Médecine vétérinaire : Une convention en marge des travaux

lundi 5 septembre 2016 à 23h55min

Les rideaux sont tombés sur la 45eme session ordinaire de conseil d’administration de l’Ecole inter-Etats des sciences et médecine vétérinaires (EISMV) de Dakar. La cérémonie de clôture a eu lieu ce lundi 05 septembre à Ouagadougou et a été présidée par Filiga Michel Sawadogo, ministre de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Médecine vétérinaire : Une convention en marge des travaux

La cérémonie de clôture de la session ordinaire du conseil d’administration de l’école inter-états des sciences et médecine vétérinaires a encore drainé du monde en cette matinée du lundi 5 septembre 2016. En effet comme à l’ouverture de cette session, la présente cérémonie a connu la participation de plusieurs personnalités venues de divers horizons.

Durant ces deux jours de travaux, des experts ont travaillé sur tous les dossiers qui ont été soumis au conseil des ministres. La 44eme session qui s’est tenue à Brazzaville avait permis de faire des recommandations pour un meilleur fonctionnement de l’EIMSV. Les travaux avaient notamment insisté sur la sensibilisation des Etats membres en vue de recouvrement des arriérés des contributions et des frais de scolarité dus à l’institution. De l’avis de Bruno Jean Richard Itoua, président du conseil d’administration de l’EISMV, les travaux de cette 45eme session doivent être l’occasion d’aborder en profondeur la réflexion en vue de l’élaboration d’une véritable stratégie pouvant permettre de bâtir un avenir serein fondé sur un modèle académique, pédagogique, social, économique stable et équilibré. « Les propositions que vous avez formulées représentent une véritable lanterne pour éclairer la voie de notre institution et, lui permettre de contribuer plus efficacement à l’effort de développement des pays membres » a-t-il ajouté.

En effet, l’urbanisation des populations met de plus en plus en exergue les avantages sociaux générés par les animaux. C’est dans ce contexte que les vétérinaires sont aussi incontournables pour réguler les risques et les opportunités qui découlent de cette évolution tout en jouant leur rôle de médecin de l’animal. Par ailleurs l’émergence des risques sanitaires liés à la globalisation et aux changements climatiques nécessite plus que jamais des gestionnaires du risque au niveau international, régional, et national.
Pour le directeur général de l’EISMV, Pr.Yalacé Kaboré ces travaux ont permis aux experts de faire des propositions concrètes qui favoriseront un bon fonctionnement de l’institution.

En marge de la présente cérémonie une convention de coopération a été signée entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de la république de Cote d’Ivoire, ainsi que le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation et le Ministère de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation du Burkina Faso.

Cette convention d’accord permettra à l’institut national polytechnique Houphouët Boigny (INPH) de côte d’Ivoire d’accueillir cinquante (50) étudiants burkinabè dans les filières techniques et technologiques pour combler ainsi le déficit en enseignants. Cette convention permettra également d’accueillir 15 étudiants en prépa pour les grandes écoles et 5 étudiants à former comme ingénieurs en 5 ans. Ce qui revient à dire que c’est un total de 70 étudiants qui bénéficieront de la bourse nationale et de soutiens divers. Par ailleurs l’Institut national polytechnique Houphouët Boigny accompagnera l’Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki Zerbo pour ouvrir en son sein des filières prépa.

Rappelons que l’EISMV est un établissement public régional d’enseignement supérieur et de formation professionnelle vétérinaires. Elle jouit des privilèges et immunités diplomatiques accordés par le gouvernement du Sénégal et regroupe aujourd’hui 15 Etats membres d’Afrique de l’ouest, du centre etde l’Est. Son objectif de développement est d’appuyer les états pour faire du secteur de l’élevage et des ressources halieutiques, ainsi que leurs industries, un moteur puissant garantissant la croissance économique, la souveraineté alimentaire, tout en préservant la sécurité sanitaire et l’adaptation au changement climatiques.

Angeline TOE (stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés