Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Exploitation de l’or dans le Ganzourgou : Rien ne va entre Tanlouka SA et la population de Boudry

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • mardi 31 mai 2016 à 01h29min
Exploitation de l’or dans le Ganzourgou : Rien ne va entre Tanlouka SA et la population de Boudry

L’organisation démocratique de la jeunesse du Burkina Faso (ODJ) était face à la presse ce lundi 30 mai 2016. Elle était accompagnée de ressortissants de Boudry, localité située dans la province du Ganzourgou. Il était question au cours de cette conférence de presse d’attirer l’attention des journalistes et de l’opinion publique sur la situation qui prévaut actuellement dans ce village.

Dans leur déclaration liminaire, les représentants de la population de Boudry, notamment le Noin-naba sont revenus sur le différend qui oppose la société Tanlouka SA à travers son représentant Pierre Tapsoba à la population de Boudry. En effet, selon le chef de Noin, un des villages rattachés à la commune de Boudry, Pierre Tapsoba et ses collaborateurs se « sont accaparés la principale source de revenus de la localité et de ses environs : le site aurifère de Pousgin » situé sur une colline.

Selon ses explications, initialement, et ce avec l’accord de Pierre Tapsoba, malgré la présence de Tanlouka SA sur le site, la population avait le droit de travailler sur une partie du site. Ce serait un peu plus tard que Pierre Tapsoba aurait manifesté son intention de s’ « accaparer » tout le site.

C’est alors qu’il aurait fait appel à la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) qui a fait une descente sur les lieux. Les policiers auraient brûlé le marché et refermé les galeries de la mine d’or. Et les populations n’y auraient plus accès depuis lors et « sont dans le désarroi et vivent difficilement à cause de l’expropriation du site ».

Mais la situation qui les préoccupe actuellement est le projet de déguerpissement d’une partie de Boudry par Pierre Tapsoba et sa société Tanlouka SA qui possède un permis de recherche.

A la question de savoir pourquoi avoir attendu maintenant avant de réagir, les représentants de la population de Boudry disent avoir entamé des démarches auprès de la présidente de la délégation spéciale de Boudry.
En effet, le Noes-naba dit avoir envoyé avec le consentement de la population, une lettre d’interpellation à la présidente de la délégation spéciale de Boudry, ainsi qu’une plate-forme revendicative. Mais il n’y aurait pas eu de suite. Cette plate-forme revendicative se décline en sept points :
• La réouverture du site aurifère de Pousgin aux populations
• Le dédommagement de toutes les personnes qui ont perdu leurs biens lors de la répression barbare de décembre 2014 sur ledit site
• L’accès à l’eau potable (réfection des forages existants et construction de nouveaux)
• La construction de CSPS dans les villages de Boudry qui n’en ont pas
• La construction d’infrastructures scolaires et l’accès des enfants de Boudry à une éducation de qualité
• La sécurisation des populations et de leurs biens.

A la question de savoir ce qu’attend la population, Didier kiendrébéogo, militant de l’ODJ répond : « Ce que les populations attendent à l’étape actuelle, c’est d’au moins pouvoir travailler dans les alentours. Ils ne demandent pas d’avoir pleinement accès au site, mais c’est de pouvoir travailler dans les alentours comme cela se faisait sans problème avant. »
Elles appellent donc les autorités à se pencher sur leur sort afin de trouver des solutions au différend qui les oppose à Tanlouka SA pour que la sérénité puisse de nouveau régner dans cette localité.

Justine Bonkoungou (stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • • L’accès à l’eau potable (réfection des forages existants et construction de nouveaux)
    • La construction de CSPS dans les villages de Boudry qui n’en ont pas
    • La construction d’infrastructures scolaires et l’accès des enfants de Boudry à une éducation de qualité
    • La sécurisation des populations et de leurs biens.

    C’est quoi toutes cette litanie de révendications qui relèvent du domaine de l’état et non d’un promoteur même si celui ci est dans le domaine des mines. Vous vous prenez pour qui ?
    C’est ça. et après vous serez surpris de ne pas avoir les investisseurs acourir dans votre pays. Et ce "naba" qui devrait être sage, qu’est ce qu’il cherche là bas avec lesdits "jeunes" qui d’ailleurs sont tous des vieillards qui veulent encore vendre la terre. J’ai mal à mon BUKINA.

  • Je me demande ce qu, ils veulent reelement car je ne comprend rien. S., adressent ils a l, etat burkinabe ou a tanlouka societe

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mines : Les nouveaux membres de la Commission consultative du travail renforcent leurs connaissances sur le secteur
Mils d’or 2018 : Karim Namaono remporte le premier prix
Transparence dans l’exploitation de l’or : Namissguima prend connaissance du rapport 2016 de l’ITIE-BF
Exploitation de l’or : À Yalgo, les inquiétudes et incompréhensions du maire
Iamgold Essakane SA : Une décennie « dorée », ça se fête !
3e édition de la SAMAO : Pour faire du secteur minier un moteur de croissance et de développement durable en Afrique
Transparence dans les industries extractives : Matinée de redevabilité à Gogo, dans le Zoundwéogo
Énergie : BioTherm Energy et Canopy aux commandes de deux projets photovoltaïques au Burkina
Transparence dans l’extraction minière : La population de Mogtédo voit désormais clair
Lettre ouverte au ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani : « Nous défendrons notre colline sacrée coûte que coûte »
SAMAO 2018 : À la recherche de stratégies pour faire du secteur minier un moteur de croissance
Insécurité : Un car de la SEMAFO tombe dans un braquage sur la route de Bobo-Dioulasso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés