Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

lundi 22 août 2016 à 23h30min

Gravement mis en cause par Laurent Bado, fondateur du Parti pour la Renaissance Nationale (PAREN), Carlos Toé ne souhaite pas piper mot sur la crise qui secoue le parti, surtout sur les charges qui lui sont portées.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

C’est dans un établissement d’enseignement supérieur sis à Tanghin où il est Directeur des études et enseignant que nous avons rencontré Carlos Toé en fin de matinée de ce lundi 22 août 2016. Malgré notre insistance à lui arracher une réaction sur la crise au sein de son parti, il a souhaité garder le silence. Parce que, explique-t-il, une rencontre du bureau politique national (BPN) du PAREN est prévue ce mercredi 24 août 2016. Il souligne qu’il ne souhaite pas déroger à cette discipline d’ensemble et qu’à l’issue de cette instance, l’opinion pourrait avoir une réaction, conformément à ce qui sera arrêté comme conduite à tenir.

Secrétaire chargé des questions politiques du parti, Carlos Toé fut le directeur national de campagne de Tahirou Barry à l’élection couplée présidentielle/législatives de novembre 2015. Il est également suppléant de Laurent Bado sur la liste du Kadiogo (la capitale) pour le compte des législatives ; un positionnement que Laurent Bado n’aurait pas gobé, selon des sources. Un positionnement qui, selon certains commentateurs, serait cause de la mésentente entre lui et Laurent Bado ; car il aurait été prévu qu’à mi-parcours, Bado cède son fauteuil de député à son suppléant.

Si Laurent Bado que nous avons contacté dans l’après-midi de ce 22 août 2016 dément catégoriquement l’existence d’une telle disposition, Carlos Toé refuse de se prononcer également sur cette question avant la session annoncée du bureau politique du PAREN.

Qui est ce fameux « Carlos » ?

Depuis l’éclatement de ce qu’il faut bien appeler crise au sein du PAREN, les internautes n’ont pas cessé de s’interroger sur l’identité de ce « Carlos » dont Bado semble ne même pas connaître le nom de famille.

Dans son CV que nous avons obtenu après moult négociations, on relève ainsi que Carlos Toé a été militant de base de la cellule estudiantine du PAREN dès 2001 ; cellule qu’il présidera de 2004 à 2007, en étant au cours de la même période, membre du Bureau Politique National, du Secrétariat Exécutif National et du Comité Central du Parti, et aussi membre de la commission de réflexion pour les présidentielles de 2005.

Depuis 2001, Carlos Toé a ainsi régulièrement occupé plusieurs postes dans les instances du PAREN. En octobre 2005, il a été le Représentant du Candidat Laurent Bado aux négociations sur le protocole d’accord du Code de bonne conduite des Candidats aux présidentielles 2005. En juillet 2010, il a participé au 1er Congrès Extraordinaire du PAREN, en tant que président de l’atelier du thème sur le « fonctionnement interne, relecture des textes fondamentaux » ; il sera élu Secrétaire chargé des affaires politiques, porte-parole du parti à la sortie de ce congrès. En août 2012, il a été président du IIème Congrès Ordinaire du Parti, réélu Secrétaire chargé des affaires politiques, porte-parole du parti. Entre novembre 2013 et janvier 2014, il sera président de la Commission Nationale d’organisation du IIème Congrès Ordinaire, réélu Secrétaire chargé des affaires politiques, porte-parole du parti.

En mars 2014, il a été désigné directeur National de la Campagne du Candidat Tahirou BARRY pour la présidentielle de 2015. Et sous la Transition, Carlos Toé avait activement participés aux négociations sur la charte, au titre du PAREN.

Actuellement doctorant en science politique à l’université Ouaga II où il est titulaire d’un DEA dans la même spécialité, Carlos Toé avait soutenu auparavant une maîtrise de sociologie à l’université Ouaga I. Son thème de mémoire de maîtrise portait sur ...« les conflits internes aux partis politiques sous la 4ème République burkinabè ». Voilà qui devrait lui donner de la matière les jours à venir !

Oumar L. OUEDRAOGO et Cyriaque PARE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 août 2016 à 18:06
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Que des faux types qui veulent tout, tout de suite. Au lieu de finir ton doctorat tu veux retirer le parti du vieux

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 18:11, par NANA
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    il incarne la sagesse ce Monsieur....le silence, une arme fatale.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 18:20, par vérité no1
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Ah ah ah ah, mon SAMO a chaud ! Retourne tranquillement à Tougan et cherche-toi un champ de fonio !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 18:34, par Tito
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Etonnant, avec tout ce background, qu’il ne soit même pas connu par le président-fondateur. Ha bah !!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 18:48
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    L’attitude de Carlos est à respecter. La crise au sein du parti doit être résolue conformément aux statuts. Garder le silence en attendant la réunion du parti est une attitude à louer au lieu de se répandre sur la place publique. Nous sommes en politique et espérons qu’il n’est pas à l’origine de la fuite du document interne qui a informé l’opinion publique de la crise. Même Laurent Bado pourrait être l’auteur de cette fuite.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 18:51, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    La jeunesse burkinabè a besoin de toi.Ton silence constitue déjà une victoire.Certains vieux ne se rendent pas compte que les jeunes peuvent faire mieux.Vive la jeunesse burkinabè !!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 18:55, par ramodg toaka
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    UNE BATAILLE JURIDIQUE EST AINSI LANCEE. ON EST IMPATIENT DE SAVOIR QUI VA L’EMPORTER. Quelque soit le RESULTAT, c’est Tahirou BARRY le plus grand perdant. Il perdra son pose au gouvernement et va rallonger la liste des chomeurs a BF

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 19:25, par Wennonga Tounsba
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    SOUTIEN DANS LA FORME, MON SAMO. QUANT AU FOND ON APPRECIERA EN TEMPS OPPORTUN COMME TU NOUS LE PROMET. MA PETITE CONVICTION EST QUE LA DEMOCRATIE MODERNE NE RENTRE PAS DANS LE SCHEMA DE TONTON BADO, NI CELUI QUI NOUS A ETE SERVI VIA LE NET, NI CELUI DE LA DECLARATION LIMINAIRE DE LA CONFERENCE DE PRESSE. LA DEMOCRATIE (voire l’alternance) N’ETANT PAS FORCEE, LE PROFESSEUR A INTERET A REVOIR SA COPIE POUR MIEUX GERER SA ’’CHOSE’’ ET NON PAS COMPTER UN CADRE NORMAL POUR JOUER LA MARIONNETTE..

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 19:38, par Tunwende
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Petit Samo tu sais avoir tort ou raison ce n’est ça qui est important . L’essentiel c’est sortir la tête haute. A lire ton cv le prof Bado te connaît. En fait on t’utilise... bado t’utilise et Barry non plus....pauvre petit Samo. Viens voir Tunwendé ton maître il va te donner des tuyaux dè.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 19:45, par Indignation
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Un coup d’état à la jeunesse du PAREN est en cours.La jeunesse doit se mobiliser et dire non.Quand on cède la direction d’un parti à la jeunesse,on ne doit plus l’utiliser comme une marionnette.Courage à Toé

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 19:59, par le sage
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Tout est dans le temps, tout se révèle avec le temps.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 20:01, par ramodg toaka
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Un attardé mental

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 20:16
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Les gens ne lisent pas et font rire. Nous savons tous que Tahirou et autres militants se sont battus pour le PAREN mais la question est : Pourquoi Tahirou ne veut pas ceder sa place quand son mandat est a terme . Noubliez pas que Tahirou a aussi remplace d’ autres personnes . On ne peut pas proner l’alternance et vouloir une exception en sa personne . Les gens ne lisent pas .Cest la generation des facebook

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 21:08, par Tamou
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Au lefaso.net :

    Voilà un vrai travail de journalistes !
    C’est sans bavures, c’est propre, c’est net, c’est impeccable.
    Et la consistance du fond transpire à travers la beauté de la forme...
    C’est tout ce qu’on attend de vous, parce qu’on sait que vous en êtes plus que capables.
    Merci à vous, Oumar L. OUEDRAOGO et Cyriaque PARE !

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 21:25, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Hum... Un CV qui est loin de correspondre a l’image d’opportuniste parachuté par Barry à la direction du parti comme semble le décrire le "memorandum" du Pr Laurent Bado pour des observateurs extérieurs comme nous

    Ses fonctions au sein du PAREN sont largement justifiées par son parcours. On peut même voir qu’il occupe le poste de Secrétaire chargé des affaires politiques et de porte parole du parti AVANT l’avènement de Barry à la présidence. Le poste de directeur de campagne quand à lui est ponctuel dans tous les partis et confié à quelqu’un qui occupe déjà un poste permanent dans les instances du parti. Le cumul dont parle le Pr, et l’accusation de favoritisme de la part de Barry est donc difficile à comprendre.

    On comprend difficilement aussi la logique de cette histoire de non-financement de la campagne du PAREN au Kadiogo. Voyons voir : Carlos et Barry complotent contre Bado. Bado est candidat au Kadiogo et Carlos son suppléant. Bado prévoit de ne pas siéger, ce qui fait que ce sera Carlos si le PAREN obtient un siège. Mais Barry et Carlos refusent de financer la campagne au Kadiogo !?! Bizarre...

    Par contre, la logique que l’on comprend, c’est celle qui transparait du mémorandum en question : Bado est tête de liste au Kadiogo et prévoit de ne pas siéger. Mais il exige de choisir son suppléant, donc en fait la personne qui va siéger. Les instances du parti refusent et désignent un militant ancien et actif. Vous aurez remarqué que dans tous les partis "normaux", le directeur de campagne est tête de liste nationale ou au Kadiogo, ou tout au moins premier suppléant selon les arrangements internes. Rien de particulier donc. Visiblement, Bado aurait préféré parachuter un proche, même moins militant. Le Pr se serait fâché, et serait revenu sur sa décision de ne pas siéger (au conditionnel car l’article dit qu’il nie l’existence de cette disposition). Logique, humain, mais pas très démocratique de la part du "fondateur". Soit, mais quel crime aurais donc commis Toé à cette occasion ? Celui "d’empêcher le fondateur d’imposer tranquillement un candidat parachuté" ou celui de "parachutage" avec 15 ans d’ancienneté et les titres de directeur de campagne et de porte parole ? Bizarre...

    A l’occasion de la démission de Abdoul Karim Sango du PAREN, je disais sur ce même forum que je condamnais ceux qui étaient restés silencieux lors de l’élection du nouveau bureau du PAREN, et qui voulaient reprocher sa réaction à Sango. Je le dis en observateur extérieur du parti, à part l’argent et les considérations ethniques, Il n’y a aucune raison objective pour que Sango ne soit pas dans les 5 premiers responsables du PAREN. Dans tout le Burkina, quand on parlait du PAREN, les deux noms qui étaient les plus cités étaient à cette époque Laurent Bado et Abdoul Karim Sango. Ceux, y compris Laurent Bado qui ont entériné son exclusion de fait des instance exécutives du parti malgré son militantisme sont responsables de son départ. On comprend difficilement donc que Laurent Bado affirme dans ce memorandum "choisir" et "nommer" les responsables de "SON" parti (donc ne pas avoir choisi Sango), et accuse d’autres, notamment Barry et Carlos d’être la cause de la démission de cadres comme lui. On ne peut pas négliger sa femme au profit d’autres, pour ensuite se plaindre qu’elle quitte le domicile conjugal ou se trouve un autre mari, et de plus reprocher à votre nouvelle épouse le départ de votre femme ?

    Maintenant, quand Laurent Bado annonce avant même toute consultation interne que "le PAREN se fera avec Barry mais sans Carlos", on se demande quelle place est faite à la démocratie et aux textes dans le fonctionnement du PAREN. De quoi est accusé officiellement Carlos Toé pour que le fondateur prononce son exclusion d’office par "Fatwa" en dehors de toute instance ? De tout ce qui ressort du mémorandum, la seule chose que l’on peut retenir c’est la déclaration "parricide" qu’il aurait faite selon laquelle "Le PAREN de Bado est mort, vive le PAREN de Barry". Il faudrait que le Pr trouve quel article des textes du PAREN il a ainsi violé (à part atteinte à l’orgueil du fondateur) pour mériter l’exclusion immédiate au delà de toute autre sanction intermédiaire malgré les années de bons et loyaux services rendus à son parti, notamment le score plus qu’honorable obtenu aux présidentielles en tant que directeur de campagne.

    Par contre, cette façon indigne de laver le linge sale du parti dans la presse, d’accuser et humilier publiquement le président du parti et son porte parole y compris par des attaques personnelles, ethniques et des affirmations non vérifiées devrait valoir des sanctions au militant Laurent Bado. Surtout quand on la met en rapport avec le silence responsable et discipliné de Barry et Toé. Mais la démocratie et le respect des textes existent-ils au PAREN ? Wait and see...

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 22:06, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Il dit bien que si le PAREN est avec la majorité,c’est bien lui qui a été visé.C’est pour cette raison qu’il doit rembourser les trente millions des contribuables.Quelle moralité ?Quelle leçon ?Vite au village !

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 22:25, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Internaute anonyme n°13 : Vous qui lisez, où avez vous vu que le mandat de président du PAREN de Tahirou Barry est arrivé à expiration, ou encore qu’il refuse de céder son fauteuil ??? N’importe quoi ! Si les autres sont génération Facebook, vous vous êtes génération Ouaga-la rumeur ! Extraits du mémorandum de Laurent Bado concernant Tahirou Barry qui a "fuité" dans la presse :

    "Les 26 et 27 juin 2010, le 3ème congrès extraordinaire du parti se tenait à Ouaga (J.P Guingané). J’ai alors désigné Barry Tahirou pour succéder à Jeanne Coulibaly et fait passer le mandat du bureau de 3 à 5 ans."

    N.B. : Ce qui signifie que Barry est à son deuxième mandat de cinq ans, donc valable jusqu’en 2020 ! Si on ne reconnait pas sa ré-élection en 2015, cela signifie que son mandat s’est achevé avant la présidentielle. Pourquoi malgré cela il a pu être candidat à la présidentielle en tant que président du PAREN avec la bénédiction et le soutien actif de tous ceux qui le contestent aujourd’hui ? Soyons un peu sérieux !

    "Le samedi 13 février 2016, il me confiait qu’il n’a jamais rien fait qui divise ou affaiblisse le parti face aux accusations, il souhaiterait redevenir simple militant "

    "J’ai répliqué qu’il me faudra réfléchir, mais que d’ores et déjà, il devra céder la présidence à quelqu’un d’autre au cours d’un congrès à organiser en septembre prochain, congrès qui exclura Carlos et autres du parti au regard du mal causé. Barry a acquiescé de la tête."

    N.B. : En clair, si être président du parti c’est être le pantin du fondateur, sans initiative, ni proposition ni décision sinon est accusé de malhonnêteté, il est préférable de démissionner.

    - il rejetait systématiquement ma moindre proposition de manière malhonnête. Par exemple, je lui avais dit que je choisirai moi-même mon suppléant pour les élections législatives parce que je ne siègerai pas à l’Assemblée, pour mieux soutenir intellectuellement mon suppléant. A la toute dernière minute, je constate que Carlos, d’autorité, a été désigné comme mon suppléant.

    Selon donc Laurent Bado lui même, c’est lui qui veut démettre Barry de la présidence au nom de la "crise", ce à quoi Barry ne s’oppose pas, et Bado avait bel et bien décidé de ne pas siéger, jusqu’à ce qu’il sache que son suppléant serait Toé et change d’avis (ce qu’il nie aujourd’hui !). Il voulait aussi choisir le député PAREN du Kadiogo hors de tout cadre démocratique, et veut exclure tous ceux qui s’opposent à ses "prérogatives" (d’autres diraient sa dictature) comme Carlos Toé ! C’est clair et dit par l’intéressé lui-même.
    Alors suivez votre propre conseil : Lisez !

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 22:33
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    NORBERT ZONGO PARLAIT ( EN FAISANT ALLUSION À NOS PAYS) DE PAYS OÙ ON PEUT MANIPULER LE BUDGET AVEC UNE CALCULATRICE DE POCHE. PERMETTEZ MOI DE LE PARAPHRASER EN PARLANT DE PARTIS ( COMME LE PAREN) DONT LES MILITANTS NE REMPLISSENT MÊME PAS UNE PARCELLE DE 600 MÈRTE CARRÉ ET BADO NOUS CASSE LES TYMPANS.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 22:42, par ZiniarrusZorrus de Pilimpikou
    En réponse à : Bado, degages !

    Mon petit, j’apprécie ton parcours au sein du parti, même si le président-fondateur King Oluchambo fait semblant de ne pas te connaître. Il se trouve que je suis du groupe ethnique des lyela, tout comme cet autocrate fou ! je sais que sa voix ne porte plus même au village...les pitreries de ce vieux bougre doivent cesser maintenant. J’espère que vous aurez suffisamment de cran pour le mettre hors d’état de nuire une fois pour toutes. Comment peut-on se prétendre chrétien catholique et proférer des propos haineux comme ceux que nous avons tous lu ? C’est incroyable. Vous savez ce qui vous reste à faire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 22:46
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Les crises surviennent dans tous les partis politiques.L’essentiel, c’est d’arriver à les surmonter. Et, je ne doute pas un seul instant que nous y parvenions ; nous qui sommes d’un parti des idées.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 23:46, par Davidos
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Le PAREN est mort, vive le nouveau PAREN. Cette attitude (Tahirou Barry et Carlos Toe)de la jeunesse de PAREN très sincèrement me bluff et tranche avec les énormités du professeur Bado même s’il a raison ? Pour terminer le match, ils ne leurs restent qu’à démissionner et la prophétie de Boglo va se réaliser. Car, ils auront servi à l’opinion publique la preuve de leur Burkindlim et leur intégrité dignes des voltaïques de janvier 66. Courage mes frères, démissionner maintenant pour mieux revenir en force. Après les déclarations du vieux père, vous n’avez plus votre place au PAREN. Tout ce que Dieu fait, est bon.
    Bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 01:05, par GOMDABO
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Carlos TOE est le symbole parfait de l’humilité. Ceux qui prennent es élucubrations du Vieux BADO pour des espèces se trompent. Je connais Carlos depuis le campus et s’il y a un militant qui s’est sacrifié pour le PAREN, dans tous les sens du terme, c’est bien Carlos. Ce qui est énervant aujourd’hui c’est d’écouter Bado parler de Carlos comme un parvenu qu’il ne connait pas du tout. Carlos s’est sacrifié, dans le dénuement total, pour la cause du PAREN, et il a gravi tous les échelons de façon honnête pour arriver là où il est.
    Aujourd’hui il est clair que le travail qu’il a fourni avec BARRY à la tête du parti a commencé à porter des fruits que Président fondateur veut cueillir seul. Sinon je ne suis pas du PAREN mais il n’y avait même pas de rumeur de crise au sein du parti avant le fameux mémorandum de Bado. Alors la crise a été créée en toute pièce par Bado pour évincer ses compagnons de lutte. Sinon comment comprendre qu’en tant que fondateur du parti qui a librement cédé son fauteuil, ce soit toi-même qui produit un mémo comme quoi il y a crise et en même temps décider en dehors de toute instance que tu reprends les reines du parti ? La logique est que, s’il y a crise que cela soit soulevé par les militants, et lorsqu’il y a des contradictions internes, les instances du parti tranchent. C’est seulement au cas où les instances n’arrivent pas à résoudre la crise que les militants peuvent se retourner vers toi pour te solliciter d’intervenir. Même si tu veux reprendre ta chose, trouve-toi une autre stratégie qui ne va pas consister à salir publiquement tes compagnons de lutte, ceux qui t’ont aidé depuis plus de dix ans , à bâtir le parti. A force de se prendre pour l’homme le plus intelligent, on finit par voir les autres comme de vrais ânes. Du courage Carlos

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 01:47, par le cousin bissa de Toé
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Respect total pour M. Toé. Il faut booster Bado ce sale gourunga de ce parti car il parle trop, il est fou ce cadavre-vivant. Qui a déjà vu un gourounsi faire quelque chose de bon dans notre pays ? Idem pour les peulh. Ne nous gamdimez pas. Là où vous voulez nous gamdim nous on a les yeux ouverts. En fait, c’est la question fondamentale de la participation du Paren au gouvernement de guignols du Mpp qui est en jeu. Un gouvernement dont on attend un sursaut national qui tarde à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 05:51, par Lavie
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Je salue la démarche de monsieur TOE. vous faites honneur à la jeunesse. Etre capable de concilier la participation active à la vie politique ; l’exécution efficace des obligations professionnelles et les études est un signe que vous êtres un enfant digne de Faso.
    Je ne peux pas croire que le prof puise dire qu’il ne vous connaît pas. L’accusation sur le cumul de poste n’est pas exacte. Il s’agit en faite d’un poste des organes du parti et d’un poste circonstanciel lié aux élections présidentielles. Cette crise du PAREN est votre premier choc en politique. Dans une course en relais, c’est celui qui refuse de passer le témoin dans les règles qui cause la perte de toute l’équipe. Restez digne, fier et consciencieux.
    Le temps est le second nom de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 06:31, par Papa
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Je ne comprends pas cette haine de certains pirates du net contre le Pr.Bado quand meme il semble avoir raison. Je reconnais que le Pr. Bado parle beaucoup et sans retenue mais ne suivons pas aveuglement ce que certains ecrivent,ayons nos propres opinions et analyses avant toute reaction. Meme si certaines personnes ont contribue’ a asseoir le PAREN, cela n.est pas une raison valable de vouloir ejecter le Pr. Bado du parti que lui meme a cree’, le comportement de Tahirou atteste cette trahison . Je ne connais pas le Pr.Bado, ni Tahirou Barry encore moins le fameux Carlos mais je trouve ce coup-d’etat malsain.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 06:50, par ZIDA
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    IL Y ALES JEUNES BARRY TAHIROU ET TOE CARLOS SONT RESTES SAGES ET SERONT ENCORE PLUS SAGES QUE MON IDOLE PROFESSEUR BADO. CARLOS PAR LA SAGESSE A OPTE DE GARDER LE SILENCE ENFIN LE BUREAU POLITIQUE NATIONAL DU PAREN DISE QUELQUE CHOSE ET BARRY A EVITE DE FAIRE DES DECLARATIONS COMME LE FAIT NOTRE PROFESSEUR DE DROIT CONSTITUTIONNEL. PAUVRE BURKINA FASO AVEC LES HOMMES AUX VENTRES CREUX.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 07:27, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    un parti politique ne peut pas ressembler à une entreprise,à une société ou on fait et defait qui on veut.Etre fondateur ne confer aucun droit de contrôler à vie comme votre famille biologique.Laissez les non intelligents diriger le parti.Honte à vous !!

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 07:53
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Carlos est allé à l’encontre de la volonté de ses parents qui faisaient partie de la structure dirigeante du parti politique le plus puissant de l’époque. Il n’a jamais suivi ses parents ! Il a choisi le PAREN et à écouter Laurent Bado dire qu’il ne le connaît pas, on est juste écœuré !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:00, par Valea
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Pour ma part, je demande au Professeur Bado de faire SABARI comme disent les dioulas pour ne pas mettre à mort son parti. Lui, il connait la légendaire complicité des mossis avec les samos. S’il exclut Toé Carlos de son parti, Barry sera obligé de quitter le parti avec ses ouailles par solidarité avec Carlos. Certains mossis dans le parti vont suivre Carlos sans oublier les jeunes qui y étaient à cause des 2 tenors Barry et Toé. Peut être qu’il a raison mais en politique on tient aussi compte de certains paramètres non écrits. Donc je répète, Professeur Bado, ne mettez pas à mort votre parti.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:26, par pioyipo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Dixit BADO : "J’ai designé Tahirou BARRY pour remplacer Jeanne COULIBALY, moi qui pensais que c’est le congrès qui élit le president du parti. Dommage

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:27, par la verité
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Ce fameux Carlos a confié à des gens 2jours avant la conférence de bado qu’ils vont chasser le vieux Bado du parti parce qu’il n’a pas d’argument juridique pour retirer le Parti.Donc il n’est pas à plaindre

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:29
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Très belles analyses de Sidpawalemdé Sebgo (internaute 15 et 17) : vous nous donnez des clés pour mieux comprendre la crise au sein PAREN. Merci bien Monsieur

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:30, par Vrai
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Tout silence équivaut-il à Sagesse ?
    Hééé mes frères burkinabé !
    Wait and See !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:39
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Il y a en qui emploie certains mots sans les comprendre réellement ou pas dans leur contexte.
    "Sage" il l’est Carlos parce qu’il a décidé de garder le silence.
    BADO n’est pas "Sage" parce qu’il parle beaucoup même en disant la vérité.
    Finalement qu’est ce que la Sagesse ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 08:49, par RAWA
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Internaute 6 sawadogo, tu sembles n’avoir pour seul atout dans la vie que ta jeunesse que tu exaltes avec tant d’ardeur. Tout le monde a été jeune et tout le monde vieillit. Toi aussi tu vieilliras et alors apparemment il ne te restera rien. Vous semblez avoir du mépris pour les vieux mais sachez que votre jeunesse n’est pas éternelle. Si les vieux sont au devant des choses aujourd’hui, c’est parce qu’ils ont travaillé dans leur jeunesse pour ça. Vous parce que vous êtes jeunes, vous voulez qu’ils vous laissent le fruit de leur travail pendant que vous passez le temps dans les maquis. Si vous voulez être devant, c’est le moment de travailler pour ça

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:09, par neya boukari
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Intervenant 23, attention à la pente que vous êtes en train d’amorcer.
    Ce n’est pas l’occasion de djafoule sur les ethnies. Bado n’est pas représentatif de tous les gourounsis , autant que Barry ne l’est pour les peuhls
    La construction de ce pays est le fruit des sacrifices et du travail de tous ses fils sans distinction d’ethnie . Maintenant si vous voulez bruler le pays, allons-y !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:21
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Apres un bref coup d’oeil sur son CV, avouons que le fondateur du parti ne peut douter des aptitudes politiques du sieur Carlos depuis 2001 ; et le comble ignorer certains éléments sur
    son identité !!!! Cet homme a plus d’atouts dans la poche, demain n’est pas loin !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:24, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    La jeunesse burkinabè a besoin des vieux qui éclair et clairement,qui ne s’éternise pas,qui n’insulte pas toute personne partageant pas les mêmes point de vue,ne prenant jamais l’argent non légal(les trentes millions).Vive la jeunesse burkinabè mille fois.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:24, par neya boukari
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Intervenant 23, attention à la pente que vous êtes en train d’amorcer.
    Ce n’est pas l’occasion de djafoule sur les ethnies. Bado n’est pas représentatif de tous les gourounsis , autant que Barry ne l’est pour les peuhls
    La construction de ce pays est le fruit des sacrifices et du travail de tous ses fils sans distinction d’ethnie . Maintenant si vous voulez bruler le pays, allons-y !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:50, par Tie
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    C’est bien de garder le silence. Mieux vaut se taire que de dire des choses qui ne valent pas mieux que le silence. Ce qui est sur, quelqu’un a trahi. De toutes les façons Tahirou a été président parce que Bado l’a voulu. Donc, Tahirou et Toe savent réellement ce qui se passent dans ce parti. Ils connaissent très bien Bado car il ne va jamais se taire sur quelque chose qui n’est pas juste et honnête. Dans un parti, ce n’est ceux qui occupent les instances qui font du bon boulot pour son fonctionnement efficace. il y a des millitants qui travaillent dans l’ombre sans un soutien financier et abattent du bon boulot pour la sérénité du parti. Donc, je ne comprends pas pourquoi Bado ne peut pas choisir son supléant ? Lui Toé, étant jeune, pourquoi n’est-il pas allé à la base (dans son fief) pour être tête de liste là-bas ? En ce moment on connaîtra que c’est un vrai politicien. Je pense que Bado a le droit de préparer la relève qui pouvait être le supléant qu’il voulait ? Je trouve que certains internautes sont sévères à l’endroit du Pr. C’est pour cette raison que les fondateurs des partis restent toujours président de leur parti. C’est le propre du Burkinabé. Pr, il faut reprendre les reines de ton parti un point un trait. Celui qui veut reste, dans le cas contraire prendre la porte. l’internaute 23, cousin bissa, Bado ce sale gourunga vaut mieux que tous les bissa. Toé ne peut pas booster hors Bado du parti dont il est le fondateur. Le PAREN est un parti d’idées et non un parti où il faut venir s’enrichir.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:53, par ds
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    c.est ça la politique puisqu.en la matière il n.y a pas de logique.seuls les intérêts commandent les actes et les visions généralement imposés aux électeurs.un des grands hommes politiques du pays disait que c.est dans la politique que tu subiras les pires expressions et même la mort .malgré tout il faut de la patience et de la prudence car le Temps est un autre NOM de DIEU.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 10:41, par missiri
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    bonjour chers internautates je suis étonné que beaucoup de gens meme de la presse apportent leur soutien à la jeunesse en déroute pour contribuer à détruire l’idéologie parti du Pr BADO
    le vieux est enragé parce qu’il connait bien tous les coups que les jeunes veulent le jouer -----

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 10:47, par Rose
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Mr TOE, je vous soutien !!!!!! Courage à vous, la vérité triomphera toujours...........

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 10:53, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Il semble clair maintenant que le Pr Laurent Bado n’entend pas laisser qui que ce soit décider à sa place de ce qui se fait ou pas au PAREN, et qu’il attaquera, humiliera, insultera et exclura tous ceux qui auront le malheur d’être seulement soupçonnés de remettre en cause "ses prérogatives" ou de prendre des initiatives sans son aval. A la lumière de cette révélation, que feront les militants de PAREN et les deux principaux incriminés lors et à la suite de la session du bureau politique qui se tiendra Mercredi ?

    Selon la configuration de ce bureau politique et la lecture politique et sociologique que fera Tahirou Barry de cette crise, on peut voir quatre scénarios se dessiner : La révolte, la division, l’implosion ou la descente aux enfers.

    1°) La révolte, si une majorité de membres du bureau politique sont libres de leurs analyses et de leurs actes. Car il apparaitra à tous qu’un tel manque de démocratie et de reconnaissance du PAREN, entérinée par le sommet entrainerait une perte importante de militants à tous les niveaux et donc la perte du parti. Si les textes du parti le permettent, sans doute ils mettrons Laurent Bado sur la touche, par un vote majoritaire contre ses propositions d’exclusion et de "nominations" d’un nouveau bureau exécutif. Car il ne faut pas se le cacher, les résultats du PAREN en 2015 et 2016 sont les meilleurs que ce parti ait jamais eu depuis sa création, et traiter ceux qui ont obtenu ces résultats ainsi ne devrait pas plaire à tous. A savoir si certains ne doivent pas trop à Bado pour oser le désavouer et si les "garde-fous" que le vieux a mis dans les textes du parti permettrons cette "mise à la retraite". Un tel scénario renforcerait Tahirou Barry et Calos Toé et les laisserait plus libres de rajeunir le parti pour de nouveaux challenges. Mais si Toé semble droit dans ses bottes, Barry par contre semble moins enclin à s’opposer frontalement à son mentor. Franchira-t-il le pas "œdipien" ?

    2°) La division : Si le bureau est plus partagé et que Tahirou Barry et ses partisans privilégient le respect et les "droits" du fondateur, on pourrait assister à une vague de démissions en réaction aux tentatives d’exclusions en masse que projette Bado. Car quelle image aurait Barry s’il laisse exclure ses soutiens sans réagir ? En ce moment, la démission du PAREN devrait aussi entrainer des démissions de l’assemblée nationale et du gouvernement. Ce scénario aurait deux conséquences pour le clan Bado et le clan Barry. Pour les premiers ce serait une aubaine dans un premier temps, par la récupération des postes laissés vacants. Mais la saignée des acteurs clés des succès passés et de nombreux militants se traduiront par la déroute aux prochaines élections et la quasi disparition du parti. Pour le clan Barry, il parait évident qu’une démission aurait pour suite la création d’un nouveau parti. Si la perte des postes actuels sera un coup dur, le retentissement positif dans l’opinion devrait leur valoir un avenir politique en 2020.

    3°) L’implosion est un risque majeur si le jeu des acteurs ne se décante pas rapidement. Comme pour l’ADF/RDA ou le PAI, une longue guerre autour le la "propriété" du PAREN risque d’entrainer la disparition précipitée du PAREN. Car n’oublions pas que le MPP est à l’affut, en mal de majorité à l’assemblée. Un affrontement judiciaire autour du parti entraine toujours l’une ou l’autre des parties à chercher de l’aide ailleurs. Il suffirait que l’une des parties s’appuie sur l’appareil d’état pour avoir la reconnaissance officielle et cela pourrait se traduire par une fusion avec le MPP ou un autre parti de la mouvance car c’est la seule solution pour ne pas perdre ses députés et couper définitivement les ailes à l’autre partie.

    4°) La descente aux enfers serait le pire des scénarios, celui dans lequel les jeunes du parti, partisans de Barry et de Carlos décident de baisser la tête, acceptent sans broncher les exclusions prononcées par Bado et font profil bas dans le parti à partir de cet incident. Sachant que la gouvernance de Bado ne peut plus donner de victoires au PAREN, et que cette victoire lui permettra d’imposer des gens sans personnalité, sans idées et sans ambitions à la tête du parti, non seulement le parti mais aussi ces jeunes combattifs et motivés connaitront en même temps que Laurent Bado une dégringolade politique qui risque de ne pas excéder le temps restant du mandat électif.

    Pour ma part, en tant qu’ insurgé, je me sentirais frustré que le "plus rien ne sera comme avant" se traduise par l’affirmation incontestée de la gérontocratie et de l’autocratie dans un des partis de l’ex-CFOP, et qu’on accorde à Laurent Bado au PAREN ce qu’on a refusé à Blaise Compaoé à Kossyam, le privilège de changer les personnes et les règles selon son bon vouloir alors que lui même s’éternise.

    Soit les militants s’affirment comme n’étant pas de simples caisses de résonance du fondateur du parti et ses marionnettes, soit ils le laissent avec "sa" chose et il devra constater que sans les autres ce n’est qu’une coquille vide. Il aura le plaisir éphémère de faire siéger un de ses proches à l’assemblée (puisque finalement il semble que ce soit ça la grande frustration qu’il ne peut pas encaisser) avant de constater la mort de son parti bien avant la sienne. A quoi cela sert-il de reprocher à Blaise Compaoré de vouloir céder le pouvoir à son frère si c’est pour accepter que Laurent Bado fasse siéger à l’assemblée sa fille ou son neveu à la place de ceux qui se sont sacrifiés depuis 15 ans pour faire rayonner le parti ? Remarquez d’ailleurs que l’exclusion de Toé du parti lui laissera le loisir de choisir un autre suppléant, comme quoi il n’a pas encore renoncé à son projet de succession "choisie". Serait-ce la vraie motivation de cette "crise" créée de toutes pièces ?

    Alors membres du bureau politique du PAREN, révoltez vous pour la survie de votre parti ! Vous ne pouvez pas avoir affronté les balles du RSP pour vous opposer à Blaise Compaoré et vous laisser dicter tout par votre fondateur, qui lui n’a que sa plume et ses injures ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 10:59, par sawadogo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Je voudrais si possible,qu’on me donne la définition entre un Fondateur d’un parti politique,un fondateur une entreprise,un fondateur d’une école ou d’un établissement.Merci d’avance !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:06, par yaa siida
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    on ne gère pas un pouvoir pardon un parti par procuration. certains ne me diront pas le contraire. Avec des fondateurs ou des décideurs le nombre de partis politiques ne fera qu’augmenter.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:26, par Kossi ma province
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    C’est juste d’entre le professeur dire que le PAREN se féra avec BARRY mais sans CARLOS. Normal puisque BARRY est son gendre le mari de sa fille bien aimée. Patrimonialisation du PAREN. On verra tout dans ce pays.
    C’est tellement facile de critiquer. Si dans un petit parti sans une bonne poignée de militants on patrimonialisation le pouvoir imaginez vous ce que ferais un grand et ancien parti.
    Professeur on vous comprend comme CARLOS n’est pas le mari de votre fille on le fou à la porte.
    Politique en Afrique fait pitié !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:29
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    qu ils partent créer leur parti politique au lieu de vouloir doubler le vieux

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:29, par alain baraka
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Je n’ai pas l’intention de prendre parti dans cette polémique. Je tiens juste à demander à ceux qui insultent Bado d’édulcorer leurs propos car le problème est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.
    Si Bado est à blamer c’est le fait de vouloir contrôler le parti même en ayant déclaré qu’il l’a cédé. Le souci de protection qu’il a pour le parti est légitime mais il doit savoir raison garder car il n’est pas éternel. Le parti doit survivre à son fondateur et on pose là le problème plus général du culte de la personnalité en Afrique. Toutes les institutions connaissent le même problème : partis politiques, associations (c’est le cas le plus grave car la majorité des associations fonctionnent comme des boutiques familiales où le fondateur fixe les règles qui sont aux antipodes de la démocratie que ces structures sont censées prôner), ONG .... Mais ça c’est la méthode Bado et soit vous acceptez et progressivement vous travaillez à mériter sa confiance (parce que c’est aussi un problème de confiance) et l’apprendre à faire confiance. Evidemment cela demande du temps. Soit vous n ’êtes pas d’accord et vous quittez le parti.
    En tout état de cause, on ne peut pas intégrer le parti et en éjecter le fondateur par la ruse et la trahison si on en croît aux propos de Laurent Bado. Rien ne peut justifier le fait que Barry soit investi comme candidat du parti à la présidentielle à l’insu de Bado et se contenter de l’en informer après alors même que ce dernier n’avait pas donné sa position définitive sur la question. C’est de l’ingratitude pure et simple.
    Bado parle trop oui c’est vrai mais c’est son défaut à lui et tout le monde devrait l’accepter comme cela. Tout le monde ne peut pas avoir le même tempérament. A moins que vous préférez ceux qui garde le silence et vous poignarde dans le dos. Ceux qui louent l’attitude des "muets" se trompent bien souvent. On en a connu qui ne pipait mot la journée à leurs adversaires politiques mais la nuit était de véritables assassins. Suivez mon regard. Si les propos de Bado s’avéraient exacts Barry n’est qu’un prétentieux qui cherche à briller sur le travail des autres.
    Enfin, je valide les propos d’un internaute quand il dit à ces jeunes qui ne savent que vanter leur jeunesse que la jeunesse à elle seule est loin d’être un atout. Tout le monde a été jeune et tout le monde va vieillir.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:33, par Ida
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Jusqu’à présent je ne vois de quoi on reproche à Carlos. C’est plutôt BARRY et BADO qui se jouent les leaders e. BADO a le droit de regard mais j’ai l’impression qu’il en fait trop.BARRY a trop d’ambition alors qu’il ne peut casser une calebasse. Carlos, suis prêt, si ils ne se ressaisissent pas bien me voir.Nous créerons un nouveau parti. Si non iras lutter à Tougan avec tes frères samo là bas. Lool. Courage TOE.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:37
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    L’hermétisme n’est pas le sens de la profondeur dê !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:38, par Elso
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Bonjour.
    Pour une fois, je viens de voir les noms de Oumar L. OUEDRAOGO et Cyriaque PARE. Peut être qu’ils interviennent souvent mais le plus important pour moi, jusqu’à hier, j’ai cherché à connaitre M. Carlos. Aujourd’hui c’est chose faite. Avec tout ce bagage intellectuel dont jouit mr Carlos, le Pr Laurent Bado doit mettre un peut d’eau dans son vin quand il dit qu’il ne connait même pas son nom. Je souhaiterai que Bado adopte une posture de sagesse compte tenu de son âge. J’insiste et demande à Tahirou Barry et Carlos Toé de créer leur propre parti politique et quitter le PAREN car pour moi, la politique n’est pas la guerre. Soyons sages.Merci aux deux journalistes pour ce formidable travail d’investigation et bravo à "Lefaso.net"

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:43
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Pour qui se souvient des prophéties du sieur Boglo il y avait forcément de la manipulation quelque part, car pour un homme sensé, c’était utopique ce qu’il racontait ! le prophète Boglo aurait pu être le président et pourquoi pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:59, par Wendmi
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Problème de passage de témoin, problème générationnel ? Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 12:02, par zakaria
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Très bonne leçon pour Bado et ces partisans oui le silence Bado à tout aprit sauf le silence
    malgré tout les diplômes tout les expériences professionnelles il manque cette sagesse et c’est sur qu’il ne l’aura plus. Pour la seule faut il sera désormais considéré comme le plus grand comédien politique et intellectuelle du Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 12:05, par Kossi ma province
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    C’est juste d’entre le professeur dire que le PAREN se féra avec BARRY mais sans CARLOS. Normal puisque BARRY est son gendre le mari de sa fille bien aimée. Patrimonialisation du PAREN. On verra tout dans ce pays.
    C’est tellement facile de critiquer. Si dans un petit parti sans une bonne poignée de militants on patrimonialisation le pouvoir imaginez vous ce que ferais un grand et ancien parti.
    Professeur on vous comprend comme CARLOS n’est pas le mari de votre fille on le fou à la porte.
    Politique en Afrique fait pitié !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 12:47, par wendpagnangdé
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Tout d’abord je tiens à féliciter les deux journalistes pour votre professionnalisme dans le travail. C’est propre, y’a une beauté dans la forme c’est ce qu’on attend de vous, parce qu’on sait que vous en êtes plus que capables.
    Merci à vous, Oumar L. OUEDRAOGO et Cyriaque PARE !

    Je salue la démarche de Monsieur TOE. vous faites honneur à la jeunesse Burkinabè en particulier et à la jeunesse africaine en générale. Être capable de concilier la participation active à la vie politique ; l’exécution efficace des obligations professionnelles et les études est un signe que vous êtes un enfant digne du Faso.
    Je ne peux pas croire que le professeur Laurent BADO puisse dire qu’il ne vous connaît pas. A mon humble avis la crise a été créée en toute pièce par BADO pour évincer ses compagnons de lutte.Sinon pourquoi cette façon indigne de laver le linge sale du parti dans la presse, d’accuser et humilier publiquement le président du parti et son porte parole y compris par des attaques personnelles, ethniques et des affirmations non vérifiées devrait valoir des sanctions au militant Laurent BADO himself. J’espère que vous aurez suffisamment de cran pour le mettre hors d’état de nuire une fois pour toutes. Comment peut-on se prétendre chrétien catholique et proférer des propos haineux comme ceux que nous avons tous lu. Très sincèrement le silence des sieurs BARRY et TOE me conforte dans ma position de penser que nos vieux politiciens véreux et affamés on oubliés que nous avons une jeunesse responsable qui s’assume sur tous les plans maintenant, et qu’ils nous laisse car ils ont atteint leur limite et n’ont pas pu prouvés quelque chose à cette jeunesse si ce n’est la merde dont on vit actuellement à cause de leur intérêt égoïste.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 15:56, par Tie
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Internaute n°44 Sidpawalemdé Sebgo, ce n’est pas bien ce que vous dites. Pourquoi insiter les militants du Parent à la revolte ? Il est mieux de leur demander la reconciliation. Ce n’est pas sérieux de votre part. Quand vous ne pouviez pas séparer des gens qui se bagarent, ne mettez pas encore de l’huile dans le feu. Tahirou soit vigilant et reste à ton poste et à Toe d’être sage pour la suite de sa carrière politique.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 16:29
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Est ce vrai que BARRY est le gendre de BADO ?
    Si cela est vrai je vais dire à ces gens là que le linge sale se lave en famille.
    BADO c’est votre fiston et pour l’amour de votre fille il fallait nous éviter ça.
    S’il venait à vous détester, pensez vous qu’il épargnera votre fille chérie ?
    Il est vrai que le mariage n’est pas une faim en soi, mais mon problème réside au niveau des enfants qu’ils ont eu ou auront.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 19:08, par Tuantsi
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Après la révélation du fameux Père qui l’annoncait Président du Faso qui allait remettre en confiance les Burkinabè qui viendraient même à solliciter de lui la modification de l’article pour un troisième mandat, c’est déjà la dispute. Peut-être que c’est cette crise relancera le PAREN ou plutôt BARRY et BADO qui avait été anoncé comme sage Président de l’Hémicycle... L’avenir nous en dira quelque chose. Que Dieu bénisse le Pays des Hommes Intégres.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 21:54, par Toussaint
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Bonjour, j’interviens ce soir car j’ai de la peine par rapport à ce qui se passe au niveau du PAREN. Je connais bien monsieur TOE Carlos pour avoir milité avec lui au sein de la Cellule Estudiantine du PAREN (CEP) sur le campus. Je confirme qu’il est bien connu du professeur car, avec Carlos, nous avons fait en son temps le meilleur travail de mobilisation pour le parti sur le campus, animer le journal la Renaissance. Nous rendions visite fréquemment au Pr. Dans le scénario qui se déroule actuellement, certainement que le vieux a été manipulé par les anciens du parti qui jalousent le score et le positionnement du jeune Barry. J’invite le Pr à se retirer purement et simplement de la politique pour nous honorer, nous qui sommes ses enfants ou ses petits fils qui avons eu de l’admiration pour lui depuis notre cursus universitaire jusqu’à ce jour. Si vous enlevez un leader comme TOE Carlos du parti en dehors de toute application des textes statutaires vous aurez commis un crime abominable contre le PAREN. J’informe, pour ceux qui ne le connaissent pas, que Carlos a été et est toujours l’un des militant endurant, persévérant et intrépide du PAREN. Il a refusé de siéger au CNT car il voulait se consacrer au parti pour la campagne présidentielle et législative de 2015. Ce ne sont pas les avantages qui l’intéressent, mais l’avenir du parti.

    Vivement que cette crise soit mise aux oubliettes afin de laisser les jeunes leaders du parti travailler en toute indépendance. Je prie Dieu d’insuffler au Pr sa sagesse pour qu’il prenne la décision de se retirer une fois pour toute de la politique et du parti. Cela ne lui enlèvera pas sa casquette de président fondateur ni sa grandeur en tant qu’intellectuelle qui ait contribué à faire évoluer beaucoup de chose au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 07:09, par DAO
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Il faut essayer de voir si cette crise n’a pas de lien avec l’affaire Christian BOGLO et ladite tentative d’assassinat du Pr BADO. N’ayons pas la mémoire courte. Je souhaite que le Pr porte plainte contre X devant le procureur du Faso pour tentative d’assassinat. Les enquêteurs pourrait voir d’éventuelles relations entre ces 3 fait Boglo-assassinat-Crise interne.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 08:15, par Ouezzin
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Internautes Elso et Wendpagnandé, vous avez remercié les journalistes, Oumar L. Ouédraogo et Cyriaque Paré (qui, c’est plutôt rare, s’est "exposé" pour cet article).

    Selon moi, cet article sur Carlos Toé est un acte de stratégie politique, et pas seulement un "bel" ouvrage d’investigation et d’information.

    Car voici quelqu’un, non, en fait pas un quelqu’un car jusqu’au mémorandum de Bado, et surtout cet article de Faso.net Carlos Toé était un parfait inconnu.
    Selon Bado, ce n’était qu’un prénom (alors qu’il était son suppléant aux Législatives, ce qui suffit pour révéler l’imposture de Bado), et voilà que maintenant le monde entier (car on sait la puissance des médias depuis que les réseaux sociaux existent) sait tout ou presque de ce monsieur qui a non seulement l’avantage d’être bel homme (contrairement à Tahirou Barry), d’avoir en poche le produit d’un cursus avantageux (maître en sociologie, DEA et doctorant en Sciences politiques), et ne de pas être Moaga tout en étant lié à cette communauté par parenté à plaisanterie, trois atouts s’il se trouvait avoir des ambitions politiques.

    Du charisme, de la pondération par un silence attentif, une photo à son avantage, et voilà, une star est née, par le bon vouloir de deux journalistes ! Ou le bon vouloir de qui ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 09:20, par yelmingaan blaan saa hien
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    VIVEMENT QUE LA SÉCURITÉ SOIT PRISE AU SERIEUX POUR "PARE" LE CAS echeant a un pugillat generationnel ;un mano a mano comme dirait qui on sait !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 09:35
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Je m’interroge sur la surprise de Pr BADO en matière politique, étant entendu que la politique sous nos tropiques est l’art de "rouler dans la farine" aussi bien ses adversaires externes que internes. En outre, pourquoi BADO aime faire trop confiance aux SAMOS ? C’est le 2e Samo après le "chat noir" à le dribler, mais apparemment il commence à anticiper le calcul sur ce samo, et tant mieux pour le vieux.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:28, par A Tanbgatou
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Mon Professeur a tout simplement perdu les repères.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 10:32, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Internaute n°58, Tie : La réconciliation à tout prix peut être la voie vers l’enfer. Cautionner le mal au nom de la paix ne fait qu’aider au développement de ce mal. La crise au PAREN est née d’une personne, les accusations, les insultes et les plaintes viennent d’une personne. La volonté d’exclure les autres vient d’une seule personne. La réconciliation est donc entre les mains de cette personne. A ce jour, aucune des personnes qu’il a attaquées ne lui a répondu, ni reproché quoi que ce soit. C’est à cette personne soit de s’excuser, soit d’apporter la preuve de ses allégations, pas aux autres de prouver qu’ils sont innocents ou de lui demander pardon de ce qu’ils ne reconnaissent pas avoir fait.

    Si la réconciliation suppose que le ministre Tahirou Barry passe plus de temps à "rendre compte" au fondateur du parti qu’à faire son travail de ministre et de président de parti, et qu’en tant que président il ne doive prendre aucune initiative ni donner aucune directive, alors cette réconciliation n’est pas souhaitable.

    Si la réconciliation suppose que Carlos Toé, après 15 ans passés à travailler pour le PAREN, soit présenté comme un inconnu intrigant et parachuté par Barry, et qu’il soit exclu d’un parti qu’il a contribué à assoir sans avoir violé un texte du parti ni été entendu par les instance de ce parti, alors cette réconciliation n’est pas souhaitable.

    Si la réconciliation suppose que les milliers de militants du PAREN et les dizaines de cadres de ce parti deviennent des moutons qui ne pensent pas par eux mêmes, n’ont pas d’ambition personnelle, ni politique, ni économiques, et ne travaillent que pour la gloire de Laurent Bado, cette réconciliation n’est pas souhaitable.

    Si la réconciliation suppose que des adultes responsables acceptent de se faire insulter, rabaisser, humilier sur la place publique, et que ce soit eux qui doivent présenter des excuses à leur accusateur qui ne présente aucune preuve de ses accusations, alors cette réconciliation n’est pas souhaitable.

    Si la réconciliation suppose qu’on admette l’autocratie comme mode de gouvernance d’un parti politique, l’insulte raciste et ethnique comme mode de communication, l’orgueil et la suffisance comme des valeurs de la "renaissance nationale" et des "principes chrétiens", alors cette réconciliation n’est pas souhaitable.

    Les médiateurs "auto-saisis" ont voulu "réconcilier" l’opposition et la majorité de Blaise Compaoré. Le but était de permettre à ce dernier de rester au pouvoir. Cette "réconciliation" n’a pas été acceptée.
    Le président Macky Sall a voulu "réconcilier" les Burkinabè en nous demandant d’accepter que le putschiste Diendéré reste président et organise des élections au terme de deux ou trois ans, élections auxquelles tout le monde, y compris Blaise ou François Compaoré et autres, pouvaient participer, et une amnistie serait offerte aux tueurs du RSP. Cette réconciliation n’a pas été acceptée.
    Les ancien dignitaires du régime passé parlent de "réconciliation nationale", et dans leur compréhension cela suppose l’impunité pour les crimes économiques et de sang, et leur retour à l’assemblée et au gouvernement. Cette réconciliation n’est pas acceptée.

    Le peuple Burkinabè s’est révolté contre la volonté de Blaise Compaoré de rester au pouvoir après 27 ans. Cela s’appelle "insurrection populaire" est le monde entier nous félicite pour cela. Le peuple Burkinabè s’est révolté contre les putschistes de Septembre 2015, et nous en sommes fiers car nous avons refusé la loi du plus fort.

    Donc, le mot "révolte" n’est pas toujours négatif et le mot "réconciliation" n’est pas toujours positif !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 14:45, par ANTA2
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    L ’internaute 23, comme les bissas gouvernent mieux ce n’est pas mieux d’aller prendre la tête du parti le PAREN pour qu’il n’y est plus de dispute. Attention au mal cause sur les ethnies

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 02:58, par yelmingaan blaan saa hien
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    j ai envie de m écrier paraphrasant,biraogo diop,"norbert zongo(allias henri sebgo) n est pas mort,sidpawalemdé sebgo est la ! que veut dire "sidpawalemdé" ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2016 à 08:08, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    "Sidpawalemdé" signifie en langue mooré "la vérité ne se murmure pas" !

    Pour la petite histoire, ce pseudo est à la fois pour rendre hommage à Norbert Zongo alias Henri Sebgo, mon idole, et ne pas trop m’éloigner de mes véritables nom et prénoms. Comprenne qui pourra.

    P.S. : Il parait que l’ancien premier ministre Isaac Zida a aussi rebaptisé l’Ambassadeur américain "sidpawalemdé" en raison de son rôle dans l’insurrection et le coup d’état manqué. Dans tous les cas je réclame les droits d’auteur !

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 15:57, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise au PAREN : Carlos Toé maintient le silence, en attendant la session du bureau politique

    Mais finalement, que veulent les gens ? Vous accusez Tahirou Barry d’être "ingrat" et de tous les crimes d’israël sur la seule base des déclarations de Laurent Bado. Il dit qu’il a de la peine car les accusations ne sont pas fondées mais se doit de garder le respect pour son mentor.

    Et vous, vous exigez, pour prouver qu’il est innocent, qu’il fasse comme Bado, c’est à dire utiliser la presse pour répondre point par point au fondateur (c’est à dire prouver qu’il ment, donc lui mettre la honte). Pour bien sûr ensuite dire que le fils spirituel a insulté son père !
    C’est diabolique, machiavélique et pas très malin comme raisonnement.

    Et pour information, en république et en démocratie, si vous accusez quelqu’un c’est à vous de prouver vos dires, pas à lui de prouver qu’il est innocent ! N’importe quoi...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés