Poulets congelés saisis, viande intoxiquée introuvable : Du poison dans nos plats ?

mardi 9 août 2016 à 01h14min

Des poulets de chair congelés pour 11,150 tonnes précisément, ont été saisis le vendredi 5 août dernier par la brigade mobile des douanes de Tenkodogo. Au même moment, dans la ville de Fada N’Gourma, ce sont les services vétérinaires et de sécurité qui recherchaient ‘’activement’’ des carcasses de bœufs vraisemblablement impropres à la consommation.

Poulets congelés saisis, viande intoxiquée introuvable : Du poison dans nos plats ?

N’eut été la vigilance des douaniers plus, de dix tonnes de poulets congelés se seraient retrouvées sur le marché burkinabè. Un camion contenant 11,150 tonnes de poulets de chair et conditionnés, cachés sous des cartons de tomate, ont été saisis par la brigade mobile des douanes de Tenkodogo dans la nuit du 31 juillet au 1 er août 2016.

Il a fallu une course poursuite entre les douaniers et les occupants du véhicule pour les contraindre à s’arrêter.

Pourtant, la loi burkinabè interdit toute importation de viande de volaille et d’autres animaux domestiques. La ‘’marchandise’’ a par la suite été incinérée, mais pourrait être seulement la partie vue du gros iceberg. Mais selon l’inspecteur divisionnaire des douanes Dominique Wangrawa, chef de la brigade dont les propos sont rapportés par le journal Sidwaya, ce genre de produits passe en travers des mailles de leurs filets par différentes manières.

Des individus contournent les services de contrôles avec des tricycles chargés de ce type de viande qui continue son voyage à travers le Burkina. Aucun contrôle sanitaire.

A l’Est par contre, un contrôle sanitaire a été fait sur des carcasses de bœufs, lesquelles ont été jugés impropres à la consommation. Malgré tout, la bidoche est sur le marché.
En effet, à Tanwalbougou, à une cinquantaine de kilomètres de Fada-N ’Gourma, des bœufs ont été intoxiqués mortellement. Malgré la conclusion des services vétérinaires qui ont confirmé le caractère dangereux de la viande, les carcasses se sont fondues dans la nature.

Quelques-unes ont été retrouvées, mais la majorité des carcasses ont certainement été écoulées.

Deux événements en si peu de temps qui rappellent une fois de plus que la qualité de certains produits alimentaires sur les marchés laisse à désirer.

Le consommateur doit plus que jamais redoubler de vigilance dans ses choix et ses fournisseurs. Même s’il peut paraitre légèrement plus cher, la consommation du ‘’ poulet bicyclette’’, local est plus sain, sûr.

En même temps, l’autorité gagnerait à durcir les contrôles à tous les niveaux , surtout au niveau des frontières tellement poreuses que le Burkina pourrait servir de poubelle pour certains commerçants qui sont appâtés par le gain au détriment de la santé des consommateurs.

La santé des consommateurs à l’intérieur du pays passe aussi par une amélioration des conditions de travail des services de contrôle.

TCS
Lefaso.net

Messages

  • Bravo à la douane et aux services vétérinaires qui travaillent souvent avec des moyens limites .

  • Dans tous les cas c’est sûr que quelqu’un n’a pas fait son travail comme il se doit. Pour qu’elle raison ? La dénonciation publique des fautifs est nécessaire pour protéger les consommateurs et toute la population. Pourquoi on ne le fait pas ? Soit on veut lutter contre ces ces pratiques soit on fait semblant.

  • Je pense qu’il est aussi temps de revoir la loi concernant ce genre de pratique. Pour dire simple il faudra revoir les peines pour quelles puissent jouer au moins son rôle dissuasif. Histoire d’éviter le cas obouf.

  • Merci pour ces infos. Et si on mettait les koglweogo à contribution pour la traque de ces commerçants de la mort ? Aussi ne lésinons plus sur les sanctions à infliger à ces rébus de la société.

  • Merci pour l’info et bravo aux douaniers. Où est passé la Ligue des Consommateurs ? Où est passé le LNSP ? Au lieu de vous quereller pour des questions de postes, vous feriez mieux de veiller à la santé de la population.
    Consommons nos poulets locaux en mode "siin mooré", là au moins tu sais ce que tu manges par rapport à des surgélés.

  • Bonjour,

    Je suggère qu’une inspection soit menée dans tous les points de vente de volailles et autre produits congelés. On pourrai alors vérifier l’authenticité des documents.
    Un magasin de vente de poulet congelés a été ouvert récemment à Somgandé non loin de la Clinique Notre dame de la Paix. Si la loi interdit l’importation de volailles, je me demande comment il m’approvisionne alors. Je m’approvisionnais en poulet la-bas mais je pense que je vais simplement cesser.

  • Bravo à la douane et aux autres services qui contribuent à protéger la santé des populations ; mais l’état doit sanctionner davantage ces criminelles.

  • Si les poulets sont importés au BFça veut dire que besoin en est. Mais pourquoi le gouvernement laisse exporter nos poulets qui sont naturels vers les pays voisins alors qu’on a besoin. C’est quelle politique çà ? Si ça ne suffit pas pour notre propre consommation pourquoi laisser sortir et faire entrer du poison alors que nous, nous aidons les autres pays avec du naturel. Mes chers gouvernants créez des marchés de poulets comme les marchés pour bétails, et ne laissez aucun poulet sortir hors du territoire. Ceux qui partent acheter les poulets ailleurs doivent être nommés pour gérer ces marchés de poulets et ils n’ont qu’à se débrouiller pour que ça marche et ceux qui partaient vendre ailleurs ne se plaignent pas. C’est écœurant notre système. Si c’était au temps de Sankara.

  • Depuis un bon bout de temps, il y a une mesure de précaution qu’on appliquait dans les abattoir et qui n’est plus respectée. il s’agit de l’inspection du bétail sur pieds avant abattage de tout animal dans les abattoirs. cette mesure obligeait tous les bouchers à ne présenter que des animaux sains avant abattage pour la mise en consommation. Sous le prétexte que les bouchers menacent les inspecteurs chargés, on laisse des produits de très mauvaise qualités circuler pour tomber dans nos marmites. Il faut de la rigueur dans tous les contrôles.

  • Il va falloir aussi que l’état accompagne les éleveurs pour accroître la production du poulet local. il n’y a pas longtemps les poulets congelés n’étaient pas beaucoup consommés au Burkina. actuellement il n’existe plus pratiquement du poulet local digne de ce nom. Cette politique fera disparaître de soit même cette pratique et on préservera mieux la santé des populations.

  • Que fait-on des points de vente à Rood-wooko ?

  • bonjour l’internaute : Moiaussi
    je pense k ce problem n’est pas celui de nos gouvernant mais plutot celui de nos consommateur qui aime tous ce qui vien de l’exterieur et moin chere. les marché de Poulet existent bel et bien dans les villes et dans les villages aussi.

  • Modérateur, je ne sais pourquoi mon message n’est pas passé ? Par ce que j’ai indiquer un magasin de vente de volaille importées ? Comment on peut alors aider ?

  • Pitié pour ceux qui travaillent dans les mines et qui vont devoir manger ces poulets pendant des années.
    On ne sait meme pas d’ou ça vient.

  • Que dire des produits chimiques que l’on retrouve dans tous les marchés de brousse et qui sont pulvérisé n’importe comment sur les tomates, etc. ? il serait temps que chaque maire fasse travailler ces services techniques avec services sanitaires et santé pour purger ce business qui nous empoisonnent tous rapidement

  • Bravo à vous chers douaniers et vétérinaires ! Agissez toujours ainsi pour nous sauver un tant soi peu sinon c’est grave. Dieu vous protégera toujours dans vos différentes missions et que périssent ces fautifs.

  • lol. Est ce que les miniers sont obligés de manger ces poulets si on le leur sert ? La gloutonnerie vous conduira à votre perte. Même si c’est cadeau si c’est du poison n’en mange pas c’est tout

  • Cupidité quand tu nous tiens...

  • nous souffrons ici dèèh.
    moi je pense que le problème se trouve au niveau des gouvernants et de nos confrères commerçants : la viande qui sort de nos abattoirs est souillée avant d’arriver chez le détaillant.
    surtout en cette période de bout. comment on peut livrer de la viande à un revendeur qui n’a pas de glaciaire ou de glace pour conserver la viande en état. Il pas sous la barbe des policier pointer au feu rouge sans s’inquiéter.
    les abattoirs gagneraient en vendant de la glace et en exigeant un glaciaire pour chaque revendeur de viande cela y va pour le bien de tous.

  • Bravo à la douane et aux agents veto ! il faut publier les noms des coupables et les sanctioner conformement à la loi ! je sias que c’est difficile de faire ainsi car pour faire un tel coup il faut de gros bonnêts derrière ! eux ne risquent rien !!

  • Qu’en est-il des carpes congelées importées. Des sources d’informations disent qu’elles viennent de Chine et que ce sont des carpes d’élevage. Le Gouvernement a-t-il jeté un coup d’oeil sur ce marché ?? Ces carpes sont-elles saine pour la consommation ?? Aujourd’hui tous les lieux de poissons braisés servent ces carpes.

  • Encore une fois de plus les gars vous aviez fait du bon boulot.
    Ceux qui sont pris dans les filets savent la provenance !!!

  • Ceux qui aiment dire de pardonner,

    Si on ne peut pardonner à ces personnes qui vont intoxiquer des gens (parce ce que c’est source de maladie tels que les cancers)

    Ce n’est pas ceux qui ont tué qu’on pourra pardonner

  • Il faut recadrer un peu les choses .Cette cargaison de plus de 11 tonne saisie l’ a été grace au commandant de brigade. Il vient d’être affecté à tenkodogo venant de kantchari.C’est grace à lui, à sa vigilance que le camion a été arrêté si non ses elements l’ avaient laisser passer.La douane en a saisit egalement il ya deux semaines. Dans d autres cieux tous ceux qui étaient sur la voix depuis la frontière (sankanse) devraient s’expliquer.On devraient situer la responsabilité des uns et des autres.Comment le camion a pu quitté la frontière, rouler jusqu’à tenkodogo à deux heures sans etre inquieter.Félicitations à certains agents des services de douanes et de gendarmeries pour ce service rendu à la population burkinabé.

  • Bonjour,

    Je pense qu’il faut revoir le code pénal sur l’importation de produits périmés.

  • Franchement Il faudrait que la peine de mort soit appliquée dans ce pays pour chacun soit droit. De tels auteurs doivent être pendus et on en parle plus. Ça servira de leçons à biens d’autres personnes...

  • Le besoin en ce type de produit est immense au Burkina. Il est surtout très consommé lors des baptêmes et mariage. Il y a de nombreux producteurs de volaille qui en produisent mais rien n’est fait pour les y encourager. Ils bradent à chaque fois leurs productions à des intermédiaires véreux et certains finissent par se décourager. Hors, chers internautes, tous ces producteurs sont formés et/ou suivis par les agents de l’État. Les aliments donnés aux poulets sont des céréales (soja et maïs notamment) produits ici chez nous. En dehors des vaccins, des antibiotiques et de quelques compléments alimentaires importés, tout est produit ici chez nous. Ces produits sont utilisés avec précaution sous la surveillance des services vétérinaires de notre pays. Le produit fini est de très grande qualité. Ceux qui en consomme plus sont les hôtels, les grands de ce pays et les expatriés (pour ne pas dire les blancs) car ils connaissent la qualité de ce produit. Seuls le burkinabè lambda comme nous, hésite encore à consommer le poulet de chair produit chez nous et s’empoisonne avec les avariés ou peut-être des "djoufa" (expression de rue tirée du jula pour dire poulet mort sans être égorgé) venus d’ailleurs. Pourquoi ? Défaut d’information ? Prix de vente élevé ? Ou simplement plus grand attrait pour ce qui vient d’ailleurs ? N’y a t-il pas d’organisation de producteurs assez fiable pour nous faire connaitre et apprécier les produits made in Burkina ? L’État dit quoi ? En plus des mesures de protection de notre marché, qu’il prennent aussi des dispositions pour faire savoir aux burkinabè que le poulet de chair est produit aussi au Burkina et est de très bonne qualité sanitaire et nutritive. Cela fera le bonheur d’une bonne frange de la population (agriculteurs, éleveurs, commerçant, etc.) si toute la filière est bien organisée. Beaucoup de jeunes s’y intéressent aujourd’hui. Une raison de plus pour l’État d’y voir plus clair pour y caser ses chômeurs intéressés.

  • Si des douaniers sont capables d’ouvrir des magasins d’ importation de denrées de ce genre et hébergent des fraudeurs vous aurez beau cherché, vos recherches sont d’office vaines . Laisser nous vivre deux jours car le burkinabé dure plus longtemps quand il ignore son mal .Combien de fois ces camions ont ils été saisis et relaxés , si la vente de ces poulets est interdite pourquoi autorisé l’ouverture de magasins. Internaute 13 ton message aura beau passer rien ne sera fait le magasin en question appartient à un douanier. Actuellement il rit de ceux qui s’évertuent aux recherches la marchandise est en lieu sure à nos assiettes et par la suite à nos pelles et pic pour ad patrem.

  • Si des douaniers sont capables d’ouvrir des magasins d’ importation de denrées de ce genre et hébergent des fraudeurs vous aurez beau cherché, vos recherches sont d’office vaines . Laisser nous vivre deux jours car le burkinabé dure plus longtemps quand il ignore son mal .Combien de fois ces camions ont ils été saisis et relaxés , si la vente de ces poulets est interdite pourquoi autorisé l’ouverture de magasins. Internaute 13 ton message aura beau passer rien ne sera fait le magasin en question appartient à un douanier. Actuellement il rit de ceux qui s’évertuent aux recherches la marchandise est en lieu sure à nos assiettes et par la suite à nos pelles et pic pour ad patrem.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés