Brakina/SODIBO : Les travailleurs refusent la mise en place d’un accord d’administration

lundi 27 juin 2016 à 23h46min

Les travailleurs de la Brakina se sont réunis à la direction régionale du Travail et de la sécurité sociale ce lundi 27 juin 2016. Objectif, demander à l’institution de respecter l’accord de janvier 2015 autorisant la mise en place d’une convention et non d’un accord d’administration pour les travailleurs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Brakina/SODIBO : Les travailleurs refusent la mise en place d’un accord d’administration

Un regroupement de personnes en uniforme bleu, c’est le constat que l’on pouvait faire en cette matinée du lundi 27 juin 2016 dans l’enceinte de la direction du Travail. En effet, environ une quarantaine, les travailleurs de la Brakina sont venus rencontrer le directeur général du travail Jean Marie Nonguerma pour éclaircir les points qui handicapent la mise en place de leur convention.

Les raisons de la rencontre

En effet, suite à la crise de 2015, le Syndicat des travailleurs de la Brakina (SYNTB) avait fait une liste de revendications dans laquelle figurait la convention d’établissement. D’après les dires des travailleurs, il était convenu que la Direction générale de la Brakina à la sortie des négociations en janvier 2015 allait remettre un projet et un programme de négociation aux travailleurs. Jusqu’en mai 2015 rien n’était fait. Les travailleurs se sont tournés vers la direction du travail pour qu’elle interpelle la direction de la Brakina sur l’engagement que cette dernière a pris en janvier.
C’est en octobre que la direction de la Brakina a donné le projet de la convention avec un calendrier qui s’étale sur six mois et qui devait commencer en janvier 2016. Dans les six mois, il y a trois jours par mois de négociation.

La direction du Travail, le problème ?

La discorde ne se situait plus entre les travailleurs et la direction de la Brakina mais plutôt entre les travailleurs et la direction du Travail. Une fois que la direction de la Brakina a fait sortir le projet de la convention et le calendrier des négociations, il fallait l’accord de l’institution du travail pour débuter les négociations. « Les négociations devaient commencer le 11 janvier 2016. Nous avons attendu la réaction de la direction du travail sur le calendrier des négociations puisqu’elle est partie prenante. Elle n’a pas réagi et les négociations ont été vite annulées.

C’est suite à cela que la direction du Travail a envoyé un courrier à la Brakina pour dire que ce n’est pas une convention qui sied mais plutôt un accord d’établissement. Nous n’avons pas compris ce revirement du fait que les négociations en janvier se sont passées devant le directeur régional du travail, le directeur des risques professionnels en plus des délégués syndicaux. La direction est venue mettre en cause tout ce travail qui avait déjà été effectué.

Face à cette situation, nous avons demandé à la direction générale de la SODIBO de prendre un rendez-vous avec la direction du Travail pour une rencontre tripartite c’est-à-dire Brakina, les représentants de l’institution et les travailleurs. A l’issue, la représentation de la direction du Travail a expliqué que dans le courrier qui a accompagné le projet de convention que la Brakina a cheminé, il est dit que le projet est venu pour étude. Donc, le document a été confié au service de règlementation de leur direction. Le service a réagi de la sorte ne sachant pas qu’il y a eu des travaux précédents qui autorisaient déjà la mise en place d’une convention », a expliqué Ollo Marc Kambou secrétaire général du SYNTB.

Pourquoi obligatoirement la convention et pas l’accord d’établissement ?

Les travailleurs de la Brakina tiennent mordicus à leur convention d’établissement. Pour eux, l’accord d’établissement est plus restreint que la convention et traite plus des événements pécuniaires et autres accessoires. La convention par contre prend en compte les plans de carrière, les événements sociaux, et aussi la question de la liberté syndicale.

Les closes de la rencontre

Au terme de cette discussion, les travailleurs se disent satisfaits. « Je pense qu’on s’est compris et que cette fois ci c’est la bonne. Ils vont reconsidérer l’accord que nous avons trouvé et que nous allons élaborer la convention. D’ici mardi 5 juillet 2016, la direction du Travail va nous adresser un courrier ainsi qu’à la direction de la SODIBO fixant le plan des négociations », a ajouté Ollo Marc Kambou.
Néanmoins, il reste sur leur garde et compte prendre leurs dispositions si les choses ne se déroulent pas comme promises.

Wendkuni Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net
liens utiles :

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés