Ouagadougou à la veille de la fête de l’Aid El Fitr

mercredi 6 juillet 2016 à 08h00min

Après un mois sacré du Ramadan, les fidèles musulmans célèbrent la fête de l’Aid El Fitr, ce mercredi 6 juillet 2016 à Ouagadougou. A quelques heures de l’évènement, ils sont nombreux à s’activer dans les différents marchés de la capitale à la recherche de quoi porter ou manger. Nous avons fait un tour, ce mardi 5 juillet 2016 au marché de 10 ainsi qu’au marché de Larlé, pour constater de visu, les préparatifs de la fête.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ouagadougou à la veille de la fête de l’Aid El Fitr

Contrairement à l’année dernière, les préparatifs vont bon train pour la célébration de l’Aid El Fitr à Ouagadougou. Vendeurs de légumes, viande, d’habillements ainsi que les parkeurs se frottent les mains. C’est le cas notamment de sieur Alidou Kouanda. Vendeur de prêt à porter au marché du 10, il confie sans complaisance sa joie face à l’engouement autour de sa marchandise. « Je rends grâce à Dieu. Mon marché est au bon point cette année », a-t-il signifié, le sourire aux lèvres. Et de poursuivre : « Je vends mes articles à des prix réduits. Du coup, la clientèle ne manque pas de faire un tour dans mon stand ».

Si on pouvait lire la joie sur les visages des commerçants, cela n’est visiblement pas le cas chez les clients. Après une longue discussion avec le commerçant, Mme Ouédraogo (nom d’emprunt) venue acheter des habits pour ses deux enfants a fini par lâcher : « Je trouve les prix hors de portée. Mais il faut à tout prix avoir de nouveaux vêtements pour les enfants ». Toute confiante, elle s’est dirigée vers un autre commerçant. Mais quelle ne fut sa surprise. Les prix sont pareils ou presque. Dame Ouédraogo est embarrassée. Pendant ce temps, le visage des enfants se serre. Ce n’est qu’après ce périple, qu’elle s’est finalement décidée à acheter les habits au grand bonheur des tous petits.

Après le marché du 10, cap sur le marché de Larlé. Ici, l’affluence est également au rendez-vous. Et même qu’il était difficile de se frayer un passage en cette matinée. A ce titre, la fête du Ramadan s’annonce bien. Mais une question nous revient toujours à l’esprit. Y’aura-t-il une hausse des prix des produits sur les marchés ? Awa Diallo répondra par l’affirmative. « Comparativement à l’année dernière, tout est cher et même qu’il y’a certains condiments qui sont rares ». « Ce n’est pas de notre faute. Les prix en gros coutent extrêmement cher en cette période pluviale. C’est tout naturellement que nous les vendons à un prix élevé sur le marché » a expliqué Salamata Zoundi, commerçante au marché de Larlé.

Les vendeurs de volailles ne sont pas en reste. Installés aux abords des grandes voies, ils annoncent la proximité de la fête. L’engouement autour de leurs marchandises laisse deviner le sort qui sera réservé à ces gallinacés.

En rappel, l’Aïd El Fitr est une journée de fête pendant laquelle, après le mois de Ramadan, plus d’un milliard de musulmans sur la planète prennent du temps en famille et entre amis. Chaque foyer a pour habitude d’effectuer de grandes préparations, le plus souvent des pâtisseries, qui seront échangées avec les amis de la communauté ou offertes aux voisins, autour d’un café ou d’un thé. C’est un jour de fraternité, de pardon et de réconciliation.

Egalement, c’est un jour de cadeau. Les familles offrent jouets, argent, vêtements... C’est un jour sacré où chacun appelle sa famille pour lui souhaiter une bonne fête. Mais il n’est pas seulement un moment de célébration. Spirituellement, pour les musulmans, c’est aussi un moment pour l’auto-évaluation du mois de jeûne qui vient de s’écouler. Chacun réfléchit sur les bonnes choses qu’il a accomplies. C’est un jour de grande réflexion.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 juillet 2016 à 08:05
    En réponse à : Ouagadougou à la veille de la fête de l’Aid El Fitr

    Bonne fête à tous les musulmans et qu’Allah récompense leurs différents efforts.
    La fête de l’Aid El Fitr est le moment de solidarité le plus élévé au Burkina Faso.
    En effet, selon les statistiques de wikipedia il ya 10 777 000 musulmans au Burkina Faso et pour chaque musulman, c’est au moins 2kg de céréales ou équivalent qui sont distribués soit 21 554 tonnes de céréales ou encore 431 000 sacs de 50 kg ou encore si on prend en moyenne le kg à 200 FCFA c’est plus de quatre milliards de FCFA qui sont distribués.
    même si l’on relative en considérant que seulement la moitié libère la zakat el fitr, c’est plus de deux milliards qui passent dans les gestes de solidarité.
    alors si l’on compare à ce que le mois de solidarité du Gouvernement mobilise, faisons l’analyse
    Puisse chaque musulman puisse perpétuer ce geste d’aumône deux fois dans l’année et le Burkina sera meilleur pour les pauvres au délà de ce que toute ploitique publique peut faire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés