Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

mardi 30 août 2016 à 23h34min

A la suite de l’avènement de l’insurrection populaire d’octobre 2014, il fut l’un des « rédacteurs en chef » de la charte de la transition. Après avoir refusé d’entrer au gouvernement, il accepte de diriger l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat. Reçu à l’émission « Sur la brèche » de la RTB, le 28 aout 2016, le contrôleur général de ASCE-LC, Dr Luc Marius Ibriga, a confié avoir transmis la quasi-totalité des rapports d’audit de la transition aussi bien à la présidence du Faso qu’à l’Assemblée nationale. Seul le rapport sur la Présidence du Faso n’est pas encore arrivé sur la table du président du parlement. Il a répondu également à ceux qui lui prêtent l’intention de protéger « ses amis de la transition ».

Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

Le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, serait fâché contre le contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibirga. C’est l’information rapportée par notre confrère Courrier confidentiel, un bimensuel d’enquêtes. Les raisons de cette colère, c’est que le patron du parlement attendrait toujours les rapports d’audit de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) sur la gestion de la transition pour actionner la haute cour de justice et éventuellement mettre en accusation les dignitaires indélicats du gouvernement de la transition.

Réponse du contrôleur général dans l’émission « Sur la brèche » de la télévision nationale : « Je ne sais pas si c’est vrai ou pas, j’ai lu aussi l’information comme vous. Je suppose que si c’est le cas, le président Diallo allait prendre son téléphone, m’appeler et me dire Ibriga, j’attends, comme il aime à le faire quand il veut quelque chose ».

Le rapport d’audit de la Présidence du Faso sur la table du parlement en début septembre

Ensuite, Luc Marius Ibriga d’expliquer que tous les rapports d’audit des différents ministères ont déjà été acheminés au niveau de l’Assemblée nationale. Bien entendu avec l’appui du parlement qui a consenti à offrir des rames de papiers pour la reproduction desdits documents. Le chef de l’Etat et le premier ministre ont aussi reçu ces rapports. Chaque ministre a également reçu le rapport concernant son département. Mais, le rapport d’audit de la présidence du Faso n’a pas encore été mis à la disposition du pouvoir législatif. Et voici les raisons avancées par le contrôleur général :

« L’audit de la présidence du Faso n’était pas encore achevé puisque dans la procédure, le rapport provisoire doit être envoyé à ceux qui sont incriminés pour qu’ils fassent leurs observations et ensuite nous prenons ou ne prenons pas en compte avant de finaliser. C’est le seul rapport qui, pour l’instant, n’a pas été encore mis à la disposition de l’Assemblée nationale. Mais ce rapport est fini tout juste au moment où les contrôleurs d’Etat allaient en congés et il a été envoyé au Président du Faso. Au retour des contrôleurs d’Etat en début septembre, le rapport sera envoyé au président de l’Assemblée nationale ».

Ibriga cherche-t-il à protéger ses amis de la transition ?

Certaines langues n’hésitent pas à prêter, au contrôleur général d’Etat, l’intention de garder les rapports d’audit par devers lui, pour protéger ses « amis de la transition ». Dans son franc-parler, Ibriga dit avoir appris ces rumeurs. « L’ASCE a pour but de constater des faits. Nous avons constaté qu’il y a des pratiques irrégulières et nous les avons mentionnées. J’entends certains dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition. Si c’était le cas, je dis qu’il fallait maquiller la chose avant qu’elle ne puisse sortir. Or, ce n’est pas possible et les rapports sont là, entre les mains du gouvernement, entre les mains du président du Faso. Je suppose que les députés, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, s’ils veulent ces rapports, ils peuvent les avoir. Donc, nous disons qu’il n’y a pas de gêne puisque la règle que nous avions nous-mêmes posée était que nous devons travailler comme dans un Etat de droit et dans un Etat de droit, celui qui n’est pas conforme à la règle doit être sanctionné. Nous avons constaté des faits, nous les mettons en évidence et il appartient, soit à l’autorité hiérarchique de prendre la sanction, soit au juge de prendre de sanctionner la personne », explique-t-il.

Mieux, c’est la transition elle-même qui avait demandé à être auditée à la fin de son « mandat », par une lettre du premier ministre de l’époque, Yacouba Isaac Zida, adressée à l’ASCE-LC.

L’ASCE-LC jouera sa partition, à la Haute cour de justice d’en faire autant

Les irrégularités constatées dans la gestion de la transition par l’ASCE-LC auraient occasionné la dissipation d’environ 1,7 milliards de francs CFA. Et les résultats de ces audits ne devraient pas rester dans les tiroirs. En tous les cas, l’ASCE-LC jouera pleinement sa partition, selon Dr Ibriga. Ne disposant pas de moyens de sanction, elle les transmettra au Procureur du Faso. « Systématiquement, tous les dossiers qui comportent des dissipations de biens de un million et plus, nous les transférons au Procureur du Faso, à charge pour lui de donner la qualification et d’incriminer ou d’inculper les personnes si cela a lieu d’être. Et donc, de ce point de vue, il y a des personnes qui sont passibles de justice classique, mais il y a d’autres qui relèvent de la haute cour de justice et en ce moment, ce n’est pas le juge du Procureur du Faso qui doit les mettre en examen, c’est l’Assemblée nationale ».

Sous la transition, plusieurs membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré avaient été mis en accusation par le Conseil national de la transition (CNT). Mais, « jusqu’à présent, la haute cour de justice n’a pas encore jugé un seul dossier », regrette Dr Ibriga. Qu’à cela ne tienne, son institution jouera le rôle qui est le sien, à savoir « mettre en évidence » les irrégularités qu’elle constate lors des contrôles. La Haute cour de justice se mettra-t-elle enfin en branle pour juger les cas de mauvaise gestion les plus flagrants ? L’exemple devrait venir d’en haut, si l’on veut réellement combattre le mal.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 août 2016 à 14:18, par LE PAUVRE En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    ET SI LES GENS RACONTENT DES MENSONGES SUR VOUS IL FAUT PUBLIER LE RAPPORT CAR C’EST AINSI LA DEMOCRATIE AU FASO. OUI LA DEMOCRATIE CE SONT LES RUMEURS DE LA RUE ET NON LES ANALYSES D’UN GRAND PENSEUR COMME VOUS MON PROFESSEUR. VOUS SAVIEZ QUAND ON ACCUSE ZIDA ET ON VEUT COOPERER AVEC LE MINISTRE DE LA JUSTICE RENE C’EST RIGOLO. COUPER LA TÊTE LA QUEUE DU SERPENT ET GARDER LA TÊTE C’EST GRAVE. HIER J’ETAIS ASSIS AVEC UN FOU QUI ME DISAIT QUE CE GOUVERNEMENT JOUE AVEC LES SENTIMENTS DES PEUPLES BURKINABE JUSTE PARCE QU’IL EST AU POUVOIR GRÂCE A ZIDA ET FAIT SEMBLANT DE VOULOIR POURSUIVRE CE DERNIER A LA JUSTICE ; ALORS SELON MON AMI FOU C’EST LA NUIT ET JOUR.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 14:41, par Bougathi En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    "Les irrégularités constatées dans la gestion de la transition par l’ASCE-LC auraient occasionné la dissipation d’environ 1,7 milliards de francs CFA."

    Mais pourquoi on dit que le Premier ministère seul sous Zida a dilapidé 86 milliards ? C’est des mensonges alors.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 15:40, par tenga En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    C’est bien parlé Pr Ibriga, nous attendons tous de voir si les dossiers seront jugés, dans quel ordre ils seront jugés, et gare aux politiciens s’ils essaient de trier des dossiers pour juger. Si #SalifDIALLO réclame les dossiers de la transition pour autres chose que pour la justice il nous trouvera sur son chemin, il n’ya pas de raison que les dossiers mis en accusation sous la transition ne soient pas jugés, mais ça il n’en parle pas et ce qui le préoccupe c’est la transition. Il s’acharne pour 1,7 milliards dissipés sous la transition alors que pour les mis en cause du régime Compaoré qui cumulent des milliers de milliards, l’Honorable #DIALLO ne semble pas s’en préoccuper. WAIT AND SEE !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 15:44, par leregard En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    C’est bon qu’il y ait un tel dispositif de contrôle indépendant. Mais, il ne faut pas qu’il serve à nuire aux adversaires comme ce fut le ca s avec le CDR et les TPR pendant la révolution. L’insurrection a permis de mettre en exergue ou de rappeler les causes du mécontentement des populations. L’audit des ministères sous Blaise dit toucher tous les ministères pendant les 27 années de règne du Président Blaise cela pour la none raison que plusieurs ministres de Blaise sont aujourd’hui soit dans le gouvernement soit dans des organes dirigeants. Ils ne peuvent pas appeler à juger la Transition sans avoir montré patte blanche. Ils doivent d’abord balayer devant leurs portes et montrer ainsi que les "nouvelles règles " ne visent pas certaines personnalités en particulier pour des raisons inavouées et voire inavouables car l’opinion populaire se retournerait contre les dirigeants actuels. je suis peut-être utopique, mais, j’ai un principe : l’exigence que j’attends d’autrui, je dois me l’appliquer et l’observe aussi

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 16:27, par nabayouga En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Pour ceux qui pensent a tort que IBRIGA veut protéger ses amis de la transition ,je leur dit ceci : avant de sanctionner la transition, sanctionnons d’abord la gabegie et le pouvoir autocratique de Blaise COMPAORE. On ne peut pas oublier certaines pratiques et sanctionner d’autres. A travers ces critiques transparait la compaorose .

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 16:46, par Bouba En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    ça fait rire ! combien de milliards l’ASCE peut découvrir d’irrégulier au ministère de l’Agriculture ou de l’Eau hydraulique géré par Salif Diallo ? Des milliards dissipés dans de grand projets qui n’ont rien donné : gomme arabique, hydraulique villageoise, barrages sur papiers... Allez monsieur de l’ASCE enquêter sur la gestion et la privatisation de la BIB et vous verez que Roch ne peut échapper à la justice. Même Guiro lui seul a été pris avec 2 millards. De plus, qui vous dit que les 1,7 milliards sont-ils à justifier par Zida seul ? Non. Pourquoi alors cet acharnement sur sa personne pour nous divertir ? Qui vous dit que rien n’a été trouvé chez Filiga ou Bagoro actuellement au gouvernement ? Il ne faut pas que ce pouvoir machiavévlique MAUDIT continue de nous prendre pour des cons. Voilà des gens qui devraient d’abord répondre à la justice avant de venir prétendre à la magistrature suprême ou au parlement et qui aujourd’hui n’ont rien dans la cervelle à proposer pour le développement du Burkina sinon endormir les consciences. Les crimes de sang attendent et Salif Diallo devra d’abord nous dire où il était le 15 octobre 2015 à 16h et qu’est-ce qu’il a fait, lui qui est allé chercher à son domicile Gabriel Tamini aujourd’hui inculpé

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 16:48, par hein hein En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Mais Mr IBRIGA, il faut éviter ‘’mouta- mouta’’. Si Salif DIALLO seul est fâché, ce n’est pas grave. Mais si le peuple insurgé se fâche. Ah là, il faut faire attention. Blaise COMPAORE en sait quelque chose. Parce que dans toutes ces affaires, c’est le peuple qui est toujours roulé dans la farine. Tous les grands dossiers de détournement sont chaque fois demeurés sans suite. Exemple : le dossier Guiro, les détournements du PM ZIDA sous la transition avec les dissipations répétées de ressources financières, le deal opéré par des diplomates en poste pour brader la résidence de l’Ambassadeur à New-York. Je ne parle même pas de tous les détournements opérés par le régime déchu durant ses 27 ans de règne. IBRIGA hééi hééii !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 17:03, par bark biiga En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Merci M. IBRIGA pour toutes ces reponses. je suis d avis qu on publie les rapports mais je pense en meme qu il faille donner du temps aux autorites de reagir sur ces rapports s ils ne l font pas en ce moment on pourra les publier pour discrediter l institution donc vous en avez la charge. N oubliez surtout pas de jeter un regard rapide sur ce qui se passe au MENA ca sent un peu mauvais surtout l histoire du carburant aux structures syndicales.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 17:09, par adaams En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Eh Eh vous voyez cette injustice et vos 27 ans de regne ? Si on fait un audit , je vous avoue que l’argent volé par RSS , si on parvenait à le recuperer et l’injecté dans l’economie du Burkina, on parviendrait à developper le pays sans dette exterieures. Certains ont feté leurs milliards dans ce pays pauvre et sont revenus au pouvoir. Ne trainons il faut vite chasser RSS

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 17:21, par Naboho Lassina En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    A quand ,l ouverture des dossiers dits de crimes économiques ou des milliards ont
    été détournés sous Blaise Compaoré ? Les caisses de l état en ont besoin.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 17:22, par Chapité En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Dans le cadre de la transition, en tant que membre d’OSC vous êtes venu comme Kafando, Zida et Cie qui ont rendu leur tablier il est temps de partir même si les avantages et autres lustres sont légion.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 17:28 En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Qu’est ce qui l’empeche de publier ces rapports ?
    Y a-il de version PDF de ses rapports, allez -y chercher et publier chaque fois que vous deposér.

    On comprend tout que le MPP est venu proteger les merdes du CDP ! On se connait dans ce pays. Tu tombe je tombe ! Et comme le disait un pharmacien , y a pas de pétites "querelles" !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 19:52, par sid En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Vraiment si on pouvait faire l’économie de ces rumeurs souvent folles, ça allait être une bonne chose. Des informations mal fondées qui frisent souvent la diffamation, même sur le net.C’est dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 20:40, par ka En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Quoi qu’on dise de la transition avec ses erreurs, l’histoire nous montre qu’elle a eu le mérite d’amener le Burkina a des élections apaisées et transparentes, et rien que pour ça, je la tire mon chapeau !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 21:13, par VIVE !!!KOGOLOWEOGO.com En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    ZEROME BOUGOUMA:3MILLIARDS ;ARTHUR KAFANDO:70millions ;ALAIN TRAORE:100millions ;COUMBA BOLY:3MILLIARDS et cela s’ajoute les milliers de parcelles détournées par les maires.au lieu de faire la vérité sur ses détournements ces les 1,7MILLIARDS de la transition on veut utiliser cor bouc emmissaire

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2016 à 21:33, par Tuantsi En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Lorsqu’on ne veut pas rendre les résultats d’un travail autant ne pas le faire. Mais dès lots que des moyens matériel et intellectuels ont été déployés par d’honnêtes compétences qui se sont échinés pour informer l’opinion publique et les autorités compétentes pour toutes fins utiles que ceux qui n’ont jamais rien à apporter au Peuple Burkinabè se taisent simplement.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 02:43 En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    A LIRE LES INTERNAUTES ON SE REND COMPTE QUE LES GENS SUIVENT DE PRÈS CE QUI SE PASSE DANS CE PAYS ET C EST BIEN. SINON COMMENT COMPRENDRE EFFECTIVEMENT QUE LES AUTORITÉS ACTUELLES #S ACHARNENT# SUR ZIDA ET ASSOCIÉES QUAND ON SAIT QUE SOUS BLAISE COMPAORE CERTAINS COMME SALIF A L AGRICULTURE NE RENDAIENT JAMAIS COMPTE DE LEUR GESTION. ALLONS MOLO MOLO OU MOUTA MOUTA SI VOUS LE VOULEZ SINON BEAUCOUP DE GENS SONT MOUILLÉES JUSQU’AU COU DANS CE PAYS LÀ

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 07:08, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    iniquité iniquité:Ibriga est tout simplement révolté par cette hypocrite exigence de justice a deux vitesse par qui l on sait:des voleurs certains de milliards pressés de voir juger d éventuels voleurs de millions(sans doute parce que ces derniers devalorisent "le noble" metier de grands voleurs,ca ne fait pas que rire !) et c est pourquoi il assène cette verité implaquable,je le cite :"sous la transition, plusieurs membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré avaient été mis en accusation par le Conseil national de la transition (CNT). Mais, « jusqu’à présent, la haute cour de justice n’a pas encore jugé un seul dossier », regrette Dr Ibriga. Qu’à cela ne tienne, son institution jouera le rôle qui est le sien, à savoir « mettre en évidence » les irrégularités qu’elle constate lors des contrôles. La Haute cour de justice se mettra-t-elle enfin en branle pour juger les cas de mauvaise gestion les plus flagrants ? L’exemple devrait venir d’en haut, si l’on veut réellement combattre le mal."heureusement qu on est au Burkina faso !

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 08:43, par lebourges En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    J’aime bien ce monsieur et j’apprécie le fait qu’il ait gardé sa même ligne directrice. Même si l’on se rend compte que les rapports ne restent que des rapports dans notre pays ... bref !
    Je pense que si l’on pouvait élargir les compétences de l’ASCE au contrôle de tout ce qui concerne aussi bien la gestion mais aussi et surtout la "recolte" de finance publique dans tous les domaines ou en tout cas la majorité ;l’état gagnerait plus d’argent. Des domaines comme les rapports entre sociétés privées et État( impots et autres). Loin de moi l’idée de dire que certains ne travaillent mais prenez les déclarations de capital de certaines grandes entreprises privées du Burkina ;de certains cabinets de recrutement et placements ; de certaines entreprises privées de presse même ... cà frise le ridicule.
    L’ASCE doit avoir plus de moyens ; plus de compétences ; et ses rapports doivent être transmis directement au procureur du Faso où au président de la haute cour de justice selon les cas sans avoir à passer nécessairement devant les pouvoirs politiques qui de toute façon sont toujours les premiers mis en cause.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 09:01, par anonyme En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Désolé mais Mr Ibriga ne semble pas impartial dans sa fonction de contrôleur général d’Etat . Ses rapports sont à la tête du client . Et ses contrôleurs viennent toujours avec des préjugés quand ils viennent en mission de contrôle . L ’ASCE - LC est devenue simplement un outil de règlement de comptes . C’est pourquoi pour un oui ou un non tout le monde crie audit par ci audit par là car pour l’opinion être contrôlé signifie déjà que vous êtes coupable d’office . Et malheureusement l’ ASCE - LC s’est laissée prendre à ce jeu . Du coup lorsque l’ASCE - LC ne trouve rien à reprocher à quelqu’un alors on dit que Ibriga veut protéger ses amis . Pr c’est vous même qui avez créé cette situation de doute sur vous . Pour un contrôleur général d’Etat vous parlez trop et cela avant les rapports définitifs de vos contrôles .

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 10:07 En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    MONSIEUR IBRIGA VOUS ETES D’ACCORD QU’IL FAUT PRESENTER D’ABORD LE RAPPORT AUX INTERESSES POUR QU’ILS CE JUSTIFIES AVANT DE LES INCRIMINER
    ALORS DITE MOI POURQUOI VOUS NE L’AVEZ PAS FAIT AVEC LES MINISTRES DU GOUVERNEMENT COMPAORE ? VOUS LES AVEZ MIS EN PRISON AVNT MEME DE COMMENCER VOTRE AUDITE. AUJOURD’HUI SOUDAINEMENT VOUS RAPPELEZ DES TEXTE ? COMMENT LA HAUTE COUR PEUX JUGER DES DOSSIERS QUI EST JUSTE BASE SUR LA VENGENCE, ET NON LEDROIT ? LA TRANSITION AVEC VOTRE BENEDICTION N’A FAIT QUE MENTIR AU PEUPLE EN FAISANT DE LA PUBLICITE MENSONGERE.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 10:48, par Hamadou Le REVENANT En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Burkina un ETAT DE DROIT mon œil !!! Mon Professeur vous avez fait votre BOULOT.
    RSS ont été artisans et développé la COMPAOROSE. L’arrogance et le Zele avec lesquels ils ont géré ce pays. Pensez-vous qu’ils vont vouloir la justice ? Surtout que les membres de la haute cour de Justice étaient leurs anciens alliés. On ne peut JUGER les ex associés ODPMT/CDP et croire que les ex associés du diable (RSS) ne soient pas des victimes collatéraux. Ils sont conscients de cela et ils ne voudront pas de justice dans ce pays. Ils se battent uniquement pour le pouvoirs et non sortir notre pays de la Pauvreté. "Wait and See" LE MACHIAVELISME aura de beaux jours dans notre BURKINA. Système RSS c’est LA COMPAOROSE SOUPLE avec la complicité et une dose de cynisme dilué de notre justice.
    LE REVENANT

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 10:49, par Hamadou Le REVENANT En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Burkina un ETAT DE DROIT mon œil !!! Mon Professeur vous avez fait votre BOULOT.
    RSS ont été artisans et développé la COMPAOROSE. L’arrogance et le Zele avec lesquels ils ont géré ce pays. Pensez-vous qu’ils vont vouloir la justice ? Surtout que les membres de la haute cour de Justice étaient leurs anciens alliés. On ne peut JUGER les ex associés ODPMT/CDP et croire que les ex associés du diable (RSS) ne soient pas des victimes collatéraux. Ils sont conscients de cela et ils ne voudront pas de justice dans ce pays. Ils se battent uniquement pour le pouvoirs et non sortir notre pays de la Pauvreté. "Wait and See" LE MACHIAVELISME aura de beaux jours dans notre BURKINA. Système RSS c’est LA COMPAOROSE SOUPLE avec la complicité et une dose de cynisme dilué de notre justice.
    LE REVENANT

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 10:59, par Pegd En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    C’est ça la méthode RSSS ! Des dossiers à juger par la haute cour existent mais ça vous intéresse pas ; ce qui vous intéresse c’est la transition et encore la transition. Voila pourquoi Zeph de continuer son combat parce que y’en a qui se croient plus malins dans ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 11:29, par GUEULARD En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Vous tous, j’ai l’impression que vous avez oublié qui est Salif DIALLO  ! Et je me permet de vous rappeler que le Salif DIALLO d’hier sous la Compaorose est exactement le même que sous Rock alias ’’mouta-mouta’’ ! Il tient à ce que Ibriga lui file ce rapport afin qu’il regarde dedans pour 2 raisons :

    1ère raison : S’assurer que lorsque certaines questions vont passer devant les juges, que cela ne l’éclabousse pas par la suite si les juges creusent bien. N’oubliez surtout pas qu’il fut très puissant ministres plusieurs fois dans des ministères juteux sous la Compaorose ! Il veut protéger sa tête. Si dans ce rapport, il y a des passages qui pourraient l’éclabousser par suite d’un creusage profond d’un juge téméraire, alors il s’arrange pour faire disparaitre tous ces passages du rapport. Voilà pourquoi il tient tant à ce rapport sinon est-il juge ? Ce rapport doit aller directement sur la table du juge ! N’oubliez pas que Salif DIALLO a récemment attaqué la justice et que les juges ont adressé une lettre ouverte à cet effet au président du Faso. Il a donc très peur de se retrouver devant eux car il recevra un gros coup de massue qui va le tranquilliser pour longtemps !

    2ème raison : En même temps que Salif DIALLO va chercher à faire disparaitre tous les passages susceptibles de l’éclabousser éventuellement, il va s’en saisir de tous ceux qui pourront être utilisés par lui pour nuire à ses adversaires politiques et à les museler d’ici les présidentielles de 2020 !

    Voilà le projet de Salif DIALLO et on ne doit pas le laisser parvenir à ses fins cette fois !!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 11:40, par kiemmok En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Vous connaissez mal Salifou DIALLO ! Il veut connaître le contenu de chaque dossier pour pouvoir dire un jour à x, fait ceci pour moi et si x dit non, il lui dira ok j’ai ton dossier, si tu fais pas, je le met sur la table. Voilà sa stratégie. Ibriga, un Conseil, publie les rapport.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 11:42, par Sidbéwendé Zoungrana En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Ce n’est qu’une question de "procédures administratives" dans le/les cas de contrôles financiers. S’énerver, je dirai de son Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée qu’il n’y a pas de quoi s’en faire. Tôt ou tard, il détiendra de par devers lui, le document. Même s’il a la crainte que des "biffages" ne se fassent sur certains dossiers, ou que, des dossiers gênants pour lui n’y soient mentionnés, je pense qu’il ne sera possible à "personne" de modifier quoique ce soit dans ce dossier, les éléments composant le fond du dit dossier pouvant et devant être disponible pour des consultations à satisfaction. Tous le monde connait Mr. Ibriga pour sa probité et sa technicité. Pour ce faire, comme il l’a dit, si chercher à couvrir qui que ce soit était de son intention, le premier jeu (celui déjà adressé au P.F.) ne serait pas déjà sorrti et transmis. Vamos calmos dirons-nous. Maintenant que les choses sont à ce stade, plus d’inquiétudes. Allons seulement. Cependant, il conviendrait pour Son Excellence, de se soucier davantage pour les audits réclamés à grands cris sur les Gestions avant Transition qui peinent à commencer et qui contrairement à ce qu’eux pensent, intéressent plus le peuple que celui de la Transition ; tout le monde ayant aujourd’hui la certitude que Zida et consorts ont mal géré les fonds du pays pendant leur présence à Kossyam. Il ne reste que les détails et précisions qu’on attend alors que pour l’autre, tout le monde se bat pour que rien ne se fasse. Pourquoi dirons-nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 11:49, par Le Conte En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    QUI DOIT AUDITER L’ASCE-LC ? LE CONTRÔLEUR CONTRÔLE QUOI ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 11:55, par Zereson En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Les apports sur les crimes de sang et crimes économiques des 27 ans de diner avec le diable, eux ils dorment tranquillement dans les tiroirs.Dans l’ordre chronologique on devrait commencer par là:SOFITEX, SONABHY, SONABEL......étaient gérés par les hommes de main des caciques du système Compaoré.Ou bien là bas tout est propre ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 13:05, par Karissa En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Vous voilà enfin au confessionnal !
    Tout péché, véniel ou cardinal,
    Doit être à mon oreille confié,
    Ainsi serez-vous délivré.

    On est bien d’accord, mon Père.
    Tenez d’abord votre bréviaire,
    Que me charge de vous remettre,
    Un bien malheureux catéchiste.

    Parlez donc moins fort !
    Pour absoudre vos torts,
    Pas besoin de tant crier.
    Dites une prière et partez !

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 15:29, par EBENEZER En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Au BF, souvent chacun raconte ce qu’il veut.
    Courage au professeur IBRIGA.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 16:16, par M.S. En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    L’intervention du Contrôleur général de l’ASCE-LC à l’émission « Sur la brèche » de la RTB le 28 aout 2016, reprise par lefaso.net, répond à une question que j’avais posée et lève du même coup, du moins en partie, une inquiétude que j’avais émise.
    En effet, à l’issue du conseil des ministres du mercredi 18 mai 2016, le gouvernement a tenu un point de presse au cours duquel une phase a retenu mon attention : "le Conseil a pris connaissance du rapport [de l’ASCE-LC] et attend la suite des procédures judiciaires qui seront entreprises par l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) » Dans un post, j’avais posé la question suivante et émis une inquiétude : "Qui est chargé d’engager une suite judiciaire suite au dépôt du rapport de l’ASCE-LC ?", car quand on attend que ce soit l’ASCE-LC qui engage la procédure judiciaire, il y a fort à craindre que ce rapport ne soit pas recouverte de poussière dans les tiroirs, comme bien d’autres avant.
    Cette sortie du Dr Ibriga a le mérite de clarifier les rôles, prérogatives et responsabilités, l’ASCE-LC ne disposant pas de moyens de sanction : « Systématiquement, tous les dossiers qui comportent des dissipations de biens de un million et plus, nous les transférons au Procureur du Faso, à charge pour lui de donner la qualification et d’incriminer ou d’inculper les personnes si cela a lieu d’être. Et donc, de ce point de vue, il y a des personnes qui sont passibles de justice classique, mais il y a d’autres qui relèvent de la haute cour de justice et en ce moment, ce n’est pas le juge du Procureur du Faso qui doit les mettre en examen, c’est l’Assemblée nationale ». Il y aura du travail ; anciens dossiers en instance et nouveaux dossiers. No comment ! Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 18:26 En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Le "GUELARD" Qui est Salifou Diallo ?
    A-t-il tué ton père ou ta mère ?
    Arrêtez un peu cette haine dont on ignore la cause, en dehors du fait qu’il a été l’un des principaux acteurs de la chute de COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 19:49, par zorome Daouda En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    SALIF A TUÉ L’ÉTUDIANT DABO BOUKARY

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2016 à 20:57, par Allez En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    C’est une question de temps, mais même si c’est à titre posthume, ces types là seront jugé. Pour Simon je ne sais pas , mais Rock et Salif n’ont jamais travaillé de leurs 10 doigts en dehors de la politique. ça c’est quel genre de personne qui nous gouvernent ? Reconnaissez qu’ils sont atypiques. 30 ans à s’accaparer du pouvoir d’État comme s’ils étaient les seuls Burkinabè à pouvoir gérer le pays alors qu’ils n’ont rien dans la cervelle à nous proposer, incapables même de former un gouvernement compétent. L’un d’entre eux est même allé arracher au forceps un numéro matricule à l’ENAM, alors qu’il n’y a jamais suivi ou donné un seul cours. c’est pire qu’un flagrant délit de fraude.

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2016 à 01:33 En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Celui qui répond au guépard est un moins que rien.

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2016 à 09:11, par GUEULARD En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Internaute 33, tu vois ? Je n’ai pas besoin de répondre à tes âneries ! Zoromé Daouda, l’internaute 34 t’a donné la réplique qu’il faut. Seulement je vais te dire que si Salif Diallo tue mon père ou ma mère, ce sera la fin pour lui aussi car je vais le tuer également ! Espèce d’abruti ! Tu sais ? Moi je te connais bien et je vais te donner des indices qui vont te prouver que je t’ai reconnu même si tu as préféré l’anonymat. Tu es un petit commis au secrétariat de Salif Diallo et tu ne jures que par lui, n’est-ce pas aussi que tu lui a rendu visite au Niger ? Je laisse comme ça pour une prochaine fois ! Espèce de petit taré et égoïste qui ne pense qu’à lui seul !

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2016 à 16:41 En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    Bien parle pr Ibriga. Pourquoi reclamer des dossiers a juger pendant la transition et oculter les detournements faits sous blaise ? On nous prend comme des betes mais salif diallo sevrait avoir le courage de mettre en accusation son ancien mentor et ses compagnons.

    Répondre à ce message

  • Le 2 septembre 2016 à 10:30, par SOME En réponse à : Luc Marius Ibriga : « J’entends dire que Ibriga ne veut pas donner les rapports pour protéger ses amis de la transition… »

    je connais la valeur de Ibriga : toutes vos insinuations ne sont que des tactiques ; justement parce que vous connaissez la rigueur, l’honneteté et l’intelligence de cet individu ; vous avez peur ! Quant à ceux qui se posent la question de la publication, vous savez bien que ca ne se passe pas ainsi : il y a une certaine procédure. L’action du gouvernement ne depend pas de la publication de rapport : nous attendons des actions...
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés