Auto-écoles : Les conditions d’ouverture et d’exploitation revues !

mardi 24 mai 2016 à 22h36min

Les « conditions d’ouverture et d’exploitation des auto-écoles » sont l’un des dossiers majeurs examinés par le Conseil des ministres en sa séance de ce mercredi, 25 mai 2016, qui a aussi traité de mesures exceptionnelles d’importation de véhicules de transports de marchandises.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Auto-écoles : Les conditions d’ouverture et d’exploitation revues !

C’est ce qu’a expliqué le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou à la fin de l’hebdomadaire Conseil de ministres. Deux décrets ont donc été adoptés au titre du ministère des transports. Le premier est relatif aux conditions d’ouverture et d’exploitation des auto-écoles. Il s’agit, à travers cette mesure, de régulariser les conditions d’ouverture des auto-écoles et de régler les questions des licences. De par le passé, explique le ministre, les licences n’étaient pas limitatives. Désormais, elles auront une durée de cinq ans avec des conditions de mise en œuvre très particulières. « Les différentes auto-écoles ont 24 mois pour une mise en œuvre effective de cette mesure », informe le ministre Dandjinou.

L’autre décret pris en Conseil de ministres est l’exonération de droits de douane (à l’exception de prélèvements communautaires de la CEDEAO et de l’UEMOA) pour l’importation de 400 véhicules de transport routiers de marchandises, 400 véhicules de transport d’hydrocarbures et 100 véhicules porte-containers. Le gouvernement justifie cette dernière mesure par une volonté de renouveler le parc automobile dans le domaine des transports et permettre au Burkina d’accélérer sa jonction avec les zones portuaires, notamment ceux des pays voisins.

Au cours de ce Conseil, l’exécutif a aussi adopté au titre du ministère de l’économie et des finances, une feuille de route visant à améliorer les ‘’arcanes’’ des marchés publics. Cette feuille va organiser la passation des marchés publics par la réduction des délais substantiels. Selon le ministre porte-parole du gouvernement, actuellement, les délais de passations des marchés sur les prestations intellectuelles sont de 181 jours, 156 jours pour les appels d’offres ouverts et 151 jours pour les appels d’offres restreints.

Outre ces dossiers, le gouvernement a pris un décret relatif à l’adhésion du Burkina au cadre inclusif de mise en œuvre du projet de lutte contre le phénomène d’érosion et la fraude fiscales. L’adhésion du Burkina à ce cadre international permet à son administration de pouvoir bénéficier d’un certain nombre de renseignements à des fins fiscales. « Ce qui permet de lutter contre la fraude et l’érosion fiscales », justifie le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou.

O.L.O
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés