejoindre la majorité presidentielle. il a eu peur des critiques du peuple alors que le cdp quoi qu’on dise n’est meme pas agonisant. Sans surprise il peut perdre sa place dans les prochaines elections.

  • Merci pour cette réflexion qui pose en même temps une question fondamentale des règles démocratiques en Afrique. Comment comprendre que deux amis d’hier deviennent des adversaires du jour au lendemain sans qu’il n’y ait eu une crise majeur entre eux ? juste parce que l’un a gagné une élection. C’est tout simplement difficile a assimiler chez nous ici. Tout le monde à la place de ZEPH allait traversé cette période d’instabilité. Cependant pour que ZEPH continu de garder sa place de seconde force dans ce pays, il doit se positionner en force de propositions, Il doit mettre pleinement ses compétences au service de ce pays ; c’est aussi ça qui distingue les grands hommes. Pour ne pas verser dans les comparaisons je dirai que monsieur Ablassé OUEDRAOGO joue plutôt bien, même si toutes ses propositions ne passent pas.
    Nous devons tous contribuer à reconstruire ce pays.

  • Zeph aurait dû être dans la majorités pour accompagner le président dans leur lutte

  • Le journaliste du MPP a pondu encore ses inepsis d’écrit commendé , je pleure pour toi .

  • Je constate avec tristesse et peine que l’auteur de cet article n a pas lu les TDRs de la Conférence Nationale sur l Insurrection et non des insurgés. La rigueur intellectuelle aurait voulu qu avant de poster un tel article de baliser pour mieux comprendre ce que veut divulguer de façon basse et inintéressante. Bref la peur explique cette démarche. L ingéniosité de Zephirin Diabre vous dérange et on le sait mais comme dirait l autre il vous reste 3 ans et quelques mois. Le peuple attend le vrai changement et le non le tâtonnement. Et puis arrêtez de stigmatiser le CDP dont le MPP tire sa quintessence négative. Ok ? Ce que le peuple ne veut plus ce ne sont pas les têtes de lui ou d elle mais les manières et pratiques toujours en cours sous le mpp. Voyez la CAMEG.

  • Merci pour cette réflexion qui pose en même temps une question fondamentale des règles démocratiques en Afrique. Comment comprendre que deux amis d’hier deviennent des adversaires du jour au lendemain sans qu’il n’y ait eu une crise majeur entre eux ? juste parce que l’un a gagné une élection. C’est tout simplement difficile a assimiler chez nous ici. Tout le monde à la place de ZEPH allait traversé cette période d’instabilité. Cependant pour que ZEPH continu de garder sa place de seconde force dans ce pays, il doit se positionner en force de propositions, Il doit mettre pleinement ses compétences au service de ce pays ; c’est aussi ça qui distingue les grands hommes. Pour ne pas verser dans les comparaisons je dirai que monsieur Ablassé OUEDRAOGO joue plutôt bien, même si toutes ses propositions ne passent pas.
    Nous devons tous contribuer à reconstruire ce pays.

  • BELLE ANALYSE. JE N’AURAI JAMAIS VOULU AVOIR RAISON MAIS HELAS !!!!!! UN VRAI CHANGEMENT DE MENTALITES EST NECESSAIRE POUR UN SURSAUT NATIONAL.

  • Zeph, sans état d’âme, rallie-toi au CDP, ADF/RDA, NAFA, et tous les petits partis satellites et bât le MPP dès 2020. C’est tout à fait possible. Après cette victoire en 2020 voilà ce qu’il faut faire : Fini ces procès à l’emporte-pièce entre fils du même pays.

    1. Conférence de réconciliation nationale avec Blaise Compaoré (sans François Compaoré) au Stade du 4 août
    2. La construction des infrastructures de santé, d’éducation scolaires et universitaires et de logement sociaux avec un financement par les Banques africaines, le FMI et la Banque Mondiale.
    3. Mettre notre économie sur orbite et ne pas dénoncer les institutions de Breton Woods.

    Conclusion : Que Dieu, Allah Tout Puissant te guide Zeph car ta victoire n’est plus lointaine.... Parole du Seigneur, et nous rendons grâce à Dieu. Qui l’aurait cru que le MPP nous aurait trahi au point que M. Salifou DIALLO dénonce publiquement l’incompétence et l’inefficacité du Gouvernement de M. Paul KABA à régler les problèmes basics et élémentaires de notre peuple ? Personne n’aurait cru à cette supercherie.

  • « Zèph », une force tranquille, qui s’affirmera de plus en plus, malgré les coups tordus multiformes. Le dos large pour encaisser, la pensée profonde pour proposer, le regard perçant pour anticiper, voilà l’homme. A force de tenter de discréditer, vous augmentez la sympathie populaire, qu’il mérite, à son endroit. Le dilemme n’existe que dans votre cerveau. Qui voulez-vous tromper sur la nature et l’objet du CFOP ? La conférence se tiendra, même si à sa seule évocation, certains tremblent déjà. Vous croyez-vous plus cruels ou plus rusés que ceux qui prirent la fuite, un beau jour ? Revenez à de meilleurs sentiments. Faisons de cette conférence un premier pas vers la réconciliation nationale. Aquila non capit muscas.

  • Le CFOP a toujours été dirigé dans ce pays par un député siégeant à l’A.N et non par un SIMPLE SOIT DISANT FONDATEUR DE PARTI. Comme quoi dans un parti, la démocratie doit toujours commencer à la base. IL ne fallait pas qu’il vienne dîner à la table du DIABLE. Malheureusement il l’a fait, donc WAIT AND SEE !

  • Il n’y a rien qui ressemble à un dilemme pour Zeph, parce que le CFOP-BF est une institution républicaine et non une coalition ou une alliance entre partis politiques de même bord. Ne faites pas du CFOP ce qu’il n’est pas dans la scène politique burkinabè. Sa raison d’être est de permettre l’identification officielle des partis politiques qui se disent opposants afin de prévenir le nomadisme politique des députés une fois élus. Être affilié au CFOP signifie simplement qu’on est opposant et ne veut pas dire qu’il y a une alliance entre le parti du chef de fil lui-même et le membre du CFOP. Ils ne leur est pas interdit de se coaliser si ça fait leur affaire, mais il ne sont pas tenus d’être ensembles, si cela n’est pas de leur intérêt ! En y a-t-il un dilemme ici ? Arrêtez de mélanger les choses en confondant les fonctions institutionnelles du CFOP au positionnement politique partisan de sa propre formation politique. Autrement dit, les partis se déclarent au CFOP pour être identifiés comme Opposition politique et non pas pour être les alliés politiques de celui qui assure la fonction du CFOP ! Et c’est normal !

  • Le peuple est lucide, ce écrit est une fois de plus diversion pour le pour en place. Ça fait la deuxième fois. Mais qu’importe, monsieur Oumar journaliste à la plume et à la solde du MPP.
    je te rappel seulement que l’insurrection n’est pas l’apanage d’un parti quelqu’il soit. Si un parti arrivé au pouvoir et oublie ses promesses de campagne et surtout la volonté du peuple et veut ramener les comportements d’hier tant décrié ; alors il se ravise où il partira. Tu parle de réconciliation, dis moi sè que le Mpp a fait aujourd’hui pour réconcilier le peuple. Rien. Il a au pire commencer à installer les mêmes magouilles d’hier. Des nominations bidons, libérations des ses amis d’hier de la maca, et le pire, pas de justice pour la veuve et l’orphelin. Et tu veux nous faire diversion en disant que Zeph veut faire de la récupération des insurgés. Demande donc au MPP de faire ce qu’il faut pour qu’il de la réconciliation en commençant par la justice pour les insurgés morts pour que eux ils viennent au pouvoir, contre les crimes économiques et les crimes de sangs. Tu verra si ton Mpp pourra tenir car eux ils ont les mains remplis de sangs qui hante ce pays

  • Est il interdit de faire le bilan d une activité même menée par le peuple. Il faut de la mémoire pour la postérité !

  • les gars, reconnaissez que Zeph est mal loti à son CFOP ; le bon politicien ne cherche pas le pouvoir sans idéologie ! l’ idéologie de Zeph l’a amené à chasser Blaise animateur du CDP, or au CFOP le chef doit en principe soutenir ses membres, comment Zeph peut soutenir aujourd’hui le CDP qui continue de ne jurer que par Blaise, comment Zeph pourra organiser sa conférence des insurgés ? invitera-il le CDP pour qu’il vient essuyer des injures ?

  • Savez vous ce que c’est que la réal politique ? Visiblement non, à vous lire. Eh bien sachez qu’en politique il y a la conviction d’un côté et les intérêts d’un autre. Et vous ne verrez jamais un politicien se départir de l’un ou de l’autre. Seulement de savoir les allier. Et les équations que vous décrivez existent dans toutes les formations politiques et dans la tête de tous les leaders politiques. Là où les électeurs ont un peu gingin dans la tête élisent l’homme politique qui s’en sort le mieux dans la manipulation de ces équations. Mais là où le peuple broie du noir sur toute la ligne et que c’est le ventre qui oriente le vote, on assiste à ces tristes réalités qui sont les nôtres depuis plus de 50 ans. Et ce n’est pas seulement dommage mais suicidaire.

  • Depuis que l’on parle de conférence des insurgés (je suis insurgé), je m’attendais à une analyse d’investigation de pointe d’un journaliste comme celle que vs venez de pondre M. OUEDRAOGO. ça m’amène à réfléchir. Bravo à vous.

  • Ce qui est certain, si ZEPH continue de supporter le CDP avec ces errements, en 2020, le mpp pourra ne pas être au pouvoir mais Zeph non plus n’aura rien. le 3e larron sera le CDP. C’est clair

  • zèph ne sera plus président au bf,trouvez un mossi comme président du upc en collaboration avec le cdp et la nafa en 2025 merci

  • Voyez-vous, les gens ne font même plus un effort de réflexion et d’analyse et c’est vraiment triste et malheureux. Sinon, tous ceux qui sont intervenus au hasard auraient compris que ce journaliste a fait la meilleure analyse possible de la situation. Dites moi, bonnes gens, c’est quel passage qui attaque Zephirin ? Bien au contraire. Mais, comme on le dit : on ne réveille pas quelqu’un qui ne dort. Alors, continuez à fermer les yeux seulement !

  • Ainsi naissent et meurent les fronts : ils convergent dans l’attente par un combat commun ou l’unité d’action, ils divergent une fois l’objectif atteint et par le partage les résultats :
    front jeunes officiers et subalternes militaire contre les officiers supérieurs qui se brisera en fronts de gauche contre front de droite, front de gauche se brisera en front extrême gauche et front centre gauche d’ou naitra le front populaire, suivra l’empiètement en temples dont l l’Assemblée des seigneurs (Congrès) donnera le CDP. L’immobilisation du cahier de roulement qui donnait espoir à quelques seigneurs d accusés de charognards d’écrire sur une page de cette Assemblée provoquera l’insurrection populaire avec la bénédiction de quelques illusionnistes. pourquoi l’histoire ne pourrait se repeter

  • Je suis entièrement d’accord avec l’internaute 36 (Bonkoungou). Le choix de Zephirin conduira inéluctablement son parti vers l’abîme. Il fallait laisser le CDP seul dans le CFOP ; voilà pourquoi je suis d’accord avec la position de l’UNIR/PS et du PAREN. Ces partis non rien à gagner en restant au CFOP surtout celui de Me SANKARA qui a lutté pendant longtemps contre le CDP et son système et vous voulez qu’il soit encore avec celui-ci pour s’opposer inutilement. Quand même vous aussi !!!! yaa yalem la wonga laa ?

  • Je suis entièrement d’accord avec l’internaute 36 (Bonkoungou). Le choix de Zephirin conduira inéluctablement son parti vers l’abîme. Il fallait laisser le CDP seul dans le CFOP ; voilà pourquoi je suis d’accord avec la position de l’UNIR/PS et du PAREN. Ces partis non rien à gagner en restant au CFOP surtout celui de Me SANKARA qui a lutté pendant longtemps contre le CDP et son système et vous voulez qu’il soit encore avec celui-ci pour s’opposer inutilement. Quand même vous aussi !!!! yaa yalem la wonga laa ?

  • de mon point de vue, UPC aurait dû au lendemain des elections législatives être avec le MPP, ne serait-ce que parce qu’ils ont mené ensemble et avec succès le long combat de l’insurection.
    par la suite, l’UPC pouvait retirer son soutien au MPP s’il estimait que ce dernier n’avait pas respecté ce pourquoi ils avaient combattu et reussi ensemble. Ainsi il y aurait plus de lisibilité aujourd’hui dans l’attitude actuelle de l’UPC ; les gens auraient compris plus facilement pourquoi l’UPC est aujourd’hui dans l’opposition et on ne dirait pas qu’il a rejoint le CDP qu’il avait pourtant combatu !
    en politique la clairvoyance, la stratégie comptent beaucoup et ce qui compte par-dessus tout c’est la compréhension constante des militants c’est à dire ceux sur qui le parti compte ainsi que la compréhension des autres qui ne sont pas avec vous !!

  • Très humblement, je pense que le président Zéphirin Diabré commettra une erreur politique en laissant à la marge le CDP, l’ADF/RDA, la NAFA et autres partis politiques au sein de l’opposition. Qu’il se rappelle la campagne pour les législatives et la présidentielle de 2015, les ténors du MPP, en fins politiques, l’ont poussé à la faute en dénonçant une collusion entre le l’UPC et le CDP. Dans un contexte assez particulier, le chef de file de l’opposition a cédé en se démarquant de l’ex-parti au pouvoir. Dès lors, Zéphirin Diabré faisait pratiquement cavalier seul pendant que le MPP, qui a récupéré l’essentiel de l’appareil du CDP, des leaders influent, se déployaient à l’intérieur du pays pour assurer la victoire du MPP. Aujourd’hui, la question qui se pose est de savoir si le CDP est fréquentable ou pas. Ma réponse est sans ambages oui. Depuis l’insurrection et même avant, sentant le vent tourner, les opportunistes de tout acabit, les arrivismes et tous ceux qui cherchaient à se soustraire à la justice ont quitté précipitamment le CDP pour se réfugier au MPP. A l’heure présente, aucune décision de justice ne met en cause ce parti. En un mot, Zéphirin Diabré, dans les différentes stratégies qu’il mettra en place au sein de l’opposition ou d’une plus large coalition, ne doit pas laisser sur le bord de la route aucune force qui pourrait permmetre au peuple burkinabè d’"amorcer son développement.

  • Vive ZEPH l’homme du vrai changement

  • Que vous l’aimiez ou pas, on constate aisément que oumar est un grand journaliste audacieux et courageux, déjà qu’on n’en pas assez dans la jeune génération de journalistes, encouragez-le plutôt

  • Non ! le probleme est mal posé : le fameux dilemme n’est que l’expression et l’exteriorisation d’une anerie, d’une aberration sur la scene politique : instituer un chef de file de l’opposition. On n’a pas besoin de creer une telle structure. Elle existe d’elle-même et chaque parti n’ayant pas gagné une election et n’etant pas au pouvoir, peut accepter de se rallier ou non au gouvernement si ce dernier le lui demande ; c’est cela les alliances. Ne pas s’allier au parti gouvernant, c’est s’y opposer. Et alors dans ce dernier cas, il assume son opposition au gouvernement selon sa vision politique, son ideologie qu’on defend et non selon un certain code qui aurait été posé dans une CFOP (instituée pour avoir de l’argent ou/et pour faire de de la figuration). Il n’est pas besoin de les regrouper danas une structure. Pourquoi voulez vous qu’il y ait seulement 2 opposants : le gouvernant et le chef d’une opposition (une opposition qui ne peut qu’etre heteroclite) ?

    Mais on voit bien pourquoi cela avait été fait. Certes, les partis de l’opposition peut faire front, etre unis dans des luttes, mais pas de facon artificielle et permanente. Ca ne peut pas fonctionner. C’est meme une insulte aux electeurs ! Voila bien le piege. Me Sankara le sait bien. Diabre aurait du le comprendre…
    Benewendé a fait le mauvaias choix de s’allier au MPP : il a acheve de se tuer et de tuer un certain sankarisme (pas le sankarisme) ; diabre va debuter son « suicide », mais est-ce aussi illogique que cela ? Peut-etre pas !
    SOME

  • Je voudrais vivement remercier l’internaute No 44 (Sidpasata Veritas) pour sa précieuse contribution intellectuelle. Je pense qu’au Burkina, nous avons un problème de compréhension de la nature et du rôle des différentes institutions qui régissent le FASO. Dans un pays où sont appelés "intellectuels", tous les lettrés, les journalistes ont une éminente mission pédagogique à jouer pour aider à démêler les confusions en tout genre. Le CFOP-BF n’est pas conçu à l’image des chefs de l’opposition dans les grandes démocraties comme au Royaume Uni. Là-bas, c’est un véritable chef de gouvernement bis avec un " shadow cabinet", prêt à gouverner à tout moment si la situation l’exige.

    Le CFOP, tel qu’il est conçu, est plutôt à l’image de ce que fût l’opposition au Sénégal sous le président Senghor avec l’ouverture démocratique limitée à trois partis. A cette époque-là, le Président Wade avait convenu avec le président Senghor, de créer son parti "libéral" qu’il qualifia de parti de contribution pour accompagner l’action du président socialiste, bien qu’étant dans l’opposition aux côtés des Marxistes-léninistes !

    Dans les textes actuels du CFOP-BF, son président n’a pas le pouvoir de refuser l’adhésion de ces partis de contribution, dissimulés en opposants, mais œuvrant avec la majorité présidentielle dans l’intérêt bien compris de chaque partie. Zephirin a seulement une marge étroite pour fédérer les partis de l’opposition autour des questions essentielles que nul ne peut contester et qui épousent les aspirations profondes du peuple silencieux. Ce fut là son génie lors des débats sur le pour ou le contre la création du SÉNAT et la révision de l’article 37 de la constitution. La suite on la connaît ! Maintenant ce succès a mille parrains et l’échec des autres reste désespérément orphelin.

  • Très belle analyse de la part de l’auteur de cet article. En tout cas, la mission de Zeph ne semble pas aisée à tous points de vue. Courage à lui mais surtout de la sagesse.

  • Très belle analyse. Le changement c’est avec Zeph

  • Très belle analyse. Le changement c’est avec Zeph

  • Le MPP n’a jamais été un parti d’opposition. Les RSS ont quitté le CDP et créer leur parti parce qu’il y avais problème de succession de Blaise.Si Blaise avait remis le tablier en 2015 à Rock , le CDP n’allait jamais se disloquer. Les ZEPH s’opposeront toujours au CDP et les microbes qui sont au tour du MPP (sankaristes et osc) le soutiendront.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés