Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

samedi 21 mai 2016 à 19h29min

A la veille des élections municipales, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA) a tenu une conférence de presse au cours de laquelle , il a fait l’autopsie de la campagne électorale. Une campagne émaillée de cas de violence au point de priver certains citoyens du droit de vote. Le centre a également dénoncé des germes de ségrégation dans certaines localités avant d’appeler les autorités à la vigilance. C’était ce 21 mai à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

En plus d’avoir été assez timide, la campagne électorale dans le cadre des élections municipales du 22 mai a été émaillée par plusieurs incidents dommageables.

Des incidents au moment des dépôts des listes, des échauffourées à Zogoré, à Bégédo, à Bouroum Bouroum (les électeurs de ses trois communes n’iront finalement plus aux urnes ce 22 mai) et les allégations d’attaques du siège de la NAFA dans l’arrondissement 7 de Ouagadougou, sont autant de taches noires relevées par le CIFDHA.

« Plusieurs allégations ont été portées notre connaissance et sur bien des situations, des investigations sont en cours pour attester de la véracité de certaines dénonciations, car il est important de ne pas fonder le travail de monitoring sur la rumeur, les interprétions partisanes et les dénonciations calomnieuses », s’est voulu prudent le président du conseil d’administration du CIFDHA, Urbain Kiswend-Sida YAMEOGO.

La Centre a toutefois condamné toutes les formes de violences politiques quels que soient leurs auteurs et a appelé au sens de civisme et de patriotisme des différents acteurs.

L’autre fait regrettable durant cette campagne que Urbain Kiswend-Sida YAMEOGO et ses camarades ont constaté, c’est cette « certaine forme de ségrégation et des relents de xénophobie qui font courir des risques de confrontation entre ‘’autochtones présumés’’, et ‘’allochtones désignés’’ », toute chose qui selon les conférenciers pourraient mettre en cause la cohésion sociale au sein des collectivités territoriales.

En effet, explique le principal animateur de la conférence de presse, il est revenu que dans certaines circonscriptions, des personnes se prévalant d’être autochtones se sont imposées comme candidats dans bien des partis politiques, déniant le droit à un ‘’étranger’’ de prétendre représenter ou diriger la collectivité.

Et considérant la discrimination dont ils seraient victimes, les ‘’allochtones ont rejoint les camps opposés ou se présentent en indépendants. D’où la confrontation à l’intérieur des partis au moment de la constitution des listes et bien après. Le Centre appelle donc à la vigilance surtout au moment du vote des maires.

Mais en attendant, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique a interpellé les autorités publiques afin qu’aucune discrimination et aucune ségrégation fondée sur les origines autochtones ou étrangères des candidats ne soient tolérées.

Pour un scrutin sans violence

Le Centre d’information et de formation en matière des droits humains en Afrique (CIFDHA) a bénéficié de ces partenaires, un appui pour mettre en œuvre son projet « L’engagement des jeunes pour des élections apaisées et le renouveau démocratique au Burkina Faso ».

Il s’agit de favoriser la contribution positive des jeunes au processus électoral 2015 et 2016 (présidentielle, législatives et municipales) et au processus politique post électoral. Les jeunes, souvent instruments de violence en période de campagne ont été sensibilisés sur leurs droits et obligation en matière électoral.

Le centre a également assuré le monitoring des droits humains tout au long du processus en opérant la surveillance, la documentation et le rapportage des situations problématiques, des incidents occasionnant ou susceptibles d’occasionner des atteintes, violations des droits de l’homme.

Dans le cadre des élections municipales, 75 jeunes des régions du centre, du Centre Nord, du Centre Est et du Plateau central ont bénéficié d’un atelier de capitalisation des expériences et de recyclage des connaissances pour les adapter à celles déjà reçues lors des élections couplées de novembre 2015, aux enjeux et défis des élections municipales.

Des cafés citoyens, des émissions radiophoniques interactives sont également entre autres activités menées par le centre à Tenkodogo, Zorgho, et Ouagadougou.

Tiga Cheick Sawadogo (tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 mai 2016 à 23:22
    En réponse à : Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

    Monsieur des « Droits Humains en Afrique » : Attention ! Vos propos dénotent un jugement clairement subjectif. Lorsque vous dites « il est revenu que dans certaines circonscriptions, des personnes se prévalant d’être autochtones se sont imposées comme candidats dans bien des partis politiques, déniant le droit à un ‘’étranger’’ de prétendre représenter ou diriger la collectivité ». Dites moi, A qui et Comment peut-on s’imposer comme candidat ? Ceux dont vous faites allusion se sont-ils imposés à la population ou à leur Parti ? Comment ? Par la force ? Le parti était-il obligé de retenir leur candidature ou la population était-elle obligée de les voter ? Je ne vous comprends vraiment pas. Par ailleurs, dites-nous : dans la pratique, comment dénie t - on à autrui le droit de prétendre représenter ou diriger la collectivité ? Ceux que vous semblez mettre en cause ont-ils écrit au Parti ou à la CENI pour protester contre des candidatures de personnes en invoquant leur présumé statut d’« étranger » ? Avez-vous pris soin d’écouter tous les camps avant de faire vos interprétations ? Si vous n’avez écouté qu’un son de cloche, ça ne fait pas sérieux. Pendant qu’on y est, il paraît que les faucons d’un candidat à une élection présidentielle ont commandité une chanson à l’approche de l’élection, qui disait « Notre homme (entendre notre parent) est toujours (est tout de même) notre homme (notre parent), même s’il est voleur, même s’il est vaurien, ….. ». Le message véhiculé par cette chanson a peut-être inspiré plus d’un….
    Un autre fait : C’est quand même curieux qu’on ne vous entende pas souvent, alors que les Peulh se font violenter et massacrer pour un simple oui ou non dans certaines contrées de notre pays, qui, paradoxalement, figurent parmi les plus pourvoyeuses de migrants ? Ne dit-on pas « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse ? ». Bref, En tant que prétendu adepte des droits de l’Homme, vous devrez faire l’effort de rester équidistant et de tendre vers l’objectivité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 07:55
    En réponse à : Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

    Cher Monsieur ! Vous vous trompez de combat en disant « Mais en attendant, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique a interpellé les autorités publiques afin qu’aucune discrimination et aucune ségrégation fondée sur les origines autochtones ou étrangères des candidats ne soient tolérées ». Ceci est une interpellation absolument inutile : quelle serait son mode opératoire en dehors des sensibilisations ? Votre « autorités publiques » devra t-elle procéder à des nominations ? En attendant, votre interpellation aurait plus de sens s’elle concernait justement les nominations dans les postes de responsabilités dans l’administration. Vous pourrez ainsi proposer peut-être un Quota dans la répartition des postes, afin d’éviter l’abus de népotisme et de favoritisme que l’on constate actuellement, qui fait qu’il n’y a que quelques régions qui profitent de l’investissement de l’Etat, ce bien en principe commun.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 08:01
    En réponse à : Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

    Cher Monsieur ! Vous vous trompez de combat en disant « Mais en attendant, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique a interpellé les autorités publiques afin qu’aucune discrimination et aucune ségrégation fondée sur les origines autochtones ou étrangères des candidats ne soient tolérées ». Ceci est une interpellation absolument inutile : quelle serait son mode opératoire en dehors des sensibilisations ? Votre « autorités publiques » devra t-elle procéder à des nominations ? En attendant, votre interpellation aurait plus de sens s’elle concernait justement les nominations dans les postes de responsabilités dans l’administration. Vous pourrez ainsi proposer peut-être un Quota dans la répartition des postes, afin d’éviter l’abus de népotisme et de favoritisme que l’on constate actuellement, qui fait qu’il n’y a que quelques régions qui profitent de l’investissement de l’Etat, ce bien en principe commun.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 08:03
    En réponse à : Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

    Cher Monsieur ! Vous vous trompez de combat en disant « Mais en attendant, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique a interpellé les autorités publiques afin qu’aucune discrimination et aucune ségrégation fondée sur les origines autochtones ou étrangères des candidats ne soient tolérées ». Ceci est une interpellation absolument inutile : quelle serait son mode opératoire en dehors des sensibilisations ? Votre « autorités publiques » devra t-elle procéder à des nominations ? En attendant, votre interpellation aurait plus de sens s’elle concernait justement les nominations dans les postes de responsabilités dans l’administration. Vous pourrez ainsi proposer peut-être un Quota dans la répartition des postes, afin d’éviter l’abus de népotisme et de favoritisme que l’on constate actuellement, qui fait qu’il n’y a que quelques régions qui profitent de l’investissement de l’Etat, ce bien en principe commun.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 21:07, par Sougrinooma
    En réponse à : Elections municipales du 22 mai : Le CIFDHA fait le diagnostic de la campagne électorale et appelle à la vigilance !

    Messieurs du CIFDHA, un peu de dignité. Vous êtes totalement en déphasage avec les tendances sociopolitique du Burkina. Les gens ne font plus foi aux élections et ont de plus en plu tendance au boycott. C’est pas parce que on vous propose des financements pour les élections qu’il faut ignorer une telle réalité. Voilà encore la preuve à ces municipales. Très faible taux de participation = boycott. Boycott parce que les gens ont CONSCIEMMENT refusé d’aller voter. C’est ça la réalité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés