Etudiants Burkinabè à Bordeaux : Bientôt un week-end pour que « les cultures s’embrassent »

mardi 30 août 2016 à 23h26min

L’association des étudiants et sympathisants de Bordeaux en France organise une activité dénommée « un weekend quand les cultures s’embrassent ». Objectif, permettre un brassage culturel entre les différentes associations qui se trouvent à Bordeaux. Nous avons reçu la présidente de cette association pour en savoir davantage.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Etudiants Burkinabè à Bordeaux : Bientôt un week-end pour que « les cultures s’embrassent »

Lefaso.net : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Haoussétou TRAORÉ, étudiante en année de master et bientôt doctorante à l’université de Bordeaux, par ailleurs présidente de l’association des étudiants et sympathisants de Bordeaux (ASSESYB).

Lefaso.net : Présentez-nous un peu votre association

L’ASSESYB est une association d’étudiants et est ouverte aux autres composantes de la communauté burkinabè et d’autres communautés qui sont présentes sur le campus de Bordeaux ou de Pessac plus précisément. Cette association a vu le jour le 18 janvier 2003, conçue par les étudiants et pour les étudiants afin de faciliter l’intégration des étudiants burkinabè en France.

Lefaso.net : Pourquoi une telle dénomination ?

Nous avons choisi la forme associative parce que c’est la liberté d’association, qui est la plus propice pour mettre en commun les différentes activités susceptibles de réunir les étudiants à bordeaux. Cette dénomination traduit parfaitement l’idée des fondateurs de l’association des étudiants burkinabè et des sympathisants. Nous ne nous sommes pas contentés de nous cloisonner entre étudiants. Pour être plus brève, c’est se réunir pour être plus forts et être capables de s’ouvrir au monde par la même occasion pour être « culturellement » plus riches.

Lefaso.net : Quel est l’objectif majeur de cette association ?

L’ASSEYB a pour objet la promotion et le rayonnement de la culture burkinabé en France, la défense des intérêts matériels et moraux de ses membres. Et suivant le fil de l’association telle que je l’ai trouvée, je peux dire que l’objectif ultime de l’association c’est d’abord de faciliter l’intégration même des étudiants. Pour les nouveaux étudiants, c’est une étape très importante de trouver une fois sur place des gens qui puissent les aider. L’idée est partie de là, c’est-à-dire pouvoir réserver un accueil plus ou moins convivial ou familial a ces nouveaux étudiants. Ce que les gens ignorent, c’est que quand vous arrivez dans ces pays, les procédures administratives sont très denses. Que ce soit l’inscription à l’université, ou même dans la vie active, les procédures pour les logements demandent beaucoup d’énergie et d’informations.

Lefaso.net : Combien de membres compte l’association ?

L’association compte environ cent vingt (120) membres. Mais souvent cela peut fluctuer, puisque souvent il y a des étudiants qui rejoignent le bercail, d’autres arrivent, donc nous avons souvent des problèmes pour recenser tout le monde.

Lefaso.net : Comment faire pour adhérer à cette association ?

Nous avons une page Facebook, donc pour un étudiant qui veut adhérer à l’association, il suffit juste d’envoyer une invitation sur la page. Nous organisons aussi des activités d’accueil pour les nouveaux venus. Côté financier nous demandons une cotisation annuelle de 15 euro par membre.

Lefaso.net : Vous prévoyez organiser un événement dénommé « un weekend, quand les cultures s’embrassent » dans les jours à venir, quelles sont les activités prévues à cet effet ?

Pour une première, nous prévoyons associer les travailleurs burkinabè dont l’association est dénommée LABA (association des Burkinabè d’aquitaine). Pour cette occasion qui est une première comme je l’ai dit, mais qui n’est pas une première en tant qu’activité culturelle, parce qu’il y a eu des activités précédentes, nos aînés ont déjà effectué un certain nombre de travail. Nous nous inscrivons dans cette logique tout en créant aussi notre marque de fabrique qui est le « weekend quand les cultures s’embrassent ». Nous ne voulons pas nous camper uniquement à la culture burkinabè, mais ce qu’on souhaite c’est de réunir toutes les cultures pour favoriser le brassage culturel sur le campus de Pessac.

Cette activité se tiendra sur un weekend et les activités qui sont incluses dans le cadre de l’évènement sont au nombre de quatre. Nous débuterons l’activité le 1er octobre par une compétition sportive, ensuite une conférence débat sur le thème de la diversité culturelle (les enjeux de cette diversité dans ce monde contemporain que nous connaissons avec tous ces problèmes,) ; une exposition photo sur le thème également de la diversité ( mais plus axée sur la culture burkinabè comme la faune, la flore, l’artisanat que nous voulons faire découvrir à cette communauté), un défilé de mode animé par des stylistes burkinabè, notamment l’association des créateurs burkinabè à Bordeaux. Il est prévu également une grande kermesse animée par les différentes associations (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal), enfin un concert et un diner gala.

Lefaso.net : Es-ce-que vous avez l’Appui de l’ambassade du Burkina Faso en France pour cette activité ?

Pour cette activité, j’ai approché personnellement l’Ambassade, j’ai soumis mon projet à la conseillère culturelle, j’ai joint également une lettre de demande de soutien au chargé d’affaire, malheureusement je n’ai pas reçu une réponse favorable. Donc finalement nous n’avons pas le soutien de l’Ambassade en tant que tel, peut-être qu’on pourrait dire que c’est un soutien moral, mais aucun accompagnement direct n’a été accordé par l’ambassade.

Lefaso.net : Quelles sont les actions que vous menez en vue d’une bonne visibilité de cet événement ?

Je profite avant la fin de l’entretien pour dire un grand merci à M. Paré, parce que pour la petite histoire, je l’ai rencontré lorsque je suis allée à l’Ambassade pour déposer la demande de projet. Cela n’a pas marché du côté de l’Ambassade, mais je me réjouis aujourd’hui car cela m’a permis de rencontrer ce dernier et de lui soumettre mon projet. Quand le projet a été finalisé, je l’ai recontacté et il n’a pas hésité à nous apporter son soutien.

Nous multiplions nos présences sur Facebook, l’intermédiaire des mails (Yahoo, Gmail) des medias sur place, radio campus de bordeaux notamment, entre nous de bouche à oreille. Au niveau du campus, nous avons des structures qui nous accompagnent notamment les cités universitaires, pour faire passer le message.

Lefaso.net : Un dernier mot, un appel à lancer à vos partenaires ?

Nous remercions nos partenaires notamment l’université de Bordeaux, Lefaso.net, Coris Bank. Le fait d’avoir cru en cet événement est un point fort pour nous, et nous permet de nous mettre au travail tous les jours et de donner vie à ce projet qui nous tient à cœur. Tous les remerciements de tous les membres de l’association vont à l’adresse de ces partenaires qui nous ont accompagnés dès le début et j’espère qu’ils continueront de soutenir les activités de l’ASSESYB aujourd’hui, demain et dans les jours à venir !

Propos recueillis par Angeline TOE (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés