Lutte contre le mariage d’enfants : Bientôt un document de référence pour 2016-2017

vendredi 17 juin 2016 à 01h05min

La première session de l’année 2016 de la plateforme multisectorielle de prévention et d’élimination du mariage d’enfants a débuté ce jeudi 16 juin 2016 à Ouagadougou. Durant deux jours, les structures étatiques, les partenaires techniques et financiers, les organisations de la société civile, mettrons en place un plan de travail 2016-2017 afin de prévenir et éliminer le mariage d’enfants ou mariage précoce.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre le mariage d’enfants : Bientôt un document de référence pour 2016-2017

L’ouverture de la session à la date du 16 juin 2016, n’est pas une pure coïncidence. En effet, cette date est consacrée à la commémoration de la journée de l’enfant africain en référence au massacre des enfants de SOWETO en Afrique du sud en 1976. Le thème de cette année « conflits et crises en Afrique : protégeons les droits de tous les enfants », vient rappeler que dans les conflits et les crises, les enfants qui sont l’un des groupes les plus vulnérables de la population civile sont affectés de diverses manières.

Au Burkina Faso, malgré l’absence d’une étude de base nationale sur la pratique du mariage d’enfants, les résultats de l’enquête démographique et de santé (EDS) de 2010, indiquent que l’entrée en union est très précoce.

Environ 53% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans et 10% d’entre elles avant l’âge de 15 ans. L’âge moyen d’être en première union des femmes de 25- 45 ans est estimé à 17,8 ans, mais dans la région du sahel, il est de 16,1 ans.

Yvette Dembélé, la secrétaire d’état chargée des affaires sociales, des personnes vivant avec un handicap et de lutte contre l’exclusion avant d’ouvrir la session, a rappelé son importance. « Les participants à cette rencontre ont pour objectif de promouvoir l’abandon de la pratique traditionnelle néfaste qu’est le mariage d’enfants. Il constitue un obstacle au développement et une entrave à l’atteinte de certains objectifs du développement durable », a-t-elle expliqué.

Dans la même lancée, Marc Rubin représentant de l’Unicef à cette rencontre est revenu sur l’ampleur du phénomène. « D’après les estimations récentes de l’Unicef, environ 70 millions de jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans ont été mariées avant l’âge de 18 ans, et 23 millions d’entre elles avant l’âge de 15ans », a-t-il avancé.

Les objectifs visés par la présente session

A cette session, les membres de la plateforme recevront des informations sur le rôle et le fonctionnement de cette structure et sur les plans de travail des différents acteurs. Ils élaboreront un plan de travail (2016-2017) et vont aussi échanger sur les modalités de financements.

L’origine de cette plateforme se situe en novembre 2015, où le gouvernement du Burkina Faso a adopté en conseil des ministres, les documents de la stratégie nationale de prévention et d’élimination du mariage d’enfants (SNPEME) et le décret de mise en place de la plateforme multisectorielle de prévention et d’élimination du mariage d’enfants.

Cette stratégie assortie d’un plan d’action triennal (2016-2018) est le couronnement d’un long processus entamé en 2014. Elle est le référentiel qui oriente et canalise toutes les interventions du domaine du mariage d’enfants au Burkina Faso.

Wendkuni Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés