La discipline, principale force du peuple taïwanais

jeudi 18 août 2016 à 23h03min

Si la discipline fait la force des armées, elle est inéluctablement « la toile de fond de tous les exploits », selon les mots de l’écrivain québécois Michel Bouthot. Et ce n’est pas le touriste qui découvre Taiwan pour la première fois qui dira le contraire. L’ordre qui y existe lui fera presque oublier la beauté des gratte-ciels, le vrombissement des bolides et des scooters et la profusion des appareils hi-Tech. Bienvenue à la capitale, Taipei, la destination où la discipline mérite plus qu’un article.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La discipline, principale force du peuple taïwanais

Le Burkina Faso est sept fois plus grand que la République de Chine Taiwan, avec sa superficie de 36 000 km2. L’un est un pays sahélien et l’autre est une île. Tous deux subissent cependant des catastrophes naturelles : sécheresse et inondations pour le premier, séismes et typhons pour le second. En 2016, l’économie burkinabè repose essentiellement sur l’agriculture ; 60 ans plus tôt c’était pareil à Taïwan. Sauf que sur l’ile de Formose, l’on a compris au fil du temps que la première ressource d’un pays qui aspire au développement, c’est son capital humain. Santé, éducation et formation professionnelle sont les chantiers prioritaires qui ont retenu l’attention des Taïwanais.

Cet investissement a porté fruit et le moins que l’on puisse dire c’est que la discipline est aujourd’hui la chose la mieux partagée. Quand on arpente les artères de Ouagadougou et juste après de Taipei, l’on est très vite frappé par le contraste qui existe entre ces deux villes en matière de circulation routière. Dans la capitale burkinabè, le motocycliste porte à peine un casque. Et même s’il l’enfile, il n’est pas rare que les rétroviseurs de l’engin soient arrachés. Hélas, c’est devenu un effet de mode !

A Taipei, c’est tout le contraire. Le port du casque y est obligatoire depuis l’an 2000 car à l’époque, les accidents de la circulation étaient l’une des principales causes de décès derrière le cancer, les maladies cardiaques et le diabète. Pour couronner le tout, le permis de conduire à moto est aussi obligatoire. Si vous n’avez pas plus de 400 nouveaux dollars taiwanais (environs 5000 F CFA) en poche, il vaut mieux donc respecter la loi.

Pour ce qui est du respect des feux tricolores, le Burkinabè est sur la bonne voie. Il faut y voir dans ce changement de comportement, les effets de l’opération musclée des polices nationale et municipale contre l’incivisme. Et même s’il s’arrête au feu rouge, l’usager de Ouagadougou est très souvent sur le passage « piétons ». A Taipei, le non respect des feux tricolores est presqu’un crime, et le piéton peut bien traverser la route sans aucune crainte d’être renversé par un chauffard. En fait, la ville est truffée de caméras de surveillance et il est bien difficile de se jouer les « bandits » du far West sans être vu.

Bref ! Il serait absurde de penser que la République de Chine a atteint son niveau de développement actuel sans une culture de la discipline. D’ailleurs, toutes les grandes nations sont passées par là. Le Burkina Faso a beaucoup à apprendre et il devrait s’y mettre très vite s’il veut atteindre l’émergence tant clamée dans les campagnes électorales, séminaires et fora.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 août 2016 à 00:40
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    On ne va pas non plus copier tout ce qui se passe là-bas parce que c’est comme ça. Chaque pays avec ses spécificités. Taïwan avec ses trucs, le Burkina avec ses trucs aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2016 à 08:21, par Sampawindé
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    La discipline a toujours fait la force principale d’un regroupement humain et les exemples sont là : Rwanda, Ethiopie, Japon, Chine...Il suffit simplement pour nos pays de copier-coller et ce sera déjà le départ d’une grande aventure bénéfique !

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2016 à 10:12, par sanfo
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    DE GRACE ARRETONS L’ANARCHIE EN CIRCULATION
    Ca n’a l’air d’un rien, mais c’est révélateur de l’éducation qu’on a reçu et de la personnalité. Que peuvent apprendre à leur enfants ces personnes qui ne sont même pas capables de respecter un feu tricole.
    Le Brûler ne signifie : je m’en foue des autres...Ca signifie d’abord : je ne me respecte pas moi même !!!!!
    Que chacun montre qu’il a été un enfant éduqué et non juste élevé nourrit !

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2016 à 12:01, par Kabaco
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    Il nous faut intégrer nos valeurs culturelles dans tous nos plans de développement. Tout ce qu’on constate au Burkina Faso de nos jours s’explique par l’abandon de certaines valeurs culturelles. La culture doit être la base de tout projet de développement d’une société. Tous ces pays asiatiques se développent tout en préservant et en respectant leurs valeurs culturelles.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2016 à 12:55, par Le japonais
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    Bonjour,

    depuis plusieurs mois, le mot incivisme, fait parti du quotidien, principalement en ce qui concerne le non respect des feux tricolores. Du sang, des larmes, de l’encre, de la salive, ont coulé. Je tiens à souhaiter un prompte rétablissement à la dernière victime.

    Mais, il y’a une chose qui m’intrigue, et m’interpelle à la fois, lorsque ce sujet est abordé : pourquoi ce sont toujours les citoyens "lambda" qui sont indexés lorsqu’on parle d’incivisme aux feux tricolores, et non les agents de sécurité, pour ne pas dire ceux qui les ordonnent de faire ces contrôles : les ministres concernés, le gouvernement ? Pourquoi ce sont toujours ceux qui sont au bas de la pyramide qui sont "toujours" fautifs, et pas ceux qui sont au sommet ? Le gouvernement ne fuit-il pas le problème, en le rejetant sur la population "d’en-bas" ?
    Et aujourd’hui on nous parle de .... "MACO" !

    Il est vrai que certaines personnes "grillent" volontairement les feux tricolores, mais parfois, pour ne pas dire très souvent, on se fait avoir !
    Aujourd’hui, combien de feux tricolores fonctionnent correctement à Ouagadougou (pour ne citer que la capitale) ? Lorsque vous prenez, par exemple, les feux tricolores qui se trouvent au niveau du carrefour Lycée St Ex - Collège de la salle, les feux "oranges" n’existent quasiment pas ! Les feux passent directement du "vert" au "rouge". Sur la nationale 1, les feux tricolores qui sont installés à partir du siège de l’ONEA, provoquent plus d’accidents, au-lieu de faciliter la circulation. A ce niveau, les deux feux tricolores peuvent passer au "vert" en même temps. Une vraie catastrophe ! Les feux tricolores qui se trouvent au niveau de la place de la révolution [ces agents de sécurités y sont tout le temps] ne sont pas non plus les meilleurs. Il y’a plein d’exemples pareils à Ouaga, mais .... rien est dit, rien est fait : où sont les médias, les osc, les syndicats ?
    Que ces agents de sécurité avant de "coller" des amandes aux pauvres citoyens, commencent par discuter avec leurs supérieurs sur comment remettre ces feux tricolores aux normes.

    On a l’impression d’être dans un pays où l’on marche sur la tête. Même si certains ministres ont une grosse tête, un peu de quand même ! Oui, à force de voir la multiplication des contrôles au niveau des feux tricolores, on se demande si certaines personnes ne profitent pas, de la situation (c’est vraiment pathétique de leur part) pour remplir les caisses, ou tout simplement se remplir les poches ? Je reste persuadé que certaines personnes assises tranquillement dans des bureaux "faifaitisés", attendent impatiemment le retour de ces jeunes (non, ces agents de sécurité), du terrain, pour se gonfler les poches, et n’hésitent pas à faire de la "propagande" auprès des médias, dès qu’il y’a malheur. Comme on dit souvent, le malheur des uns, fait le bonheur des autres.
    Et aujourd’hui, on nous parle de "MACO" .... après avoir troué nos poches avec vos 25 000 fcfa à chaque fois .....et parce qu’on a du mal à "comprendre" comment fonctionne ces "foutus" feux tricolores .... que vous entretenez à votre manière, et dont vous êtes les seuls à avoir la notice d’utilisation (puisque vous, messieurs au sommet, vous êtes les seuls à respecter correctement ces feux tricolores) ....Hein, on est où !

    Sérieusement, et posément, revoyons ensemble la copie de "cette chose ci". La meilleure solution pour lutter contre le non respect des feux tricolores ne doit pas être QUE l’amande, la répression, et l’emprisonnement.
    Il faut : 1- Revoir vos infrastructures routières : feux tricolores incompréhensibles, panneaux de signalisation fantômes (je parle des panneaux de signalisation qui deviennent invisibles la nuit tombée), entre autres. A certains carrefour ces éléments posent beaucoup, beaucoup de problèmes. 2- Sensibiliser sur le code de la route (beaucoup de citoyens n’ont pas le permis de conduire), le civisme "routier", et la courtoisie au volant. 3- Sévir : Là vous pouvez commencer à vous remplir les poches. Non, je veux dire coller des amandes. Et surtout demander à vos "agents de sécurité" de faire preuve de bons sens ; autrement dit, qu’ils comprennent, qu’ils peuvent rentrer bredouille, et que leur métier ne consiste pas uniquement à coller des amandes, mais peut consister également à sensibiliser. Parce qu’on se demande souvent s’ils abusent pas de leur fonction, pour ne pas rentrer les poches vides.

    Pour finir, je voudrai faire un big-up, à ces "agents de sécurité" qui risquent leurs vies, pour en sauver, et protéger d’autres.

    Le japonais

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2016 à 15:10
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    Vous savez instaurer une discipline ce n’est pas complique pour un Etat. Il suffit juster delever les sanctions et de les respecter en qu’a infractions. Pour ajouter a l exemple de la chine Taiwan je prends le cas des USA qui a une population tres difficile a gerer. Mais ils ont des lois severes qui permettre parfois dinstaurer la discipline. Par ex aux USA pour un homme qui porte la main sur une femme, c’est d office un crime quil a commis. Il ira mediter sur son sort en prison pdt 10 ans au minimum. Ce qui fait que c’est vraiment rare de voir une telle situation se produire de nos jours.
    Pour revenir au cas de la chine c’est pas que les taiwanais sont des saints. Parceque tt simplement ils savent ce qui les attend en cas d infractions de la loi. Par consequent leurs reflexes de respect devient une seconde nature.
    En somme, la difference fundamentale entre les pays dev. et les pays sous dev. resident a ce niveau.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2016 à 16:12
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    Je ne crois pas à la démocratie pour nous développer. De la manière dont elle est vécue sous nos tropiques, elle ressemble plutôt à l’anarchie. C’est pourquoi je me convaincs chaque jour que les valeurs qui nous font défaut sont le travail et la discipline. Nous avons tout copier chez les autres sauf ces deux valeurs !!

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2016 à 07:24, par Sid
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    L’essentiel est ressorti à travers l’analyse des internautes 3 et 4. tenir compte de nos valeurs dans notre vie de tous les jours paraît le bon remède .

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2016 à 10:46, par L’Oeil du Peuple
    En réponse à : La discipline, principale force du peuple taïwanais

    La discipline est la principale arme de développement aussi bien pour un individu que pour une nation. Si dans tout ce que vous faites, il manque la discipline, vous irez nulle part. Vous allez faire du sur place et vous n’allez jamais bouger.
    La discipline est le préalable de tout. Imaginez un peu que le Burkinabè soit discipliné dans son comportement quotidien, avec tout ce qu’il a comme énergie et le courage à revendre ; que sera le pays des Hommes Intègres ? On sera un vrai modèle de développement dans la sous-région et en Afrique.
    C’est la même chose pour un élève, un travailleur ; si vous n’êtes pas disciplinés, vous n’irez nulle part dans vos études ou vos activités. La discipline est la règle d’or de la réussite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés