Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

jeudi 25 août 2016 à 23h50min

Comme annoncée, la rencontre du bureau politique national du PAREN s’est tenue dans la soirée de mercredi, 24 août 2016 au siège national sis au quartier Pissy de Ouagadougou. Ils étaient une vingtaine de participants au rendez-vous, dont Tahirou Barry et Carlos Toé, respectivement président et chargé des questions politiques du parti, les principaux mis en cause par le fondateur du parti, Pr Kilachu Laurent Bado.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

Il était 18 h 10, lorsque le président du PAREN, Tahirou Barry, est arrivé au siège national du parti, à bord de son véhicule personnel, seul au volant. Il est devancé de quelques minutes, par Carlos Toé, le ‘’belligérant’’ du fondateur du PAREN. La rencontre démarre et quelques retardataires continuent de hâter le pas pour rejoindre la salle. Ils sont une vingtaine de participants à la rencontre. Et selon des responsables sur place, le bureau politique national compte 25 membres. Cinq d’entre eux se seraient excusés, pour raisons de déplacements ou d’autres contraintes, apprend-on.

La réunion va durer environ 1h30 à l’issue de laquelle, le président, Tahirou Barry a confié qu’ « Il s’est agi d’une réunion d’information et d’analyse de la situation » ; sans autres détails. Puis, il lance avec sourire, « On reste serein et on attend », avant de quitter le siège, visiblement pressé pour d’autres instances.

Carlos Toé va un peu plus dans les détails. « La principale conclusion de cette rencontre est qu’on doit continuer à fonctionner conformément aux textes du parti. Notre seule boussole, ce sont les textes du parti, auxquels on doit toujours se référer », a-t-il souligné. Il poursuit en indiquant que le bureau politique a demandé à chacun des responsables de continuer à assumer ses missions, conformément aux textes qui régissent le parti. ‘’Il y a des textes qui encadrent nos actions. Tout ce que ce bureau a fait, c’est dans la dynamique de contribuer à assoir un véritable parti politique où les instances et organes assument leurs responsabilités conformément aux textes et au regard des enjeux du moment », a affirmé M. Toé, ajoutant que la rencontre a permis aux membres de l’instance de renouveler leur confiance au président (Tahirou Barry) et à toute son équipe exécutive.

Sur le contenu du mémorandum et les charges qui sont portées principalement sur lui et le président, Carlos Toé, a confié que la tendance globale a compris que c’est une « illusion de crise qu’on crée ». ‘’Mais on garde la sérénité. Les uns et les autres ont compris qu’on doit toujours continuer de respecter l’homme (Pr Bado, ndlr), parce qu’il a l’âge des père et mère de nombre d’entre nous. Il est mal indiqué de lui manquer du respect. Si ton père sort dans la place publique pour te vilipender, tu ne dois pas le faire à ton tour. Ce que tu dois plutôt faire, c’est toujours rester dans ta posture de fils et faire ce que ton devoir de fils te recommande’’, estime-t-il avant d’ajouter que de « l’analyse à froid », il ressort le fait que les critiques ne posent pas de problèmes organisationnels, ni de textes mais plutôt des questions d’humeurs, de frustrations personnelles.

Quid du comité de crise annoncé par Laurent Bado et du mandat du président ?

« On n’a pas été saisi et le bureau n’a pas été démis. C’est un congrès qui démet un bureau », répond Carlos Toé sur le comité annoncé par Pr Bado et qui devait être, selon ce dernier, constitué d’éléments des deux camps pour conduire les affaires jusqu’au prochain congrès.

Au sujet du mandat de l’équipe actuelle, M. Toé affirme qu’il court jusqu’en 2019. Ce qui vient contredire les propos de Laurent Bado selon lesquels, le mandat de Tahirou Barry a pris fin depuis juin 2015. En effet, explique Carlos Toé, le bureau a été renouvelé en janvier 2014 lors du Congrès à Bobo-Dioulasso. Tahirou Barry s’est donc vu reconduire, dit-il, à la tête de l’organe dirigeant par les congressistes jusqu’en 2019. Cette instance suprême (le Congrès), poursuit Carlos Toé, avait, à travers plusieurs ateliers, travaillé sur des volets relatifs à la vie du parti et à la vie nationale. Ainsi, les réflexions ont porté sur le PAREN face aux élections présidentielle et législatives, les réformes des textes fondamentaux du parti, l’auto-financement du parti et, enfin, sur l’actualité nationale (dominée à l’époque par les débats sur la modification de l’article 37) et la participation du parti au CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique au Burkina-Faso).

En clair, les textes du parti ont été relus au congrès de Bobo-Dioulasso et le récépissé y relatif a étédélivré le 07 avril 2014 (document à l’appui). Un congrès que Laurent Bado a qualifié de « clandestin » lors de sa conférence de presse le samedi 20 août dernier.

Pour Carlos Toé donc, le repère reste les textes fondamentaux du parti et le travail se poursuit conformément aux missions dévolues aux instances et aux responsables du parti à tous les niveaux.

Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Lire aussi :
- « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

- Crise au PAREN : Tahirou Barry consterné par des « accusations sans fondement »

- Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 août 2016 à 11:14, par Anna
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    On comprend maintenant le fond de la crise. Mon cher Bado Laurent, laisse tomber pour ne pas tomber dans le gouffre du ridicule, tes élèves politiques t’ont eu parce que tu étais gênant. C’est ça la politique. Merci oumar pour tes excellentes productions, je suis fanne.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 11:42, par yelmingaan blaan saa hien
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    "Pour Carlos Toé donc, le repère reste les textes fondamentaux ..."bien dit !et non ce fourre tout de "règles non écrites"

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 11:51, par Desire
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    C est clair comme eau de roche. Seuls les textes régissent les fonctionnements des partis. Aucun homme fut il père fondateur, rédempteur, president d, honneur dictateur et que sais je encore ne peut de nos jours s accaparer la gestion d, un parti politique. Cette periode est révolue à jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:13, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    ce soit disant professeur n’a jamais voulu que son élève le dépasse.Il ne pense jamais aux progénitures en dehors de ses enfants biologiques.Une intelligence qui ne sert à rien.M. Bado,revenait sur terre,vos élèves vous ont dépassé.Certains d’entre eux peuvent être correcteurs si on passait un concours pour être président du faso.Un état qui ne compte pas sur sa jeunesse est un état perdu.Vive mille fois la jeunesse burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:24, par le méssagé
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Je me demande si le Pr BADO n’a pas raison d’une part. Si le congrès de Bobo s’est tenu à son insu cela parait suspect. Les organisateurs d’un tel congrès n’ont-ils pas sciemment voulu écarter l’homme pour pouvoir assouvir leurs intérêts personnels ?. Quoique l’on dise, le Pr BADO a le mérite d’avoir céder son parti à la jeune génération. Il revient au président actuel et à la jeunesse du PAREN de respecter tous les aînés du parti, et à se départir de toute idée de personnification puisque le fondateur du parti ne l’a pas fait.
    Bon vent à ce parti, vivement que les cœurs s’apaisent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:26, par TANGA
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    A lire ce texte, on est éclairé sur le fait que le nommé TOE qui n’a pas sa langue dans sa poche est trop fougueux pour être à sa place. Son exemple sur un père qui vilipende son fils est une preuve de son insouciance et de sa volonté d’exploser le parti.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:29, par DAMOCLES
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Donc si je comprends bien désormais y a 2 PAREN au Burkina, quoi ? Avec la mal cause en sus... Eh allah massa !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:30, par olamissa777@yahoo.fr
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Bg up au bureau du parent et surtout TAHIROU et TOE. Vous me donnez enfin le courage de m’engager en politique. Nos vieux monstres politiques doivent être déclassés sans les manquer de respect. A tous les jeunes déjà engagés des autres partis, donner des attitudes semblables car la jeunesse cherche de tels gabarit de bonne facture que sont TAHIROU & TOE. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:31, par Mollo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    bonne réaction. j’espère que vous allez le suspendre du parti voire même le virer du parti plus tard. parce que le parti n’est pas sa chose privée.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:36, par sid
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Bel article. M. Toé, votre attitude depuis le début de la crise mérite respect et considération. En bon "fils," continuez à comprendre le Pr . Tout va finir par s’arranger. Que le tout Puissant vous accompagne. AMEN

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:36, par LeSage
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Carlos Toe avait declare "Le PAREN de Laurent Bado est mort. Vive le PAREN de Tahirou Barry"
    Comment sont-ils arrives a tuer le PAREN de Laurent Bado ?
    Les details sont dans cet entretient.

    1. Ils ont organise un congres clandestin du parti a BOBO (Sans Laurent Bado le Fondateur du parti)
    2. Ils ont revise les textes fondamentaux du parti pendant ce congres pour les tailler a la mesure de leurs ambitions personnels et pour pouvoir ecarter Bado.
    3. Ils ont demande et obtenu un nouveau recepisse du PAREN de Tahirou Barry.

    Dans les textes actuels du PAREN, Laurent Bado ne peut rien et il n’est rien. C’est une lecons pour ceux qui croyaient en l’aternance a la tete des partis politiques. Bado a ete naif et il l’a paye cher.

    Pauvre Bado

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:46, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Hum... Heureusement, la majorité des membres du bureau politique du PAREN sont restés lucides. C’est tout à leur honneur, comme c’est à l’honneur de Barry et Toé de ne bas rouler dans le boue avec leur "père". Espérons que les choses vont en rester là. Connaissant la fougue du Pr Laurent Bado, on peut en douter mais espérons qu’il sera bien inspiré et conseillé. Cet épisode a au moins le mérite de laisser trois leçons à l’analyse :

    1°) Le PAREN est un parti bien structuré où les organes fonctionnent. Les membres dirigeants ne sont plus de simples élèves et étudiants admiratifs de leur maître mais ont acquis la stature d’hommes et de femmes politiques. C’est réconfortant par les temps qui courent et pour l’avenir.

    2°) Un homme a été mis au devant de la scène à cette occasion, Carlos Miniwo Toé. Ce jeune homme de 40 ans qui jusque la faisait son bonhomme de chemin dans l’ombre a bénéficié et bien malgré lui d’une promotion médiatique que les meilleurs conseillers en communication n’auraient pas pu lui offrir, alors que le but était de le détruire. Aujourd’hui, non seulement tout le monde connait son nom, mais on sait qu’il est l’artisan du score honorable de Tahirou Barry à la présidentielle, et qu’il a derrière lui un long parcours de militantisme et de mobilisation, doublé d’un bagage académique respectable. Le PAREN peut craindre que d’autres partis essaient de le débaucher. Autant dire que d’ici 2020 c’est un potentiel député ou ministre. En fait il devrait dire merci à Laurent Bado pour ce coup de pouce supplémentaire à sa carrière politique, même si ce n’était pas l’objectif !.

    3°) La trame qui transparait de toute cette histoire, c’est que l’honorable professeur de droit à la retraite, fondateur du parti et député à l’assemblée nationale, semble vouloir prendre sa retraite politique. Mais tient envers et contre tout à choisir son successeur à l’assemblée, et ce n’est visiblement pas Carlos Toé son choix ! Car de toutes ses déclarations, c’est cette frustration qui revient en filigrane. Les attaques contre Carlos et contre Barry, le souhait de reprendre temporairement la direction du parti, tout cela apparait alors comme une façon de corriger cette situation, les éventuelles exclusions du parti permettant de refaire la liste des suppléants du Kadiogo et donc de placer encore qui on veut. Espérons qu’il la prenne vraiment cette retraite, il a combattu le bon combat et visiblement, il a de quoi être fier de la relève qu’il a formé. Ce serait dommage qu’il continue de se ridiculiser ainsi.

    Dans tous les cas, comme l’a dit Tahirou Barry, attendons... Dans le meilleur des cas, le retour à la paix sera consommé, sinon un congrès extraordinaire nous situera sur la suite de cette télénovela aux allures de tragédie grecque.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:50, par Princo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    j’ai l’impression que le prof Bado c’est fait avoir.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:57, par Tamou
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Messiers les arrivismes en politique, je m’en moque éperdument de tous ce que vous racontez, l’opinion publique et politique a critiqué le fait que Bado s’est baladé dans tout le pays avec Tahirou accroché à sa ceinture comme candidat aux élections présidentiel, qui a déjà fait ça au Burkina ???
    vous ne connaissez que voler les idées des uns et des autres sans aucune ambition !!! créer votre parti et laisser le Professeur tranquille. souvenez vous des bagarres au PAI et l’ADF-RDA ... tout ça s’est la pauvreté !!! dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 13:02, par Rouamba
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Le linge sale se lave en famille. Même si une partie de votre linge a déjà franchi le seuil de votre porte, veuillez a ce que le reste soit lavé entre vous. juguler votre crise avec sagesse car ça fait partie du cycle de vie des partis.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 13:20
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Sans blague, C’est un siege de parti comme ca, regardez les ordures et le mur crasseux. On imagine effectivement le desordre qui regne dans ce parti. Ils savent se designer président mais incapable de simplement gérer les ordures. Avec ca ils veulent gerer le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 13:27, par Hèrèmougou
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Soyons sérieux bonnes gens ! une seule personne peut-elle créer un parti politique ? Alors c’est absurde de dire que je suis le fondateur d’un parti. Un parti c’est une association et sa création obéit à des règles et conditions bien précises selon la loi N°064-2015 portant liberté d’association. Alors que le vieux, qui ne cesse de dire qu’il est intelligent nous laisse une fois pour tout.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 13:33
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    "Au jour d’aujourd’hui" je suis jeune mais je ne conçois pas le fait que le mot jeunesse soit brandi à tout vent comme une solution pour le développement du Burkina. Et si c’était le cas, ça ne sera pas le militantisme des jeunes dans les partis politique qui développera le Burkina. Mais ça sera plutôt leur capacité à entreprendre et à innover dans les domaine comme la technique, l’agropastoral. C’est de mettre leur intelligence au profit du développement en créant et transformant nos matière premières. Pour le cas du Burkina sa jeunesse scolarisée pour ne pas dire sa jeunesse intellectuelle ( pour moi être allé à l’école ou à l’université ne fait pas de quelqu’un un intellectuel) constitue plutôt une charge pour la masse populaire. Ils ne peuvent que se vanter de leur jeunesse comme si le fait d’être jeune inventait le développement. La vrai jeunesse produit de la richesse, et cette jeunesse se retrouve dans nos village dans le secteur informel mais pas cette jeunesse cloitrés dans les bureau à ne rien faire que de faire des TDR, des réunions à ne pas finir , des ateliers à tout vent afin de se faire des perdiem sans scrupule. La jeunesse scolarisé doit commencé à être utile à la nation d’abord avant. Quant à l’internaute qui dit que l’état doit compter sur sa jeunesse, à ce que je sache pour le recrutement dans la fonction public on ne recrute pas des vieux mais des jeunes. Pour ce qui concerne le parent c’est un problème de particulier, et qui n’engage pas l’état.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 13:35, par JG
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Les jeunes loups aux longs dents viennent de dévorer le vieux Bado. La manière est cynique.
    Le vieux a été floué.
    Pitié pour la jeunesse, tout ça pour le ventre.
    A qui le tour ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:01
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Good job à FASONET et merci encore pour ce reportage et courage. Les choses sont claires maintenant : BADO s’est fait avoir. Pooooopooooo !!!!!! Je respecte les hommes politiques

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:06, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    M.BadO,
    1-fondateur
    2-propriétaire
    3-député
    4-contrôleur
    5-professeur plus intelligent que tous les burkinabè
    Vous êtes vraiment un cumulard.C’est pour cette raison qu’à l’UO,les étudiants n’avancent pas avec de telles pratiques.Il veut tjrs être seul et meilleur.Honte à vous !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:20
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Il est bien que les partis fonctionnent conformément à leurs textes fondateurs et la démocratie doit s’exercer d’abord en leur sein. Dictateur au sein du parti, dictateur au niveau du pays lorsque le parti contrôle le pouvoir d’Etat. Si la crise du PAREN est résolue conformément à ses textes fondateurs, adoptés démocratiquement par le congrès c’est un excellent signe que ce parti nous envoie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:20
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Il est bien que les partis fonctionnent conformément à leurs textes fondateurs et la démocratie doit s’exercer d’abord en leur sein. Dictateur au sein du parti, dictateur au niveau du pays lorsque le parti contrôle le pouvoir d’Etat. Si la crise du PAREN est résolue conformément à ses textes fondateurs, adoptés démocratiquement par le congrès c’est un excellent signe que ce parti nous envoie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:29, par Vrai
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    "Quand on mange en vitesse, on vomit aussi en vitesse ! ! !"
    Wait and See ! ! !

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:40
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Tout ce que les deux camps disent c’est POLONTIK. Soyons sérieux et rendons nous compte que le destin de nos pays ne doit pas reposer en grande partie sur les partis politiques. Hors dans la gestion actuelle de nos États c’est le cas. Hier c’était l’UPC, aujourd’hui le PAREN et avant eux le MPP et le CDP. Après ce sera quel parti ? Il est temps de revoir dans le fond le partage des responsabilités dans la gestion de nos États. L’organisation politique traditionnelle bien exploitée pourrait nous fournir des trésors de gestion sereine de nos sociétés loin des querelles familiales des groupes organisés (partis).

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 14:54, par La vérité rougit l’oeil
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    C’est une gueguerre politique entre le jeune ambitieux Tahirou et le vieux démocrate Bado.
    Barry veut rester président à vie du PAREN (peut être même président du FASO) et il a face à lui un Bado qui n’a pas crée le parti pour le laisser vilipender par le premier venu. Mais bon entre temps, le Salif Diallo du PAREN (Carlos) a mis sa machine en marche en créant un PAREN de Barry, taillé sur mesure pour celui qui veut être le prochain Arba Diallo.

    Je comprends la gueguerre, Je comprends l’ambitieux Barry, Je comprends le père Bado qui veut proteger son bébé contre les vampires. Cependant ce que je trouve encore plus dommage c’est la rapacité de Barry qui se comporte en un petit Blaise. Le reveil va être douloureux jeune frère Barry, tu n’as pas intérêt à perdre ton parapluie Bado car les rapaces du MPP et du CDP vont profiter pour en finir avec toi. Tu as l’impression que tu es assez solide, mais grande risque d’être ta surprise, des anciens ministres on en compte à la Brouette au Burkina.

    Mais bon chacun fait ce qu’il sait faire le mieux, pour certain c’est être honnêté sauvage à outrance pour d’autre c’est être fourbe, rusé et roublard. Rira bien qui rira le dernier.

    Un conseil :Ambition d’accord,mais reconnaissance et prudence d’abord

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 15:02
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Les enfants vous êtes pressés. Mais allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 15:12
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    sI en France , Marine LEPEN a pu virer son propre père Jean Marie LEPEN du Front National, parti dont il fut le géniteur et le père fondateur, j’’’espère vous BARRY et les autres , vous allez prendre le devant pour éloigner définitivement le soit disant Prof BADO du PAREN

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 15:26, par JG
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    C’est la prophétie de BOGLO est en marche

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 15:41, par Doulgou Nicolas
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Laurent Bado, je savais qu’il allait bien perdre dans ce jeux. Il est très naïf en politique. J’espère qu’il a déjà compris. Le coup d’état est fait..... Barry reste. Carlos ne sera jamais expulsé comme il a souhaité.... S’il comprend qu’il a déjà perdu, il doit se retirer ou finalement il y aura deux parents..

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 15:48, par ka
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Depuis la sortie de Bado avec l’histoire de son parti dont il croit qui le PAREN est son portefeuille, ou sa marmite, c’est le moment que ces fondateurs des partis politiques de notre pays sachent qu’au 21e siècle ‘’’’soutenir un parti politique par une jeunesse averti comme le jeune Tahirou, ce n’est pas soutenir un individu, mais les actions concrètes et les bonnes actions que ce même parti entreprend par l’intermédiaire de son représentant.’’’ Pour la jeunesse de PAREN, le parti n’est pas la chose de son fondateur qui est Bado, mais a tous les membres et les sympathisants du parti. Même Bado peut être exclu de son parti. Bado se trompe en croyant que les jeunes sont au PAREN pour ses beaux yeux et non pour faire de la politique : Erreur ! Tous ceux qui lui disent qu’Is ne font pas de la politique, ou qu’ils ont adopté une attitude apolitique, veulent tromper le vieux Bado. La politique politicienne que font Tahirou et Toé au sein du parti, est l’art de duper le vieux qui se trouve dans ses rêves, et qui ne comprend plus rien à l’essence véritable du mot politique qu’emploient en 2016 la jeunesse. A mon avis, Bado avec son PAREN, comme Blaise Compaoré avec son CDP, ou même Salif Diallo avec le MPP, se croient encore comme dans le vieux temps avec des partis politiques uniques au pouvoir qui appliquaient la politique du camp des exploiteurs : Mais aujourd’hui les jeunes comme Toé ou Tahirou veulent appliqué la politique du camp des pauvres gens, des exploités, c’est-à-dire la justice sociale et la conduite des affaires de l’état pour le peuple, en un mot un parti politique pour le peuple et non pour un individu. Sans une politique juste dans un parti politique, son BNP, ne saura convaincre qui que ça soit de le porter au sommet des affaires de l’état. J’encourage toute la jeunesse Burkinabé à faire comprendre aux politicards, que soutenir un parti politique au 21e siècle n’est pas soutenir un individu comme Blaise Compaoré, Bado, Diallo ou autres, mais les bonnes actions du parti qui vont pour le peuple et l’émergence du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 15:48
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Encore une fois de plus excellente analyse de M. Sidpawalemdé Sebgo (internaute 12).
    Merci à vous. Je serais ravi d’échanger d’avantage avec vous (plutôt de profiter d’avantage de vos pertinentes analyses) sur l’actualité politique burkinabé (sidi.moct@yahoo.fr)

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 16:46, par AD VITAM AETERNAM
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    << Tahirou Barry, est arrivé au siège national du parti, à bord de son véhicule personnel, seul au volant >> je respecte ce monsieur pour son sens du patriotisme très élevé de la chose publique.
    Serait certains ministres qu’est qu’on allait pas voir : garde-du-corps, 4x4 etc..... respect Tahirou

    Un parti c’est comme un avion avec son équipage : Commandant de bord, co-pilote, mécanicien et hôtesses, sans un l’avion ne peut pas partir..
    Est ce que Pr Laurent BADO peut diriger le parti seul ? non même dans les textes. Il faut bureau de plusieurs membres. Je pense que ça fait longtemps que Pr BADO n’est plus à la tête de PAREN alors où est le problème ? il y a un nouveau commandant de bord.
    Si les nouveaux statuts ne prévois pas une fonction pour le Pr BADO qu’il aille se reposer, la vie du parti continue. C’est comme au BF sans Blaise la vie du Faso continue.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 17:08, par Le bon sens
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Bien mal acquis ne profite jamais

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 17:18, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Mes amis, soyons un peu sérieux dans nos commentaires.

    Le congrès d’un parti politique est une activité qui se déroule sur une période de 2 à 5 jours. Tous les responsables y compris locaux devant être présents, il réunit donc des centaines de personnes issus des 45 provinces qu’il faut prévenir longtemps à l’avance, déplacer, loger et nourrir (donc réserver à l’avance). Les réunions doivent se dérouler dans des salles pouvant accueillir ces centaines ou milliers de personnes, donc des lieux publics (réservés et loués à l’avance). L’activité est couverte par la presse (Télé, radio, journaux), qui doit donc être prévenue longtemps à l’avance et qui l’annonce dans ses publications.

    Tout cela pour dire qu’il est IMPOSSIBLE d’organiser un congrès "clandestinement" ! Rappelons par ailleurs que de nombreux cadres du PAREN sont toujours des parents directs, amis et protégés du Pr Laurent Bado, et qu’ils étaient au congrès de Bobo. Comment le professeur pourrait-il ignorer qu’il y a congrès de son parti ? Il dit d’ailleurs dans son mémorandum « il a organisé un congrès extraordinaire en janvier 2014 à Bobo avec quelques thuriféraires dont certains n’ont rien à voir avec cette instance du parti, soi-disant pour encourager et soutenir le nouveau chef de région des Hauts-Bassins (c’est ce qu’il était venu me dire quand je m’étais étonné d’un tel congrès et à Bobo !) » preuve qu’il a bel et bien été informé du congrès. Il l’a simplement boycotté ou s’est abstenu d’y aller pour des raisons propres à lui. Cela n’enlève rien à la légalité ou à la légitimité de ce congrès et à ses décisions.

    Par ailleurs, le congrès en question date de Janvier 2014, et ses conclusions, les textes modifiés, les compositions nominatives des nouveaux organes étaient donc disponibles depuis cette date. Pourquoi le Pr n’a-t-il pas contesté les nouveaux textes de Janvier 2014 jusqu’à ce jour, ni la réélection de Barry, ni celle de Carlos ?

    Rendons-nous à l’évidence, il y a problème depuis que le grand fondateur n’a pas pu choisir son suppléant comme il le voulait aux législatives de Février 2016. Cette frustration longtemps ruminée éclate aujourd’hui et est dirigée contre les auteurs du "crime de lèse-majesté", le président et "l’intrus" qui occupe ce poste de suppléant. Avant cet épisode, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Réveillez-vous mes amis, un parti politique ne se résume pas à une seule personne, fut-elle le fondateur !!!

    P.S. : Salif Diallo est le principal "penseur" et architecte du regroupement politique qui a donné naissance au CDP. Cela n’a pas empêché qu’il soit suspendu de ce parti pour "indiscipline", et qu’il en démissionne plus tard pour créer le MPP. Une fois que le "bébé" parti politique est né, il a une vie propre et ne vous appartient plus !

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 17:25, par Pauline Ouedraogo dite Lina
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    j abonde dans le meme sens que JG et bien d autres. Ils veulent couper l herbe sous les pieds du fondateur qui est tres honnete et direct. Argent ! quand tu nous tiens. Mais la justice se fera un jour parce que Tahirou n a pas tellement d idees ni d experiences comme Bado. Attendons d ecouter la version du professeur et on decouvrira ce qui a ete dit et conclu a la reunion. Certains sont nes avant la honte. Comment voulez vous evincer celui qui a fonde son parti, qui a tout assis, qui a bien voulu vous passer le flambeau et le seul remerciement c est de vouloir l aneantir. Cela me donne de la nausee. Pardon ! donnez nous une autre image de la jeunesse. Le document etait interne, qui l a rendu public, a quel dessein ? pour salir Laurent Bado ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 17:53, par Valea
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Dieu a exhaussé ma prière. J’avais dit au professeur Bado de faire SABARI pour ne pas mettre son parti à mort. Mon message a été entendu par le professeur. Dieu vous bénisses Professeur de m’avoir écouté.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 19:59
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    C’est avec un profond sentiment de tristesse que je li tan de réaction relative à cette crise au sein du Parent. Je ne suis pas un défenseur du professeur Bado, mais je penses vraiment à forme de trahison qui ne dit pas son nom. Quand on a lu et on a relu chaque partie, et quand on fait une bonne analyse de la situation on peut tout de suite donner raison a ceux la qui ne pense même pas a la jeunesse en la privant de toute forme d’alternance au sein de leur parti. Et moi étant jeune cela me fait mal de savoir une jeunesse se comporter de la sorte.Nous avons des valeurs, et nous devons les préserver. Qui ne se souviendrait pas de cette crise au sein du même parti qui a fini par entrainer M. Sango à la démission.
    Alors il sera souhaitable que la jeunesse fasse profile bas, et reconnaitre leur erreurs se faire pardonner et poursuivre leur mission.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 21:28
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Les gars prenez au serieux la reaction de linternaut16. Ce dernier a souligne des elements tres importants. En effet pour un parti qui se veut serieux, le cadre de travail devrait etre acceptable.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 02:46, par AD
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    "En clair, les textes du parti ont été relus au congrès de Bobo-Dioulasso et le récépissé y relatif a étédélivré le 07 avril 2014 (document à l’appui). Un congrès que Laurent Bado a qualifié de « clandestin » lors de sa conférence de presse le samedi 20 août dernier"

    Tahirou et Carlos, la manière d’obtention d’un second récépissé est purement du vol. Pourquoi avez-vous pas cherché un récépissé pour votre propre parti ?
    Vous vous êtes honnête vous aurez quitté le PAREN pour créer votre partie comme le MPP.
    Pour ce fait, Tahirou avec cet acte de vol, n’est plus digne de faire partir des responsables pour diriger notre cher pays, Burkina Faso.
    Carlos, tu ais un bandit de grand chemin. Si ton étude universitaire c’est pour des stratégie de vol de parties. Utiliser tes connaissances pour mieux faire. Créer et innover et non vole.
    Vraiment dommage pour notre continent Africain et le Burkina Faso en particulier.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 05:13, par gangobloh
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Le prof Bado a cru et il s’est lourdement trompé.on ne crée pas un parti en Afrique et y vouloir l’alternance à la tête . On a vu même des Sg de syndicat faire plus de 20 ans à la tête de leur structure et d’autre diriger alors qu’ils sont à la reteinte .Les présidents de façade on les a vus aussi . Combien de fondateurs de partis au Burkina ont cédé leur poste ??? Les partis en Afrique ce sont des fonds de commerce comme une entreprise le PDG reste le PDG . PF Bafo , tu t’es trompé.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 05:59, par Le Vigilant !
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Je demande à Barry ET Carlos de faire beaucoup attention car la politique au Faso c’est une affaire de course de fond ET d’expériences. Dans cette partie de bras de fer vous vous êtes octroyés le rôle de l’agneau et Bado celui du loup. A suivre l’évolution de cette affaire depuis les elections ou meme avant, votre coup était déjà monté contre le Doyen Bado. Exemple :
    1- La tenue du congrès de Bobo ( qui selon Bado ne pouvait pas mettre un organe en place ET meme, Bado n’était pas associé )
    2- le choix du Suppléant de Bado , le Fameux Carlos tres hostile à Bado)
    3- Les nominations au MINISTERE Barry en fait A sa tête sans consulter le Vieux
    4- La gestion du MINISTERE Cest le black out total, au point qu’il ya beaucoup de mécontentement dans ce MINISTERE .
    5- Le bilan financier des ELECTIONS na pas été fait au Doyen.
    Que Barry sache , que s’il est aujourd’hui ministre Cest grâce à Bado. Vouloir l’évincer rapidement serait une grosse erreur voir une bêtise des promoteurs de la nouvelle démocratie au sein du PAREN.
    Mr Barry j’ai honte à ta place de voir un tel état désastreux du siège de ton parti. Vous croyez que des touristes ne peuvent pas visiter le siège de ton parti ? Commence à balayer là-bas

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 07:47, par YABSORE
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    que ce Pr de BADO sache nombre de ses enseignements en droit ont été consignés en lois qui gouvernent aujourd’hui la vie politique et civile ici. est de ces lois la charte des partis. Or de cette dernière crise du PAREN, on retient que mon Pr, a agi encore une fois en profane sinon a mis en exergue son EGO. Les affaires PAI (TOURE#PHILLIPE) et PDP/PS de O.François KABORE portant sur la direction de Parti dans des circonstance semblables à ses critiques actuelles, devaient lui servir de jurisprudence .Les politiques ont toujours usé des subtilités juridiques pour avoir raison de leurs adversaires, mais tel ne semble pas être le cas avec mon Pr dans cette affaire ou il ressort l’idée selon laquelle le père a droit de vie ou de mort sur son fils. L’autorité parentale du PAREN qu’il dispose est de mettre ses enfants spirituels sur orbite de la vie politique et rester à distance comme de le père biologique de l’autre (suivez mon regard).
    Nous verrons si l’homme le plus intelligent, déjà roulé dans la farine des 30 millions, échappera à la rigueur de la loi . merci quand même au Professeur , car les crises sociales sont les laboratoires extra-muros des sciences humaines

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 08:05, par YABSORE
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Ainsi donc le Pr se positionne pour le rejet par la société et non pour regret

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 08:23, par vincy ego
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    A Ka et toutes ces vermines qui pilulent sur la toile pensant qu’ils ont le monopole de la mal cause.
    L’histoire retiendra que seul Bado est celui qui a promu l’alternance au sein de son parti. Malheureusement et on comprend qu’il s’est une fois de plus laissé abusé par les mêmes sinistres individus qui l’avaient déjà fait, rappelez-vous l’affaire des 30 millions. Bado est gênant et incontrôlable et il faut à tout prix l’abattre avant de mettre en route le funeste projet de modification de la constitution pour laquelle on a chasse Blaise du pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 12:01, par Truman
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    "Tahirou Barry, est arrivé au siège national du parti, à bord de son véhicule personnel, seul au volant." Détail très intéressant pour ceux-là qui confondent bien privé et bien public.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 12:32, par Dr Paulin SANFO
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Bonjour !
    Le Pr Laurent BADO a voulu faire exactement comme Nelson MANDELA. Il aurait cependant pu s’inspirer de ce qui se passe en Afrique du Sud au sein de l’ANC après le décès du père (pas le fondateur) éclaireur de ce parti. Les loups ne se manifestent pas quand le Lion se montre vigoureux. Après un niveau d’élévation, l’orgueilleux dévoile sa vraie personnalité. Je demande cependant au Pr BADO de rester calme si possible. 2019 est bientôt arrivé : que vont-ils faire clandestinement encore ? Que la jeunesse sache faire preuve de sagesse et de patience car ce que nous semons en mai, c’est ce que nous récolterons en octobre en abondance. Pourquoi pas avoir demandé pardon au Pr BADO plutôt que de lancer un défi ? Ce sont des Ministres et leur Président qui ont été obligés de quitter ce pays à midi à force d’orgueil, d’ingratitude et d’égoïsme ! Le Pr BADO parle beaucoup certes, mais c’est ce charisme qui a porté "ces gens" là où ils sont aujourd’hui.
    Béni soit le Burkina Faso qui mérite que sa jeunesse soit loyale, intègre et engagée sur la voie du développement durable par le travail de qualité !

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 13:40, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Vraiment les gens disent n’importe quoi dans leurs commentaires ! Quelques mises au point s’imposent :

    1°) Que vous soyez une association ou un parti politique, chaque fois que vous changez quelque chose dans vos statuts, votre siège social ou que vous changez les dirigeants, vous êtes obligé par la loi de transmettre à la l’organe chargé des libertés publiques vos nouvelles données et ils vous décernent un nouveau récépissé qui résume les dernières informations. C’est ce document qui fait foi pour contrôler votre fonctionnement, votre adresse quand on veut vous contacter, ou qui donne à vos dirigeants le mandat pour agir au nom du parti. Cela signifie que chaque fois que le PAREN a changé de président, ou de durée de mandat, il a eu un nouveau récépissé. Visiblement, certains pensent que c’est le récépissé d’un "nouveau" parti décerné à Tahirou Barry. Si Barry est démis, le MATDS donnera un nouveau récépissé à ceux qui représenteront le PAREN, c’est tout.

    Certains depuis le début de la crise (la même personne qui écrit anonymement ou en changeant de pseudo ?) viennent sur tous les forums diffuser deux informations qui sont fausses. La première est que la crise serait due au fait que Tahirou Barry a fini son mandat depuis 2015 et refuse de céder son poste. La seconde est que Carlos Toé et Tahirou Barry voudraient exclure le fondateur Laurent Bado de son propre parti, le PAREN. Ce sont deux contre vérités qui effectivement sont présentes en filigrane dans le mémorandum publié dans la presse mais qui ne correspondent à aucune réalité. Que peut-on en dire ?

    2°) Laurent Bado a volontairement quitté la tête du PAREN en 2006, se réservant le poste de "président d’honneur". Il a successivement accepté deux autres présidents de 2006 à 2010, dont aucun n’a terminé son mandat de 3 ans. C’est lui même qui a proposé en 2010 le passage du mandat à 5 ans avec possibilité de renouvellement. En cela, le congrès de Bobo de 2014 n’a rien changé. A moins donc de montrer que ce congrès n’était pas légal, Barry est bien réélu président pour cinq ans donc jusqu’en 2019. Rien cependant n’empêche un congrès extraordinaire de le démettre. Celui qui veut sa peau n’a qu’à faire convoquer ce congrès extraordinaire. On ne démets pas un président et tout son bureau par une conférence de presse, même si on est le fondateur ! Ici cependant, la mauvaise foi est manifeste car le même Laurent Bado aurait battu campagne pour Tahirou Barry en fin 2015 pour la présidentielle, sachant qu’il était illégitime car en fin de mandat depuis des mois ??? Absurde ! Même chose pour l’exclusion d’un militant, on dépose plainte contre lui au niveau des instances du parti et on fait prononcer son exclusion par ces instances.

    3°) A ce jour, PERSONNE n’a remis en cause Laurent Bado dans le PAREN, ni son titre de président d’honneur, ni son droit de regard, ni autre chose. Même une procédure de sanction pour ses injures, (qu’il mériterait pourtant) n’a pas été lancée. C’est lui qui estime qu’on ne lui "rends pas suffisamment compte". Et que le fait que les membres du bureau fassent leur travail, c’est à dire proposent des stratégies et des activités, constitue un "mépris" pour le fondateur, seul habilité à avoir des "idées" ! Et aussi que c’est à lui seul de choisir son suppléant à l’assemblée.

    Il n’ y a qu’a lire ceux qui estiment que Tahirou devrait consulter Bado pour les nominations au ministère de la culture pour savoir que le fondateur n’est pas le seul à tout confondre. A quel titre le fondateur du PAREN aurait-il son mot à dire dans un ministère ? Il n’a pas fondé le gouvernement du Burkina ! Les ministres viennent de plusieurs partis, mais prennent leurs instructions chez le premier ministre et le président du Faso, pas ailleurs !
    D’ailleurs, connaissant l’emploi du temps d’un ministre, et sachant que Barry le cumule avec celui de président de parti, comment quelqu’un peut-il vraiment croire qu’il doit chaque soir aller faire le résumé de ses activités et prendre des "instructions" chez quelqu’un, fut-il son mentor ? Croyez vous que tous les ministres MPP soient chaque jour chez Salif Diallo, président par intérim pour "rendre compte" ? C’est irréaliste et contraire à la démocratie et à la république.

    Peut être que finalement Laurent Bado pourra exclure Carlos Toé et Tahirou Barry de "son" parti, attendons de voir. Mais le minimum est qu’il respecte les formes, c’est à dire leur reprocher quelque chose avec des preuves et passer par le congrès ! Cette vision de "propriété" d’un parti par un individu est vraiment aux antipodes de la démocratie. Essayez donc de déposer un dossier pour avoir un récépissé de parti politique avec votre seul nom !

    sidpawalemde.sebgo@yahoo.fr

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 13:57, par insurgé
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Je suis tout à fait d’accord avec l’internaute 46, Truman, ce détail parmi tant d’autres du journaliste est très intéressant et montre bien que ce ministre, au-delà de sa carapace politique est un grand homme. Félicitations à lui. Quant à la crise à proprement dite, que Dieu vous donne une issue heureuse, heureuse pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 14:51, par Valeur
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    si pour Carlos les textes sont leur repère alors que les textes sont rédigés par Bado donc il peut reprendre ça chose.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 18:09, par Amadoum
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry : PAS SI VITE !

    En joignant le parti. est-ce que les conditions dictatoriales (en cas de crise, seul lui peut trancher ; tout le monde doit lui rendre compte, ...) que le professeur Bado a presentees ont ete contestees par les sieurs Barry et Toe. Ils savaient les conditions posees par le fondateur, ils ont joint le parti, et en milieu de jeu ont deigne vouloir change les regles.
    Monsieur Toe et encore en train de parler de l’age du professeur Bado, et a cela je dis M....!
    Le professeur Bado n’est pa votre pere et le parti n’est pas votre famille !
    Quand est-ce que nous allons arreter de confondre les choses. Il est bien vrai que du respect est du aux personnes agees, mais pour le leadership d’un parti ou de quelque organisation, il est grand temps que nous arretions de faire de l’age un critere plus important qu’il ne l’est. Les idees et la competence.

    Ceci doit servir de lecon a tous les jeunes qui veulent joindre ou former un parti politique : soyez sur que, malgre la hierarchie dans toute organisation, vous pouvez A TOUT MOMENT maintenir des relations d’egalite avec le "fondateur" et non celles de superieur a subordonne ; personne n’a le monploe des bonnes idees.. Tant que cette entente n’est pas etablie et claire des le depart, des duels du genre professeur Bado et les sieurs Barry/Toe existeront . N’avons-nous pas vecu les memes derives au niveau de l’UPC ?

    Bonne fin de semaine a tous !

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2016 à 09:04, par Danton
    En réponse à : Pathétique quand même...

    Haya ! Le parti des « warriors » est bien parti pour imploser. Scénario à la Gilbert vs Hermann. Le fûté Gilbert a utilisé « les textes »- carlos en parle avec profusion- pour éjecter l’autre, le réduisant à un « Mendiant larmoyant » qui défendait même l’indéfendable. Pauvre pays, qui a mal à ses « Politiciens » ventriloques à deux sous. Vive le Burkina Faso ! Danton.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2016 à 10:52, par YROS
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Je remercie les differents internautes pour leur reaction a propos de la crise qui secoue actuellement le PAREN. Moi mon analyse est tres simple ; quand Carlos parle de textes et que le bureau a ete renouvele en 2014. Je me pose la question suivante : Pourquoi cela ; le mandat du frere Barry prend fin en 2015 et vous vous le renouvelez en 2014. Il ya quelque chose qui cloche.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2016 à 13:27, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Internaute 53 YROS : Votre interrogation est pertinente, je me suis posée la même question. En fait c’est le fonctionnement même du PAREN qui est bizarre :

    1°) Le PAREN se créé en 1999, avec Laurent Bado pour président. La présidence dure 3 ans selon leurs propres textes. Effectivement, il est "réélu" président en 2002.
    2°) En 2006, Oumar Djiguemdé est "élu" président pour 3 ans. Ce qui signifie que le président Bado a excédé son mandat de quelques mois. Cependant, il est remplacé en 2008, donc avant la fin de son mandat par Jeanne Coulibaly.
    3°) Jeanne Coulibaly, "élue" pour 3 ans, sera remplacée au bout de 20 mois, sans que le fondateur daigne l’informer. Tahirou Barry devient président, et la durée du mandat est portée à 5 ans.
    Pour dire que le renouvellement de la présidence de Barry avant même la fin de son mandat précédent entre dans la "tradition" de ce parti de ne pas respecter la durée des mandats. Pourquoi font-ils comme ça ? Bonne question !

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2016 à 16:25
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    donc carlos voudrais dire par là que les texte vous autorisent à faire un congres du partis à l’insu du fondateur ? quel courage ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2016 à 16:33
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    carlos va mal causer jusqu’en 2019 alors.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2016 à 08:54, par gilles
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    Franchement que Bado arrete de mentir. Il était bien present au congrès de Bobo qui a l’occasion a investi Barry comme candidat à la présidentielle. On a tous vu ça a la télé.
    Aussi, le Paren n’est pas sur la liste des partis qui ne tiennent pas leurs instances publiée par le ministère des libertés publiques.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2016 à 18:02, par kbk
    En réponse à : Crise au PAREN : « On reste serein et on attend », déclare Tahirou Barry

    PAREN, 3è force politique nationale !
    Regardez l’état de l’entrée du siège du parti

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés