Péages au Burkina : Des agents décrètent la gratuité 4 heures par jour pendant 4 jours

mardi 31 mai 2016 à 04h00min

Les agents des postes de péages disséminés sur l’ensemble du territoire national ont entamé un mouvement d’humeur ce 31 mai 2016 pour une durée de quatre jours de 8h à 12h. Ils exigent des autorités, la satisfaction de leur plateforme revendicative en 20 points.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Péages au Burkina : Des agents décrètent la gratuité 4 heures par jour pendant 4 jours

Comme points de la plateforme revendicative de ces agents affiliés à la CGT -B (Confédération générale du travail du Burkina) on peut citer : L’annulation pure et simple et sans condition de la concession du péage ; la clarification des dispositifs règlementaires régissant les agents du péage et la correction des dysfonctionnements et injustices y relatifs, s’il y a lieu ; la définition d’un plan de carrière ; la revalorisation des grilles salariale et indemnitaire ; l’octroi du fonds commun ; l’octroi d’un certain nombre d’indemnités ; le recrutement des agents du péage par test officiel ; le renforcement de la sécurité au niveau des postes ...

La plateforme revendicative comporte 20 points et a été déposée le 05 août 2015. Et c’est pour amener l’autorité à satisfaire les points mentionnés, que les agents des péages ont décidé d’organiser des sit-in du 31 mai au 03 juin 2016 de 8h à 12 h.
Comme conséquences directes de ce mouvement, aucune taxe de péage n’est perçue aux heures et jours indiqués par les manifestants. Une perte sèche à n’en pas douter sur les recettes du trésor public.

A la sortie de la route nationale N°1, route de Bobo Dioulasso, nous avons pu constater ce 31 mai 2016, l’effectivité du mouvement dès 8h. Le petit bureau du poste de péage a effectivement été fermé et les usagers étaient invités à passer sans débourser le moindre kopeck.

Ils promettent durcir le ton si rien n’est fait à l’expiration du mouvement

Élie Compaoré, préposé à la vente de tickets de péage au poste de péage de Dori, et secrétaire général chargé de la communication au niveau de la coordination des agents de la CGTB des péages venu de Dori pour la circonstance, à bien voulu nous en dire davantage : « Effectivement, nous avons déposé une plateforme revendicative depuis 2015 qui n’a pas eu de suite favorable . Malgré tous les échanges que nous avons eus avec le directeur général du trésor public.

Depuis lors, aucun point selon nous n’a été sérieusement examiné. Parlant de notre statut, Il y a trop de problèmes que nous rencontrons sur le terrain et même dans la vie sociale par rapport à notre statut qui datent de 2006. Nous avons également des avantages dont nous devons bénéficier. Mais jusqu’à présent, personne ne nous dit mot. Personne ne nous approche ou nous écoute. Dans ce genre de situation, vous êtes obligés à un certain moment de changer de manière de faire ».

Du mouvement lancé et de ses implications il dira : « Le mouvement c’est sur toute l’étendue du territoire national et dans tous les postes de péage. Nous allons observer des sit-in de 8h à 12h du 31 mai au 03 juin 2016. Mais après cette période d’autres mesures seront envisagées ».

Au plan national, on dénombre 14 antennes ; 44 postes de péage dont 34 fonctionnels, avec un total d’adhérents de 457 préposés et surveillants de barrières confondues.

Angelin Dabiré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés