Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

samedi 21 mai 2016 à 06h52min

Le 24 mai 2014, le corps inerte et sans vie du juge constitutionnel Salifou Nébié a été retrouvé peu après 20 heures, sur la route départementale n° 39 (route de Saponé, bretelle de Kalkuidigui). L’émérite juge venait d’être sauvagement assassiné. Ce crime avait plongé dans le désarroi, la perplexité et l’indignité l’ensemble du peuple burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

Au lendemain de la découverte macabre, les premières constatations de l’enquête ont révélé que la victime portait des blessures béantes à la nuque, à l’avant-bras droit et au flanc gauche. Un examen de médecins burkinabè appuyé par une IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique) avait conclu à l’usage d’armes contondantes donc à un homicide volontaire. La justice burkinabè avait repris à son compte l’hypothèse de l’assassinat à travers une déclaration de M. Wenceslas ILBOUDO, à l’époque procureur général, près la cour d’appel. Le SAMAB (Syndicat Autonome des Magistrats du Burkina) avait de son côté soutenu au regard des examens faits sur le corps « que la victime a été volontairement tuée par des inconnus avant d’être abandonnée sur la bretelle de Saponé ».

Coup de théâtre. Quelques jours après, un médecin-légiste français du nom de Stéphane Chochois effectuait une autopsie sur la dépouille mortelle du juge NEBIE et concluait que celui-ci est mort dans un accident routier. Le rapport du Dr Chochois contredisait ainsi celui des médecins burkinabè ainsi que les conclusions de la justice burkinabè et du SAMAB. De façon tendancieuse ce rapport soulignait que : « l’intervention directe d’un tiers dans le déterminisme des causes de la mort peut être définitivement éliminée (…) Les lésions que présente le corps de M. Salifou Nébié sont, par contre, compatibles avec un accident routier (piéton renversé) par un engin de forte inertie (type camion ou gros véhicule) ».

Le Collectif Justice pour Salifou Nébié n’a eu de cesse de dénoncer ce rapport du Dr Chochois, qu’il trouve truqué. Pour le collectif il s’agit d’un succédané de rapport commandité et fabriqué pour brouiller les pistes.

Le 24 mai 2016, cela fera deux ans, que Salifou Nébié a été assassiné. A l’occasion du deuxième anniversaire de ce crime odieux, le Collectif Justice pour Salifou Nébié tient à saluer une fois de plus la mémoire de ce digne et chevronné magistrat de grade exceptionnel.

Au jour d’aujourd’hui où en est le dossier au plan judiciaire ? L’on sait que le juge Théophile Nana qui avait été commis à l’instruction a malheureusement et brutalement disparu lui-même le 3 décembre 2015 dans des circonstances obscures. De fait, la disparition du juge Nana est devenue une affaire dans l’affaire. Le collectif saisit cette occasion pour saluer également la mémoire de cet autre juge qui vraisemblablement avait abattu un immense travail dans le cadre de l’affaire Nébié.

Le Collectif Justice pour Salifou Nébié a sollicité et obtenu une audience auprès de Mme Maïza Sérémé, Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou le 6 mai 2016 aux fins de s’enquérir de l’évolution du dossier. Le collectif retient des échanges, que l’affaire Nébié a été confiée depuis janvier 2016, à un nouveau juge d’instruction en la personne de M. Kouanda qui s’attelle à s’en imprégner en vue de la poursuite de l’instruction. Toutefois le collectif note que le parcours judiciaire de l’affaire n’a pas connu une évolution significative et s’en inquiète très sérieusement. Son appréhension est d’autant plus fondée que plusieurs organes de presse avaient révélé l’imminence de la conclusion du dossier par le juge Nana. Le Collectif Justice pour Salifou Nébié exprime sa perplexité face à cette lenteur que l’on pourrait assimiler sinon à un « enterrement » de l’affaire, du moins à une affaire sans issue. Cet énième assassinat sous le régime Compaoré restera-t-il également sans assassin à l’instar des nombreux autres crimes de sang ? Notre collectif en appelle à la conscience des juges pour que cette affaire ne soit pas enterrée comme les précédentes. Au regard du contexte de la double période de transition et post-transition, cette affaire ne devrait plus connaitre de blocage. Le juge devrait avoir maintenant les coudées franches et les langues devraient pouvoir se délier afin qu’éclose enfin la vérité.

Le Collectif Justice pour Salifou Nébié saisit cette occasion pour inviter l’ensemble des organisations de la société civile, celles de défense des droits humains, les parents, connaissances, amis et collègues du juge Salifou Nébié ainsi que la presse à une cérémonie commémorative de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du juge constitutionnel Salifou Nébié, le mardi 24 mai 2016 à 8h au cimetière municipal de Gounghin à Ouagadougou. D’autres activités commémoratives se dérouleront également à Léo le même jour.

Mobilisons-nous massivement afin que disparaissent à jamais les assassinats politiques et pour le respect du droit sacré à la vie.

Fait à Ouagadougou le 18 mai 2016

Le Collectif Justice pour Salifou Nébié

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 mai 2016 à 21:01
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    J’espère que le mpp ne passera pas à cette étape par des assassinats politiques. L’assassin de Nébié a fait un accident mortel en percutant un arbre et en rejoignant Nébié pour la remise de la sauce. Ah dja ! Citoyens burkinabé, chacun paye cash son mauvais comportement sur cette terre avant de le payer devant Dieu qu’il soit croyant ou pas, ça n’a aucune importance.
    Exemples : Blaise, François Compaoré, Yoda Alain, Assimi Kouanda, Zida, et la liste est infinie.... Chacun peut faire ce qu’il veut sur cette terre, mais dans le respect des uns et des autres. Il reste, Shérif Sy, Ka, Vérité n°1, Some, Achille le Bololais qui n’a pas fui dans un coffre de voiture, Hervé Kam, Hervé Ouattara, René Bagoro, etc etc.... Vous verrez.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 08:30, par ngoonga
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Internaute N° 1 pour une partie je suis d’avis avec vs, mais s’empreindre aux dirigeants de la transition c’est aller loin. Par contre il est plus que nécessaire de s’attaquer à ses dossiers de crimes que de ns divertir avec les histoires de parcelles en voulant diaboliser des gens qui ont rendu service à la nation par leur clairvoyance et témérité.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 08:37, par le panafricain
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    effectivement il a ramené la sauce ; ; ; ; ; ; ; ; et les autres ont glisé dans la même sauce d’autres se sont retrouvés au Bénin, en cote d’Ivoire ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; et ceux qui se sont retrouvés au MPP font que la Roue tourne mal ( le pouvoir titube ; ;)
    Repose en Paix ce digne fils de Léo , affaire a suivre

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 09:14, par ka
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Oui, persévérons qu’il y ait une vraie justice pour NEBIE mort pour son refus d’un sénat bidon, d’un tripatouillage de l’article 37, avocat du peuple Burkinabé, et que sa lettre et son esprit interdisent tout président prédateur de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs. Que cette Justice soit faites pour Norbert Zongo assassiné et bruler dans sa voiture avec ses compagnons le dimanche 13 Décembre 1998 sur la route de Léo-Sapouy, de Henri Zongo, Lingani Jean-Baptiste fusillés, Clément Ouedraogo, Watamou Lamien, Dabo Boukary et tant d’autres. Je profite dire à l’intervenant 1, le vendu de Kéré qui m’en veux pour mon combat pour le peuple Burkinabé et sa jeunesse, de s’abstenir de son dénigrement : Kayouré et Ka pour les intimes, est sur la toile des réseaux sociaux d’information voilà bientôt 10 ans, et depuis plus de 30 ans dans la presse écrite, et mes analyses vont toujours pour le peuple et la jeunesse et non un individu, et je déteste des personnes qui se cachent derrière un vendu avocat qui voulait dilapidé la caisse du denier public avec des multiples postes bidon, consule, sénateur, dans un pays ou 98% de la population n’ont pas un repas par jour, de mettre ses critiques là où il sait. Que tu sois Karim Ouédraogo, Jojo, avant l’insurrection, et tu reviens sans Pseudo sur le net, tu resteras qu’un minable vendu qui soutienne des criminels en puissance. Un conseil, si tu veux fermer la gueule de Ka, d’achille Tapsoba, de SOME, et d’autres, donne-nous des critiques fondées sur des argumentations solides et non des dénigrements, des injures, et des railleries inutiles. Sinon, tu la ferme pour les internautes avec des analyses qui feront avancer le pays que nous aimons avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 10:19, par S. Patrice
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    J’ai cru lire dans la presse que le juge Théophile NANA était ami avec le juge NEBIE. Donc Mr NANA a dû mettre toute son énergie dans l’enquête pour faire la lumière sur la mort de son ami. Il meurt selon la presse la veille de la livraison des conclusion de l’enquête. Chose bizarre la mort de Mr NANA, bien que mystérieuse on entend aucune voie au Burkina s’élever pour réclamer justice pour ce Monsieur.
    BONNES GENS ne pensez vous pas que ces deux morts sont liées ?? Ne faut-il pas chercher les vraies meurtriers ailleurs que dans le clan que tout le monde à déjà condamné ??? Paix aux âmes des illustres disparus. Que de là-haut ils guident les pas des enquêteurs pour que la lumière éclate sur les causes de leurs disparussions.
    QUE DIEU BÉNISSE LE BURKINA

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 11:25, par Christian
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Voici un Burkinabe digne de ce nom qui a consenti le sacrifice ultime pour notre liberté. Notre véritable engagement à tous est de nous montrer digne de tous ces sacrifices à travers la recherche permanente de la vérité et de la justice. Si tous ces crimes de sang sont oubliés qu avons nous a dire à leurs parents. Qu’ils sont morts à cause de leur inconscience politique ? Il est temps et urgent de mettre en place un cadre tripartite gouvernement societe civile et famille des victimes pour un suivi rapproché de tous les dossiers. Au stade où nous en sommes la communication est même plus importante que le secret de l’instruction qui devient plutôt un moyen pour étouffer les affaires.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 12:27, par Yako
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    A qui profitait le crime à l’époque ?Alors cherchez côté mpp et Sulfure Diallo

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 12:47, par ka
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Oui, persévérons qu’il y ait une vraie justice pour NEBIE mort pour son refus d’un sénat bidon, d’un tripatouillage de l’article 37, avocat du peuple Burkinabé, et que sa lettre et son esprit interdisent tout président prédateur de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs. Que cette Justice soit faites pour Norbert Zongo assassiné et bruler dans sa voiture avec ses compagnons le dimanche 13 Décembre 1998 sur la route de Léo-Sapouy, de Henri Zongo, Lingani Jean-Baptiste fusillés, Clément Ouedraogo, Watamou Lamien, Dabo Boukary et tant d’autres. Je profite dire à l’intervenant 1, qui m’en veux pour mon combat pour le peuple Burkinabé et sa jeunesse, de s’abstenir de son dénigrement : Kayouré et Ka pour les intimes, est sur la toile des réseaux sociaux d’information voilà bientôt 10 ans, et depuis plus de 30 ans dans la presse écrite, et mes analyses vont toujours pour le peuple et la jeunesse et non un individu, et je déteste des personnes qui se cachent derrière un vendu avocat qui voulait dilapidé la caisse du denier public avec des multiples postes bidon, consule, sénateur, dans un pays ou 98% de la population n’ont pas un repas par jour, de mettre ses critiques là où il sait. Que tu sois Karim , Jojo, avant l’insurrection, et tu reviens sans Pseudo sur le net, tu resteras qu’un minable vendu qui soutienne des criminels en puissance. Un conseil, si tu veux fermer la gueule de Ka, d’achille Tapsoba, de SOME, et d’autres, donne-nous des critiques fondées sur des argumentations solides et non des dénigrements, des injures, et des railleries inutiles. Sinon, tu la ferme pour les internautes avec des analyses qui feront avancer le pays que nous aimons avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 18:35, par Ché
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    La justice au Burkina est là pour les puissants. La vraie justice indépendante n’existe pas chez nous.
    Le mot qui revient dans les lèvres est "laissons faire la justice, la justice suit son cours" pendant ce temps les criminels vivent librement et narguent leurs victimes jusqu’à la fin de leurs jours. Quand ils sont condamnés, ce qui arrive presque jamais, ils ne purgent pas leurs peines. Ne me parlez plus de justice au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 22:15, par Yako
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    @Ka vit dans l’amertume.On ne construit pas l’avenir en s’enfermant dans le passé,sinon faudra aussi ajouter à la liste:Ltc Niezin Badembie,cdt Fidel Guebre,Ltc Didier Tiendrebeogo ,cdt Hamadou Sawadogo....tous ont perdu la vie entre 1982 et 1985.Que faire ?les sud-americains Argentine,Chili et d’autres ont pu tourner la page des annees 70/80 grâce à la sagesse de leurs dirigeants,c’est ainsi ils ont amorcé le décollage économique pour le grand bonheur de leurs peuples respectifs.Dommage pour un petit vieux de ton âge.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 23:40, par ka
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    @ Yako intervenant 21, celui qui a commandité de tuer ceux dont tu as cité, est toujours là avec ses complices. Il essaye de revenir et recommencer : Et comme l’a dit le président Roch Kaboré, ’’même dans leurs rêves ils n’échapperont pas.’’ Je suis fier d’entendre cette confirmation et cette promesse venant du premier Burkinabé. Sans une justice équitable dans un pays, il n’y a pas de paix, ni de développement pour le futur. De 1983 à nos jours, ce sont les mêmes personnes qui se sont permis de tuer qui ils veulent, là où ils veulent : Et si tu veux accusé Thomas Sankara qui en avait marre des crimes gratuits faites par celui qui lui est fait libérer du CSP, et le mettre au pouvoir pour un CNR, tu sais bien que Thomas a été jugé par la même personne et ses complices le 15 Octobre 1987 a 16h20 devant un pavillon du conseil de l’Entente, et canardé avec ses compagnons. Pour un nouveau Burkina avec sa jeunesse innocente qui dit que rien ne sera plus comme avant, que ceux qui doivent payés donne un exemple. Si tu as une autre solution pour une justice équitable donne la. A part toi, le peuple attend un Burkina sans l’injustice, ni l’impunité. Et nos gouvernants doivent le prouver pour un bon départ sans rancune ni haine. Merci de lire ton petit vieux, la vérité n’est pas bonne à dire, mais souvent il le faut. La prochaine fois, reste sur pseudo, pour qu’on sache qui est ce vendu qui soutiens les criminels. Pauvre ignorant.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 01:57, par gracias
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    L’internaute 10 est sans doute malade ou il craint d’être jugé comme présumé membre de l’escadron de la mort qui avait endeuillé de nombreuses familles.
    Les enfants du Président Thomas Sankara n’ont pas bénéficie en tant que pupille de la Nation pour leur éducation.
    Monsieur l’internaute 10 les classe comme non Burkinabé ??
    La justice non teintée de vengeance est une force de réarmement moral en vue du développement harmonieux d’une Nation solidaire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 09:17, par ka
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Je confirme Gracias intervenant 12 : L’intervenant 1 et 10, et tant d’autres interventions dans des analyses qui concerne les crimes impunis de Blaise Compaoré, qui en veut à Ka et la transition, est la même personne. C’est le même criminel qu’on n’a pas encore arrêté qui s’en fou des parents des victimes. Avant l’insurrection il a changé plus de 50 Pseudos, Karim, JOJO, et quoi je ne sais. Dans cette analyse il est venu en anonyme comme premier intervenant en accusant la transition ainsi que KA et les autres, et après YAKo, et après je ne sais. Au départ des sites d’information des réseaux sociaux au Burkina, Le faso.net, comme Lepays.BF, les internautes s’exprimer avec les vrais noms jusqu’à ces margouillats de Yako sont venus nous faire changer tous. Je me rappelle que l’internaute le citoyen avait demandé à l’honorable homme a la plume d’or, et a la trempe du journaliste le feu Norbert Zongo, qui est C. Paré, fondateur de Lefaso.net, de ne plus laissé publier les interventions des pseudos comme Karim, Jojo, devenu YAKO. Mais l’intelligence et la neutralité de Paré et son équipe est un grand exemple à louer, car malgré tout, il assume, et suit à la lettre la déontologie des journalistes au Burkina. Le vieux routier KA, qui suit les analyses des réseaux sociaux du continent, sait a peu près qui est l’homme qui soutienne les criminels et s’en fou des parents des victimes. Sur ma page FACEBOOK, on me dit de ne pas le répondre, que c’est un pourri et malade comme son vénéré qui a fui son pays la queue sous les jambes. Mais je déteste les microbes qui veulent saboter la victoire d’un peuple et sa jeunesse, dont mes enfants font partie. Jusqu’à ce qu’il comprenne que l’alternance politique du Burkina sans Blaise Compaoré et sa famille est en bonne voie, je lui ferai comprendre la réalité sur les réseaux sociaux. Je continuerai à lui faire comprendre qu’une critique doit être fondée sur l’argumentation solide et non sur le dénigrement, comme avant l’insurrection dont il peut relire mes analyses, car les crimes commis par Blaise Compaoré et ses associés François Compaoré et Diendéré Gilbert, ne ressemblent pas à ceux des Sud- Américains qui étaient d’une guerre de sécession. Blaise Compaoré et ses complices doivent être jugés pour des crimes gratuits contre son peuple, dont ils avaient les armes et le pouvoir du sang. Anonyme, Yako, Karim, JOJO, je te dis ‘’’’A BAS l’arnaque au peuple et sa jeunesse par des vermines comme toi. A BAS l’intoxication des internautes qui veulent étouffés les dossiers crimes impunis, A BAS le terrorisme de nos gouvernants qui veulent tripatouiller les dossiers des crimes impunis.’’’’ Vive la victoire du peuple Burkinabé et sa jeunesse des 30 et 31 Octobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 11:41, par Yako
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    @Ka et @gracias,quand on ne maîtrise pas ses propres émotions comment voulez-vous gouverner les 17millions des contradictions Burkinabé ?Il vous faut une forte dose de sagesse et donc de modération car la seule chose sur laquelle les hommes sont unanimement d’accord c’est la table de multiplication.Autrement dit ils sont divisés sur tout,et pourtant ils sont appelés à vivre ensemble.Par ailleurs,si pour mon frère @ka l’histoire tragi-politique date de 1983,pour nous les événements du 30 et 31 oct 2014 ne sont autres que le prolongement d’une tragédie politique que notre cher pays est victime depuis 30 ans.En effet,l’avènement du csp1donne le ton c’etait le 07 novembre 1982 un putsch préparé et exécuté par le président Thomas Sankara dont les victimes sont entre autres Lt-c Badembie.Alors pour le bien du pays à mon avis il faudra trouver un jour la solution définitive pour vider ces vieux contentieux qui ne sauraient trouver réponse dans les" tribunaux-Nassara"mais dans le dialogue et le pardon conforme à nos us et coutumes. Certes, il est indéniable l’apport du président Thomas Sankara il reste un idéal avec ses zones d’ombre comme tout héros,quant au président B.Compaore il fut le bâtisseur d’un petit pays stable et respecté. Ni justicialisme ni impunité.Fraternellement Yako.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2016 à 22:19, par ka
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    ’’’A’’’Yako ou qui sais-je : il faut être dans l’histoire avant de la raconté en réalité. Si tu l’a vécu, j’y était dans son ventre : Alors tu ne peux rien nous apprendre qui est le criminel le plus puissant du Burkina du 21e siècle qui s’appelle Blaise Compaoré, et je le raconte brièvement : ’’’3 capitaines d’une petite armée du Burkina ont décidé de prendre le pouvoir au CMRPN de SAYE ZERBO, l’un d’ entre eux est médecin de formation Jean-Baptiste Ouédraogo, est désigné comme le président du nouveau régime appelé CSP, et l’autre Blaise Compaoré l’introverti et caméléon appelé Blaise Compaoré profita pour éliminer les plus intelligents du CSP que tu cites, pendant ce temps, le président Jean-Baptiste Ouédraogo qui avait un pensant pour l’impérialisme, n’était pas le gout de son ministre Thomas Sankara, et sa désobéissance obligea le président Jean-Baptiste a l’envoyer dans une prison a Ouayouguiya, mais le caméléon Blaise Compaoré voyant une opportunité de monter un jour sur le trône, décida de le libérer en envoyant tout le régiment parachutiste dont il commandait, d’aller libérer Thomas Sankara, ces paras tua tous ceux dont ils trouveront sur leur chemin, tous les proches de Jean -baptiste Ouédraogo ont été tous tué par Blaise Compaoré. Il proclama Thomas Sankara président du CNR, et aussi comme son otage. De 1983 à 1987, Blaise Compaoré le puissant ministre de justice choisissait qui va mourir, ou il va mourir, et Thomas Sankara en avait assez, et voulait lui dire d’arrêter, mais le 15 Octobre 1987, devant un pavillon du conseil de l’Entente d’Ouagadougou, il fait canardé Thomas Sankara et tous ces compagnons et prend le pouvoir dans le sang, continuait à tuer qui il veut, ou il veut avec son régiment parachutistes dont la moitié sont devenus les éléments du RSP, c’est-à-dire ses hommes a tuer. Il a fallu un soulèvement populaire les 30 et 31 Octobre 2014, pour que Blaise Compaoré fui la queue sous les jambes. Et cette histoire que tu veux raconter à l’envers, peut-être raconté comme une récitation de l’école primaire par les élèves de l’époque. A vouloir condamner les autres à la place des autres, tu ne peux tromper le peuple Burkinabé mûri par cette histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2016 à 09:40, par ka
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Un dernier mot à celui qui joue l’anonymat, ou soit disant ‘’Yako’’, ou qui encore je ne sais : Qu’il soit a Freiburg en Allemagne, ou en Côte d’Ivoire, je lui demande de ne pas chercher à dévier Ka qui était un farouche combattant du multipartisme, et aujourd’hui pour l’alternance politique du continent avec sa jeunesse. Je ne suis d’aucun parti politique, n’attend aucun intérêt ou un poste dans un gouvernement, que je laisse a l a jeunesse. Je suis sur le net bientôt dix ans, et dans la presse écrite plus de 30 ans pour une simple contribution de mes connaissances par le chemin de l’âge, et guider la jeunesse à faire avancer le Burkina que nous aimons tous. Pour cela, nous devons dire la vérité, payé nos crimes, éradiquer l’impunité, l’injustice, la corruption à ciel ouvert, et laisser un chemin neutre et vierge a cette même jeunesse qui a dit les 30 et 31 Octobre 2014, que rien ne sera plus comme avant, et a donné un exemple au monde entier d’un Burkina qui a pris son destin dans ses mains. S’il n’y avait pas eu un individu introverti, malingre lycéen, insulté par ses camarades, qui a garder une rancœur pour se venger de ses camarades, et devenu un criminel en puissance, appelé Blaise Compaoré, fils de Bila Compaoré, le Burkina n’aura jamais ces triples problèmes de 1982 à 2014. L’introverti Blaise Compaoré qui pouvait avec son intelligence émergé le Burkina pour le bonheur de son peuple, a choisi la voie des crimes gratuits durant 30 ans, au lieu du bonheur de son peuple. De son enfance d’un enfant malingre dans les promos dont j’étais parmi les ainés, jusqu’à son enrôlement forcé dans un contingent, son stratégie favori est de piéger ses camarades et ses amis en les prenants en otage, et les manipuler comme il veut : Ce fut le cas de Thomas Sankara, et aussi toute l’équipe de son parti, les éléments du RSP, et aujourd’hui ADO et SORO. Si tu nous disais que pour une réconciliation nationale, nous devons élucider tous les crimes impunis pour que toutes les familles endeuillés puissent être apaisé de leur souffrance, nous te comprendrons. Mais dire effacé tous, et les laisser revenir continuer leurs sales vengeances, tu es le criminel le plus puissant que Blaise Compaoré. La preuve est que c’est Diendéré Gilbert qu’il a piégé et qui paye a sa place. Bientôt ça sera SORO et ADO a la CPI, et ainsi de suite. Pour la jeunesse Burkinabé, mettons à l’ombre Blaise Compaoré et ses complices et qu’ils payent leurs crimes. Pour la jeunesse qui dit que rien ne sera plus comme avant, coupons toutes les racines du mal en disant a Blaise Compaoré et ses complices de payer leurs crimes. Pour une réconciliation nationale, et une vraie soudure du peuple Burkinabé, disons au chef des armés le président du Faso de ne pas jouer avec les nerfs de son peuple, mais de régler impérativement les dossiers des crimes impunis. Celui qui en veut à KA peut réagir a cette intervention avec une critique qui doit être fondée sur des argumentions solides et non sur des dénigrements, pour que notre jeunesse ait un chemin neutre et sans embûche pour faire avancer le Burkina que nous aimons tous.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2016 à 10:18, par MANLIVIKING
    En réponse à : Le Juge Salifou Nébié deux ans après : Le collectif dénonce une lenteur de la justice

    Je suis ravi de lire ce message aussi légitime pour tous être vivant qui a des valeurs humanistes à défendre tel le droit à la vie. J’ai encore en mémoire ces multiples crimes de sang "mystérieux" pouvant occasionné chez tout être humain qui réfléchit de se poser mainte et une question quant aux circonstances de la mort constaté et les "raisons données pour de soi disant expert ou spécialiste". Je crois que pour construire un Burkina Faso de Paix et ce Burkina "Nouveau" tant prôné par le politique, je pense à mon humble avis (et je crois que c’est l’opinion de nombreux burkinabè), que le fondement doit être la justice. Justice sociale, économique. Sinon, on risque de ramener notre pays à 18 an en arrière voir plus. Au delà même du "dossier du juge NIBIE", je pense que tous les autres crimes doivent être puni. Sinon, l’incivisme que l’on dénonce tant aujourd’hui trouve à mon sens des racines dans cette impunité chronique endémique et permanent SURTOUT QUANT IL S’AGIT DE ÉGAREMENTS DES PUISSANTS. Mais je pense que la justice qui clame tend l’indépendance de la justice doit nous donné des raisons de croire en elle par un dénouement de cette pléiade de dossiers pendant. J’ose croire que les choses bougeront et je crois qu’il existe encore au Burkina des hommes intègres et des juges intègres qui feront bouger les chose. Sinon c’est le peuple qui le fera.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés