Autonomisation des femmes et dividende démographique : Neuf projets pays à valider à Ouaga

lundi 18 juillet 2016 à 22h11min

A la suite du symposium sur le Dividende démographique organisé à Dakar le 20 juin 2016, le Comité régional de pilotage du projet d’Autonomisation des femmes et de dividende démographique au Sahel (SWEED) organise, du 18 au 19 juillet 2016 à Ouagadougou, une réunion de validation des propositions de projets pays. Ce processus dont le lancement a eu lieu à Abidjan en janvier dernier, a démarré par une analyse de la situation des chaînes d’approvisionnement avant l’élaboration de plans d’actions et leur traduction en projets après un appel à proposition lancé le 2 mai 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Autonomisation des femmes et dividende démographique : Neuf projets pays à valider à Ouaga

« Le projet d’Autonomisation des femmes et de dividende démographique au Sahel (SWEED) est un projet sous régional qui regroupe six pays du Sahel, à savoir, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Tchad et le Niger. Son objectif global est de faire en sorte que les pays qui sont membres du projet atteignent le dividende démographique », a expliqué le ministre de la population du Niger, Présidente du Comité régional de pilotage (CRP), Kaffa Christelle Jackou.

Ainsi, du 18 au 19 juillet 2016, se tient à Ouagadougou, une réunion de validation des propositions de 9 projets pays. Cette rencontre réunira une soixantaine de participants venant des 6 pays SWEDD et des partenaires du projet. Il s’agira pour eux, d’examiner la synthèse des évaluations des propositions de projets pour la sous composante « Amélioration de la chaine d’approvisionnement des produits de santé de la reproduction infantile, maternelle, néo-natale, et de nutrition (SRMNIN) », du projet SWEDD en vue de leur validation par le CRP. Aussi, une journée sera consacrée à la finalisation des plans de travail conjoints entre les unités de coordination du SWEDD et l’Organisation Ouest-africaine de santé pour une plus grande synergie d’actions dans l’appui technique aux pays.

Le projet SWEDD a été lancé le 2 novembre 2015 à Niamey. Et depuis lors, foi de Mme Jackou, les pays membres n’ont cessé de travailler. « Nous avons eu deux comités techniques. En marge de cela, il y a eu beaucoup d’activités dont une mission de haut niveau au Bengladesh pour voir un peu comment eux ils travaillent, et la réunion internationale de Dakar sur les dividendes démographiques », a-t-elle informé. Aussi, elle a tenu à rassurer les pays bénéficiaires des retombées des projets en cours de validation. « Ce sont des projets vraiment concrets qui vont aller sur le terrain pour atteindre nos populations », soutient Mme Jackou.

Certaines des activités du projet sont mises en œuvre par des entités régionales telles le Fonds des Nations Unies pour la population. C’est l’organisation leader sur les questions de population et de développement au centre desquelles se trouvent les questions de santé de la reproduction et de la planification familiale. « En ce qui concerne spécifiquement ce projet, nous accompagnons les pays dans la préparation, la conception et la conduite. Aussi, nous abritons le secrétariat régional technique qui est un peu la cheville ouvrière de cet important projet régional (…) », a souligné le Directeur régional du Fonds des Nations Unies pour la population pour la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingue Ngom. Toutefois, il dit avoir des attentes vis-à-vis du projet. « Nous voulons que ce projet puisse être étendu, renforcé et répliqué dans les autres régions du continent africain où nous avons des besoins similaires », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de l’approvisionnement en intrants pour la santé maternelle et infantile mais également pour les aspects de nutrition, le Burkina a soumis un projet d’un montant de 3 millions de dollars US soit plus d’un milliard cinq cent millions de francs CFA. « Nous espérons que ce projet sera évalué positivement et accepté par le CRP au bonheur de nos populations » a dit le ministre en charge de la santé, Smaïla Ouédraogo. Et de poursuivre : « Pour ne pas que certains comprennent que la gratuité de l’accouchement est une prime à la natalité déjà forte, nous sommes en train d’envisager, avec l’accompagnement de l’UNFPA et le projet SWEED, comment est-ce que nous pourrons rendre gratuite la planification familiale pour les femmes qui accoucheront ».

Le projet SWEDD, principalement financé par la Banque mondiale est mis en œuvre par l’UNFPA et l’OOAS. La fondation Bill et Belinda Gates a également apporté son accompagnement technique aux pays dans l’élaboration des plans d’actions et l’évaluation des propositions de projets.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés