Santé : L’ordre des pharmaciens du Burkina se forme à la démarche qualité

lundi 11 juillet 2016 à 21h07min

L’ordre national des pharmaciens du Burkina Faso a tenu lundi 11 juillet 2016, un atelier de formation. Organisé avec le soutien de l’ordre national des pharmaciens de France, cet atelier vise à renforcer les capacités des participants en termes de démarche qualité d’une part, et d’autre part, à mieux les outiller pour l’organisation de chambres de disciplines.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Santé : L’ordre des pharmaciens du Burkina se forme à la démarche qualité

C’est convaincu que le médicament ne peut ni ne doit être assimilé à un produit quelconque et que la profession de pharmacien exige un perpétuel renforcement de capacités, non seulement en connaissances scientifiques, mais aussi en compétences professionnelles, que l’ordre national des pharmaciens du Burkina a initié cette formation au profit de ses membres.

Pour le Dr. Isabelle Adenot, présidente de l’ordre national des pharmaciens de France, « le médicament a des bénéfices mais il a aussi des risques. C’est pour cela que les pharmaciens sont là, pour apporter de la sécurité. Ils doivent agir avec qualité et leurs actes doivent permettre à la population d’être sûre que le médicament apportera les meilleurs bénéfices qui soient. » D’où la nécessité selon elle de former les conseillers ordinaux pour rappeler à l’ensemble des pharmaciens, leurs devoirs en matière d’exercice « qui doit être parfait au service de la population. » Elle animera deux modules au cours de cette rencontre. Il s’agit de la démarche qualité à l’officine et l’organisation et la tenue des chambres de discipline de l’Ordre.

Dr. Alfred Sandwidi, président de l’ordre national des pharmaciens du Burkina, est parti du constat selon lequel le domaine du médicament souffre de maux divers. A ses dires, « Le monopole pharmaceutique pour lequel le pharmacien engage sa responsabilité professionnelle est fortement malmené par de nombreux acteurs et individus qui ne voient dans le médicament que son aspect lucratif, ignorant insidieusement l’obligation de garantir sa qualité et les risques thérapeutiques et conséquences désastreuses que peuvent induire sa mauvaise utilisation. »

Le président de l’ordre a également reconnu que de nombreux écarts au sein même de sa profession sont de nature à remettre en doute ce monopole pharmaceutique. Comme exemples de ces écarts, il a entre autres cité l’absentéisme des pharmaciens à leurs officines, l’inadéquation de certains matériels et équipements ou encore l’insuffisance et le manque de qualification du personnel. En réponse à ces problèmes, M. Sandwidi préconise de s’inscrire dans une démarche résolument tournée vers la qualité en vue d’apporter une réponse efficace aux demandes du patient-consommateur et renforcer l’image de la profession.

Au sortir de cette formation, les pharmaciens participants devront produire des résultats à même d’améliorer la qualité des pratiques à l’officine et sécuriser les actes pharmaceutiques, le tout dans le cadre d’une normalisation des pratiques pharmaceutiques.

Roseline Nitiéma (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés