Bobo-Dioulasso : 724 élèves sous-officiers ont reçu leurs épaulettes

samedi 4 juin 2016 à 19h28min

Vendredi 3 juin 2016 à Bobo-Dioulasso, 724 élèves sous-officiers de la gendarmerie ont reçu leurs épaulettes, un acte marquant la fin de la phase de leur formation militaire initiale. C’était devant autorités militaires, administratives, parents et amis.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : 724 élèves sous-officiers ont reçu leurs épaulettes

La cérémonie de remise de passants s’inscrit dans la perpétuation des traditions de l’école nationale des sous-officiers de la gendarmerie (ENSOG). Elle marque la fin de la phase initiale de formation militaire. Une étape où les cadres et les ainés de deuxième année transmettent aux élèves de première année, tout un code de comportement et de valeurs qui caractérise l’élève sous-officier de l’ENSOG. Pendant des mois, confie Arnaud Zongo chef de corps par intérim, ces élèves ont affronté les multiples réalités de leur futur métier. « Ils ont dû puiser dans leur réserve physique, morale, intellectuelle pour pouvoir supporter les fatigues, les insomnies, les intempéries, les privations diverses et apprendre les fondamentaux du métier militaire », laisse-t-il entendre.

Ces élèves sous-officiers forment la 43ème promotion de cette école. Ils sont rentrés à l’école le 1er février 2016. Ils passeront trois mois à Kouakoualé, situé à 30 km de Bobo-Dioulasso sur le site temporaire de formation de commandement des écoles et centres de perfectionnement de la gendarmerie. La promotion comptait 725 « éléments » dont 25 filles. « Nous déplorons cependant le décès de l’élève sous-officier Waongo Baléba Emmanuel, survenu le 30 avril suite à une courte maladie », a informé M. Zongo. Aux 724 élèves, M. Zongo a rappelé que tout n’est pas fini. « … votre nouvelle vie, celle de l’élève sous-officier sera parsemée d’obstacles mais pas insurmontables. Elle doit surtout être marquée de discipline, de rectitude militaire et d’exemplarité ». Ils peuvent d’ores et déjà être rassurés de l’accompagnement des cadres et des ainés, comme il est de tradition dans le corps.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés