Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

mercredi 24 août 2016 à 01h06min

La Convention nationale des universitaires et experts associés (UEA) du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), tenue du 19 au 21 août 2016 à Ouagadougou sous le thème général « Pour une reconfiguration du système éducatif du Burkina Faso en phase avec les défis de son développement » a été sanctionnée par plusieurs recommandations adressées à la direction politique nationale du parti, parti au pouvoir. Pour les participants, il y a urgence à trouver solutions aux difficultés que vit le système éducatif national.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

« Inscription effective de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation comme priorité à travers la création d’un objectif spécifique dédié dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) », « mise en place d’un organe technique de finalisation d’un plan de financement et de mobilisation des ressources financières au profit de l’enseignement secondaire, supérieur et la recherche », « mise en œuvre des mécanismes de normalisation des années académiques tels que définis dans le cadre du Comité de concertation des établissements d’enseignement supérieur (CCEES) tenu les 08 et 09 juillet 2016 », « mise en place d’un dispositif de mutualisation des centres de formation professionnelle des différents départements ministériels pour accroître la capacité de formation du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA) et du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (MESSRI) » et « mise en place d’un comité de suivi-évaluation des conclusions de la convention nationale des UEA tenue 19, 20, 21 août 2016 ». Ce sont-là, les recommandations formulées par les universitaires et experts associés à la direction politique de leur parti, le MPP.

Pour Pr Filiga Michel Sawadogo (co-parrain), qui a présidé la cérémonie de clôture, l’espoir est permis, parce que ceux qui ont formulé ces recommandations s’engagent eux-mêmes à participer à leur mise en œuvre. De son avis, en tant qu’enseignants, ces acteurs jouent un rôle essentiel et leur participation est donc un gage de succès de mise en œuvre de leurs recommandations. « Avant que le Convention ne se tienne, c’était prévu que les conclusions sont à remette à la direction du parti, qui va les analyser, les ordonner et proposer le calendrier de leur mise en œuvre et c’est à stade que le gouvernement intervient pour leur mise en œuvre », a précisé Pr Sawadogo, qui appelle de tous ses vœux, la résorption dès cette rentrée, des retards à l’Université. ‘’Il y a un problème visible qui est celui des retards dans les Universités. Il y a des filières dans lesquelles, ceux qui ont eu le BAC 2015, n’ont pas pu mettre les pieds dans les amphithéâtres jusqu’à ce jour. C’est vraiment gravissime. Nous allons poursuivre le travail et nous espérons d’ici octobre, avoir des mesures pour que tout le monde puisse aller dans les classes dans les délais. Quand vous faites une année dans le vide, même si vous étiez brillant, peut-être maintenant vous êtes devenu d’un niveau moyen. Le temps passé à ne rien faire peut vous conduire à adopter maintenant de mauvaises habitudes et à ne plus être un brillant étudiant’’, a scruté le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation. Pour lui, il est impératif de travailler à résoudre ce « système bancal », qui n’a pas de programme et où on ne sait quand commence et prend-elle fin l’année. C’est pourquoi a-t-il exhorté les enseignants à une implication effective pour une solution à cette situation.

« Nous avons, au cours de ces trois jours, assumé notre part de responsabilité. Et cette responsabilité, c’est d’éclairer les politiques, sur le chemin à suivre pour reconstruire notre système éducatif. Veuillez également leur dire, qu’il leur revient d’assumer leur responsabilité en tant que politiques ». C’est, essentiellement, en ces termes que le coordonnateur national des UEA, Pr Jean-Marie Dipama, a simplement engagé les responsables de son parti.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Le Coordonnateur national des UEA, Pr Jean-Marie Dipama, donne des détails sur la Coordination nationale des UEA.

Lefaso.net : Pouvez-vous présenter la Coordination des Universitaires et experts associés ?

Pr Diapama Jean-Marie : C’est un organe du parti, qui regroupe les universitaires et les enseignants au niveau du supérieur qu’on appelle les universitaires et les experts associés. Les experts associés, ce sont ceux qui ont un niveau de compétences élevé mais qui officient ailleurs que dans les Universités : experts comptables, spécialistes des sciences de l’éducation qui sont dans le privé. Ce sont des compétences qu’on ne peut pas laisser de côté parce qu’elles peuvent contribuer à nourrir la réflexion à même d’alimenter tout ce que nous avons comme programme.
Pour comprendre la Coordination, il faut noter qu’à la création du MPP, ses fondateurs ont approché des intellectuels de ce pays, pour dire qu’ils ont l’intention de créer un parti mais qu’ils ont fait le constat que pendant longtemps, les intellectuels sont restés en marge de la politique. Que de ce fait, ils souhaiteraient que ce pays-là puisse désormais compter sur le potentiel intellectuel local. Au départ, on avait une certaine réticence ; parce que nous n’avons pas l’habitude de la politique, nous sommes novices sur ce terrain (nous ne savons faire qu’enseigner et la politique, c’est l’espace des intrigues et ça, ce n’est pas notre fort). D’échanges en échanges, nous avons également posé nos exigences ; quel est le niveau de fiabilité qu’on peut avoir vis-à-vis d’eux ? Ce n’est pas qu’on refuse de contribuer à la réflexion pour le développement du Burkina, mais encore faut-il que nous ne soyons pas utilisés comme des faire-valoir du parti à des fins politiques. Ce problème a été posé et il a fait l’objet de débats avec le camarade Salifou Diallo. Après réflexions, les gens se sont dit, pourquoi pas, pour une fois essayons ; parce que c’est plus facile aussi d’être-là à critiquer. On s’est dit qu’on peut aller, essayer, en restant toujours sur notre objectivité intellectuelle à guider, à éclairer les politiques autant que faire se peut, dans la mesure de leur volonté. C’est ainsi que nous avons pris corps et nous nous sommes organisés pour l’accompagnement du parti. La coordination, c’est la faîtière d’un ensemble d’organisations qui commencent de la base avec des cellules reparties au niveau des universités publiques et privées ainsi que des sociétés où nous avons des experts. Nous avons trois grands regroupements qu’on appelle des cellules qui, rassemblées, forment la section. Nous avons à ce titre, une section à Ouagadougou, une à Bobo-Dioulasso et une autre à Koudougou. C’est l’agrégation de ces trois sections qui forme une structure faîtière qui est la coordination nationale des Universitaires et experts associés, un organe rattaché à la direction politique du parti.
Notre travail, c’est de faire l’éclaireur. C’est une cellule de veille qui est à la disposition du parti pour des besoins de réflexion, dans quel que domaine que ce soit (nous avons l’expertise et la compétence). Si c’est pour réfléchir pour construire ce pays, c’est le sens de notre existence et c’est ce qui nous a valu de nous engager dans ce parti. On n’est pas entré parce qu’on veut des postes. Non ! On ne voit pas ce que la politique peut nous donner de mieux que ce que notre carrière nous a octroyé.

Lefaso.net : La Convention est votre première activité d’envergure …. ?

Pr Diapama Jean-Marie : Non. Elle est la troisième activité. Nous avons eu plusieurs activités dont des panels organisés bien avant même la campagne présidentielle. Le premier panel a eu lieu à Bobo en mai 2015 pour réfléchir sur les maux du système éducatif et les défis majeurs, une réflexion en juillet 2015 à l’Université de Ouagadougou sur les défis économiques. Nous avons également des rencontres ponctuelles pour débattre de tel ou tel autre problème et dès lors que le parti nous sollicite. Nous avons été beaucoup sollicités pour contribuer à l’élaboration de certains volets du programme présidentiel. Donc, ce n’est pas la convention la première activité. C’est lié à un besoin urgent du moment ; parce qu’étant acteurs du système éducatif, nous voyons les problèmes qui se situent à ce niveau et également les risques qui se profilent. Quand vous venez au campus pour regarder comment vivent les étudiants, en tant qu’enseignants, en tant qu’éducateurs et en tant que parents, ce n’est pas une situation viable. Il est de notre responsabilité de réfléchir à offrir de l’espoir à ces enfants ; qu’ils ne soient pas là à attendre le mois d’août pour faire les concours de la Fonction publique parce qu’on ne leur offre aucune autre alternative. C’est aussi le sens de cette réflexion et c’est de façon volontariste que nous avons décidé de tenir ce cadre pour amener les gens à bouger. Dans le programme présidentiel, il est bien dit qu’on va donner une priorité à l’éducation. Mais, ça fait huit mois et on ne voit rien bouger. Nous sommes des acteurs du terrain et ce n’est pas parce que nous sommes du parti que nous allons fermer les yeux sur ça. Nous sommes-là pour se dire les vérités et c’est dans ce sens que nous nous sommes engagés.

Lefaso.net : … D’où votre appel à chaque partie d’assumer ses responsabilités devant l’histoire !

Pr Diapama Jean-Marie : Nous avons un devoir de vérité. On se dit les vérités et c’est tout ; ce n’est pas parce que nous sommes dans un cadre solennel qu’on va faire la langue de bois. Non ! Disons-nous les choses crûment, parce que c’est à force d’enrober, de diplomatie que, peut-être, on est toujours-là ! Mais, si on se dit les choses, on se situe les responsabilités, après chacun assume. C’est tout. Le béni oui-oui, ce n’est pas par nous (personnellement, je ne me sens pas concerné par ça).

Lefaso.net : A l’ensemble des acteurs, quel peut être le message de la coordination ?

Pr Diapama Jean-Marie : Nous avons l’obligation de travailler à redonner confiance à notre jeunesse ; nous tous, autant que nous sommes. On est tous fils de pauvre. C’est parce que nous avons bénéficié d’un système éducatif qui, à un moment donné, était viable, que chacun est arrivé là où il est aujourd’hui. Et nous ne sommes pas enseignants s’il n’y a pas d’étudiants. Ça ne fait pas plaisir de voir des étudiants arrêtés-là, tout affamés, tout aigris, les yeux rouges, agressifs. C’est parce qu’ils n’ont pas confiance, ils ne savent pas où aller. C’est une question de volonté politique ; on décide et on assume. On décide de ce que nous voulons du système éducatif. Moi, personnellement (et ça n’engage que moi), je préfère qu’on prenne 100 personnes et qu’au bout du compte, on ait 60 personnes bien formées que de prendre 1000 personnes et qu’au finish, on est 20 personnes bien formées. C’est ce qui se passe actuellement. Nos amphis sont bondés et dans certaines filières, vous avez trois à quatre mille étudiants mais au bout du compte, c’est peut-être 500 qui sortent. Quand vous faites le ratio, c’est trop faible. Cette déperdition est liée à quoi ? On ne peut pas accuser à l’infini, les infrastructures. Non. Il faut qu’à un certain moment, chaque acteur puisse se remettre en cause. Que chaque acteur puisse, à un certain moment, faire donc son introspection et surtout dire : qu’est-ce que je peux apporter à ce système, du meilleur de moi-même. C’est est ce prix-là qu’on espère sortir de ce bourbier éducatif.

Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 août 2016 à 07:47, par Caleb
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Votre action est noble même si on y voit une intention de ne pas manquer cette fois à la soupe populaire. Les universitaires et autres experts maitrisent certainement l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Mais peuvent-ils en dire autant du secondaire, du post primaire du primaire et du préscolaire ? Attention à la dérive qui consiste à croire que parce qu’on appartient à l’ordre d’enseignement le plus élevé, on peut faire des propositions pour les ordres d’enseignement inférieurs. Les autres ordres ont aussi des spécialistes : c’est tout cela le système éducatif et non une partie constituée de privilégiés.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 07:57, par Wendmi
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Mes chers universitaires, je vous conseille une chose, quitter rapidement le milieu politique. Je vous le conseille vivement. Regardez nos étudiants, comment ils sont manipulés par le politiciens. Dès l’instant où les politiciens ont eu recours aux étudiants pour assouvir leur bassesse, l’université est devenue un jeu de théâtre. Il en sera de même au niveau du corps professoral si l’on n’y prend garde. Ce langage de vérité, vous n’avez pas besoin d’être rattachés au MPP pour le dire. Je crains fort qu’on ne tue définitivement notre système éducatif avec de telles compromissions.
    A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 07:59, par Sidpayetka
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    BONJOUR A TOUS ! Bien dit Pr DIPAMA. Les intellectuels acquis et aphonnes, abat !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 08:08, par Le révolutionaire
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    si les universitaires s’étaient réunis tous seuls sans l’aval d’un parti polotique j’aura applaudi Pr Diapama mais sous la banière d’un parti politique c’est très grave et vous allez ressortir meurtri si vous êtes sincères. je ne doute pas de votre sincérité mais les enseignants de l’Université doivent réfléchir et poser le diagnostic et vraiment défendre pourque àa aboutisse. Aujourd’hui ce sont principalement les ensignants MPP qui sont responsables des problèmes de l’Université : aucune sanction des fautifs aucune félicitations de la part des enseignants non MPP qui font du bon boulot. Ensignants MPP votre ancien collègue à la retraite est parti à la retraite avec tout le matériel de laboratoire privant ainsi les étudiants de travaux pratiques : Pr Diapama c’est ça les problèmes de l’Université. Vous dites que les enseignants du MPP ne sont pas là pour les postes ce n’est pas vrai combien depuis l’avènement du MPP ont été nommés ? je ne suis pas contre qu’on nomme les enseugnants du MPP c’est une très bonne chose mais ils faut qu’ils soient des patriotes et qu’ils assument leurs cours à l’Université. Et ce sectarisme Pr Diapama !!! vous croyez vraiment qu’il revient seulement aux mimitants MPP de réfléchir sur l’avenir de nos universités, de notre jeunesse ???? c’est plutôt des patriotes qu’il faut réunir pour un vrai débat.
    Une question au Pr Diapama : seriez vous prêt à engranger une grève qui poura renverser le MPP si le politique ne suit pas vos recommandation ? seriez vous prêt à signer sur la barnce surlaquelle vous êtes assis ?????? DOMAGE NOS INTELLECTUELS SURTOUT CERTAINS ENSEIGNANTS DU SUPERIEUR SONT DESCENDUS TRES BAS !!! honte honte honte réssaisisser vous !!

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 08:13, par Vrai
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    CERCLEZ BIEN VOTRE TERRAIN !

    VOUS ETES PARTIS POUR TRENTE ANS AU POUVOIR !

    POURVU QUE LE GOMBO SOIT BIEN REPARTI !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 08:21, par Le révolutionaire
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Pr Diapama, enseignants des universités si nous voulons en tant qu’intellectuels un vrai développement des nos universités et un développement de notre cher pays il nous faut être des vrais patriotes, il faut laisser de coté les politiciens d’aujourd’hui et travailler vraiment. Il faut créer un vrai corps d’enseignants d’Université. Le Pr Diapama est certes sincères mais croit il vraiment que le MPP peut limiter le nombre d’étudiants dans nos universités ? Je dis non vous allez voir à cette rentrée les responsables MPP diront de recruter tous les bacheliers sans donner le moindre copec en plus aus universités. Moi je ne suis pas pour qu’on limite le nombre d’étudiants : si les enseignants d’Université sont des patriotes, si nos resposables politiques sont des patriotes je suis sur qu’on peut former bien former tous ces jeunes sans grande difficultés : il faut que les enseignants donnent leur cours normalement au lieu d’être de simple vacataires dans nos universités publiques et permanants dans les universités privées, il faut un calendrier bien élaborer dès le début de l’année, il faut équiper les laboratoires pour les travaux pratiques, il faut créer des prix d’excellence pour les étudiants et les enseignants, il faut mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:00, par balladin
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Refondre ou reconfigurer le système éducatif au Burkina Faso est une œuvre de longue haleine qui requiert la participation de l’ensemble des forces vives de ce pays, sans exclusive. Ça ne doit pas et ça ne peut pas être l’œuvre d’un seul parti politique.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:08
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Pour commencer si vous voulez une efficacité dans l’enseignement, il faut un suivi des enseignants. Chaque département doit avoir le planning des cours et pouvoir faire chaque semaine / mois le point des enseignements effectués. Chaque département pourra ainsi sortir les noms des enseignants absenteistes et resoudre le problème de programmation dans les amphis. Pour commencer, j’ espère que cette année les étudiants pourront s’inscrire en ligne. C’est désolant de voir la lutte que les étudiants font pour s’inscrire. Ne serait ce que pour les étudiants du cycle master. Des plateformes pour les universités publiques sont indispensables. Les enseignants devraient aussi pouvoir donner des cours en fichiers numériques téléchargeables.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:10, par kouadio
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Les intellectuels de ce pays ont toujours fait la politique. Ki Zerbo, Basile Guissou, Arba Diallo, Feu Clement Ouedraogo, Feu Issa Tiendrebeogo, pour ne citer que quelques uns. Donc que le MPP raconte que les intellectuels sont restes en marge de la chose politique, c’est faux. Ou etiez vous pendant l’ere Compaore ? Beaucoup parmi vous etaient CDpistes, certains ont rejoint le MPP par opportunisme, par esprit de communautarisme, ou encore pour des raisons objectives. Le ministre actuel de l’enseignement superieur ( tres respectable) etait CDP et a migre au MPP. Il a toujours ete respecte pour ses positions apolitiques sur les questions de l’enseignement. Donc ce qu’on demande aux nouveaux MPPistes c’est de ne pas oublier de faire la part des choses cad ne mettez pas les intrigues et le ventre avant les interets des etudiants et des chercheurs

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:37, par Naboho Lassina
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Je suis d accord que l on limite le nombre d étudiants par Filière, on pourra
    faire des tests d entrée dans les universités publiques. Ceux qui seront retenus ,
    seront aptes à faire des études supérieures.Je ne vois pas de mal en cela, il est
    mieux d avoir une jeunesse bien formée qui assurera la relève et qui sera à l avant garde de tous les défis à venir. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:43, par DMOCLES
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Après les élèves et étudiants MPP c’est donc au tour des universitaires et experts mpp de montrer que rien n’a changé dans le pays et que la dépolitisation de l’administration publique n’est pas pour demain. Exactement comme le pouvoir cdp en son temps. Vive le règne de la prostitution politique et du mercenariat intellectuel.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 11:04, par Desire
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Lamentable, pitoyable comment peut on etre un professeur d université et etre d une telle bassesse intellectuelle. Comment avoir même en rêve que seuls les enseignants militants Mpp peuvent apporter a eux seuls des solutions aux problèmes du systeme éducatif de notre pays en excluant les enseignants de la maternelle du primaire du secondaire et d autres acteurs qui sont des partenaires privilégiés, d autres profs d universités qui ne sont pas des militants mpp. Quittez dans ça si vous ne recherchez pas des postes politiques. Pendant qu on y est vous n y avez pas reflechi dans votre programme politique lors des elections présidentielles. Qu avez vs prévu comme solutions au système educatif. Pitié, pitié , pitié

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 11:19, par BaYelemSida
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Concernant la formation professionnelle, il y a lieu de préciser la vision du gouvernement en la matière. Est-ce former et occuper des emplois ou accroître l’employabilité des jeunes telle que la vision jusque là. Il convient de noter que pour cette option, les formés viendront grossir les rangs des chômeurs car il n’y a pas de mesures prévues pour leur insertion en fin de formation. Dans l’option, former pour occuper des emplois, sa mise en oeuvre précède de l’identification d’un ensemble de mesures et d’actions devant concourir à l’atteinte de la vision.
    Conclusion, accroître l’employabilité des jeunes ne doit pas être la vision que le Burkina devra avoir de la formation professionnelle mais former pour les emplois disponibles et dans les métiers porteurs

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 08:01, par Le révolutionaire
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    A l’analyse des principaux internautes je pense qu’il faut que le MPP revoit son affaire. Pr Diapama doit présenter des excuses à la nation si il est un vrai pratriotes. Il doit demander aux enseignants MPP d’être des patriotes et s’engager réellement pour la cause de nos universités et de notre jeunesse. Il y a aussi des pratriotes sincères à l’Université qui ne sont pas du MPP ni du CDP donc il faut chercher à les réunir pour ensemble sortir de nos universités des crises. Je le répette on a pas besoin de diminuer le nombre d’étudiants pour avoir une bonne formation : il faut seulement l’engagement des patriotes et de l’accompagnement de l’Etat. Sortons des carcans de toujours dire qu’il n’y a que des problèmes dans nos Universités c’est plutot notre manque de patriotisme, nos paresses nos jalousies qui sont les véritables problèmes. A Ouagadougou on a suffisament d’amphis il manque des salles de TD et des laboratoires équioés pour les T.P. Une bonne orgation des planings des amphis permet de faire tous les cours du semestre en deux mois. Acteurs du système éducatif je parle de l’enseignement supérieur car c’est là mon domaine il faut nous prendre au sérieux et travailler pour le rayonnement de nos Universités. Ce n’est as l’affaire du MPP c’est l’affaire de la nation. Militants MPP des Universités vous avez le pouvoir alors il faut vous mettre au travail mais pas de façon sectaire que vous faites car la nation n’est pas pour un parti politique.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 12:18, par DAMOCLES
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Experts ! Universitaires ! Et depuis bientôt un an rien ne bouge dans le pays ? Vous devriez avoir honte messieurs et dames. Honte d’être ainsi à la remorque d’un parti politique pour votre tour de la mangeoire.Quel exemple pour les jeunes générations ? Quel message voulez-vous faire passer ainsi ? pitoyable

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 16:31, par Karissa
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Auriez-vous censuré pour la longueur ?
    Ou me tiendriez-vous pour quelque larcin rigueur ?
    Ne me prêtez surtout nulle autre intention
    Que celle de modestes contributions.

    Ils se réveilleront bientôt les endormis,
    Après que se seront encore servis,
    Les imposteurs impénitents,
    Qui ne manquent point d’expédients.

    Qu’il vous plaise d’ignorer les signaux,
    Jusqu’à ce qu’éclatent les sanglots,
    De ce Peuple à l’abandon,
    Qui n’entend pas encore raison.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2016 à 22:04, par Un fier Voltaïque et Burkinabè Intègre
    En réponse à : Convention des universitaires et experts du MPP : Un langage de vérité de praticiens aux politiques !

    Je salue et respecte les opinions plurielles sur ce que les universitaires et experts associés ont proposé à leur parti qui est le MPP.

    Il me parait important de rappeler les 2 principes élémentaires suivants :
    - tout citoyen est libre de s’engager ou ne pas s’engager politiquement.
    - tout citoyen doit participer loyalement, quelque soit son choix, à l’édification de la nation, s’il est patriote.

    Je dois maintenant dire 3 vérités :
    - depuis la Haute volta jusqu’au Burkina Faso, des enseignants du supérieur et des experts associés ont appartenu à des partis politiques mais jamais, je dis bien jamais, organisés en une structure spécifique dans l’organigramme d’un parti politique.
    - aux élections présidentielles de 2015, c’est le MPP qui a été préféré par la majorité des burkinabés ;
    - à l’heure des bilans c’est le MPP que le peuple sanctionnera !

    Pour conclure j’invite tout citoyen honnête, appartenant ou non à une structure organisée à lire l’entièreté des propositions et critiquer objectivement ce que des concitoyens organisés ont proposé à leur structure. Toute proposition plus lumineuse et plus opérationnelle sera la bien venue. Toutes autres attitudes me semblent être de simples élucubrations stériles. Le Burkina en Avant !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés