Hôpital pédiatrique Charles de Gaulle : Les femmes de COTECNA solidaires des enfants malades

mardi 30 août 2016 à 18h10min

Des femmes de COTECNA ont laissé parler leur cœur. Elles ont apporté leur soutien aux enfants malades de l’hôpital pédiatrique Charles de Gaulle de Ouagadougou, le samedi 27 août 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Hôpital pédiatrique Charles de Gaulle : Les femmes de COTECNA solidaires des enfants malades

Pour avoir déjà séjourné, pour la plupart, dans les locaux de l’hôpital pédiatrique Charles de Gaulle, les femmes de COTECNA ne sont pas restées indifférentes aux souffrances des malades. Elles sont allées remettre aux parents des enfants des lots de produits d’hygiène et une somme d’argent.

« Au regard des difficultés vécues par les malades de cet hôpital, nous avons jugé nécessaire de leur apporter notre modeste soutien », a justifié la porte-parole, Satifatou YABRE. Les visiteuses du jour ont également reconnu les efforts déployés par le personnel soignant afin de redonner le sourire aux enfants et à leurs familles. C’est pourquoi, elles ont tenu à féliciter les hommes en blouse blanche de cet hôpital.

Malgré la fine pluie propre au mois d’août, les femmes de la société ont été fortement représentées pour manifester cet amour maternel aux enfants internés. Elles ont fait le tour des chambres des malades pour leur adresser, de vive voix, leur solidarité.

Un passage qui restera gravé dans les mémoires des parents des bambins qui n’ont pas caché leur joie.

Le directeur des ressources humaines de l’hôpital, Innocent BALIMA, s’est dit également touché par la démarche des femmes de COTECNA qui, pour lui, sera réconfortante pour les parents. Il a souhaité que ce bel exemple soit suivi par les Burkinabè. C’est aussi l’avis de Rose BARRY, la responsable du service social de l’hôpital pédiatrique. Selon elle, les malades ont toujours besoin de soutien, qu’il soit moral, psychologique ou financier. « L’hôpital est notre maison commune. On ne sait pas quand est ce qu’on y entre ni quand on y sort », a-t-elle ajouté.

A l’avenir, les femmes de COTECNA comptent multiplier ces actions de solidarité, mais entendent s’organiser en association. Cela leur permettra de mieux agir dans le cadre de leurs activités extra-professionnelles.

COTECNA à laquelle ces femmes appartiennent est une société de droit suisse fondée en 1974 par Elie George MASSEY, dont le siège se trouve à Genève. La société est une référence mondiale dans le domaine de l’inspection, de l’analyse et la certification commerciale et propose des services pour améliorer, sécuriser et faciliter les échanges commerciaux. Elle est présente au Burkina Faso depuis 2004 et a comme directeur général, depuis octobre 2011, Désiré KAM. COTECNA est mandatée par l’Etat burkinabè pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme de vérification des importations (PVI).

A travers son réseau mondial, la société assure l’inspection avant l’embarquement, en transit ou à destination des marchandises qui rentrent dans le périmètre du Programme. Son travail consiste à apporter une assistance technique à l’administration des douanes dans le cadre de la mobilisation et de la sécurisation des recettes douanières en luttant contre la fraude.

Cellule communication de COTECNA

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés