Elections municipales 2016 : Une partie de la population de Boussou conteste l’élection du nouveau maire Mady Sankara

mercredi 22 juin 2016 à 00h47min

Elections municipales 2016 : Une partie de la population de Boussou conteste l’élection du nouveau maire Mady Sankara

La commune de Boussou dans le Zondoma est sous haute surveillance policière. Une partie de la population conteste l’élection du nouveau bourgmestre Mady Sankara du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP). Des manifestations ont eu lieu dans la matinée et la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) a été contrainte de charger et procéder à des arrestations (35 personnes) ont été conduites par la CRS à la gendarmerie de Gourcy.
Nous y reviendrons

LeFaso.net

Messages

  • On constate dans plusieurs communes que les personnes désignées par les partis pour être candidats où même parfois le maire élu sont rejetés par militants ou par une partie non négligeable de la population. Ceci montre bien que le mode de désignation des maires par un vote des conseillers élus par les citoyens ne convient pas. Il manque gravement de démocratie. Il est temps d’en finir et d’engager la réforme constitutionnelle nécessaire pour que le maire soit désormais élus par ses administrés par vote direct. Le choix des conseillers et leurs partis ne donnent pas satisfaction et donne lieux à des tractation indigne d’une démocratie qui devrait mettre l’intérêt commun au-dessus de ambitions et prétentions partisanes.
    "Arrêtez-moi tout ça là ! On a déconné !" comme dirait Tiken Jah Fakoly

  • Permettez moi d’apporter un rectificatif à votre écrit. Les CRS n’avaient aucune raison de charger parce qu’il n’y a eu aucun mouvement de foule. Tous ceux qui ce trouvaient à la mairie étaient tranquillement assis sous les arbres attendant la sortie des conseillers qui étaient en salle pour s’enquérir des résultats des votes et à la grande surprise, les CRS chargent , tirent du lacrymogène, arrête des fuyants et les ligotes. La population de retour au village (la mairie étant à plus d’un km du village), est encore surprise de voir surgir les CRS dans des domiciles pour arrêter des personnes âgées . Il semblerait qu’ils (CRS) ont reçus des consignes en venant à Boussou mais si ces derniers (donneurs d’ordres) pensent intimider la population, c’est rater, c’est même plus grave. Pour rien au monde, la population de Boussou ne laissera la destiné de sa commune aux mains de politiciens verveux et sans vergognes . Les jours avenir seront plus radicales, et que les CRS se prépare parce que cette fois, nous nous défendrons. LA PATRIE OU LA MORT, LE PEUPLE VAINCRA TOUJOURS

  • Encore et encore la CRS.C’est vrai que vous suivez à la lettre les ordres mais faites preuve d’indulgence svp.faites comme nos vaillants militaires républicains pendant le putsch manqué de son excellence Mr Gilbert DIENDERE, soyez empathique chers compagnie républicaine de sécurité.Vous êtes de servir le peuple et non pas une minorité de personne. Empêchez un groupe de manifester son mécontentement est une atteinte à la démocratie.

  • - Chers militants du MPP, je vous encourage à vous batailler pour occuper les postes de maires. Entretuez-vous s’il vous plait ! Étripez-vous mutuellement et éviscérez-vous ! Kountaaba et du courage dans vos batailles meurtrières ! Votre Kôrô Yamyélé vous encourage à vous étriper mutuellement et partout dans le pays.

    Par Kôrô Yamyélé

  • suis d’accord avec toi intrnaute3 les CRS ont interet à nous defendre contre les grands banditismes et autres au lieu de continuer à exécuter les ordres des plus aisés comme le faisait le RSP. JE VOUS LE DIS CELA EST L’OEUVRE DE SIMON COMPAORE ET LE MPP. CRS regarde bien le sort final du RSP. le peuple triomphe toujours. vous allez voir. on sortira nombreux et on verra. la patrie ou la mort on vaincra

  • Depuis plus de 27 ans aucune élection des maires n’a jamais eu des remous comme celle-ci. Oui, l’alternance politique avec la jeunesse est en route.’’ Depuis la nuit des temps, de la Haute Volta au Burkina, les maires des grandes villes du Burkina ont été privilégiés par des proches et les familles des gouvernants, ‘’’Ouagadougou par les Ilboudo et Compaoré, Koudougou par les Yameogo et ainsi de suite.’’’ Aujourd’hui je trouve que l’extrémisme qui exprime la pensée de quelques-uns de notre peuple, et les internautes qui n’admettent pas qu’on leurs oppose une autre manière de penser est inadmissible. Dans l’histoire du choix des maires de nos villes avant et après l’indépendance, sont dictés par les gouvernants, tant dis qu’aujourd’hui le maire est élu par la population selon son objectif qui va pour cette même population. Je dis bravo à ces populations qui sortent pour une alternance politique d’une ville avec sa jeunesse sans corruption à ciel ouvert, comme ce fut au temps de Blaise Compaoré et sa clique qui imposaientt leurs maires pour les manipuler ensuite à leur guise. Que les anciens barons sachent que l’alternance politique qui est le changement ne signifie pas une fin d’une situation donnée, car tout est une question de mutation des personnes. Soyons heureux que cette population sorte et dise nom, car le colonialisme d’aujourd’hui qui vienne de Blaise Compaoré et sa clique, est beaucoup plus nocif et difficile à combattre, car il est ancré dans l’esprit du colonisé comme Salia Sanou ancien maire de BOBO.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés