Programme socio-économique d’urgence de la transition : Les femmes et les jeunes bénéficiaires toujours dans l’attente

mercredi 15 juin 2016 à 00h55min

Les femmes et les jeunes bénéficiaires des crédits du programme socio-économique d’urgence de la transition (PSUT) ont tenu un sit-in ce mardi 14 juin 2016. Devant le Fonds burkinabè pour le développement économique et social (FBDES). Ils ont exprimé leur désarroi avant de remettre la plateforme au directeur du Fonds Blaise Kiemdé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Programme socio-économique d’urgence de la transition : Les femmes et les jeunes bénéficiaires toujours dans l’attente

En cette matinée, ce sont les femmes qui étaient au-devant de la scène. Elles expriment leur ras-le bol au Fonds burkinabè pour le développement économique et social (FBDES). Casseroles et spatules à la main, elles ont exprimé leur mécontentement à travers des chants et des slogans comme « PSUT, débloquer ! », « On veut savoir, et toute suite ! » etc.

Environ une quarantaine, elles étaient soutenues par quelques jeunes. Elles aussi ont tenu à ce que le FBDES prenne en compte leurs préoccupations.

Apres avoir protesté pendant plus d’une heure de temps, Mariam Natama porte-parole des femmes a pris la parole pour décliner la raison de leur sit-in.

« Une très petite partie des bénéficiaires a reçu les premières tranches des fonds d’investissement et cela depuis le mois de janvier 2016. La presse parle de 801 sur 3502 bénéficiaires (tout guichet compris), soit un taux de 22,8%. Les 77,2% sont toujours en attente de leur premier décaissement », a-t-elle expliqué.

Elle est soutenue dans ses propos par Odette Bonkoungou, transformatrice de beurre de karité. « Nous avons trop attendu. Nous sommes venus donner un message au PSUT et au FBDES. On a pris des crédits pour faire des plans d’affaires. Lorsque nous avons fait la formation, pour les programmes, pour être bénéficiaires, ils ont demandé à ce qu’on ait des locaux. On a pris des locaux, et des ouvriers. Et depuis ce temps nous souffrons. On n’arrive même pas à mener nos activités. On demande qu’ils nous aident dans les plus brefs délais », a-t-elle lancé.

Apres avoir lu les revendications, Mariam Natama a remis la plateforme à Blaise Kiemdé, Directeur du FBDES qui entend la transmettre à qui de droit. C’est-à-dire aux autorités.

Des femmes déçues !

Avec ce sit-in, les femmes entendent exprimer leur déception et s’interroger sur la conduite à tenir. Certaines d’entre elles se sont endettées pour préfinancer leurs activités, en attendant l’arrivée des fonds. Puisque plusieurs d’entre elles pensaient que les décaissements étaient imminents.

Celles qui ont reçu les 70% des fonds d’investissement sont depuis cinq mois dans l’impasse totale. Avec des contrats et conventions signés qui engagent l’entrepreneur et son aval. Elles se demandent comment honorer les engagements qu’ils ont pris, dans l’attente du paiement.

Wendkuni Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés