Notariat au Burkina : Corine Larissa Ouédraogo et Alimata Savadogo ont prêté serment

mardi 31 mai 2016 à 00h30min

Corine Larissa Ouédraogo et Alimata Savadogo sont désormais notaires. Elles ont prêté serment ce lundi 30 mai 2016, devant les membres de la cour d’appel de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Notariat au Burkina : Corine Larissa Ouédraogo et Alimata Savadogo ont prêté serment

« Je jure de remplir mes fonctions avec exactitude et probité et d’observer scrupuleusement les règles du secret professionnel », c’est le serment prononcé par les deux nouvelles notaires au cours de cette audience présidée par Jean Emile Somda, premier président de la Cour d’appel de Ouagadougou.

Par cette prestation de serment, la jeune Corine Larissa Ouédraogo, âgée seulement de 25 ans, fait son entrée dans l’ordre des notaires du Burkina. « Je suis heureuse de faire partie de la famille des notaires. J’ai découvert ce métier lors d’un stage auprès de ma mère qui est notaire dans la ville de Bobo-Dioulasso » a-t-elle indiqué.
Titulaire d’un master II en droit notarial, Corine Ouédraogo, malgré son jeune âge, a acquis une solide expérience professionnelle auprès de sa mère. Présentement juriste à l’étude notariale de Me Solange Rachel Agaleoue Ouédraogo, notaire à Bobo-Dioulasso, elle y a effectué de nombreux stages depuis 2010, où elle a découvert le fonctionnement du cabinet d’étude notariale.

Satisfaite de son nouveau titre, de cette première étape donnant accès à la profession, la jeune notaire confie : « Je compte m’installer à mon propre compte. Je sais que ça ne sera pas facile, rien n’est d’ailleurs facile dans cette carrière. Mais, j’ai foi qu’avec beaucoup d’efforts et l’aide de ceux qui m’entourent, ça ira ».

Les difficultés, la nouvelle notaire Alimata Savadogo en a aussi pleinement conscience. Auparavant Greffier, madame Savadogo a par la suite suivi des cours de droit à l’université de Ouagadougou. « Les embuches n’ont pas manqué, mais j’y suis quand même arrivée. J’ai obtenu ma maîtrise en droit privé, option droit des affaires en 2005 et la même année, j’ai passé avec succès mon concours d’entrée des notaires. C’est une fonction entrepreneuriale et judicaire. J’ai fait le droit, j’aime le droit et j’ai voulu l’appliquer dans le cadre d’une fonction légale ». A cet effet, Alimata Savadogo nous informe que dès demain, son cabinet sera fonctionnel.
Conformément à la tradition, le président de la cour d’appel, Jean Emile Somda, n’a pas manqué de prodiguer des conseils aux nouvelles notaires. A cet effet, il a exhorté les deux dames à suivre l’exemple de ceux qui ont embrassé cette carrière avant elles. La présidente intérimaire de l’ordre des notaires, Me Solange Rachel Agaleoue Ouédraogo, pour sa part, a convié celles qui viennent de rejoindre la grande famille des notaires à respecter le serment prononcé devant la cour d’appel.

« Une profession méconnue »

« Nous sommes contents que la famille du notariat s’agrandisse. Il faut reconnaître que sous la révolution, c’est une profession qui a été supprimée. C’est après la rectification en 1993, que la profession a été reconstituée avec la nomination de nouveaux notaires. Aujourd’hui, en plus des deux qui viennent de prêter serment, nous sommes 20 notaires pour 17 millions d’habitants » a-t-elle indiqué.

Pour Me Ouédraogo, la profession est pour le moment méconnue, toutefois, elle est en train de renaître. « Les citoyens n’ont pas l’information. Ils n’ont pas conscience qu’ils ont souvent besoin des services d’un notaire. Aussi, la plupart des notaires sont principalement à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso » a-t-elle signifié.

Raison pour laquelle, la politique du ministère de la justice ces dernières années, met l’accent sur cette profession en essayant de couvrir tout le territoire national. « Il y a 12 notaires qui sont en stage présentement. A la fin de leur formation, ils seront déployés dans plusieurs juridictions » a renchéri Me Ouédraogo.

Le notaire selon Me Ouédraogo, est une personne à laquelle l’Etat délègue une parcelle de son autorité. Il reçoit ou rédige les actes (acte de vente d’un bien immobilier), les contrats (contrat de mariage, donation...) et leur confère l’authenticité qui les rend incontestables.

Appelé « juge de la paix », le notaire est généralement une personne vers laquelle on va, pour des conseils. « Dans le domaine de l’immobilier par exemple, pour plus de sécurité pour l’acquisition d’un terrain, le notaire est mieux outillé pour vous conseiller. Avant la transaction, le notaire prendra les dispositions et les informations nécessaires afin de vous sécuriser », a-t-elle expliqué.

En conclusion, le notariat aide à prévenir les litiges selon Me Ouédraogo.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 31 mai 2016 à 18:34, par vino
    En réponse à : Notariat au Burkina : Corine Larissa Ouédraogo et Alimata Savadogo ont prêté serment

    rien que du copinage et de la cooptation. seulement une vingtaine pour 17 millions de burkinabé. il faut ouvrir toutes les professions libérales aux jeunes diplômes qui chôment depuis des années. au lieu de l’ouvrir, on constate que les gens y entrent par copinage ou en raison de leur parenté à un autre notaire.

  • Le 1er juin 2016 à 06:37, par Joseph GYENGANI
    En réponse à : Notariat au Burkina : Corine Larissa Ouédraogo et Alimata Savadogo ont prêté serment

    C’est exactement cela, un monopole ; une chasse gardée aux mains de quelques privilégiés. 20 notaires pour 17 millions de Burkinabès qui se prévalent de ce titre et entravent, par leur petit nombre meme, le développement économique du pays en décourageant les milieux d’affaires pour jouir de façon éhonté d’un marché captif ; attendant les hommes d’affaires à ce passage obligé comme pour leur tendre un guet apens. Cette prestation de serment est tout simplement une transmission héréditaire de charge , de fonds de commerce comme dans une confrérie de sorciers et de sorcières. Si vous voulez redorer votre blason, libéralisez la profession au plus grand nombre ; les jeunes diplomés chomeurs sortis de nos facs de Droit.

  • Le 6 janvier à 15:10, par Andre Gaudet
    En réponse à : Notariat au Burkina : Corine Larissa Ouédraogo et Alimata Savadogo ont prêté serment

    Bonjour

    On m’a suggérer de faire affaire avec Me Frate
    Etude de Maitre FRate
    Avenue Kwamé n’Krumah, OUAGADOUGOU - BURKINA FASO

    M’a question est-ce que ce notaire est enregistré dans l’ordre des notaires de Burkina Faso ?

    Ou, a quelle adresse internet je peux trouver tous les notaires en fonction actuellement dans votre ordre.

    ou, qui me suggérez-vous comme notaire ?

    Merci de votre réponse

    André Gaudet 867 route 125 Nord Saint-Donat, Québec Canada J0T 2C0
    1-819-631-3033
    coourriel : andregaudet@cgocable.ca

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés