Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

vendredi 12 août 2016 à 04h20min

L’hebdomadaire conseil des ministres s’est tenu ce jeudi 11 août 2016, au palais de Kosyam. Entre autres décisions de ce conseil des ministres placé sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Kaboré, le remplacement de l’aide de camp du Premier ministre Paul Kaba Thièba.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

L’affaire de la disparition des 25 millions de F CFA a-t- elle fini par avoir raison du commandant Wendpagnande Edmond Sakana ? Le conseil des ministres a nommé en remplacement le capitaine Moise Moussa Wendpanga Kaboré. On se rappelle que le nom de l’aide de camp Edmond Sakana a été cité dans cette affaire de disparition d’argent au cours d’une mission du Premier ministre sur Taiwan en mai dernier. Le Premier ministre lui- même n’avait alors pas hésité à trouver en lui le premier responsable de cette disparition, s’appuyant sur les textes qui règlementent la gestion des fonds lors des missions officielles.

Au cours de cette session du conseil des ministres, des « dossiers de fond » ont été étudiés, a souligné le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou. Il s’agit notamment de l’adoption d’un décret relatif à l’organisation administrative du territoire et l’attribution de chefs de circonscriptions administratives. Ce décret a été adopté au titre du ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure.

Selon le ministre de la communication, l’une des innovations majeures de ce décret, est la volonté de professionnaliser la fonction de chef de circonscription administrative. Ainsi, « sauf dérogation ou des raisons que le chef de l’Etat et le conseil des ministres auraient choisies, il faut savoir que les gouverneurs seront choisis particulièrement dans le corps des administrateurs civils. Il s’agit pour nous, d’avoir une administration civile performante » a-t-il noté.

Aussi, il faudrait noter la mise en place d’un cadre de concertation qui va permettre de traiter de toutes les questions de développement. « Il y avait parfois des incohérences et des juxtapositions entre les projets sur le plan régional, départemental et provincial. Maintenant, il y a un cadre de concertation qui va mettre tous ces éléments en place » a expliqué Rémis Fulgance Dandjinou.

Un autre décret adopté au cours de ce conseil est celui portant stratégie révisée de mise en délégation de services publics et de gestion de l’aéroport international de Ouagadougou-Donsin. Ainsi, pour l’exécution de ce projet dont le financement total est de 382 milliards de francs CFA, le gouvernement a opté pour une mise en délégation à travers la création d’une société mixte dont le capital sera réparti comme suit : 60% pour l’opérateur industriel, 25% aux privés nationaux, 10% pour l’Etat et 5% à l’ASECNA.

Pour ce projet qui s’étend sur la période 2013-2020, « l’idée est de permettre d’avoir la souplesse d’une société de droit privé, afin de permettre à l’Etat de continuer à avoir un œil sur le développement de ce projet et à préserver l’intérêt national » a indiqué le ministre de la communication. Et celui- ci d’ajouter que la société mixte s’occupera uniquement de Donsin « alors que dans le premier projet, il y avait une association de la gérance de l’aéroport de Ouagadougou et celui de l’aéroport de Ouagadougou-Donsin ».

Au titre du ministère des finances, le conseil s’est penché sur deux éléments. Il s’agit d’une ordonnance de ratification d’un accord de financement avec l’association internationale de développement qui vise le financement d’un projet de transport et de développement des infrastructures urbaines. Le coût de ce projet s’élève à 100 milliards CFA. Le deuxième point est relatif à l’autorisation de passation d’un marché de gré à gré avec Eutelsat dans le cadre de la couverture en Télévision numérique terrestre (TNT) du pays, en vue de respecter les délais fixés.

Concernant le ministère des mines et de l’énergie, deux conventions ont été signées. Une avec la société minière Konkera SA, pour une durée d’exploitation de 07 ans, et l’autre avec Orezone Bomboré SA, pour une durée de 10 ans.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 août 2016 à 06:03, par Chapité
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Relevé l’aide de camp du premier ministre par celui-ci est de sa discrétion mais la raison invoquée est sujette à caution dans la mesure où l’ordonnateur du budget est le premier ministre lui-même et à ce titre responsable de plein droit de la gestion des fonds. L’aide de camp ne décide pas des dépenses à honorer. S’il y a bien un fautif c’est l’ordonnateur principal et non l’exécutant.
    Si cette hypothèse est exclue, que l’on laisse donc Zida tranquille car il n’a jamais été prendre l’argent au trésor et qu’on accuse alors tout simplement son directeur de cabinet.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 06:23
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Sakana Yaaaako,
    Je sais que tu n’est pas homme a voler,Dieu fera ton palabre ,en attendant courage man.....

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 06:55
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    J’espère que les fonds seront remboursés

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 07:18, par Hien Simplo
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    C’est pas là le problème ce qui est bien est que le premier ministre avait dit tolérance zéro donc qu’il revoit sa politique même si c’est l’aide de camp va et qui va payer l’argent du contribuable.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 07:35, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Dès lors que l affaire des 25 millions a été ébruitée ,l aide de camp savait bien qu on devait trouver un bouc-émissaire qui ne pouvait pas être le PM lui même,quoique...
    - Alors pourquoi n avoir pas pris les devants dès que l enquête a été ouverte afin de mieux assurer sa défense plutot que de se laisser débarquer publiquement(humiliation ) alors qu il fait partie de ces jeunes vaillants officiers qui ont mis en déroute le tout puissant RSP lors du coup foireux du général félon ?
    - N est -il pas possible qu un militaire démissionne de lui meme de ses fonctions ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 07:49
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Dans de vraies démocraties c’est le PM qui doit démissionner...........Mais on est au Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 08:14, par Le Vigilant !
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    En quoi l’aide de camp est IL responsable de la perte des 25 000 000 Fcfa ? Cest de la responsabilité directe du PM. En tant que Financier il aurait dû loger cette argent sur des cartes visas. Nous sommes dans quel royaume là ? Prendre de la liquidité et faire le tour du monde ? Comme les gens ne veulent pas de trace on préfère voyager avec la liquidité . Je doute fort de la capacité de Paul Kaba de diriger le gouvernement ! Et si c’était un autre ministre ? Ce PM doit noter qu’il traînera cette affaire durant toute sa carrière . C’est la première fois qu’on impose un premier ministre qui n’a pas de toit dans son propre pays. Exactement le MODELE Zinzou au BENIN A la difference des couleurs de peau ! Et voilà que notre PM passe toujours à côté des réalités de la population . Bcp d’arrogance pour rien. Il doit rembourser cet argent.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 08:39, par ZIDA
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    (Selon le ministre de la communication, l’une des innovations majeures de ce décret, est la volonté de professionnaliser la fonction de chef de circonscription administrative. Ainsi, « sauf dérogation ou des raisons que le chef de l’Etat et le conseil des ministres auraient choisies, il faut savoir que les gouverneurs seront choisis particulièrement dans le corps des administrateurs civils. Il s’agit pour nous, d’avoir une administration civile performante »)
    JE RECOPIE CETTE PARTIE JUSTE POUR REMERCIER LE GOUVERNEMENT DE SEM LE PRESIDENT ROCH MARC CHRISTIAN KABORE MAIS PROFITER LUI TIRER SON ATTENTION CAR PARTOUT AU FASO POUR OCCUPER UN POSTE DE NOMINATION EN CONSEIL DES MINISTRES IL FAUT ÊTRE UN AGENT D’ORIGINE DE CE DEPARTEMENT MINISTERIEL EN QUESTION. DANS CE SENS NOUS ALLONS AVOIR DES HOMMES COMPETENTS. SEULEMENT IL FAUT QUE CETTE LOI OU ENCORE PRINCIPE S’APPLIQUE AU NIVEAU DU MINISTERE DES AFFAIRES, DE LA COOPERATION ET DES BURKINABE DE L’ETRANGER POUR LES POSTES DES AMBASSADEURS ET CONSULS GENERAUX ; ALORS POUR ÊTRE NOMME AMBASSADEUR IL FAUT ÊTRE UN MINISTRE PLÉNIPOTENTIAIRE, MINISTRE CONSEILLER,POSTE DU CONSUL GENERAL MINISTRE CONSEILLER, PREMIER CONSEILLER SINON NOUS AVONS DES AGENTS DU MINISTERE DE LA JEUNESSE QUI SONT CONSULS GENERAUX DONT JE VAIS TAIRE DE CITER LES NOMS.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 08:48, par AO
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Merci. Je vous encourage à continuer à vous battre car aucun homme n’est parfait. Que Allah vous accompagne pour que vous puissiez nous soulager.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 08:58, par VirousLakea
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    "Un gagneur ne lâche jamais, un lâcheur ne gagne jamais !"

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 09:08, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    ’’....il faudrait noter la mise en place d’un cadre de concertation qui va permettre de traiter de toutes les questions de développement’’.

    - Mr DANDJINOU, il y a même aujourd’hui de nombreux cadres de concertation sur le terrain régions, provinces, départements/communes, etc. Il y en a même trop mais aucun ne fonctionne !

    En plus moi je vous conseille de règlementer le fonctionnement de ces cadres et pour celà je vais vous dire pourquoi :

    - De nombreux membres agents ont trouvé en ces cadres des gagnes-pains ou des gagne-frais de participation si bien que s’il n’y a pas de prise en charge à une hauteur que eux les participants vont exiger, personne ne va venir aux rencontres. Les projets ont peiné dans les provinces à cause des CCTP : ou tu payes et ils viennent ou tu joues à la bonne gouvernance et on te sabotte. J’ai vu un projet pour sa bonne volonté a voulu réunir le CCTP d’une province pour harmoniser ses interventions avec les autres projets dans la zone ou cofinancer des actions et gagner en efficacité et efficience. Mais c’était sans compter avec les rapaces ! Ceux mêmes qui sont résident dans le chef-lieu de la province ont exigé à être payés au même montant que les membres venant d’ailleurs. Ce CCTP n’a pas pu se tenir !

    Mr DANDJINOU, j’ai vu aussi dans un autre CCTP où quand le montants des prises en charge ont été annoncés dans les lettres d’invitation, les directeurs ont simplement envoyé des sous-fifres les y représenter. J’ai participé personnellement à ce CCTP au titre de personne-ressource invitée. Mais ce fut très difficile et nous avons perdu notre temps inutilement. La raison est que quand il fallait décider sur des questions urgentes ou prendre des mesures, les représentants se contentaient de répondre : ‘’Je vais informer le DR pour voir ce qu’il va dire’’. Est-ce qu’on peut travailler avec cette manière de faire ?

    Mon frère DANDJINOU, les agents du Burkina Faso sont malades d’une grave maladie qui immobilise tout et rend tout difficile. Elle est pire que Ebola ! Cette maladie s’appelle la ‘’Perdiemite aigue et chronique’’ et tant qu’ils ne seront pas soignés, rien n’avancera même si vous installez un cadre de concertation suspendu dans le vide entre ciel et terre. Et aujourd’hui, il y a un seul médicament qui puisse être efficace pour arriver à bout de cette maladie et il s’appelle ‘’Sanctions et licenciements massifs des fautifs’’. Renseignez-vous ! Il y a même des personnes responsables de haut rang dans les provinces et les régions qui font 2 ordres de mission pour la même mission et chaque ordre de mission est présenté à un projet pour se faire payer. Moi je dis ; c’est bien de professionnaliser la fonction de Gouverneur, mais le bon exemple doit venir d’abord d’eux car j’en connais qui passent leurs fonctions en missions permanentes ! Ce sont les administrateurs dans les régions et les provinces qui doivent donner d’abord le bon exemple dans la probité et la bonne gouvernance. Les prefets des départements eux, n’ont rien généralement sauf si de passage quelqu’un leur offre une bière chaude dans le maqui du coin ! Leurs bureaux et leurs domiciles sont délabrés et les maires les considèrent comme des concurrants. Les Gouverneurs et les Haut Commissaires mangent et croquent tout les laisser. C’est pourquoi je salue la décision du Gouvernement de considérer comme corruption tout don d’une valeur à partir de 35.000 FCFA à une autorité. Parce que certains Gouverneurs organisent des tournées dans leurs régions et reviennent avec plein de béliers et autres sacs de vivres, de pnombreux poulets et pintades. Remarquez ! Depuis la prise de cette décision, beaucoup ont freiné leurs missions !

    DANDJINOU merci de m’annoncer l’échec prochain de ces cadres de concertation si des mesures règlementaires ne sont pas prises avec obligation de résultats !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 09:34, par SANA
    En réponse à : Proverbe mossi

    On ne réveil jamais un lion quant-il dort,car il derobera.Quand un cailloux vient d’en haut,chacun se protége le tête.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 09:36, par Asamoah
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Pourquoi limoger l’aide de camp ? A quel niveau se trouve l’enquête ? L’aide de camp n’est que le bouc émissaire dans cette affaire. Ceci n’est qu’un coup monté contre sa personne et le peuple le sait. Mon commandant, la DCSI vous attend fièrement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 10:00, par DAMOCLES
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Franchement pitoyable tout ça. Entre nous l’ex-aide de camp avait-il besoin qu’on l’humilie de la sorte ? A partir du moment où la polémique est survenue et que c’est sa parole contre celle du PM le bons sens aurait commandé qu’il sorte par la grande porte en prenant ses responsabilités en demandant à être officiellement déchargé de ses fonctions pour s’expliquer franchement. pro patria et pour son honneur à lui. Malheureusement dans ce pays on s ’accroche toujours même quand c’est gâté. dommage

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 10:10
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Internaute 5, votre débarqué pour perte des 25 millions est largement fautif. Imaginez qu’on lui ait confié des dossiers ultra confidentiels et qu’il les perde.
    De plus, cet officier est simplement un informaticien, donc n’appartenant pas aux unités combattantes. Il n’a rien à voir avec le coup du RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 10:16
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Que fait - on de la notion de coresponsabilité dont lui même a signé et dont beaucoup de responsables sont actuellement poursuivis dans les cas de malversations de leurs gestionnaires. C’est la même chose, c’est toujours la justice à double vitesse : qunat c’est l’autre on va le poursuivre, mais quant c’est eux, c’est quelqu’un qui est responsable.
    si la jusstice st bien indépendante, il faut qu’un juge ouvre un dossier et va jusqu’au bout des enquêtes et on veras. Le PM ne peut être juge et parti et decider de calomnier un agent dans l’exercice de ses fonctions. MERDES. Que du tatonnement et de l’irresponsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 10:35, par Intrigué
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    @Kôrô Yamyélé, je vous suis là. Je me demande souvent si les services communication de nos institutions traites et remonte tout ce qui se dit dans les journaux et sur le net venant des populations.
    Je me réjouis du fait que l’Etat veuille "professionnaliser la fonction de chef de circonscription administrative". Je disais il y a à peine quelques jours qu’il faut nommer à chaque poste des gens qui ont été formé pour. Chers dirigeants, n’ayez pas peur non plus de nous les jeunes. Nous savons ou nous voulons amener notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 11:10, par la legende
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Que le premier ministre soit relever aussi.car il es le premier concerner de cette malversation.Toujours la volonté du plus fort qui regne.Pour combien de temp ?????Meme une dictacture de 27ans es partit en plein 12h par la brousse.Mr le premier DEMISSIONNER....

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 11:38, par ELKABOR
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    C’est quoi cette polémique stérile autour du débarquement de l’aide de camp du PM ?. Le PM n’a-t-il pas le droit de nommer ou de relever de ses fonctions ses plus proches collaborateurs à fortiori quelqu’un à qui on confie de l’argent et qui le laisse disparaitre au cours d’une mission ? Il sert à quoi celui-là alors ? Ceux qui parlent du problème de transport de l’argent liquide pour ces missions jusqu’à vouloir faire de l’amalgame avec le cas de notre imposteur en chef de General de Division fuyard doivent savoir que ceci est un autre débat. La question pourquoi le PM a transporté de l’argent liquide dans sa mission doit lui être posée en temps opportuns par les instances de contrôle de la dépense publique. Si c’est normal tant mieux si ça ne l’est pas il recevra sa dose de réprimande. Au delà de tout, on doit rembourser cet argent c’est tout ! Sinon c’est trop facile de nous dire c’est perdu c’est perdu !.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 11:47, par yerbanga joel
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    je ne sais pas si l’internaute N°6 sait ce que l’on appelle démission dans les vraies démocraties. Dans les vraies démocraties, c’est le voleur qui démissionne,il ne faut imputer la faute de pierre à Paul car chacun doit assumer ses responsabilité, donc tolérance zéro , parce que plus rein ne serai comme avant.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 12:00, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    - Burkinabè de tout bord  ! En votant ces gens vous allez boire la coupe jusqu’à la lie et vous n’avez encore rien vu ! Ces gens ont ramassé leurs amis et connaissance pour remplir le Gouvernement, tous aussi carrents les uns les autres. Tenez ! Voici ce que je viens de lire dans un journal (Courrier Confidentiel N° 113 du 10 août 2016, page 6 et 7) et lefaso.net ne nous détaille pas cette affaire de 25 millions évaporés. Voici ce qui est relaté par ce journal :

    ‘’….D’ailleurs dans le cadre des missions de court intervalle aux USA et en Chine Taiwan, un collaborateur du PM bien au parfum des questions sécuritaires témoigne : Dans le cadre de cette mission, une liste des membres des 2 délégations est constituée, mais il n’y avait qu’un seul agent de sécurité pour ces 2 missions. Le chef de sécurité le Lieutenant KAMBOU s’en était ouvert au Directeur de cabinet Mamadou SEREME, puis au Chef du Gouvernement, Paul Kaba THIEBA, afin de formuler des observations sur la nécessité de reconsidérer l’aspect sécuritaire. A la suite de ces observations, son nom a été inscrit uniquement sur la liste de la délégation pour New-York. Sa démarche qui témoignait du souci de bien faire son travail a été curieusement comme une sorte d’affront, on ne sait trop pour quelle raison. Lors du séjour du PM a New-York un autre incident aurait scellé, selon les témoignages, le sort du Lieutenant KAMBOU. Le Directeur de cabinet Mamadou SEREME….aurait demandé aux membres de la délégation, à l’exception du PM, de se restaurer hors de l’hôtel où ils étaient hébergés. Le Chef de sécurité aurait désapprouvé cette décision et fait valoir les obligations professionnelles du service de sécurité d’être aux côtés du PM. Cette situation aurait exaspéré le Directeur de cabinet et aurait été l’un des éléments déclencheurs du limogeage du Lieutenant KAMBOU. Ce dernier, considéré comme l’un des meilleurs officiers de la Gendarmerie Nationale, est spécialisé en ordre public, formateur en intervention professionnelle et en protection des hautes personnalités. Et en la matière, il est souvent sollicité pour donner des cours en Italie, commente un officier de la Gendarmerie. Mais finalement il a été débarqué et affecté dans une province de la région des Hauts-Bassins. A l’évidence, il a vu juste. Peut-être que le sac contenant les 25 millions n’aurait pas disparu…..Le dispositif de sécurité observé pendant le voyage était vulnérable. Quelqu’un aurait pu s’introduire par exemple dans la chambre d’hôtel du PM et y placer un système de surveillance, affirme un expert…..’’

    Voyez ce que le même journal dit encore, relatant le témoignage d’un membre de la mission à leur arrivée à Ouagadougou : ‘’La police nous a fouillé a l’exception du PM, de son directeur de cabinet et de 2 ministres qui ont participé à la mission : celui de l’Agriculture Jacob OUEDRAOGO et celui de l’Education nationale Jean-Martin COULIBALY. Pourquoi ces personnalités ont-elles échappé ce jour-là au contrôle ? Les gendarmes qui ont prit le relais de l’enquête devraient tirer au clair cette situation…..’’.

    - Voyez bonnes gens ! Voilà comment les autorités burkinabè recompensent les dignes fils du pays. Le Lieutenant KAMBOU pour avoir fait des observations sur dispositif sécuritaire lors de ce voyage, a été simplement affecté dans une province dans les Hauts-Bassins ! Lui, un Gendarme spécialisé en ordre public, formateur en intervention professionnelle et en protection des hautes personnalités, qui plus, est est souvent sollicité pour donner des cours en Italie, qu’a-t-il à faire dans une province ? Pour ma part, sa place aurait été à côté du Président RMCK et non pas du PM. Il faut qu’on soit un peu plus sérieux quelquefois dans ce pays !

    Et ce Directeur de Cabinet du PM, Mamadou SEREME, samo, est aussi un cadre venu de la BEAO comme le PM. A croire que nos banquiers ne savent pas comment s’occuper de l’argent !

    CONCLUSION : Je persiste, j’insiste et je signe ! Ils sont tous incompétents les uns les autres dans ce Gouvernement d’amis, de copains et de coquins !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 12:34, par sabari tigui
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Burkina Yaako. Tout le monde est devenu spécialiste de tout. C’est vrai que l’on hume l’air de la démocratie mais certains en font un usage sans modération en oubliant que leur liberté s’arrête ou commence celle des autres. On insulte, on vilipende. On a même recours à la délation tant que c’est pour nuire. On veut montrer qu’au Burkina, rien ne bouge et en même temps, on veut des partenaires. Quel partenaire viendra investir dans un pays de grincheux, d’ "aggraves affaire"... Il ya certes des préoccupations mais prenons garde de ne point jeter l’eau du bain avec le bébé. Modérons nos propos et plus de courtoisie dans la critique ne nous fera que du bien.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 12:47, par Cheikh
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Humm ! Espérons qu’en remplaçant des Wendpagnandé par des Wendpanga, çà ira de mieux en mieux !

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 13:28, par Yamyiida
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Mon commandant, sache que nous savons que tu n’es pas pas un voleur. Laisse les gens parler et dire ceux qu’ils veulent, la lumière sera faite. Dans ce pays tout finira par se savoir.
    Si c’est comme cela que l’on récompense ceux qui sacrifient leur vie et leur famille pour servir les cadres de ce pays, sache que Dieu fera ton palabre. Si sur cette terre il n y pas de justice sache qu’il y a une justice divine. Cette justice paraîtra comme la lumière et ton droit comme le soleil a son midi.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 14:09
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Bon courage mon jeune frère Edmond je te connais et je ne peux pas douter de ta probité et de ton sens de l’honneur ! Bon courage à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 15:20, par warzat
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    A ce que je lis, ce premier ministre semble être allergique à la critique. Le spécialiste de la sécurité, fait comprendre qu’il faut revoir votre sécurité, on le débarque et on l’affecte en province. On ne peut pas tout connaitre ici bas, on délègue des responsabilités et on fait confiance à ces collaborateurs. Ou bien les banquiers savent tout et connaissent tout. Attention, aujourd’hui mêmes les ados de 15 ans suivent l’actualité, on n’oublie pas les choses qu’on apprend petit. RMK chasse ces gens le plus vite possible. Pour le reste qu’une absence à un cadre de concertation soit justifié par un rapport, et comme les écrits restent, les sanctions pourront tomber.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 16:06, par Hey
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Vraiment, je pense que c’est affaire de disparition d’argent est fausse. Je ne connais pas très bien Sakana mais pour le peu que je connais de lui je pense qu’il n’est pas capable de le faire. C’est un monsieur simple et très respectueux. Franchement ce gouvernement va à la dérive.

    Edmond Samana, le temps donnera raison. En attendant Yaako

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 16:24, par AD VITAM AETERNAM
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Internaute 1, haa baah on ta dit que l’argent est perdu ! en quoi l’ordonnateur est responsable ?
    Donc si un caissier perd de l’argent on peux s’en prendre au DG du TRESOR ?
    Toi aussi c’est quoi qui est dur à comprendre dans ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2016 à 16:44
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    S’il est reconnu qu’il a detourne largent il faudraa le poursuivre et le condamner pour detournement de deniers publics

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2016 à 03:31, par john alex
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Il est temps qu’on se penche sur la question du droit de réserve. Certains corps sont soumis au droit de réserve ou devoir de réserve et ne doivent pas faire des déclarations dans la presse. c’est le cas des militaires, policiers, gendarmes, et des fonctionnaires de certains ministères : Affaire étrangères, justice, etc.
    Cela est malheureusement exploité comme une échappatoire par des politiciens véreux, incompétents et malhonnêtes. À la moindre occasion, pour camoufler leurs erreurs dues à leur incompétence et à leur mauvaise foi où encore pour réussir leur plan machiavélique, ils n’hésitent pas à jeter en pâture les techniciens soumis au droit de réserve. Pendant que eux-mêmes font courir leur version pleine de mensonges dans les journaux avec la complicités de nos journalistes dont Dieu seul sait combien ils sont guidés par leurs propres intérêts( le NAB, ça vous dit ?), le technicien lui est soumis au droit de réserve. Le pire est que le politicien, dans le but de tromper le peuple par des montages grossiers montés dans des laboratoires machiavéliques , est capable d’humilier le technicien, de le détruire moralement, de le calomnier, de le démettre de son poste, voire de détruire sa carrière, dans le seul but de redorer son image à lui, alors qu’il sait pertinemment que la faute lui revient. Ne devrait-on pas alors sauter le verrou du "droit de réserve" afin de mettre fin à cette exploitation honteuse par des politiciens qui ne cherchent qu’à se réaliser eux-mêmes en utilisant les honnêtes citoyens comme des faux-fuyants. C’est sûr que l’aide de camp ici incriminé et limogé, a sa propre version des faits que personne ne saura parce qu’il est soumis au devoir de réserve. Aujourd’hui c’est lui, demain c’est un autre, à quand la fin ? Pendant ce temps ces politiciens, les RSS qui ont fait trop de mal à ce pays pendant près de 30ans se la coulent, eux qui auraient pu enfin rendre service à ce pays à s’abstenant de se présenter aux élections afin de favoriser l’émergence d’une nouvelle classe politique capable de nous proposer quelque chose.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2016 à 07:25, par bankass
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    C’est vrai qu’à l’échelle de notre pays 25 millions c’est considérable , mais il savoir regarder les choses dans leur contexte sans exagération. Selon les informations il s’agit d’un vol effectue dans l’avion. Il s’agit de comprendre pour que cela n’arrive plus à une délégation au lieu d’en faire une affaire rocamboles ce avec une mise en cause de la moralité du jeune officier qui a été désigné par sa hiérarchie à partir de critères. Pire c’est demander la démission du premier ministre, une solution extrême et riche.
    Il faudra rembourser l’argent et prendre les dispositions pour éviter une situation pareille à l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2016 à 07:49, par yabo
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Je ne condamne personne dans cette histoire puisque les investigations sont en cours et l’aide de camp pourrait voir un jour son honneur lavé si on retrouvait le coupable.Merci internaute 28. Internaute 1 si tu ne connais rien en matière de gestion financière tais=toi. L’ordonnateur de la dépense ne détient pas l’argent et n’exécute pas la dépense.cordialement votre.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 14:37, par weah
    En réponse à : Conseil des ministres : L’aide de camp du Premier ministre relevé de ses fonctions

    Alors ca , vraiment Yako à l’aide de camp. Non, ce n’est pas un voleur.
    Il s’agit d’un vol dans un avion malheureusement, c’est tombé sur lui. mais à mon avis, c’est que le voleur savait que l’aide de camp avait une mallette et devait le surveiller de près.
    Prends courage mon commandant, vraiment je sais que ce n’est pas toi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés