Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

mardi 6 septembre 2016 à 19h20min

Dans le cadre de la lutte contre le banditisme et l’insécurité urbaine, la police nationale a entamé dans la nuit du 7 au 8 septembre 2016, une opération de contrôle et de patrouille dans la ville de Ouagadougou. Cette sortie des hommes du Contrôleur général Lazare Tarpaga a permis de débusquer plusieurs noctambules sans papiers et de retirer leurs engins pour les envoyer au commissariat central.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

La police est fâchée depuis quelques mois. Incivisme, banditisme et insécurité l’imposent. Surtout dans la capitale burkinabè où il est coutume de voir un usager de la route circuler sans pièce d’identité ou avec un engin sans plaque d’immatriculation. Les carrefours stratégiques de Ouagadougou sont les lieux propices pour la chasse aux deux roues non conformes. L’opération menée dans la nuit du 7 au 8 septembre a mobilisé plus de 250 policiers, foi du commissaire principal Toni Joseph, commissaire central adjoint de police de Ouagadougou. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cette mission n’a pas été du goût de tous les noctambules.

Assurer la quiétude des citoyens sans négociation

Il est 21h10 quand les journalistes conduits par la police nationale débarquent à l’intersection entre les avenues Général Bila Zagré et du Burkina, et le Boulevard Général Charles De Gaulle, situé à quelques pas de la radio nationale. Là, une dizaine d’engins ont été saisis en une heure par les policiers en faction. Pendant que certains usagers tentaient de négocier et de se défendre jugeant l’opération trop brusque, d’autres préféraient passer un coup de fil pour informer le « véritable » propriétaire de la moto de la situation.

Du côté de l’avenue de l’indépendance, en face du Conseil économique et social, l’assistant de police principal Boro Abdoulaye indiquera que quand un usager en infraction refuse d’obtempérer, il est envoyé immédiatement au commissariat central. Voulant prendre la poudre d’escampette, faute de carte d’identité, deux individus ont été conduits entre les murs du commissariat en attendant que les policiers ne voient plus clair dans leur cas.

Le véhicule d’une malienne d’origine togolaise qui revenait de ses vacances à Lomé a été également fouillé à ce niveau. Pour la bonne dame, c’est une première pour elle de voir une telle opération de la police nationale, elle qui dit connaître le Burkina Faso depuis près de 30 ans. Toutefois, elle dit apprécier la portée de ces mesures de sécurité.

Pendant qu’ils contrôlaient passagers et véhicules, les policiers eurent la visite de leur directeur général, Lazare Tarpaga. Ce dernier dit être venu rassurer ses hommes, lesquels ont la mission aussi d’assurer la quiétude des citoyens et la sécurité de leurs biens.

A la Place de la femme pour la paix, un jeune garçon a pleuré pour s’être vu coller une contravention pour absence de phares sur sa moto. Là également, des engins sans plaques d’immatriculation gisaient le bord de la voie. Sur l’avenue Babangida, le spectacle était le même. Les usagers tiraient la couverture de leur côté et les policiers du côté de la loi. L’artiste Bibi la Diva a vu sa monture sans plaque saisie. Pour la jeune femme, c’est dérangeant de voir les policiers retirer des engins sans immatriculation alors que des bandits braquent et courent toujours les rues.

Quand les esprits se chauffent

Alors que l’opération de contrôle suivait son cours, les policiers ont patrouillé au quartier 1200 logements à la recherche toujours de potentiels bandits. Parfois, les esprits de certaines personnes s’échauffaient quand celles-ci estimaient être dans leur devoir de savoir s’elles devaient payer un montant avant de rentrer en possession de leur monture. C’est le cas de Tiao Stéphane. Il a été pris avec une moto qu’il dit appartenir à sa mère : « Moi j’ai mes papiers. Je peux avoir un problème et qu’on me prête la moto pour une heure tardive. On ne peut pas m’arrêter… Et si j’ai un malade que je dois… Et si la personne meurt ? Ils (Les policiers) doivent trouver une autre procédure pour les contrôles… ». 500 mètres plus loin, c’est un autre jeune qui est sommé de rendre sa moto. Il s’exécuta mais furieux, il a dû appeler son ami en renfort, mais ce dernier n’y fit rien. L’engin fut embarqué.

Ne pas s’arrêter en si bon chemin

Peu avant 3h du matin, les journalistes retournèrent à leur point de départ, la direction générale de la police nationale. Les policiers, en veilleurs de la cité, continuèrent leurs patrouilles. La mission de contrôle des engins avait baissé d’intensité et les montures saisies au niveau des différents carrefours visités furent acheminées sans délais au commissariat central. Mais comme l’a signifié le DG Lazare Tarpaga, la police n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et compte sur cette opération pour rester sur le terrain de façon permanente.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 septembre 2016 à 13:54, par Lucas
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Bravo à la Police je vous respecte beaucoup pour le bon boulot que vous faites,big respect à vous,celui qui ne travaille pas ne fait pas d,erreurs avancez seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 13:54, par Naaba Guesbé
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    VOUS ALLEZ TROP LOIN CETTE FOIS-CI ET VOUS TROUVEREZ LA POPULATION SUR VOTRE CHEMIN ! SORTIR AVEC LA MOTO DE QUELQU’UN D’AUTRE MEME AVEC LES PAPIERS, ON EST "DELINQUANT" !

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 13:56, par Naaba Guesbé
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    LES MOTOS QUE VOUS PAYEZ POUR VOS "PETITES GOS" LA, VOUS METTEZ LEURS NOMS SUR LES PAPIERS ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 14:27, par Sienkanw
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Courage à nos braves policiers, mais pardon soyez assez règlo et évitez les 2000 frcs en passant.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 14:50, par PUISSANCE 21
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Le controle des papiers en ville est une mesure inutile et inefficace de lutte contre le banditisme. Il engage beaucoup de ressources (humaines et materielles) pour peu de résultats. Les situations ou il peut etre justifié inclut le controle de permis de conduire, ou pendant un voyage dans le car lorsque l’on suspecte qu’un criminel peut etre en fuite.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 15:07, par Naboho Lassina
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Maintenant ,je suis fier d etre dans la République.Un état doit fonctionner avec
    des comportements responsables , il faut amener les citoyens à se conformer à
    la loi et savoir que la liberté a une limite.N oubliez pas d exiger ,le port du casque
    et le permis de moto dans 5 ans.Veuillez commencer à sensibiliser.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 16:16, par André
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    MERCI à la POLICE ; Continuer de frapper cela va finir par payer à moyen et long terme.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 16:17, par lagitateur
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Hé, Naaba Guesbé ! N’exagérez pas. Vous savez bien que la Police fait du bon travail. C’est pour notre sécurité. Désormais, si vous sortez la nuit, faites vous accompagner par le propriétaire de la moto, sinon attendez le lendemain. C’est la méthode par laquelle la police arrive à trouver les engins volés.
    Moi j’encourage vivement la Police à intensifier ces contrôles. J’ai constaté cela hier nuit sur l’Avenue Babanguida. Il faut dire que j’en étais très content. Sur le chemin de retour une unité était à l’échangeur de l’Est. Un usager qui n’ a pas observé la règle de la priorité à gauche a été appréhendé devant moi. C’est comme si j’allais crier ma satisfaction en public. Vraiment, pour l’incivisme manifeste, le banditisme et le terrorisme, l’Etat doit donner plus de moyens à nos vaillantes FDS pour sécuriser la cité.
    Courage à la Police. Un coucou à mon esclave mais bon policier Commissaire TONI.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 17:22, par Naaba Guesbé
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    L’agitateur, je félicite aussi la police, mais je trouve que cette mesure est exagérée. Que les pièces manquent, là je suis d’accord, mais exiger ton nom soit sur la carte grise, c’est autre chose. Et pire tu es embarqué au poste ! Comment celui qui a le nom de son défunt parent sur les pièces va se faire accompagné ? Allez doucement, trop de force fini la force.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 17:37, par clement
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Je pense que la police aime les opérations spectaculaires. On vous demande de traquer les délinquants, de répondre à temps aux appels au secours des citoyens quand ils sont attaqués par des malfrats et non de faire dans l’excès de zèle. Il ne vous appartient pas d’édicter les lois de la République. De quelle infraction est coupable une personne qui conduit un engin qui ne lui appartient pas ???Dites-moi bonnes gens, de quelle infraction est-il coupable ? Quelqu’un peut-il me répondre ? Je suis fâché. On est dans quel pays ! Mon Dieu !
    Les couple avec un seul moyen de déplacement, logiquement les pièces portent le nom d’un des conjoints, devront désormais faire autrement car le bien ne leur appartient plus à eux deux. Il n’est plus possible de faire déposer par un frère, un collègue avec sa propre moto. Hahiii ! C’est quoi encore ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 18:04
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    He !!!bien ainsi va la loi le jour que ca nous arrange on apprecie positivement mais quand on tombe sous son cout on cris au scandale .que le bon dieu nous donne tous la sagese de comprendre nos lois e t de les respecter scrupuleusement.bonne chance et bon courage aux vaillants fds .Maintenant a l’Etat d’ouvrir l’oeil pour un bon traitement de ses flics.je pense notamment a un vieux decret datant de 1979 qui octroie 20% des amendes forfaitaires a l’agent verbalisateur curieusement qui n’a pas ete abroge et qui n’est pas aussi applique

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 21:18, par miki
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Il faut noter que ces mesures ont permi de retrouver et des engins voles et des voleurs.sachons un jour apprecier ce que fait la police au lieu de chercher toujours a denigrer.une chose est sure, un voleur n’appreciera jamais le travail du policier. Les plaignard sont ceux qui sont toujours en infraction vis a vis de la loi. Bne jrnee a tous

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 21:25, par clement
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    internaute N°11, ce que moi je demande, c’est qu’on m"éclaire sur la loi sur laquelle repose l’infraction ici en question (infraction pour conduite d’un véhicule appartenant à autrui). 9a sonne beau en tout cas !! C’est ça ? ahba. ya ya boin ! Ce que je que je souhaite, c’est connaitre les loi de mon pays surtout quand elles existent. Une loi est faite pour être d’abord connue pour pouvoir être respectée.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 21:27, par Lass
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Vous Vous Plaignez ? En Ce Qui Concerne Du Fait Que Tu N’as Pas Ton Nom Sur Les Papiers,n’oublié Pas Que Beaucoup De Personnes Ont Eté Braqué,moto Et Documents Emporté,vous N’ête Pas Sensé Ignoré Que Cela Est Posible.Encougez Plutot Ces Braves Policiers De Les Critiqué Negativement En Manifestant Votre Mecontentement. Bravo A Vous La Police Vive La Police.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 21:59, par OB
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    A l’internaute 10 (Clément), celui qui circule avec une moto qui ne lui appartient pas peut être auteur de vol, complice, receleur ou innocent. une personne peut être conduite au commissariat pour vérification d’identité, il n’en demeure pas moins pour un engin. tout ça dans le but de prévenir l’accomplissement de toute infraction (mission de la police administrative) ou de réprimer toute infraction commise (mission de la police judiciaire). donc les engins saisis et mis en fourrière font l’objet de contrôle approfondi. Et lorsque des engins sont impliqués dans des infractions telles que : défaut de carte grise, défaut de plaque d’immatriculation, non respect du code la route etc, ils doivent être conduits en fourrière et faire l’objet d’une répression (paiement des contraventions). Par ailleurs lorsqu’il existe des indices qui laissent croire que l’engin est d’origine frauduleuse ou douteuse, il doit être conduit pour approfondir le contrôle et rechercher d’éventuelle infraction qui s’y colle. Le but de cette mission serait de rechercher les infractions, sanctionner ensuite les auteurs tout en prévenant et en faisant cesser l’accomplissement de toute infraction. C’est trop facile de dire que c’est la moto de mon frère, mon père, mon cousin, mon ami ou un connaissance (on ne peut pas croire sur le champ). C’est très important de signaler que plusieurs motos ont été volées avec tous les documents y afférents. Voilà une simple raison d’arrêter les engins mis en circulation par des personnes autres que leurs propriétaires légitimes. D’ailleurs, la Police n’est pas en train d’accomplir cette mission à n’importe quel moment . ça ce passe en un temps bien précis et étudié. Avez-vous déjà vu un policier qui a saisi un engin en plein jour parce qu’il n’est pas guidé par son propriétaire. Si oui donnez un seul exemple. Si on prend l’exemple de quelqu’un qui a été arrêté parce qu’il a ’’brulé le feu", s’il ressort que l’engin ne lui appartient pas, je crois que c’est tout à fait normal de conduire ce dit engin en fourrière pour vérification approfondie. Je suis désolé pour ceux qui ne sont pas capables de savoir que la Police est là pour leur sécurité ainsi que pour celle de leurs biens. Pour en finir j’aimerais poser cette question : depuis quand la Police a gardé (confisqué) définitivement un engin parce qu’il a été guidé par une autre personne que le propriétaire légitime ? La détention de ces dits engins est précaire et juste le temps de comprendre et vérifier la raison avancée par ceux qui les guident. NB : Plusieurs motos volées ont été retrouvées. Dans ce cas qui gagne ??????????????

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 22:12, par Joe joe
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    # Simon a frappé
    Nul doute que cette mesure fera couler beaucoup d’encre, négativement j’ai bien peur.
    Quelle bêtise que de récupérer la moto d un citoyen qui circule avec l’engin d’autrui qui plus est avec les papiers... Si le ridicule avait un nom il ne pourrait être autre que celui de Simon !
    Le véhicule que lui même roule dans sa fonction de ministre n’est pas en son nom, il attend quoi pour montrer l’exemple et la faire embarquer ?! Faut pas insulter l’intelligence des gens quand même hein, avec de telles mesures j’ai froid au dos quand aux lois qui seront prises par l’avenir dans ce pays.

    # c’est Dieu qui gouverne le Burkina , les RSS je me demande ce qu’ils foutent dans ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2016 à 22:57, par dvy
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    c’est une patrouille de koglweogo ou koi ! ça c’est de l’abus de pouvoir. on ne peu pas lutter contre l’incivisme dans l’incivisme. dites moi quelle infraction ya t’il à rouler avec la moto d’autrui ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 06:16, par clement
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Monsieur OB, merci à vous pour les éclairages que vous tenter de m’apporter de bonne foi, je pense, mais je reste sur ma faim. Quand vous dites "D’ailleurs, la Police n’est pas en train d’accomplir cette mission à n’importe quel moment . ça ce passe en un temps bien précis et étudié. Avez-vous déjà vu un policier qui a saisi un engin en plein jour parce qu’il n’est pas guidé par son propriétaire. Si oui donnez un seul exemple. Si on prend l’exemple de quelqu’un qui a été arrêté parce qu’il a ’’brulé le feu", s’il ressort que l’engin ne lui appartient pas, je crois que c’est tout à fait normal de conduire ce dit engin en fourrière pour vérification approfondie."
    1. Pour la non permanence de l’opération, je vous oppose le point de vue de la police "Peu avant 3h du matin, les journalistes retournèrent à leur point de départ, la direction générale de la police nationale. Les policiers, en veilleurs de la cité, continuèrent leurs patrouilles. La mission de contrôle des engins avait baissé d’intensité et les montures saisies au niveau des différents carrefours visités furent acheminées sans délais au commissariat central. Mais comme l’a signifié le DG Lazare Tarpaga, la police n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et compte sur cette opération pour rester sur le terrain de façon permanente."
    2. Quand vous parler de bruler un feu rouge, ça c’est prévue par la loi et celui qui se fait prendre se rend coupable d’infraction de non respect du code de la route et là je suis tout à fait d’accord avec vous.

    En somme, j’attends toujours les références de la loi qui interdit qu’on conduise le véhicule d’autrui même dans la nuit. j’aurai compris que ce soit une action bien ciblée dans une zone bien précise pour un objectif bien précis. Mais de là à en faire une action permanente, cela pose vraiment problème. Pour raisonner prosaïquement, en me fondant sur votre logique (C’est très important de signaler que plusieurs motos ont été volées avec tous les documents y afférents. Voilà une simple raison d’arrêter les engins mis en circulation par des personnes autres que leurs propriétaires légitimes", on pourrait aussi accorder le bénéfice de la bonne foi à ceux qui se rende justice en bastonnant par exemple les voleurs car ayant déjà été victime de vol mais comme c’est pas permis par la loi, permettre ne peut se le permettre en toute impunité.

    Monsieur/Madame OB, au cas ou vous aurez les référence de la loi, n’hésitez pas à les partager avec moi. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 07:08, par houda
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Cette opération menée par la police à tout son sens malgré qu,elle soit qualifiée de spectaculaire et de ridicule. Ce sont des agents dévoués et patriotes qui la mènent avec les risques et les souffrances qu,elle comporte. Que ces agents ne se découragent pas du tout car servir son pays est un sacerdoce . Mettez le zèle qu,il faut pour le succès de la mission. Cependant , nos hauts responsables de la police doivent prendre leurs responsabilités et rappeler certains qui servent dans les missions internationales à beaucoup de discrétion, d,humilité , de sobriété et de réserve. Servir dans les missions des nations unies est peut être un mérite mais aller jusqu,à publier ses photos sur le fasonet comme cette dame du nom de doamba si je ne me trompe fait une mauvaise publicité de l,image du burkinabé qui est connu et reconnu comme travailleur et humble. J,ai connu des policiers, gendarmes, mes proches collaborateurs de la garde pénitentiaire dans ces missions en rci, Darfour, Haïti et présentement en rca mais je n,ai jamais vu un tel développement du moi, del,émoi et du surmoi de la sorte. À lire l,écrit elle effectue ces missions depuis 2007 , maintenant pourquoi ces extravagances. Plusieurs hauts grades de la police avec des niveaux d,instruction très élevés ont travaillé dans ces missions mais n,ont pas fait parler d,eux de manière publicitaire. Ou bien n,ont ils pas rendu service convenablement. Plus de 30 ans de service, officier de police démontré à souhait le niveau d,instruction avec lequel on a été recruté et ce qu,on a jamais été devant des commissaires hommes et dames au pays, on va en mission et on est brusquement et subitement ça. Réfléchissons un peu. Tout le monde sait comment ça s,arrange mais gardons les pieds sur terre. À new.york, des femmes occupent les plus importantes fonctions de l,organisation mais ne tapent des tam.tams pour faire croire que sans elles , les nations unies fermeront les portes. Ce qui grandit l,homme est l,humilite. L,orgueil et la vanité conduisent à ternir l,image pour entraîner la perte évidente de prestige. Juste un conseil de sagesse.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 08:42, par Saymon
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Belle initiative. La population a besoin d’être éduquée. C’est pour le bien de Tous.
    Si cette opération pouvait se tenir sur toute l’année, cela réduirait considérablement l’incivisme et permettra de retrouver les engins volés.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 09:05, par La barbe
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Toutes mes félicitations à la Police Nationale pour son bravoure, je suis largement fier de vous. Et que périssent les "hors la loi", les assassins de la circulation, les gifleurs de Policiers en fonction. La loi est faite pour tous. Et désormais si un soit disant gendarme ou militaire je ne sais quoi s’amuse à gifler un policier c’est nous la population qui allons finir avec lui. Quant on veut être respecté on commence d’abord à respect les autres. A bon entendeur, salut !!! Hahahahahaha !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 09:19, par wenlasida
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    je crois que tout burkinabè honnête doit applaudir et encourager nos brave policiers. Dans ce pays , ceux qui sont en moto croient que ce sont eux les citoyens(ils brulent les feux, insultent à tout vent, ignore le code de la route...) et les autres sont des sous citoyens. il faut que cela change.
    Avec la fin d’année il faut intensifier pour nous éviter les multiples vols et accidents.
    COURAGE A NOS BRAVES POLICIERS LE PEUPLE RÉEL APPLAUDIT

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 09:35, par TUUK-SOMDE
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Réclamer aussi les permis de conduire des motos. Commencez la mise en garde pour les six mois á venir. Vous réduirez les accidents de la circulation et renforcerez le civisme.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 09:44, par djapra
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Question à l’internaute 15 : Est-ce que celui qui conduit l’engin d’autrui et qui a les papiers plus ces propres documents d’identité pourra récupérer l’engin (ou est-ce que le vrai propriétaire pourra récupérer son engin) sans payer une amende ? Si oui, la police peut continuer dans ce sens. Dans le cas contraire, ce sera très grave et j’ai peur que ce que la police pense salutaire ne se retourne contre elle.

    Aussi, j’ai suivi le reportage télé sur cette sortie de la police. Sur le cas de Tiao Stéphane aussi cité dans l’article, le policier n’était pas capable de dire (même au journaliste) si le propriétaire pourra récupérer son engin sans payer. Il dit : "On va d’abord faire le contrôle et on verra". Les lois ne naissent pas avec des "on verra". Je ne voudrais pas insulter l’intelligence de nos forces de l’ordre mais je pense qu’il faut penser à tous ces paramètres avant d’entamer une quelconque opération. Si on ne peut pas sortir avec un engin sans en être le propriétaire, c’est la catastrophe. Imaginons que ces policiers retirent les motos de 10 personnes dans le même cas, dans un même endroit. Nous savons tous ce qu’un mouvement de foule peut engendrer. Face à cela, les policiers armés peuvent être pris de cours et tirer. J’ai donc peur que les forces de l’ordre ne fassent une grosse bavure.Que la police essaie de faire cette même opération dans la journée. Ce sont les agents de liaison des services qui verront leurs activités s’arrêter. Conseil : attention au retour du boomerang !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 09:59, par olivier
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    INTERNAUTE 15 OB. Moi je comprends le bien fondé de ces vérifications si le noms du conducteur est different du nom figurant sur les papier de la moto, mais de la a embarquer les engins sans ^pouvoir dire aux interessé s’il devront payer une contravention, je dis que c’est de l’abus. Aucune lois n’interdit de circuler avec le bien d’autruis. Si ces controles se faisait a des heures tardives, on pourrait encore comprendre mais 21h30, c’est dis que c’est exagerer.

    Parexemple, je suis a ma 3ème moto. les deux premières motos sont maintenant utilisées par mes petites soeurs. Est ce cela qui est interdit désormais ou bien en pareille situation il ya des dispositions particulière que le proprietaire de l’engin doit prendre (reconnaissance, decharge, attestation ou je ne sais qoui) pour que l’engin ne soit pas retiré par la police ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 10:03
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Bravo à la Police Nationale et bon courage à vous dans votre sacerdoce. Seuls les délinquants peuvent être contre cette opération de contrôle. Quel miracle voulez-vous que la Police fasse pour retrouver vos engins volés ? Vous avez le soutien du vrai peuple. Avancez.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 11:39
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    A tout ceux qui s’agitent contre la police.sachez que la police a le droit de garder toute personne quelle juge suspecte pour necessité d’enquête même si vous avez tout vos documents sur vous.la police n’a besoin qu’il ait infraction avant d’interpeller.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 11:59, par clement
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Internaute 26, tu vois, ici il s’agit d’un débat citoyen sur un sujet d’intérêt général. Toi tu ne trouves rien à dire que d’insulter ceux qui on point de vue contraire au tien. Personnellement, je ne mettrai pas à ton niveau ; c’est tout de même révélateur de quel genre de citoyen tu es en traitant ceux qui ne pensent pas comme toi de la sorte.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 12:34, par balbi
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Merci à la police pour ce travail abattu, mais faite attention car la troisième insurrection serait sur vous si vous inventez des lois.
    Moi et ma femme avons payer une voiture et une moto (la moto au nom de Mme et la voiture à mon nom) et les utilisé de façon alternée et libre

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 13:47
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Bon travail de la part de la police nationale. Mon ami et promo Lazare et ses troupes semblent s’être bien réveillés pour occuper le terrain et faire du bon boulot. Bravo. Mais il va falloir aussi combattre la corruption dans vos rangs et ce sera encore mieux. Beh, aussi pour donner le bon exemple. Moi, je trouve bien fondé ces vérifications. Cela permettra aussi de débusquer des voleurs et des recéleurs. Maintenant, c’est aux autorités de régler le problème des noms figurant sur les papiers des engins en indiquant la conduite à tenir pour rassurer les gens.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 15:15, par Indigné
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Donc pour la police, les voleurs et les suspects circulent sans papiers, sans phares et même et quand les engins ont des papiers, ils portent les noms d’autrui ? Depuis quand circuler avec l’engin de sa maman, de son frère, de sa femme, de son mari est un délit au Burkina ? Si c’est ça lutter contre l’insécurité, je préfère les kolgwéogo ! Pendant qu’on tirait à la gare de l’Est, tous les policiers et gendarmes étaient terrés dans leurs casernes.... Tous les hauts faits de guerre de nos sécurocrates se résumeront à de nombreux parking de motos et de véhicules usagés. Pauvre de nous !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 15:33, par Joe Joe
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    #Si la police veut du travail qu’elle ailles le faire au nord

    Un peu de quand même s’il vous plaît qu’elle loi interdit de rouler moto d’autrui,. Être sans papiers est bien une infraction mais pas cas là. Si la police veut du boulot qu’ils le fassent contre les terroristes au nord, les citoyens les respecteront davantage que de se e rabattre sur eux. L’insécurité c’est que dans les motos selon Simon apparemment, réveillée le svp, le costume de maire faites le lui changer. Quel gâchis que dutiliser notre énergie à parler de choses inutiles, convertissons les en agriculture pour faire évoluer le pays mais pas en passant le temps à raquetter la population a ce point. Tonton à acheté une moto pour moi, c’est une infraction ça ?!

    # l’on reconnaît le bon maçon au pied du mur, celui ci a ses fondations en sable...

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 16:12, par filsdupaysan
    En réponse à : Lutte contre l’insécurité : Face aux sans-papiers, la police nationale continue de bander ses muscles

    Je reconnais maintenant qu’il ya des policiers capables d’agir. Une initiative à saluer et à encourager.
    Il faut maintenant commencer à réclamer le permis pour les conducteurs des tricycles, les motos dites grosses cylindrées, vous verrez que vous avez reduit plus les accidents et éduqué la population.
    N’oubliez pas aussi les installations anarchiques, des commerces dans des zones non indiquées, on vous attend.
    Bravo, vous faites un bon boulot.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés