Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

samedi 4 juin 2016 à 19h39min

L’Assemblée nationale et l’Association "Mémoire et Conscience" ont procédé à la signature d’une convention de partenariat le 03 juin 2016. Ladite convention précise les conditions de la mise en œuvre, entre les parties, du projet de réalisation d’un musée et d’un monument du souvenir sur le site de l’ancienne Assemblée nationale. Ce, en hommage aux martyrs des différentes luttes du peuple burkinabè. La cérémonie a été également une occasion par le Président de l’Assemblée nationale de remettre un chèque d’un montant de 10 millions de FCFA à l’Association « Mémoire et Conscience » présidée par Luc Marius Ibriga.

Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

Le 30 novembre 2014, le peuple burkinabè, dans un sursaut patriotique, prenait d’assaut l’Assemblée nationale de la 5e législature. Le parlement est saccagé et incendié.Ce mouvement insurrectionnel a permis de mettre fin au régime de Blaise Compaoré, vieux de 27 ans. Au cours de cette insurrection populaire, des dizaines de morts et des centaines de blessés ont été enregistrés. Des voix s’élèvent ensuite pour exiger que leur mémoire soit à jamais conservée. D’où l’initiative citoyenne portée par l’association « Mémoire et conscience » qui consiste à réaliser un monument en hommage à tous les martyrs des différentes luttes héroïques du peuple burkinabè et à transformer une partie de l’ancienne Assemblée nationale en un musée vivant, conservatoire de la mémoire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Depuis, l’idée fait son chemin. Approchée, l’Assemblée nationale de la 7e législature a estimé que l’idée s’inscrit dans sa vision.

Ce 03 juin, les deux parties ont procédé à la signature d’une convention de partenariat pour permettre au projet de voir le jour. « Par la présente convention, la représentation nationale marque son accord pour réaliser en partenariat avec l’association « mémoire et conscience » le monument et le musée qui symboliseront dorénavant la fierté de tout un peuple, de toute une nation », a confié le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo. Car, poursuit-il : « ce projet rappellera à notre souvenir une époque à jamais révolue mais sera aussi un acte fondateur d’une nouvelle espérance. C’est la réaffirmation d’une nouvelle vision de l’Etat plus que jamais démocratique au service d’une société plus juste, plus équitable et plus inclusive ».

Donner un caractère populaire à l’initiative

Aussi, par ce partenariat, les deux parties conviennent du caractère populaire de cette initiative. Et, dans ce sens, l’association sus-citée se veut un instrument qui scelle la relation avec l’Assemblée nationale. « Ce projet est une initiative qui interpelle l’ensemble du peuple burkinabè et l’ensemble des Burkinabè. Donc, il n’y a pas de monopole de l’idée par « Mémoire et conscience ». Il y a peut-être des gens qui ont eu la même idée et qui ne l’ont ne l’ont pas formalisée. Ils sont les bienvenus à « Mémoire et conscience » pour que nous trouvions les plus belles idées pour réaliser ce projet », a expliqué Luc Marius Ibriga, le président de l’association« Mémoire et conscience ».

C’est pourquoi, dans la mise en œuvre de cette initiative, l’association va lancer bientôt un appel à idée à l’endroit de tous les Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur pour « dire en une page comment ils voient ce musée et ce monument ».

Au-delà des querelles partisanes

La seconde étape va consister à l’organisation un concours d’architecture et le lauréat aura la charge de la réalisation du projet. « Mais, le caractère populaire de cette initiative doit venir du fait que l’on comprenne que si le peuple burkinabè a pris d’assaut l’Assemblée, ce n’est pas parce qu’il était contre la démocratie, mais parce qu’il ne voulait pas que l’Assemblée nationale soit un lieu de non démocratie. Donc, il faut là également une contribution populaire pour réaliser cette initiative et nous projetons faire une sorte de téléthon pour appeler à la contribution de tous les Burkinabè en fonction de leur force contributive, qu’ils soient de l’intérieur ou de l’extérieur, pour pouvoir réaliser cela et que cette contribution soit le signe de l’appropriation du peuple burkinabè de cette initiative », a précisé Luc Marius Ibriga.

Le président de l’Assemblée nationale n’a pas manqué d’appeler tous les patriotes, tous les démocrates de ce pays à participer à la conception et aux efforts de réalisation de ce monument. « Le musée et le monument que nous voulons mettre en place sont la propriété du peuple burkinabè et toutes les initiatives nationales sont les bienvenues. Nous sollicitons la participation de tous, au-delà de nos querelles partisanes », a-t-il lancé. Car, la réalisation de cette œuvre permettra de léguer aux générations futures cette étape de l’histoire du Burkina Faso.

La cérémonie de signature de la convention de partenariat a connu la présence des représentants de l’ensemble des groupes parlementaires ainsi que quatre des cinq vice-présidents du parlement. C’est dire que le consensus a prévalu au niveau des parlementaires pour la réalisation du futur musée des luttes du peuple burkinabè et du monument de l’insurrection populaire. Ces infrastructures seront intégrées dans l’espace où la représentation nationale va siéger dans les années à venir.
Au cours de la cérémonie, le président de l’Assemblée nationale a remis un chèque d’un montant de millions de francs CFA à l’association « Mémoire et conscience ».

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 juin 2016 à 15:16 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    quel musée vous voulez encore construire ? nous avons déjà un en grandeur nature,l’assemblée nationale des fantoches que nous avons brûlé. il faut le laisser comme tel

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 18:53, par Immigré En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Pensez-vous que ce président de l’assemblée national est vraiment quelqu’un qui veut du bien de ce pays ?
    Bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 19:07 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Franchement , votre idée est bête . Incendier l AN est un fait de bravoure ? Mr Édouard Ouedraogo , quittez dans ça , donnez de bons conseils aux jeunes qui sont avec vous . Qu ’ est ce que ce musée va rapporter au Pays . Les employés manquent de bureaux et au lieu de restaurer ces bâtiments pour eux vous proposez des projets insensés . Le BF a trop de priorités

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 19:16, par Yako En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    De quelle fierté nationale parle-t-on ?la vérité est qu’une minorité violente s’est emparé du pouvoir dans notre pays le 30/31 oct 2014.De quel héroïsme parle-t-on ?Cela me rappelle la révolution Bolchevique de 1917,Lénine,Troski,Rosa Luxembourg parlaient de "victoire du peuple contre Tsar"70 ans plus elle balayée comme un pot pourri sans qu’une seule balle soit tirée de même que Castro en 1958 parlait de la victoire du peuple contre la dicture Batista,et aujourd’hui ?De la même manière le 04 août 1983 les vainqueurs ont parlé de la victoire du peuple contre je ne sais quoi 4 ans plus tard ils furent balayés dans un liasse populaire.Des monuments et et placés furent rebaptisés telle place de 17 mai,place de la révolution pourquoi ?justement parce qu’on a tronqué l’histoire er l’histoire tronquée ne résiste pas à l’épreuve du temps.Conclusion:Erigez musées et monuments ils seront rebaptisés dans qlqs années selon les vainqueurs du moment.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 19:27, par Yako En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    De quelle fierté nationale parle-t-on ?la vérité est qu’une minorité violente s’est emparé du pouvoir dans notre pays le 30/31 oct 2014.De quel héroïsme parle-t-on ?Cela me rappelle la révolution Bolchevique de 1917,Lénine,Troski,Rosa Luxembourg parlaient de "victoire du peuple contre l’oppression de Tsar"70 ans plus tard elle fut balayée comme un pot pourri sans qu’une seule balle ne soit tirée de même que Castro en 1958 parlait de la victoire du peuple contre la dicture Batista,et aujourd’hui ?De la même manière le 04 août 1983 les vainqueurs ont parlé de la victoire du peuple contre je ne sais quoi 4 ans plus tard ils furent balayés dans un liesse populaire.Des monuments et et places furent rebaptisés telle place de 17 mai,place de la révolution pourquoi ?justement parce qu’on a tronqué l’histoire et l’histoire tronquée ne résiste pas à l’épreuve du temps.Conclusion:Erigez musées et monuments ils seront rebaptisés dans qlqs années selon les vainqueurs du moment.Que l’assemblée nationale donne son accord à la réalisation d’une œuvre pareille de division n’honore ni notre pays ni sa propre personnalité.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 23:52, par Sans rancune En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    C’est vraiment dommage. Je crois que le moment l’important c’est de réduire l’incivisme et sécuriser le pays. On s’en fout du musée. Il aurait fallu donner ce chèque aux parents des martyrs. Des gens vont encore se sucrer sur le sang d’autrui.
    Eh ! vous les gens de L’association "Mémoire et conscience" si vous voulez entrer dans l’Histoire, ça ne sera pas de cette façon.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 00:44, par PP En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Nous nous plaignons qu’il n’y as plus de lecteur et le gout de la lecture est partie.
    Réveillez plutôt les consciences en les emmenant sur la voie de la lecture ou autre moyen d’accès a l’histoire ( les encyclopédie en ligne , etc)
    Sponsorisez les bouquins. On a trop d’édifices vides qui n’ont quelques rares visiteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 05:09, par Le Vigilant ! En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Salifou Diallo est tout sauf un démocrate ! Des noms doivent rentrer dans ce musée de la lutte des peuples . Des noms comme Dabo Boukari, Thomas Sankara, Lingani Jean Baptiste,
    Henri Zongo, .. .......... Tous assassines par les promoteurs de la nouvelle démocratie. Ils ont été assasines pour construire le Boulevard Numéro 27 et qui a permis à Blaise Compaore de circuler. Comment des ingénieurs de ces tristes périodes peuvent aujourd’hui prétendre donner des leçons au peuple. La démagogie est la conseillère de la dictature. Chacun doit se mirer avant de poser des actes dans une république . Certains des actes que nous posons aujourd’hui peuvent eux mêmes devenir des tableaux qui iront ornés les murs d’un tel musée . L’histoire rattrape . Ah oui elle rattrape , si ce n’est vous ca peut être vos enfants ou votre famille . Regardez autour de nous ! 6 mois après avoir quitte le pouvoir comment les noms de Zida et de ses complices sont trop gâtés . Pourtant ils symbolisaient la lutte de notre peuple. Ah oui !! Ils avaient usurpé la lutte du peuple. Il ya toujours des usurpateurs et beaucoup seront au fur et à mesure que l’histoire avance, démasqués. Attendons de voir.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 06:33, par CestMonOpinion En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    La priorite pour l’Assemblee Nationale devrait etre plutot de parer au plus presse c’est a dire l’erection d’un nouveau batiment, d’une nouvelle Assemblee Nationale en lieu et place de l’ancien qui sera un musee. En tant que citoyen lamda j’avoue que c’est tres desagreable de regarder a la Tele Nationale une Assemblee Nationale qui ressemble a une Salle de spectacle et ou les deputes sont coinces comme des sardines et gardent les documents precieux de la Nation sur leurs genoux. Le plus urgent a regler c’est cela pas le musee quoique l’idee soit bonne. Reveillons-nous il s’agit de notre Assemblee Nationale !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 06:59, par moi En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    HEE VIEUX EDOUARD ...c’est grave au soir de ta vie ...pourquoi as tu fais ça !
    La promotion du feu comme mode de conquête et de gouvernance du pouvoir doit être aussi condamnée comme Ceux qui menacent de brûler le palais de justice comme l’assemblée Nationale..
    Si des personnalités prennent l’assemblée brûlée comme symbole de lutte, pourquoi s’en prendre aux enfants qui brulent, aux adultes qui veulent bruler le palais de justice ...Burkinabè nous devons être honnêtes et conséquents..Le feu appelle le feu ...
    Un très mauvais projet pour la conscience collective, un très mauvais projet contre la réconciliation nationale un très mauvais projet contre l’éducation citoyenne..
    .cet argent pouvait avoir combien de forages. Un forage positif est de 7 millions..a Ouahigouya pour finir avec les coupures d’eau. Nous avons besoins de 2 décanteurs et il nous faut 10 millions en saison de pluie.
    L’argent du trésor, mon argent, notre argent, l’argent du contribuable, Je proteste..
    Non au FEU ...non au FEU..Je pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville .QUE DIEU sauve le BURKINA..
    VIVE LA PAIX ..VIVE LA RECONCILIATION NATIONALE

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 09:16 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Voilà que les conneries de l’ere Compaoré se poursuivent comme si de rien n’était ! Et avec comme nouvel acteur majeur, le Président de l’ASCE en personne ! Le Burkina est vraiment maudit. On ne peut pas vivre des moments si difficiles et se permettre de gaspiller autant d’argent (10.000.000) pour de telles futilités partisanes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 09:23 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Le terme "peuple burkinabe" est aujourd’hui galvaudé. Quel "peuple burkinabe" vous a dit qu’il a besoin de la construction d’un musée ? Celui des vainqueurs ou celui des vaincus ? Ce dont le vrai peuple burkinabe à besoin aujourd’hui, c’est de pouvoir manger à sa faim et avoir des dirigeants dignes de ce nom. Ce qui est loin d’être le cas en ce moment. Arrêtez d’emfumer les gens avec vos histoires de musées. Combien de personnes mangent des musées au Burkina ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 09:31, par Troll En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Il y a quelque chose de malsain et d’écœurant dans ce projet qui ignore les luttes antécédentes à la révolution d’octobre (qu’au passage les acteurs de cette pantalonnade nomment insurrection, pour la diminuer). Quand j’ai lu le titre, j’ai pensé à un lieu qui honorerait, au moins, les deux révolutions que ce pays a connu !
    Les musées sont fait pour enterrer les événements, pour les inscrire définitivement dans le passé, alors pourquoi nommer ce musée "des luttes du peuple burkinabè" si, comme le dit Salif Diallo, "ce projet rappellera à notre souvenir une époque à jamais révolue mais sera aussi un acte fondateur d’une nouvelle espérance". "Une nouvelle espérance" : on dirait du Blaise ! Et en guise de monument, pour rappeler à notre souvenir une époque à jamais révolue, vous allez y mettre quoi, une statue de Blaise ?
    Et de quelle époque à jamais révolue s’agit-il, sinon de l’insurrection - révolution d’octobre, puisque ce serait un musée des luttes, et pas un musée des infamies !
    En fait ce projet est l’occasion d’inaugurer une nouvelle façon de refiler 10 briques dans les poches d’Intel, ici Ibriga, sans avoir à se cacher !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 10:27, par S. Patrice En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    J’ai du mal à comprendre ce cinéma. On ne fait rien de bon pour les ayants droits des Martyrs et ceux qui porteront a jamais les séquelles des violences mais on est prêt à injecter des milliards pour un musé. La seule façon de rendre hommage aux martyrs c’est :
    1- Faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles ils sont mort
    2- Soutenir véritablement leurs ayants droits et les blessés
    3- Avoir des comportements dans toutes les sphères de la société qui les honorent
    QUE DIEU AIT PITIÉ DES AYANT DROIT DES MARTYRS ET DES BLESSES ISSU DES VIOLENCES OCCASIONNÉES PAR LES POLITICIENS

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 10:35, par KIENKADI En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Vous-là vous transformerez donc tout le pays en musée.Je ne comprends pas nos responsables dans bien de décisions quoi.
    Avez-vous suffisamment d’espaces pour des infrastructures publiques ?Allez-y ériger un musée à inga....., à samoroguoua sur le terrain DABO Boukari et bien d’autres endroits.
    Devoir de mémoires oui,mais allons doucement car vous rendrez bien compte de vos erreurs et le recul va être difficile. OU BIEN C’EST DU SNOBISME OU BIEN C’EST DU POPULISME PUR...

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 15:01 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    L IDEE DE MUSEE A MON AVIS N EST PAS MAL. CEPENDANT JE SUGGERE DE NE PAS LAISSER TOUT LE BATIMENT EN MUSEE. IL FAUT VALORISER LES ESPACES AU CENTRE VILLE.
    JE PROPOSE UNE DESTRUCTION DE L IMMEUBLE, ET L ERECTION D UNE NOUVELLE ASSEMBLEE NATIONALE DIGNE DE CE NOM ( R+30) AVEC UNE GEANTE SALLE DE CONFERENCE . LE SOUS SOL DU DIT BATIMENT POURRA AVOIR UN PARKING AU REZ -2 ET AU NIVEAU DU REZ - 1 ON AURAIT LE MUSEE. LE REZ DE CHAUSSE QUANT A LUI AURA SUR LES MURS UNE EXPOSITION DES PHOTOS D ARCHIVES DES EVENEMENTS , POUR RAPPELER A TOUTE PERSONNE ENTRANT DANS L EDIFICE QUE QUELAUES CHOSES S Y EST PASSE UN CERTAIN 31 OCTOBRE. .

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 16:42 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Chaque fois que Salif Diallo parle de l’ancien régime, je me demande si son cerveau a été reformaté pour ne retenir que les évènements qui débutent en 2014. Comment peut-on être aussi cynique et sans scrupule à ciel ouvert ?

    "On les appelait les gourous du CDP, les caciques du parti, les bonzes, les apparatchiks, les leaders, les hommes forts, les premiers responsables du parti, les môgho puissants, les piliers du régime, les ténors et que sais-je encore ? Ils ont eu le pouvoir, les honneurs et les faveurs diverses. Puis un jour, tout cela s’est arrêté, les laissant sur leur faim. Ne sachant plus comment vivre en citoyens lambda ou en simples conseillers/camarades, ils claquèrent la porte du parti. Se disant trahis et trompés, ils décidèrent de s’associer pour reconquérir le pouvoir, les honneurs et les faveurs perdus". Ils ont conquis le pouvoir et en jouissent, mais nous peuple burkinabè, on souffre le martyr continu de nos espoirs déçus.

    Quand je vois la comédie macabre et honteuse de Salif Diallo et Ibriga Luc au sujet du tas d’immondice de leur imposture politique, j’ai mal, mais très très mal à mon burkindlim. A quand la fin de ce sinistre spectacle à la gloire du dictateur et tyrannique Salif Diallo, roi des bougnouls et des lâches ? Comment peut-on condamner les saccages scolaires de Nagaré et Gounghin et célébrer l’incendie de l’Assemblée Nationale en l’élevant en oeuvre grandiose et révolutionnaire à conserver ? De quelle mémoire et conscience parlent le Vieux Edouard et Ibriga ?

    Visiblement, ils ne savent pas qui nous sommes, ce qui nous distingue vraiment des autres peuples. Nous sommes un peuple aimant, uni et de pardon, un peuple de courage, un peuple fort et vaillant face à l’adversité, un peuple tolérant et patient mais qui ne supporte pas l’offense à sa dignité. Nous sommes un peuple indomptable et éternel qui survivra à tous ses ennemis internes et externes. Demain, un jour nouveau se lèvera.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 17:31 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Chaque fois que Salif Diallo parle de l’ancien régime, je me demande si son cerveau a été reformaté pour ne retenir que les évènements qui débutent en 2014. Comment peut-on être aussi cynique et sans scrupule à ciel ouvert ?

    "On les appelait les gourous du CDP, les caciques du parti, les bonzes, les apparatchiks, les leaders, les hommes forts, les premiers responsables du parti, les môgho puissants, les piliers du régime, les ténors et que sais-je encore ? Ils ont eu le pouvoir, les honneurs et les faveurs diverses. Puis un jour, tout cela s’est arrêté, les laissant sur leur faim. Ne sachant plus comment vivre en citoyens lambda ou en simples conseillers/camarades, ils claquèrent la porte du parti. Se disant trahis et trompés, ils décidèrent de s’associer pour reconquérir le pouvoir, les honneurs et les faveurs perdus". Ils ont conquis le pouvoir et en jouissent, mais nous peuple burkinabè, on souffre le martyr continu de nos espoirs déçus.

    Quand je vois la comédie macabre et honteuse de Salif Diallo et Ibriga Luc au sujet du tas d’immondice de leur imposture politique, j’ai mal, mais très très mal à mon burkindlim. A quand la fin de ce sinistre spectacle à la gloire du dictateur et tyrannique Salif Diallo, roi des bougnouls et des lâches ? Comment peut-on condamner les saccages scolaires de Nagaré et Gounghin et célébrer l’incendie de l’Assemblée Nationale en l’élevant en oeuvre grandiose et révolutionnaire à conserver ? De quelle mémoire et conscience parlent le Vieux Edouard et Ibriga ?

    Visiblement, ils ne savent pas qui nous sommes, ce qui nous distingue vraiment des autres peuples. Nous sommes un peuple aimant, uni et de pardon, un peuple de courage, un peuple fort et vaillant face à l’adversité, un peuple tolérant et patient mais qui ne supporte pas l’offense à sa dignité. Nous sommes un peuple indomptable et éternel qui survivra à tous ses ennemis internes et externes. Demain, un jour nouveau se lèvera.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 18:08, par SID PAWALEMDE En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    L’assemblée Nationale doit rester telle jusqu’à une 30ème génération pour compter des étudiants de première année en 2014. A la limite on peut y ajouter de grands posters en photo personnel (unique) de chacun des Députés pro modification de l’article 37 et les parsemer dans l’espace de l’AN. Le tout couronné par un grand poster sur lequel on pourra lire "Partisans de la modification de l’article 37 pour le maintien d’un seul homme pendant 40 ans au pouvoir". Comme çà leurs petits fils sauront que leur grand père ne vivait que pour son tube digestif et son bas ventre bien qu’il aie des diplômes universitaires.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 20:12, par Jacques Zanga Dubus En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Un musée, par définition, est un "établissement dans lequel sont rassemblés et classés des collections d’objets présentant un intérêt historique, technique, scientifique, artistique, en vue de leur conservation et de leur présentation au public".
    Comment des luttes pourraient-elles entrer dans un musée, et quels objets seront représentatifs des luttes du peuple burkinabè ? Photos de martyrs et débris des excès de la fête ?
    Salif Diallo dit : "ce projet rappellera à notre souvenir une époque à jamais révolue mais sera aussi un acte fondateur d’une nouvelle espérance"
    Qu’est-ce qui présente un intérêt historique ? L’insurrection, que d’aucuns voudraient ne plus jamais voir exister comme contre-pouvoir constitutionnalisé, ou l’époque à jamais révolue de Blaise Compaoré ? Mais alors, ce Musée doit être celui des infamies, et non celui des luttes !
    Ce projet de mémorial est une imposture destinée à y enfermer les luttes passées, pourtant si proches, encore si vives, pour tuer tout germe de lutte à venir.
    Quant à l’expression "une nouvelle espérance", on dirait du Blaise, mais cela n’a rien d’étonnant dans la bouche de celui qui l’a si longtemps servi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2016 à 09:59, par kambire En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Justice d’abord pour ceux qui y ont laisser la vie. Ne nous détournons pas la vrai question.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2016 à 10:19, par BALTAZAR En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Je pense que ce projet de musée divise les burkinabè par conséquent il est préférable d’y renoncer.Après avoir fait la justice pour les victimes et pris en charge les ayants droits,une simple bande lumineuse défilant dans l’hémicycle devrait suffire pour rappeler constamment aux députés leurs responsabilité vis à vis de les mandants.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2016 à 10:29 En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Internaute 19 et 21, je valide à 100%. Très intelligent et clair pour tous. Vraiment délicieux comme arguments. Ma journée est gagnée.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:26, par L’alternateur En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Bonjour chers internautes,
    Cette construction, je dirai cette continuité de destruction se fera sous haute surveillance alors, comme le vote de la loi liberticide du 7 avril. Salif diallo est le mal du Burkina et son sort sera triste et tristement proportionnel à son image. L’histoire nous le révélera bientôt.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin 2016 à 11:06, par Coulidiati Patrice En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Quel bonheur que de lire la fureur des "anciennes sangsues" du Burkina. On les reconnais a leur rage dès que l’on prononce le mot "insurrection populaire". Ils s’emportent, renient l’histoire et tentent d’imposer la leur. Aille !! que ça fait mal de perdre le pouvoir et de devenir un citoyen ordinaire. Jadis si puissants, riches de la corruption et de toutes sortes de magouilles, intouchables et hautains, il ne digèrent pas de devoir raser les murs et d’être des citoyens anonymes comme vous et moi. En ce qui concerne l’opposition du cartel CDP+ADF+NAFA+Menus fretins à ce projet de musée, il faut les comprendre : la réalisation d’un tel monument rappellera pour l’éternité leur tentative de forfaiture et de trahison du vaillant peuple de ce pays. C’est comme si on leur imposait des migraines éternelles. D’où ces critiques acerbes de gens aigris, et qui tentent de camoufler leur aigreur derrière des arguments du genre "le Burkina a d’autres priorités".

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin 2016 à 13:10, par gnesgo En réponse à : Construction du Musée des luttes du peuple burkinabè : L’association « Mémoire et conscience » et l’Assemblée nationale scellent un partenariat

    Or donc monsieur COULDIATI, ce sont la même suffisance, la même arrogance, la même médisance qui ont perdu mieux que vous. Parcourez calmement les différentes réactions et essayez de faire violence sur vous-même pour comprendre que la plupart des intervenants sont loin de se reconnaître dans la caricature que vous dressez à leur égard et qui traduit une haine qui vous emprisonne et étouffe votre faculté de raisonnement. Vous savez aussi que les partis que vous venez de citer sauf si vous êtes enfermé dans une boule de Crystal, sont de nos jours moins rebutants que votre association de malfaiteurs (pour paraphraser Soumane TOURE !), dénommée MPP qui peine à s’installer dans les consciences libres. Il n’est pas jusqu’à monsieur le Philosophe TRAORE qui n’ait pas pu contenir sa colère à propos de la mascarade des municipales, pour déclarer à peu près que "depuis 25 ans qu’il participe aux élections, il n’a jamais vécu de tels achats de conscience" et je suis convaincu que vous lui donnez raison en votre for intérieur, ou du moins par votre attitude. Quand on vous lit, on est d’avantage convaincu qu’avec des outils humains de votre genre, le triumvirat de FEU qui dirige ce pays fera long feu. L’ombre d’aucun militantisme ne transpire dans vos vomissures et avec de tels hooligans comme militants, le MPP, est mal barré pour dessiner un projet qui rassemble, réconcilie et reconstruit. Si donc le musée ne doit pas faire l’objet d’appréciations, pourquoi ces initiateurs appellent l’ensemble des Burkinabé à adhérer à leur projet ? Cette manière infantile de vouloir imposer la pensée unique n’a jamais prospéré au Burkina et si vous ne le savez par ignorance, je vous suggère d’interroger votre géniteur et/ou des aînés qui vous instruiront. Si par contre vous croyez que tous les Burkinabé doivent moutonner comme cela semble le cas dans votre coterie, alors vous faites fausse route, car personne dans ce pays, ni aucun groupe n’a jamais pu s’imposer durablement aux autres Burkinabé et les évènements récents vécus par notre pays en sont l’illustration. Contentez-vous de porter les sacoches et d’empocher vos miettes, mais de grâce, laissez les autres raser les murs et vous cracher leurs opinions ou alors, créez à l’image des Koglwéogos, une milice de Kogl-idées contraires aux vôtres et dès lors vous pourrez SALIFER sans soucis !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés